Fascism or Socialism?  Third Instalment of a Talk by Adrien Arcand at Montreal in 1933, published by “Le Patriote”

A (now-antique) letterpress printing press, circa 1885

A (now-antique) letterpress printing press, circa 1885, used here to print “anti-semitic propaganda”. / Une presse typographique (désormais antique), vers 1885, utilisée ici pour imprimer la «propagande antisémite».

 
Contrary to what some illusionists claim, there is not nor can there be Christian socialism.  This myth was confounded by the highest Christian authority, that of the Vatican, when Pius X condemned the errors of “Sillon”.  Moreover, the great doctrinarians of socialism, among others Proudhon, Millerand, Jaurès, have affirmed that any claim to Christian socialism is as illusory as it is idiotic.  Popes, bishops, rabbis, masonic and socialist leaders all admit that there is an absolute incompatibility between socialism and Christianity.  There is a Christian sociology, a Christian social doctrine, but not Christian socialism, in the sense that all authors give to socialism.

— From Adrien Arcand’s Fascism or Socialism? (1933)

 

Foreword

Thank the pandemic, I have ten more pages for you!

Part 1 is here.
Part 2 is here.
And I give you part 3:
 


FASCISM OR SOCIALISM?

Preview of a Talk by Adrien Arcand

GIVEN AT MONTREAL IN 1933

For the first time in English


Adrien Arcand

Fascisme ou Socialisme ?

Fascism or Socialism?

Deux consciences
différentes

Two different
consciences

La démocratie libérale a provoqué la plus grande catastrophe de tous les temps.  Pourquoi ?  Parce que l’esprit de révolte qui forme son essence réelle a imposé aux sociétés occidentales un genre de vie publique contraire et opposé à la vie privée et aux croyances personnelles des individus.

Liberal democracy has provoked the greatest catastrophe of all times.  Why?  Because the spirit of revolt that forms its real essence has imposed on western societies a kind of public life contrary and opposed to private life and to the personal beliefs of individuals.

Dans sa vie privée, le chrétien croit à l’existence et l’immortalité de l’âme ; le libéralisme a passé des lois qui ne répondent pas à cette croyance fondamentale.  Dans sa vie privée, le chrétien accepte un code bien défini de justice sociale et d’équité ; le libéralisme a fabriqué une foule de lois, telles que nos lois des compagnies anonymes et des faillites, qui forcent l’individu à accepter publiquement une malhonnêteté que sa conscience réprouve.  Dans sa vie privée, le chrétien croit au principe d’une autorité de droit divin, personnelle, responsable ; avec son suffrage universel, le libéralisme lui impose une autorité anonyme, impersonnelle, irresponsable :  l’autorité de la majorité du nombre.  Dans sa vie privée, le chrétien croit à l’obligation de la pratique des vertus, et pardessus toutes, celle de la charité, base de tout christianisme ; le libéralisme inspire des lois qui tendent à faire disparaître complètement la charité individuelle, en en faisant retomber la responsabilité sur l’Etat.  Dans sa vie privée, le chrétien se soumet à la discipline d’un certain code de lecture, d’amusements, de récréations ; le libéralisme, au nom de la liberté, fabrique des lois qui invitent l’individu à outrepasser impunément les bornes morales fixées par sa conscience.  Dans sa vie privée, le chrétien croit à l’autorité patriarchale dans la famille, au droit de propriété ; le libéralisme, dans ses législations, attaque et comprime l’autorité paternelle, crée des monopoles et des cartels qui tendent à annihiler, en l’absorbant, toute propriété privée.  Et il en est de même de tout.  Est-il étonnant que la démocratie libérale ait conduit au désastre et au déséquilibre quand on réalise qu’elle force l’individu à se comporter de façon contraire à ses convictions et ses principes ; à avoir deux consciences différentes, l’une spiritualiste pour sa vie privée, l’autre matérialiste pour sa vie publique ?  Non, car ce n’est que la conséquence de la définition que le libéralisme fait de l’être humain :  un être purement matériel et sans âme, c’est-à-dire le goy défini par le Talmud.  Sur la définition de l’homme, comme sur tout le reste, Talmud et libéralisme s’entendent parfaitement.  C’est naturel, l’un et l’autre sont juifs !

In his private life, the Christian believes in the existence and the immortality of the soul; liberalism passes laws which do not respond to this fundamental belief.  In his private life, the Christian accepts a well defined code of social justice and equity; liberalism has manufactured a host of laws, such as our anonymous company and bankruptcy laws, which force the individual to accept publicly a dishonesty that his conscience rejects. In his private life, the Christian believes in the principle of personal and accountable authority by divine right; with its universal suffrage, liberalism imposes upon him an anonymous, impersonal and unaccountable authority:  the authority of the numerical majority.  In his private life, the Christian believes in the duty to practice the virtues, and above all, Charity, the very basis of Christianity. Liberalism inspires laws which tend to the complete disappearance of individual Charity, by causing responsibility to fall upon the State. In his private life, the Christian submits to the discipline of a certain code of reading, amusement, recreation; liberalism, in the name of liberty, produces laws which invite the individual to exceed with impunity the limits of good morals set by his conscience. In his private life, the Christian believes in patriarchal authority in the family, in the right to property; liberalism, in its legislation, attacks and compromises paternal authority, creates monopolies and cartels which tend to annihilate all private property by absorbing it. And the same goes for everything.  Is it surprising that liberal democracy has led to disaster and disequilibrium when one realizes that it forces the individual to behave in a fashion contrary to his convictions and his principles; to have two different consciences, one spiritual for his private life, the other materialist for his public life?  No, because this is just the consequence of how liberalism defines the human being: as a purely material being without a soul, which is how the Talmud defines the non-Jew.  As to the definition of man, as with all the rest, the Talmud and liberalism perfectly agree.  Naturally; both are Jewish!

Quand nous parlons de la démocratie libérale, nous parlons de tous les partis politiques, sans exception, qui ont accepté le systèrne démocratique.  Ces partis se rangent sous les deux appellations générales de libéralisme et de conservatisme.

When we speak of liberal democracy, we are talking about all the political parties, without exception, which have accepted the democratic system. These parties are grouped under the two general labels of liberalism and conservatism.

[36]
[36]

Fascisme ou Socialisme ?

Fascism or Socialism?

Le “libéralisme économique”

“Economic
liberalism”

Des chefs libéraux sincères ont commencé, depuis quelque temps, de réaliser l’erreur libérale.  Soit qu’ils ne voient qu’un partie du danger, soit qu’ils en voient la totalité mais ne veulent en admettre qu’une partie, ils dénoncent présentement ce qu’ils appellent le libéralisme économique.  C’est futile en primaire !  Le libéralisme économique n’est qu’une conséquence de l’application du libéralisme philosophique.  Le liberalisme pur, le libéralisme intégral, le libéralisme philosophique, en un mot, est le véritable et le seul mal ; c’est le même libéralisme qui, suivant ses applications, devient le libéralisme religieux, le libéralisme politique, le libéralisme social, le libéralisme économique, le libéralisme internationaliste ; partout, c’est toujours la philosophie libérale, la cause première, la puissance agissante, l’idée inspiratrice, le principe dirigeant, dont toute les formes libérales ne sont que les conséquences.  Quand les chefs de la chrétienté ont condamné le libéralisme, quand Sa Sainteté Pie XI a promulgué :  “Le socialisme a le libéralism pour père et le bolchevisme pour héritier”, ils n’avaient pas en vue la combinaison idiote que l’on dénomme depuis quelque temps “libéralisme économique”, mais la philosophie libérale, le libéralisme in se.

Sincere liberal leaders have begun to realize the liberal error.  Either they see only a part of the danger, or they see the whole of it, unwilling to admit more than a part.  They currently denounce what they call economic liberalism.  This is plainly futile!  Economic liberalism is nothing but the consequence of putting philosophical liberalism into practice.  Pure liberalism, complete liberalism, philosophical liberalism, in one word, is the true and only error; it’s the same liberalism which, when applied, becomes religious liberalism, political liberalism, social liberalism, economic liberalism, internationalist liberalism.  In all of it, liberal philosophy is the root cause, the acting power, the inspiring idea, the directing principle, of which all liberal forms are only the consequences.  When the leaders of Christianity condemned liberalism, when His Holiness Pope Pius XI proclaimed:  “Socialism has liberalism for its father and Bolchevism for its heir”, they did not have in mind the idiotic combination that for some time has been called “economic liberalism”, but liberal philosophy, liberalism itself.

Le conservatisme n’a pas
répondu à sa mission

Conservatism has not
fulfilled its mission

Quant au conservatisme tel que le représentent aujourd’hui nos partis conservateurs, il ne vaut guère mieux que le libéralisme.  Le conservatisme, en se soumettant au mode démocratique et à toutes ses combinaisons, a absorbé et fait sienne l’idée libérale.  La politique conservatrice est exactement la même que la politique libérale, au point de vue des principes philosophiques, et elles ne se distinguent que par des différences administratives.  Les lois passées en ce pays par nos deux partis font l’affaire de l’un et de l’autre, et l’on n’a pas encore vu le parti conservateur ni le parti libéral altérer les lois de grande portée sociale qu’ils ont tous deux alambiquées dans le sens des principes de 1789.  Notre grand parti conservateur assez franc pour arborer ses vraies couleurs, se nomme le “Parti Libéral-Conservateur du Canada” et, s’il présente des dangers moins immédiats et moins extrêmes que le parti libéral et le parti socialiste, il est tout de même libéral avant d’être conservateur, il partage la même doctrine que les deux autres sur les rapports qui doivent exister entre l’individu et l’Etat.  C’est pourquoi le parti conservateur, qui subit complaisamment les vieilles lois libérales du passé, ne saurait être le parti de l’avenir.  Il partage dans les responsabilités du chaos actuel

As for conservatism, as represented today in our conservative parties, it’s hardly better than liberalism. Conservatism, by submitting to the democratic regime and all its combinations, has absorbed and embraced the liberal idea.  Conservative politics is exactly the same as liberal politics from the point of view of philosophical principles, and only stands apart on administrative differences.  Laws passed in this country by our two parties are the business of both, and we have not yet seen the conservative party or the liberal party alter laws of broad social scope which they both have forged according to the principles of 1789.  Our great conservative party, candid enough to show its true colors, calls itself the “Liberal-Conservative Party of Canada” and, if it presents less immediate and less extreme dangers than the liberal party and the socialist party, it is all the same liberal before it is conservative.  It espouses the same doctrine as the other two on the relationship that must exist between the individual and the State.  This is why the conservative party, which obligingly tolerates the old liberal laws of the past, can hardly be the party of the future.  It shares responsibility with the liberal party for the current chaos

[37]
[37]

Fascisme ou Socialisme ?

Fascism or Socialism?

avec le parti libéral, puisqu’il n’a pas su dans le passé répondre à sa mission véritable, qui était de détruire la philosophie libérale, et non de s’en nourrir.

since it has not in the past known how to fulfill its true mission, which was to destroy liberal philosophy, and not to sustain it.

Besoin de formules neuves

Need for new formulas

Ce dont chaque pays a besoin, et le nôtre en particulier, ce sont des formules jeunes et vigoureuses, qui pourront opérer un redressement et provoquer une renaissance.  Les vieilles idées démocratiques sont des couleurs déteintes, un sel affadi ; la vieille structure démocratique tombe de décrépitude, rien ne peut la relever; la démocratie libérale a fait ses preuves, elle n’a apporté que des misères et des malheurs.  Le monde a fait fausse route, il faut changer de voie, les circonstances matérielles et l’état des esprits l’exigent.  Aux foules qui cherchent et attendent une solution ne s’offrent, répétons-le, que deux alternatives :  le fascisme ou le socialisme.  La question a déjà été soumise sous d’autres formes :  chrétien ou juif, Rome ou Moscou.

What every country needs, and ours in particular, is young and vigorous formulas, able to work a remedy and provoke a rebirth.  The old democratic ideas are faded colors, a weakened salt; the old democratic structure is falling from decrepitude, nothing can raise it up again; liberal democracy has been tested, it has only brought misery and misfortune. The world has gone astray, it must change its path, material circumstances and the state of mind require it.  To the masses who are looking and waiting for a solution that is not presenting itself, we repeat, there are only two alternatives: fascism or socialism.  The question has already been submitted in other forms: Christian or Jew, Rome or Moscow.

Le socialisme

Socialism

Le socialisme, prêché depuis plus d’un demi-siècle, est plus connu que le fascisme, il a été plus étudié, plus commenté, il a fait ses preuves dans un plus grand nombre de pays.  Il ne sera donc pas nécessaire de nous y attarder plus que de raison.

Socialism, preached for over half a century, is better known than fascism, it has been studied more, more commented on, it has been tested in many countries. It will therefore not be necessary to linger over it beyond reason.

Le socialisme est la conclusion logique du libéralisme démocratique.  Il en partage les méfaits, en les aggravant.  Aucun auteur n’a plus laconiquement et plus clairement exposé les rapports de l’un et l’autre que S. S. Pie XI, dans la phrase citée tout à l’heure :  “Le socialisme a le libéralisme pour père et le bolchevisme pour héritier”.  Le socialisme, c’est la question sociale injectée dans le libéralisme, qui en a préparé la discussion obligatoire en préparant et suscitant les luttes de classes.  Un coup d’oeil rapide sur les accomplissements du libéralisme démocratique permettra de mieux comprendre comment est devenue nécessaire la conscience de la question sociale.

Socialism is the logical conclusion of democratic liberalism.  It shares its misdeeds by worsening them.  No author has more dryly and more clearly exposed the relationship between the two than His Holiness Pope Pius XI, in the phrase cited above:  “Socialism has liberalism for its father and bolshevism for its heir”.  Socialism is the social question injected into liberalism, which has prepared its obligatory discussion by preparing and causing the class struggles.  A quick glance at the accomplishments of democratic liberalism will make it possible to better understand how awareness of the social question became necessary.

Faux principes qui servent
de base

False principles used
as a basis

La démocratie, consacrée par la Révolution Française, a elle-même consacré les faux principes d’égalité pour tous et de liberté pour tout.  Ces principes se sont imposés graduellement dans toutes les nations occidentales, avec des conséquences qui peuvent se résumer par ces mots :  la perte réelle de la liberté.  Les races nationales, sous la démocratie, ont perdu la suprématie terrienne de leur pays, par la liberté accordée aux étrangers de s’en emparer.  Les religions nationales ont

Democracy, established by the French Revolution, has enshrined the false principles of equality and liberty for all.  These principles have been gradually imposed in all western nations with consequences that can be summed up in these words:  real loss of liberty.  The national races, under democracy, have lost territorial supremacy over their countries, through the liberty accorded to foreigners to come and help themselves to a piece of it.  The national religions

[38]
[38]

Fascisme ou Socialisme ?

Fascism or Socialism?

perdu leur suprématie, par la liberté accordée à toutes les religions étrangères de devenir leurs égales.  Les races nationales ont perdu leur suprématie nationale, par la liberté accordée à toutes les races étrangères de devenir leurs égales chez elles, avec la liberté de partager leurs droits, leurs privilèges, leur patrimoine.  Les races nationales ont perdu leur suprématie financière, industrielle et commerciale chez elles, par la liberté accordée à tous les éléments étrangers de venir leur livrer compétition.  En accordant une reconnaissance officielle aux étrangers, à leurs caractéristiques raciales et religieuses, la démocratie a nécessairement dû faire disparaître les protections dont jouissaient les races nationales, pour elles seules, sur leur territoire.  Cette démocratie, et c’est là son seul caractère d’unité et de permanence, a eu partout pour résultat identique d’émanciper et relever le Juif, qui était en état d’infériorité civile, et de faire perdre aux races nationales ce qui constituait leur droit d’aînesse.

have lost their supremacy through the freedom granted to all foreign religions to become their equals.  The national races have lost their national supremacy through the freedom accorded to all foreign races to become their equals on their soil, with the liberty to share in their rights, their privileges, and their heritage.  The national races have lost financial, industrial and commercial supremacy on their soil through the liberty granted to all foreign elements to come and compete.  By granting official recognition to foreigners, to their racial and religious characteristics, democracy has necessarily caused the protections enjoyed by national races to disappear, for them alone, on their own territory.  This democracy – and in this alone is found its character of oneness and permanency – has everywhere had the identical result of emancipating and raising up the Jew, who was in a state of civil inferiority, and of causing the national races to lose their birthrights.

Corruption, principe
d’autorité

Corruption, principle
of authority

Cette démocratie libérale a substitué à l’autorité réelle, personnelle et responsable des gouvernants, l’irresponsabilité des masses aveugles.  En effet, dans la démocratie, la seule autorité est celle de la majorité du nombre, exprimée par le mode électoral.  Cette majorité est une masse incohérente, anonyme, impersonnelle, ignorante et, à cause de ses vices mêmes, elle est plus tyrannique et plus despotique que n’importe quelle autre.  Comme cette majorité est presque toujours le fruit de la corruption électorale, comme la masse est corruptible, comme l’élu responsable seulement à un groupe anonyme est placé dans des conditions qui le rendent plus corruptible encore, il s’ensuit que la démocratie ne vit que de corruption.  Les conditions mêmes du mode électoral démocratique forment un inexpurgeable foyer de corruption.

This liberal democracy has substituted for the real, personal and accountable authority of governments, the irresponsibility of the blind masses.  In effect, in democracy, the only authority is that of the numerical majority, expressed through the electoral regime.  This majority is an incoherent, anonymous, impersonal and ignorant mass, and because of its own vices, it is more tyrannical and more despotic than any other.  Since this majority is almost always the product of electoral corruption, for the masses are corruptible; since the elected official, accountable only to an anonymous group, is placed in conditions which make him even more corruptible, it follows that democracy can only live on corruption.  The very conditions of the democratic electoral regime form an inexpurgatable hotbed of corruption.

Déséquilibre général
et complet

General and Total
disequilibrium

Cette démocratie libérale, au lieu de guérir les maux dont les peuples souffraient, n’a fait que les aviver.  Les classes riches sont devenues plus riches, et les classes pauvres sont devenues plus pauvres, à cause de la corruptibilité législative démocratique.  Les classes rurales ont été violemment déracinées de leurs domaines, les classes ouvrières ont été plus durement enchaînées.  A cause de son caractère, la démocratie n’a su former que des politiciens professionnels, au lieu de former des hommes d’Etat.  Comme elle est elle-même un déséquilibre, la démocratie a complètement déséquilibré les parties constituantes de la nation, lançant les classes contre les classes,

This liberal democracy, instead of healing the ills suffered by the people, has only intensified them.  The rich classes have become more rich, the poor classes have become more poor, because of corruptible legislative democracy.  The rural classes have been violently uprooted from their fields, the working classes have been more firmly enchained.  Because of its character, democracy has only been able to produce professional politicians, rather than training statesmen.  As it is itself an imbalance, democracy has completely unbalanced the constituent parts of the nation, hurling class against class,

[39]
[39]

Fascisme ou Socialisme ?

Fascism or Socialism?

antagonisant les forces différentes, avilissant la justice, ne faisant des lois et des dépenses profitables que pour les puissants du matérialisme.

antagonizing the various powers, degrading justice, making only those laws and expenditures profitable to the powers of materialism.

Une révolte plus accentuée

A more emphatic revolt

Le socialisme, sous un aspect différent, continue le même état de choses.  C’est une révolte plus accentuée, plus violente que la révolte démocratique.  Au lieu de rétablir l’harmonie entre les classes désaxées, le socialisme veut l’abolition de toutes celles qui ne font pas son affaire.  Parce que la religion est une soupape contre les abus, une protection pour toutes les classes, le socialisme veut l’abolition de la religion.  Parce que le nationalisme est une protection pour les nationaux du pays contre l’invasion économique et sociale des étrangers, le socialisme veut l’abolition définitive du nationalisme, et son remplacement par un internationalisme opposé à tout intérêt national.  Parce que le capitalisme a fait souffrir les masses pauvres, le socialisme vent l’abolition du capital.  Parce que le libéralisme a encouragé de graves abus dans l’exercice du droit de propriété, le socialisme veut l’abolition de ce droit.  Parce que la cellule familiale est la plus sûre protection pour les individus et pour les classes, même celles que le socialisme veut voir disparaître, le socialisme vise à la diminution, à la dissolution puis à la disparition de la famille, dont le libéralisme a déjà anéanti de nombreux droits.  Parce que l’inégalité naturelle est la cause même de la multiplicité des classes, le socialisme, qui ne veut qu’une seule classe “standardisée”, proclame l’égalité de tous, non seulement dans leur importance sociale, mais aussi dans le partage des biens (ou plutôt leur privation) et des responsabilités.  Le socialisme ne veut qu’une seule classe :  une classe d’esclaves sans âmes exploités par quelques tyrans prolétariens ; c’est pourquoi il doit éliminer à tout prix, par le massacre ou autrement, tous ceux qui ne sont pas aptes au nivellement.  On conçoit que l’aboutissement final de pareilles doctrines soit le bolchevisme, tel qu’il existe aujourd’hui en Russie soviétique.  Et, comme des gens de formation chrétienne ne peuvent pas être les animateurs de pareilles erreurs politiques, sociales et religieuses, on comprend que, partout, ce soient des Juifs qui dominent le socialisme et le bolchevisme, comme ils dominent les hautes sphères du libéralisme mondial.

Socialism, under a different aspect, continues the same state of things.  It is a more emphatic, more violent revolt than the democratic revolt.  Instead of reestablishing harmony among the dislocated classes, socialism wants to abolish all those it doesn’t want to deal with.  Since religion is a valve against abuse, a protection for all the classes, socialism wants to abolish religion.  Since nationalism is a protection for the nationals of a country, against economic and social invasion by foreigners, socialism wants to permanently abolish nationalism, to be replaced by internationalism opposed to all national interests.  Since capitalism has caused the poor masses to suffer, socialism wants to abolish capital.  Since liberalism has encouraged grave abuses in the exercise of property rights, socialism want to abolish these rights.  Since the family unit is the surest protection for individuals and for classes, even those that socialism wants to see disappear, socialism aims to deplete, dissolve and eliminate the family, numerous of whose rights have already been annihilated by liberalism.  Since natural inequality is the very cause of the multiplicity of classes, socialism, which only wants one “standardized” class, proclaims the equality of all, not only in their social importance, but also in their sharing of goods (or rather their privation) and responsibilities.  Socialism wants only one class:  a class of slaves without souls exploited by a few proletarian tyrants; this is why it must at all costs, by massacre or otherwise, eliminate all those who are not apt to be leveled down.  It is understandable that the final outcome of such doctrines is Bolshevism, as it exists today in Soviet Russia.  And, since people trained as Christians cannot be the animators of such political, social and religious errors, we understand that everywhere, it is Jews who dominate socialism and Bolshevism, as they dominate the upper spheres of world liberalism.

On se demande, parfois, comment il se fait que, mêmes socialistes, des Russes de Russie se laissent conduire par des Juifs ; que des Espagnols d’Espagne, des Français de France, de Mexicains du Mexique, abandonnent leur sort entre des mains juives.  Quand on examine le travail préliminaire ac-

We sometimes ask ourselves, how does it happen that, although socialists, the Russians of Russia allow themselves to be led by Jews; that the Spaniards of Spain, the French of France, and the Mexicans of Mexico, abandon themselves into Jewish hands.  When we examine the preliminary work ac-

[40]
[40]

Fascisme ou Socialisme ?

Fascism or Socialism?

compli par la démocratie libérale, on comprend plus clairement cet état de soumission des races nationales et chrétiennes aux chefs internationalistes et anti-chrétiens.

complished through liberal democracy, we understand more clearly this state of submission of the national and Christian races to internationalist and anti-Christian leaders.

La séduction des
paradoxes et
des cris habiles

Seduction of
the paradoxes and
guileful cries

Le Juif, en tant que Juif, n’a aucun droit dans aucun pays ; en tant que judaïsant, il n’a aucun droit au sein du christianisme.  Pour franchir ces barrières autrefois insurmontables, le Juif a dû, par sa démocratie libérale, lancer des cris habiles, des paradoxes séduisants, des négations apparemment inoffensives que tous les partis démocratiques ont exploités contre les intérêts mêmes de tous les pays.  Ces cris habiles furent ceux de “Pas de distinction de race et de religion”.  “Tolérance !”, “Conciliation !”.  Ne nous distinguons plus comme nationaux du pays et adeptes de la religion nationale ; ne nous affirmons plus comme Canadiens et chrétiens.  Ayons la “tolérance” d’entretenir les mêmes sentiments à l’égard de ceux qui ne sont ni Canadiens ni chrétiens, afin de ne pas voir le danger qu’ils peuvent comporter ; cherchons à nous les concilier, cédons à une poignée d’étrangers, pour la bonne entente !  Descendons du trône de nos droits religieux et nationaux, puisque l’étranger n’y peut monter à nos côtés !  Soyons tous en bas, mêlés les uns aux autres !  Car, si nous restons en-haut, forts de nos droits d’aînesse et de notre héritage, comment l’ennemi qui nous envahit pourrait-il nous subjuguer ?  Il faut être avec lui, à son niveau, pour qu’il nous combatte et nous réduise.  Voilà ce que nous a enseigné et demandé la démocratie libérale depuis un siècle ; et nous avons été assez etupides pour écouter cet enseignement, pour nous y soumettre !  On le comprend mieux quand on sait que cette terrible doctrine, qui a livré notre or, notre commerce, nos droits aux Juifs, a été prêchée par les deux grands partis qui avaient charge de nous défendre, mais qui n’ont jamais négligé une occasion de nous trahir chaque fois qu’il s’agissait des étrangers.  Ces partis de liberté nous ont fait déchoir et nous ont enchaînés, au lieu de nous donner la liberté.  Ils ne l’ont donnée qu’aux étrangers, aux non-Canadiens et aux non-chrétiens, qui auparavant n’avaient pas de droits en ce pays.  Et nous avons été subjugués à un tel point, en Canada, par nos politiciens professionnels, nos faux grands hommes, que nous n’avons plus le droit de lever les yeux sur les anti-nationaux et les antichrétiens, ni le droit de nous plaindre de leurs déprédations, au nom de la tolérance, au nom de la “non-distinction de race et de religion”.  L’accueil fait aux deux motions Auger à l’hôtel de ville, les deux tentatives de faire voter le Bill Bercovitch, l’insulte prodiguée par un député juif à notre archevêque lorsqu’il émit son opinion sur le défunt Bill David, les remarques et les suggestions du juge Desaulniers lors de la demande

The Jew, as a Jew, has no rights in any country; as a judaizer, he has no rights in Christendom.  To clear these formerly insurmountable barriers, the Jew, through his liberal democracy, has had to hurl guileful cries, seductive paradoxes, seemingly inoffensive negations that all the democratic parties have exploited against the very interests of all countries.  These cunning cries were:  “No distinction of race and religion”, “Tolerance!”, “Accommodation!”.  We no longer see ourselves as nationals of the country, practitioners of our national religion; we no longer affirm ourselves as Canadians and Christians.  Let us have the “tolerance” to harbor the same sentiments towards those who are neither Canadians nor Christians, so as not to see the danger they may present; let us seek conciliation, let us yield to a handful of foreigners for good relations!  Let us step down from the throne of our religious and national rights, because the foreigner cannot step up to sit at our side!  Let us all be below, all mixed together!  Because if we remain above, strengthened by our rights of seniority and our heritage, how can the enemy that is invading us subjugate us?  We must be with him, at his level, for him to fight us and reduce us.  That is what liberal democracy has taught and demanded of us for a century; and we have been stupid enough to listen to this teaching, and to submit to it!  We understand It better when we know that this terrible doctrine, which has delivered our gold, our trade, our rights to the Jews, was preached by the two great parties responsible for defending us, but which have never neglected an opportunity to betray us to foreigners.  These parties of liberty have thrown us down and chained us, instead of giving us liberty.  They have only given it to foreigners, to non-Canadians and to non-Christians, who previously had no rights in this country.  And we have been subjugated to such a point, in Canada, by our professional politicians, our counterfeit great men, that we no longer have the right to lay eyes on the anti-nationals and the anti-Christians, nor the right, in the name of tolerance, in the name of “no distinction of race and religion”, to complain of their depredations.  The reception given to the two Auger motions at city hall, the two attempts to vote the Bercovitch bill, the insult lavished upon our Archbishop by a Jewish member of the legislature when he issued his opinion on the defunct Bill David, the remarks and suggestions of Judge Desaulniers during the motion

[41]
[41]

Fascisme ou Socialisme ?

Fascism or Socialism?

d’injonction contre le “Miroir” et le “Goglu”, les commentaires du premier ministre Taschereau à la suite de ces suggestions, la déclaration traîtresse de Camillien Houde sur les “droits” de la “minorité” juive, voilà autant d’avis, depuis trois ans, de ne pas faire en ce pays de distinctions de races et de religions, et d’avoir à renoncer à nos caractéristiques nationales et religieuses.

for an injunction against the “Miroir” and the “Goglu”, the remarks of premier Taschereau after these suggestions, the traitorous statement of Camillien Houde on the “rights” of the Jewish “minority”, are so many notices, over three years, to make no distinction of race and religion in this country, and to be obliged to renounce our national and religious characteristics.

Le Juif, toujours seul à en
profiter

The Jew, always the only one
to benefit

La meilleure preuve que ces cris d’abdication ont été inventés seulement par les Juifs et pour les Juifs c’est que les autres races ne les font pas entendre, c’est que nos lois font des distinctions contre les Chinoises, contre les Hindous (pourtant sujets britanniques) ; c’est que les lois américaines font des distinctions contre les Asiatiques, entre autres les Japonais si civilisés, mais nulle part on n’en fait contre les Juifs qui sont les plus dangereux, les plus corrupteurs et les plus nuisibles de tous les Asiatiques.

The best proof that these cries of abdication were invented solely by the Jews and for the Jews is that the other races never listen to them, is that our laws make distinctions against the Chinese, against the Hindus (who however are British subjects); is that American laws make distinctions against Asiatics, among others the civilized Japanese, but nowhere are distinctions made against the Jews who are the most dangerous, the most corrupting and harmful of all the Asiatics.

Il est une chose qui devrait facilement ouvrir les yeux des sceptiques.  C’est que partout où il y a des régimes socialistes, ce sont des Juifs qui ont le pouvoir et le contrôle.  Ce n’est pas un effet du hasard.  Et, quand un régime socialiste tombe du pouvoir, c’est en même temps la chute de la puissance juive.  Durant les douze années que dura le régime socialiste-travailliste, en Angleterre, les Juifs avaient le contrôle du cabinet anglais.  Depuis que le socialisme y a été renversé, il n’y a plus un seul Juif dans le cabinet anglais pour connaître les secrets du gouvernement britannique.  Lorsque, par tactique, des Juifs pur-sang ne figurent pas à la tête d’un groupe socialiste, les chefs sont alors des demi-juifs ou des irreligieux anti-nationaux et internationalistes qui ne jurent que par les auteurs juifs, que par leurs maîtres juifs, et qui défendent la juiverie avec plus d’ardeur que les Israélites eux-mêmes.  La permanence de cet état de choses défend de croire que ce sont là de simples coïncidences.

There is one thing that should easily open the eyes of skeptics.  That is that wherever there are socialist regimes, it is the Jews who have the power and control.  This is not by chance.  And, when a socialist regime falls from power, it is at the same time the fall of Jewish power.  For the dozen years that the socialist-labor regime lasted in England, the Jews controlled the English cabinet.  Since socialism was overthrown there, there has not been a single Jew in the English cabinet to know the secrets of the British government. When, by way of tactics, pure-blooded Jews do not appear at the head of a socialist group, the leaders are always half-Jews or irreligious anti-nationals and internationalists who swear by the Jewish authors, by their Jewish masters, and who defend Jewry more fiercely than the Israelites themselves.  The permanence of this state of things precludes believing that these are simple coincidences.

Doctrine de négation

Doctrine of negation

Comme le libéralisme, le socialisme est l’adversaire du nationalisme et du christianisme, l’ennemi du droit de propriété et de l’autorité de la famille, l’ennemi de la loi naturelle en laquelle il refuse de reconnaître l’inégalité des hommes.  C’est le libéralisme plus avancé, plus prononcé, plus rapproché de ses conséquences finales.  Le libéralisme, en favorisant un capitalisme corrompu et qui dévorait tout, a fait disparaître une forte proportion de la propriété individuelle ; le socialisme

Like liberalism, socialism is the adversary of nationalism and of Christianity, the enemy of property rights and of the authority of the family, the enemy of natural law in that it refuses to recognize the inequality of men.  It is liberalism, more advanced, more pronounced, drawn nearer to its final consequences.  Liberalism, in favoring a corrupted capitalism that devours all, has caused a significant proportion of individual private property to vanish; socialism

[42]
[42]

Fascisme ou Socialisme ?

Fascism or Socialism?

veut faire disparaître toute propriété.  C’est la doctrine de gauche, la doctrine de négation, qui nie tout ce qui découle des lois naturelles, divines et religieuses.

seeks to eliminate all private property.  This is the doctrine of the left, the doctrine of negation, which denies everything that flows from natural, divine and religious laws.

Il n’y a pas de “socialisme chrétien”

There is no “Christian socialism”

Contrairement à ce que certains illusionnés prétendent, il n’y a ni ne peut y avoir de socialisme chrétien.  Ce mythe a été confondu par la plus haute autorité chrétienne, celle du Vatican, lorsque Pie X a condamné les erreurs du “Sillon”.  D’ailleurs, les grands doctrinaires du socialisme, entre autres Proudhon, Millerand, Jaurès, ont affirmé que toute prétention à un socialisme chrétien est aussi illusoire qu’idiote.  Papes, évêques, rabbins, chefs maçonniques et socialistes admetteni tous qu’il y a une incompatibilité absolue entre le socialisme et le christianisme.  Il y a une sociologie chrétienne, une doctrine sociale chrétienne, mais pas de socialisme chrétien, dam le sens que tous les auteurs donnent au socialisme.  La différence entre le socialisme et la doctrine sociale chrétienne est celle-ci :  le socialisme prône exclusivement l’individualisme et repousse toutes les règles qui s’y opposent ; la doctrine sociale chrétienne combat l’individualisme, force l’individu à appliquer la règle d’aimer son prochain comme soi-même et soutient fermement toutes les lois naturelles, divines et religieuses, parce qu’elles éliminent l’égoïsme par l’enseignement de la solidarité sociale, parce qu’elles condamnent l’individualisme par les ordonnances concernant le prochain.  Pour pouvoir prôner l’individualisme comme le font le libéralisme et le socialisme, depuis 1789, il faut partir du principe que l’âme humaine n’existe pas.  Aussi comprend-on que la doctrine sociale chrétienne ne puisse pas se concilier, en aucune façon, avec ces conceptions purement matérialistes.

Contrary to what some illusionists claim, there is not nor can there be Christian socialism.  This myth was confounded by the highest Christian authority, that of the Vatican, when Pius X condemned the errors of “Sillon”.  Moreover, the great doctrinarians of socialism, among others Proudhon, Millerand, Jaurès, have affirmed that any claim to Christian socialism is as illusory as it is idiotic.  Popes, bishops, rabbis, masonic and socialist leaders all admit that there is an absolute incompatibility between socialism and Christianity.  There is a Christian sociology, a Christian social doctrine, but not Christian socialism, in the sense that all authors give to socialism.  The difference between socialism and Christian social doctrine is this:  socialism exclusively advocates individualism and repels all rules opposed to it; Christian social doctrine fights individualism, forces the individual to apply the rule “love thy neighbor as thyself” and firmly supports all natural, divine and religious laws, because they eliminate egoism by teaching social solidarity, because these condemn individualism through the ordinances concerning the neighbor.  To be able to advocate individualism as the fount of liberalism and socialism since 1789, we must begin from the principle that the human soul does not exist.  We must also understand that Christian social doctrine cannot be reconciled, in any way, with purely materialist conceptions.

Ces considérations nous feront mieux comprendre ce qu’est le fascisme, le but qu’il se propose et la procédure qu’il suit pour y parvenir.

These considerations make us better understand what fascism is, the goal it proposes and the procedure to follow to get there.

Le Fascisme

Attaques contre la charité

Fascism

Attacks against charity

Pourquoi les chefs, de la chrétienté combattent-ils avec tant d’ardeur tout ce que 1e socialisme (héritier du libéralisme) proclame et revendique :  abolition de la famille et des droits patriarchaux, abolition du droit de propriété, internationalisme, assurances sociales, égalitarisme et nivellement des individus, isolement et antagonisme des classes, abolition du capital, séparation de l’Eglise et de l’Etat, élimination de l’au-

Why do the leaders of Christianity so fervently combat all that socialism (liberalism’s heir) proclaims and stands for:  abolition of the family and patriarchal rights, abolition of the right to property, internationalism, social insurance, egalitarianism and leveling of individuals, isolation and antagonism of classes, abolition of capital, separation of Church and State, elimination of

[43]
[43]

Fascisme ou Socialisme ?

Fascism or Socialism?

torité religieuse dans la régie de la morale publique ?  Non seulement parce que ces revendications portent atteinte à toute l’économie de droit divin et aux lois naturelles, mais encore parce qu’elles visent directement à la DESTRUCTION DE LA CHARITE, principe et base de tout christianisme.  Faisons disparaître la charité, et le christianisme n’a plus sa raison d’être.

religious authority in the regulation of public morals?  Not only because these assertions offend the whole economy of divine and natural law, but again because they aim directly at the DESTRUCTION OF CHARITY, the basic principle of Christianity.  Let Charity disappear and Christianity no longer has its purpose.

Quand un homme ne se devra plus à sa famille, à son épouse et à ses enfants ; quand il ne pourra plus rien posséder et par conséquent sera dans l’impossibilité d’aider son semblable ; quand les assurances sociales (inspirées par la franc-maçonnerie juive) auront enlevé aux hommes l’obligation individuelle de secourir les pauvres, les miséreux, les malades, les orphelins et les vieillards ; quand l’internationalisme aura fait disparaître toute discipline nationale et toute obligation de dévouement envers ïa grande famille qu’est la patrie ou la race ; quand la haine aveugle des autres classes sera suffisamment inculquée chez les individus pour ne leur permettre aucun bon mouvement envers les membres de ces classes ; quand l’égalité naturelle sera suffisamment admise pour croire qu’il n’y a plus ni supérieurs ni inférieurs auxquels l’homme doit quelque chose ; quand l’autorité religieuse, la seule qui régit la conscience individuelle, ne sera plus là pour garder la conscience vivante et éveillée, eh ! bien, je vous le demande, quelle nécessité, quel besoin y aura-t-il de parler devantage de charité ?  Ce serait alors, si les races chrétiennes refusaient de réagir, le judaïsme talmudique universel que les rabbins nous prédisent tous les jours, puisque le Talmud ne reconnaît que le circoncis judaïsant comme “prochain” du Juif conquérant et, pour obtenir un sort raisonnable du Juif vainqueur, il faudra être devenu son prochain, c’est-à-dire Talmudiste, adepte comme lui de la religion de “son père, qui est Satan”.

When a man no longer owes anything to his family, to his wife and children; when he can no longer own anything and in consequence cannot come to the aid of his neighbor; when social insurance (inspired by Jewish Free-Masonry) has removed from men the individual duty to aid the poor, the miserable, the sick, orphans and the elderly; when internationalism has made all national discipline and all duty of devotion to the larger family which is the fatherland or the race disappear; when the indiscriminate hatred of other classes is sufficiently instilled in individuals to prohibit their good relations with members of these classes; when natural equality is sufficiently admitted so as to believe there is neither superior nor inferior to whom a man owes something; when religious authority, which alone rules the individual conscience, is no longer there to keep conscience alive and awake, oh! well, I ask you, what necessity, what need will there be to speak of Charity?  It would then be, if the Christian races refused to react, universal Talmudic Judaism as the rabbis predict to us every day, since the Talmud recognizes only the circumcised Jew as the “neighbor” of the conquering Jew, and, to obtain a reasonable outcome from the conqueror Jew, one must be his neighbor, meaning a Talmudist, adept, like him, in the religion of “his father, who is Satan”.

La cause véritable de
la montée fasciste

The real cause of
the fascist rise

Le Fascisme, devant le péril imminent, se lève en im­placable ennemi du socialisme et de toutes ses conséquences.  Cependant, il ne faut pas croire que c’est le péril du socialisme qui a causé et occasionné le fascisme.  Il ne faut pas croire, non plus, que c’est l’exaspération de la guerre, comme on l’a dit pour l’Allemagne, qui a provoqué le fascisme, car l’Italie, qui était au nombre des pays vainqueurs, embrassa le fascisme dès le lendemain de la guerre.  Comme le socialisme, le fascisme est né du désastre de la démocratie libérale, de son incapacité de régler les problèmes nationaux et sociaux, du mécontente­ment des foules dont la démocratie a délibérément méconnu les traditions et faussé les aspirations.  Comme le socialisme, le fascisme est une révolte ; mais, alors que le socialisme est

Fascism, in the face of imminent peril, rises the implacable enemy of socialism and of all its consequences.  But, don’t believe the peril of socialism has caused and occasioned fascism.  Don’t believe, either, that it was provoked by the war, as was said for Germany, because Italy, among the victorious countries, embraced fascism the day after the war.  Like socialism, fascism was born of the disaster of liberal democracy, its inability to solve national and social problems, of the discontent of the masses whose traditions democracy deliberately ignored and whose aspirations it falsified.  Like socialism, fascism is a revolt; but, while socialism is

[44]
[44]

Fascisme ou Socialisme ?

Fascism or Socialism?

une révolte contre ce qui peut rester d’ordre moral et spirituel, contre les lois naturelles et divines qui n’ont pas encore été répudiées, le fascisme est une révolte contre le désordre social et économique répandu par le libéralisme.  Comme le socialisme, le fascisme exige une autorité ferme et stable, avec cette différence qu’il la veut représentative de toutes les classes au lieu d’une seule, qu’il la veut réelle, personnelle et responsable.  Si le socialisme, doctrine de gauche, est essentiellement négatif, le fascisme, doctrine de droite, est essentiellement positif.  Si le socialisme est destructif et veut faire disparaître les derniers vestiges de la spiritualité, avant de construire son athéisme et son matérialisme, le fascisme comporte aussi un travail de destruction, destruction de tout le désordre accumulé par la démocratie moribonde, avant de construire son régime spiritualiste, qui doit imposer le respect de la charité dans toutes les manifestations sociales de l’individu.

a revolt against what may still remain of the moral and spiritual order, against natural and divine laws that have not yet been repudiated, fascism is a revolt against the social and economic disorder spread by liberalism.  Like socialism, fascism demands firm and stable authority, with the difference that it wants it representative of all classes instead of just one; it wants it real, personal and responsible.  If socialism, the doctrine of the left, is essentially negative, fascism, the doctrine of the right, is essentially positive.  If socialism is destructive and wants to make the last vestiges of spirituality disappear before building its atheism and its materialism, fascism also involves a work of destruction, destruction of all the disorder accumulated by the moribund democracy before building its spiritualist regime, which must impose respect for charity in every social manifestation of the individual.

Idée ni italienne
ni allemande

Idea not Italian
nor German

Fascisme vient du mot italien fascio, faisceau.  A l’origine du fascisme italien, la nouvelle formule était symbolisée par l’ancien faisceau romain, dans lequel on interprétait la hache comme le pouvoir souverain de l’Etat, et les faisceaux liés autour d’elle comme les différentes parties composantes de la nation :  tous ces éléments étant solidaires, responsables et en étroite coopération avec l’autorité suprême de l’Etat.  Le fascisme n’est pas plus une idée italienne ou allemande ou autrichienne ou roumaine que le socialisme n’est une idée française, russe, espagnole ou tchécoslovaque.  Tous deux sont des idées mondiales, des théories politiques adaptables en n’importe quel pays.  Le socialisme est une formule politique, sociale et économique qui rejette tout nationalisme et tout christianisme ; le fascisme est une formule politique, sociale et économique qui s’appuie sur les deux bases du nationalisme et du christianisme.  Le fascisme porte un nom d’origine italienne et, faute d’autre appellation, c’est le nom générique qui semble devoir lui rester, malgré les dénominations particulières qu’il porte suivant les pays.  Quelles que soient les différences secondaires qu’il ait dans ses diverses manifestations, le fascisme est fondamentalement le même partout, comme l’est d’ailleurs le socialisme, avec ses multiples variantes suivant le pays ou la race qui l’adopte.  Quelles sont les doctrines et les applications pratiques du fascisme dans les différentes champs de l’activité humaine ?  C’est la partie la plus intéressante de l’étude que nous faisons ensemble ce soir.

Fascism comes from the Italian word fascio, bundle.  At the origin of Italian fascism, the new formula was symbolized by the ancient Roman bundle, in which the ax was interpreted as the sovereign power of the State, and the rods linked around it as the different parts of the nation:  all these elements being in solidarity, responsible and in close cooperation with the supreme authority of the State.  Fascism is no more an Italian or German or Austrian or Romanian idea than socialism is a French, Russian, Spanish or Czechoslovakian idea.  Both are global ideas, political theories adaptable in any country.  Socialism is a political, social and economic formula that rejects all nationalism and all Christianity.  Fascism is a political, social and economic formula based on the two foundations of nationalism and Christianity.  Fascism has a name Italian in origin and, for lack of any other name, it is the generic name which seems to have stuck, in spite of the particular designations that it carries according to country.  Whatever may be the minor differences in its various manifestations, fascism is fundamentally the same everywhere, as is socialism, with its many variations depending on the country or race that adopts it.  What are the doctrines and practical applications of fascism in the different fields of human activity?  This is the most interesting part of the study we are conducting together tonight.

[45]
[45]

I know you’re on the edge of your seat.
Sign up!  Subscribe!
Je sais que tu es au bord de ton siège.
S’inscrire!  Souscrire!


Fascism or Socialism?  Second Instalment of a Talk by Adrien Arcand at Montreal in 1933, published by “Le Patriote

ADRIEN ARCAND (circa 1933)

ADRIEN ARCAND (circa 1933)

 
The Middle Ages were, in the West, the peak of Christian civilization.  The authority of divine right, recognized and accepted by the peoples, was stable and effective; class struggles were unknown; the workers, organized in corporations and guilds, enjoyed justice and happiness that we no longer know; national life was mainly rural, more in accordance with the true instincts of man and with natural laws.

— From Adrien Arcand’s Fascism or Socialism? (1933)

 

Foreword

Let me pick up where I left off on December 11th, 2018.  I gave you:  “Preview:  Introduction of Joseph Ménard to a Talk by Adrien Arcand on ‘Fascism or Socialism?” delivered at Montreal in 1933 and published by “Le Patriote”.

Today, I am giving you twelve more pages from “Fascism or Socialism” (pages 23-35), and all are from Arcand’s talk.  Pagination matches the French original, with this segment starting at page 23.

The talk ends at page 63 (with just one paragraph).  You already have the appendix, “La Croix Gammée, ce qu’elle représente”, (three pages from 65 to 67), delivered online December 22nd, 2018 as “New free eBook:  The Swastika, What it Represents, Adrien Arcand (1933)”.

The first 12 pages of Arcand’s talk being done, The Swastika being done, and Menard’s Introduction being done, that leaves a little under 30 pages of work still ahead of me to finish “Fascism or Socialism?”.

I put up a couple of new Arcand Quotation cards today, while translating these twelve pages.

The two quotes focus on the purpose of a devout Roman Catholic fascist (a young lay preacher with disciples) at the time he created his Catholic Corporatist movement and launched his National Social Christian Party.

In “Fascism or Socialism?”, Arcand asserts:

“The Middle Ages were, in the West, the peak of Christian civilization.  The authority of divine right, recognized and accepted by the peoples, was stable and effective; class struggles were unknown; the workers, organized in corporations and guilds, enjoyed justice and happiness that we no longer know; … The Middle Ages were the era of great philosophy and the purest humanism; they culminated in apotheosis with the classical era, which experienced the finest century of sculpture, painting, music, literature, all of which were addressed to the highest faculties of the mind.”

Arcand believed the “peak” of western civilization had been achieved in the Middle Ages; and that Jews, emancipated out of the ghettos, had been its downfall.

In Down With Hate! (1965) (page 121), Arcand quotes Father Joseph Léman, a pious Talmudic Jew who converted and became a Catholic priest:

“The emancipation of the Jews and their entry into society, with both feet, marked the beginning of the decay of the Christian States and the march of Israel toward world domination”.

In “Fascism or Socialism?”, Arcand explains:

“It was because the Jews were contained in their ghettos and put out of harm’s way during the Middle Ages, that this epoc was so brilliant, so polished, socially so peaceful, so positively Christian”.

And:

“Since liberalism threw down the walls of the ghetto” said Arcand, “and put the anti-Christians of Israel on the same footing as the Christians, in Christian countries, we note the rapid decline of spirituality, and at the same time the rapid rise of materialism.”

In essence, Arcand is showing us the cause of the West’s decline:  the fact that matter and anti-matter (Christianity and anti-Christianity) were combined.  One had to destroy the other.  Arcand’s beloved Christianity was being destroyed, and he notes the French Revolution as the high water mark.

But Arcand is not trying to re-establish the ghetto.  He is attempting to invent a new system that in and of itself naturally prevents exploitation by anyone, including by the “anti-Christian” Jews.

Thus, in 1933, inspired by the Popes, by the social doctrine of the Church, and by Christian civilization in the Middle Ages with its trade guilds and corporations, Adrien Arcand wanted to restore the greatness of the Christian West.

Seeking the best interests of the workers and of all the social classes, Arcand sought a revival of the Medieval “justice and happiness that we no longer know”.

At the same time, his new political system, under a new form of unitary authority (reminiscent no doubt of the centralized authority of “divine right”; {and see my notes about Aquinas and no “assistant Pope}) would prevent the anti-Christians and their Communism from harming the body politic reconstituted in Catholic Corporatism.

Arcand necessarily is also trying to resolve the religious war that has prevailed for 2,000 years by implementing a western Christian political system the Jews can’t overthrow.

“I am against harming any man.  I believe in faith, hope and charity”, said Arcand as reported by Kenneth G. Wright in ‘Jews Trying to Soften Us For Russian Drive’ —Arcand (Montreal Gazette, 25 February 1947)

“I am against no race in the world.  I am against the Jews not as Jews but because of what they are trying to do.  Anti-semitism, you must remember, is not an offensive status, it is a defensive one” he says in “Solution to Palestine problem:  ‘Send Jews to Madagascar’, Says Fascist Adrien Arcand” (24 February 1947)

But, in “Fascism or Socialism?” in 1933, despite the hyperbole he will flirt with in 1947 after five years’ internment without trial, at the pleasure of the Jews, Arcand makes clear that his political aim is to place the Jews in such a state or condition that they cannot cause harm:

“The antisemites have no personal grudges against the Jews, taken on their own.  What they want to destroy is the liberal philosophy of the Jews, because this philosophy is the antithesis and enemy of Christian philosophy, and the secret international organization of the Jews is the political system of this destructive philosophy.  And as the Jews, in spite of all the best qualities that the best among them may have, are the propagandists of this philosophy and the instruments of this system, they must, in Christian countries, be placed in such a state that they cannot consciously or unconsciously pursue their work of Satanism.”

Arcand’s Corporatism would be that state or condition.

In ‘Stronger Than Ever Here’ is Arcand’s Fascist Boast, Montreal Gazette (22 February 1947), Wright also reports:

Today, he (Arcand) believes newspapermen should be a group in the corporate state, electing one or more of their fellows to a parliament at Ottawa, setting, with the publishers (who should be another corporate group) their wages and the prices at which newspapers and advertising should be sold.

The doctors, the lawyers and similar professional men have corporate groups in this province — why not everybody?” he asks.

The purpose of Arcand’s National Social Christian Party, and then of his National Unity Party of Canada, was to establish a great new era that would save the West and Christianity.

I leave it to readers, researchers and students to develop these observations.  And now, here is Arcand.
 


FASCISM OR SOCIALISM?

Preview of a Talk by Adrien Arcand

GIVEN AT MONTREAL IN 1933

For the first time in English


Conference

Adrien Arcand

Fascisme ou Socialisme ?

Fascism or Socialism?

Conférence

ADRIEN ARCAND

Conference

ADRIEN ARCAND

 
Mesdames, Messieurs,

 
Ladies, Gentlemen,

 
La cause dont je me suis fait, avec mes amis, le propagateur, me rend agréable le devoir de vous remercier pour l’empressement avec lequel vous avez répondu à notre invitation.  Je sais qu’il y en a, parmi vous, qui ont non seulement souscrit leur obole à l’organisation de cette soirée, mais qui se sont déplacés de régions éloignées pour être avec nous ce soir.  C’est pour moi, en même temps qu’un motif de gratitude, une consolante attestation que la cause qui nous intéresse est bien vivante et suscite dans toute la province une attention significative.  Cette cause, vous savez dans quelles circonstances nous l’avons entreprise, il y a plus de quatre ans ; comment elle s’est inaltérablement poursuivie ; comment, avec les circonstances, nous avons dû en changer la forme, sans jamais en rien modifier de l’esprit et des principes ; comment elle est encore aujourd’hui ce qu’elle était hier, avec cette différence qu’elle est plus avancée, parce que le travail préliminaire a fait son oeuvre, qu’elle est mieux comprise parce que les esprits sont enfin en éveil, qu’elle est plus claire et plus compréhensible parce que la marche des événements a en tous points donné raison à tout ce que nous avions annoncé plusieurs années à l’avance.  Ce qui nous a permis, dans le passé, de distinguer nettement le cours des événements en préparation, nous permettra encore, croyons-nous, de discerner pareillement dans l’avenir, afin que la cause que nous avons embrassée, plus grande que les personnes et plus forte que les chefs, atteigne à sa réalisation malgré tous les obstacles qui continueront, avec plus de furie, de lui être suscités.

 
The cause I have adopted, together with my friends, the disseminators, makes it my pleasant duty to thank you for the willingness with which you have responded to our invitation.  I know that there are some among you who have not only contributed an offering to support organizing this evening’s event, but who have traveled from remote areas to be with us tonight.  At the same time as being a reason for gratitude, it is also, for me, comforting evidence that our cause is very much alive and is attracting significant attention throughout the province.  You know the circumstances in which we undertook this cause more than four years ago; how it has continued, undaunted; how, in keeping with the circumstances, we had to change its form, never in any way altering its spirit and principles; how today it still is what it was yesterday, with the difference that it is more advanced because the preliminary effort has done its work, so it is better understood because minds are finally awake; it is clearer and more understandable because the course of events has in every way proven all we had foretold several years in advance.  What allowed us in the past to clearly distinguish the course of events will allow us again, we believe, to foresee the future in like manner so that the cause we have embraced, greater than individuals and stronger than the leaders, will be achieved in spite of all the ever more vehement obstacles mounted against it.

Vous me permettrez de redire publiquement l’estime que j’entretiens à l’endroit de celui qui m’a précédé sur cette tribune, mon grand ami Joseph Menard.  Si jamais un homme fut à la peine, matériellement et moralement, pour une cause, c’est lui.  Je ne connais pas d’abnégation, de renoncement et de sacrifices plus grands que les siens dans le travail que nous avons poursuivi, ni de vaillance et de force de caractère mieux trempées.  Dans la cause qui nous est chère, il est grand par

You will allow me to publicly state again the esteem in which I hold him who preceded me on this platform, my great friend Joseph Ménard.  If ever a man extended himself, materially and morally, for a cause, it is he.  I know of no self-abnegation, renunciation and sacrifice greater than his in the work we have pursued, nor valor nor better tempered strength of character.  In the cause that is dear to us, he is great

[23]
[23]

Fascisme ou Socialisme ?

Fascism or Socialism?

sa foi et grand par ses oeuvres.  Je ne crois pas que le même idéal puisse produire un plus précieux et plus loyal soldat.

in faith, and great in works.  I doubt the same ideal could produce a more valuable or loyal soldier.

Je regrette d’avoir à corriger une impression que certains se sont faite sur le but de notre soirée.  Il n’est pas de présenter un programme de politique appliquée, car ce serait devancer la maturité du temps, anticiper sur des événements pour lesquels l’heure n’a pas encore sonné, à l’horloge du destin.  Nous voulons simplement, ce soir, exposer les bases fondamentales et les doctrines d’un système politique qui commande l’attention mondiale :  le Fascisme.  Avant que ne s’élaborent des programmes politiques fascistes, il est bon de définir et comprendre exactement ce qu’est ce système, d’où il vient et où il va, afin de pouvoir plus tard discerner quels sont les vrais des faux programmes fascistes, les bons des mauvais, les sérieux des puérils.  Cette étude, on le comprend, doit être nécessairement abstraite et, à cause de l’ampleur du sujet, très condensée.  Vous en tiendrez compte, je l’espère, pour m’accorder votre indulgence.

I regret having to correct an impression that some people have had about the purpose of our evening.  It is not to present a program of applied politics; it would be premature to anticipate events for which the hour has not yet come on the clock of destiny.  We simply want, tonight, to lay out the fundamental bases and doctrines of a political system that commands world attention:  Fascism.  Before fascist political programs are developed, it is good to define and to understand exactly what this system is, where it comes from and where it is going, to be able later to distinguish between true and false fascist programs, between the good and the bad, and the seriousness of the insubstantial.  This study, understandably, must be necessarily abstract and, because of the size of the subject, very condensed.  You will take this into account, I hope, in granting me your indulgence.

Fin d’une civilisation

The end of a civilization

Nous assistons en ce moment à l’effondrement d’une civilisation qui a dominé le monde depuis la Révolution Française.  Cette civilisation est celle de la démocratie libérale.  Elle sombre dans un chaos indescriptible, dans un tumulte de souffrances, de misères, de perturbations sociales, de bouleversements politiques, de maux économiques, de divisions internationales et de dissensions religieuses comme jamais l’humanité n’en a été témoin.  Sur les ruines de cette démocratie libérale, dont la structure vermoulue cède graduellement dans tous les pays, commence de surgir, dans un gigantesque enfantement douloureux et lent, la naissance d’un monde nouveau.  Et, comme le monde moderne qui agonise, le monde nouveau ne pourra revêtir que deux aspects, mais plus précisés et plus avancés :  celui de gauche et celui de droite, jusqu’au jour où, dans un colossal combat mondial, l’un des aspects essaiera d’absorber et annihiler l’autre.  Ce sera alors la dernière bataille, avant-coureuse de la fin des temps.  Acteurs obligatoires dans le drame solennel et émouvant que nous réserve notre époque, nous n’avons pas le droit de nous contenter du rôle de témoins et de chercher dans l’inaction un refuge pour notre indifférence, notre tiédeur ou notre frayeur.  Si peu que nous ayons de convictions, il va falloir les défendre, car l’ennemi qui les attaque est sans repos et sans pardon.  Et le danger devant lequel nous sommes lancés pour un combat décisif, avec toutes les autres races chrétiennes, est d’un caractère et d’une gravité tels qu’il nous va falloir combattre non seulement pour triompher, mais pour que l’ennemi soit définitivement mis hors

We are witnessing the collapse of a civilization that has dominated the world since the French Revolution.  The civilization of liberal democracy.  It is sinking into indescribable chaos, into a tumult of suffering, misery, social disruption, political upheaval, economic evils, international divisions and religious dissensions as never before witnessed by humanity.  On the ruins of this liberal democracy, whose worm-eaten structure is gradually subsiding in all countries, the birth of a new world is beginning to emerge in a gigantic, slow and painful delivery.  And, like the dying modern world, the new world can only have two aspects, but clearer and more advanced:  the left and the right; until the day when, in a colossal world combat, one of these aspects will try to absorb and annihilate the other.  That will be the final battle, the forerunner of the end times.  As obligatory actors in the solemn and moving drama of our time, we have no right to be satisfied with the role of observers, and to seek through inaction a refuge for our indifference, our timidness or our fright.  However few our firm beliefs, we will have to defend them, for the enemy attacking them is tireless and merciless.  And the danger facing us on the road to this decisive battle, together with all the other Christian races, is of such a character and gravity that we will have to fight not only to triumph, but to render the enemy permanently

[24]
[24]

Fascisme ou Socialisme ?

Fascism or Socialism?

d’état de nuire dans l’avenir, et pour que nous puissions cheminer sans contrainte vers la fin ultime qui nous est dévolue, comme collectivité et comme individus.

harmless in future, so that we can move forward without constraint toward the ultimate end devolved upon us, as a collective and as individuals.

La véritable crise

The real crisis

La crise économique qui atteint si cruellement le monde entier n’est que l’aspect extérieur et superficielle de la crise plus profonde qui secoue le monde et menace les fondements mêmes de la civilisation chrétienne.  A un moment donné, nous nous sommes engagés dans la voie, séduisante mais fausse, du matérialisme, parce qu’elle brisait l’armature spirituelle de notre société occidentale, et cette voie nous a conduits au désastre.

The economic crisis that so cruelly affects the whole world is only the external and superficial aspect of the deeper crisis that is rocking the world and threatening the very foundations of Christian civilization.  At a given moment, the seductive but false path of materialism was embarked upon.  This route shattered the spiritual framework of our Western society, and has led us to disaster.

Un simple coup d’oeil sur les quatre derniers siècles nous permet de comprendre l’effroyable revirement qui s’est opéré dans l’esprit humain, et le renversement des valeurs réelles dans l’appréciation humaine.

A glance at the past four centuries allows us to understand the appalling turnaround that has taken place in the human mind, and the reversal of real values ​​in human appreciation.

Les stages de la déchéance

Stages of the collapse

Le moyen-âge fut, en Occident, l’apogée de la civilisation chrétienne.  L’autorité, reconnue et acceptée comme de droit divin par les peuples, était stable et efficace ; les luttes de classes étaient inconnues ; les travailleurs, organisés en corporations et en guildes, jouissaient d’une justice et d’un bonheur qu’on ne connaît plus ; la vie nationale était surtout rurale, c’est-à-dire plus conforme aux véritables instincts de l’homme et aux lois naturelles.  Le moyen-âge fut l’ère de la grande philosophie et du plus pur humanisme ; il se termina en apothéose avec l’époque classique, qui connut le plus beau siècle de la sculpture, de la peinture, de la musique, de la littérature qui, toutes, s’adressaient aux plus belles facultés de l’esprit.

The Middle Ages were, in the West, the peak of Christian civilization.  The authority of divine right, recognized and accepted by the peoples, was stable and effective; class struggles were unknown; the workers, organized in corporations and guilds, enjoyed justice and happiness that we no longer know; national life was mainly rural, more in accordance with the true instincts of man and with natural laws.  The Middle Ages were the era of great philosophy and the purest humanism; they culminated in apotheosis with the classical era, which experienced the finest century of sculpture, painting, music, literature, all of which were addressed to the highest faculties of the mind.

Immédiatement après, on ne s’adresse plus aux fortes facultés ni à l’esprit pur, mais aux faiblesses de la raison et au sentiment.  L’école des Encyclopédistes masque d’un voile de scepticisme les valeurs spirituelles, et le monde descend l’échelle vers le romantisme.  Le sentiment, faculté secondaire, domine les arts.  Les premières valeurs spirituelles étant écartées, les troubles matériels surgissent :  révolutions, négation de l’autorité de droit divin, anticléricalisme, proclamation de l’égalité des hommes qui amène les luttes de classes.  Le culte de la matière, dans lequel on verse à mesure que se développent les sciences et que se multiplient les inventions, tend graduellement à supplanter le culte de l’Immatériel.

Immediately afterward, the potent faculties, pure mind, are no longer appealed to, but instead the weaknesses of reason and sentiment.  The school of the Encyclopedists masks spiritual values with a veil of skepticism, and the world descends the ladder toward romanticism.  Sentiment, a secondary faculty, dominates the arts.  Primary spiritual values being dismissed, material disturbances arise:  revolutions, denial of the authority of divine right, anticlericalism, proclamation of the equality of men that brings about class struggles.  The cult of matter, which expands as the sciences develop and inventions multiply, tends gradually to supplant the cult of the nonmaterial.

Puis, de l’époque romantique à nos jours, l’humanité descend l’échelle avec une rapidité effarante, et l’on en arrive à la destruction ouverte des religions, aux luttes de classes les plus passionnées, à la croyance en la seule puissance de l’or

Then, from the romantic period to our present day, humanity descends the ladder with frightening rapidity, and we arrive at the open destruction of religions, the most passionate class struggles, belief solely in the power of gold

[25]
[25]

Fascisme ou Socialisme ?

Fascism or Socialism?

et de la matière ; la création défie le Créateur.  Les arts, nés dans le rythme, l’équilibre, le respect de la mesure, de la ligne et de l’harmonie, deviennent un épouvantable désordre de cacophonie, de dissonance, de déséquilibre et de sauvagerie véritable qui ne s’adressent plus à l’esprit ni même au sentiment, mais aux nerfs et aux instincts destructifs de la bête humaine.

and in the material; creation defies the Creator.  The arts, born in rhythm, balance, respect for measure, line and harmony, become a shocking disorder of cacophany, dissonance, disequilibrium and true savagery addressed no longer to the mind or even to sentiment, but to the nerves and the destructive instincts of the human beast.

A la croisée des chemins

At a crossroad

Le libéralisme de la Révolution Française affirmait l’égalité et le nivellement d’une humanité divinisée par elle-même, autonome, indépendante, ne recevant de lois que d’elle-même et ne se devant qu’à elle-même.  Ce ferment anti-chrétien, niant toute divinité en-dehors de l’homme lui-même, a matérialisé et bestialisé l’humanité.  Celle-ci en est aujourd’hui rendue à la croisée des chemins, où elle doit décider si elle va continuer sa descente vers un matérialisme absolu, une destruction définitive des religions, une république qui englobera toutes les races sous un même pouvoir central ; ou si elle va effectuer un retour vers le spiritualisme, vers la conscience religieuse et nationale, et se débarrasser des liens qui enchaînent déjà une grande partie des populations au matérialisme.

The liberalism of the French Revolution affirmed the equality and the levelling of a self-divinized humanity, autonomous, independent, receiving its laws only from itself and answerable only to itself.  This anti-Christian ferment, denying any divinity outside of man himself, has materialized and bestialized humanity.  Which, today, has arrived at a crossroad where it must decide to continue its descent toward absolute materialism, a final destruction of religions, a republic to encompass all the races under the same central power; or effect a return toward spiritualism, toward religious and national consciousness, and rid itself of the chains which already connect a large part of the populations to materialism.

La question se pose, devant le monde entier, devant chaque pays en particulier.  Il va falloir y répondre, pour nous comme pour les autres.  Et, à cette question, il n’y a que deux alternatives possibles :  le fascisme ou le socialisme.  Il n’y a pas à songer à la démocratie, parce qu’elle est faite de l’idée libérale qui forme l’essence du socialisme, parce qu’elle est moribonde et expirante, parce qu’elle a fait fausse route, parce qu’elle a misérablement failli, parce qu’elle a provoqué la crise et le chaos dans lesquels le monde se débat présentement et dont il veut se dégager.

The question is posed for the whole world and for each country separately.  It must be answered, for us, as for the others.  And, to this question there are only two possible alternatives:  fascism or socialism.  There is no dreaming of democracy, called forth from the liberal idea which forms the essence of socialism, because it is dying and expiring, it has taken the wrong road, it has failed miserably, it has caused the crisis and chaos in which the world is presently struggling and from which it wants to free itself.

Seulement deux alternatives

Only two
alternatives

Il n’y a donc que deux seules alternatives :  détruire toute spiritualité, tout sentiment national et religieux, toutes traditions passées, et c’est alors le socialisme ; ou effectuer un retour à la spiritualité, au sens national et traditionnaliste, et c’est le fascisme.  Avant d’entrer dans l’explication de ces deux modes politiques et sociaux, il est bon d’étudier comment il se fait que nous sommes en présence de pareil problème, et quelles en sont les causes véritables.

There are just two alternatives:  destroy all spirituality, all national and religious feeling, all past traditions, and this then is socialism; or, return to spirituality, to national and traditionalist ways, and this is fascism.  Before embarking on an explanation of these two political and social modes, it is advisable to study how it happens that we are faced with such a problem, and what the real causes are.

Toutes les philosophies s’accordent à dire que les modes politiques sont la forme extérieure de l’état d’esprit des peuples.  Et tous les penseurs s’accordent sur cet axiome que :  la politique n’est, en somme, qu’une question de race et de religion.  La politique définit quels doivent être les rapports entre l’individu et

All the philosophers agree in saying that political regimes are the exterior form of the spirit of peoples.  And all thinkers agree on this axiom:  that politics, in sum, is only a question of race and religion.  Politics defines what must be the relationships between the individual and

[26]
[26]

Fascisme ou Socialisme ?

Fascism or Socialism?

l’Etat, entre l’individu et ses semblables, entre l’Etat et l’étranger.  Mais avant de connaître ces définitions, il est absolument nécessaire de définir ce qu’est l’individu lui-même.  Et cela nous conduit à une question élémentaire du petit catéchisme.

the State, between the individual and his fellow-man, between the State and the foreigner.  But before knowing these definitions, it is absolutely necessary to define what the individual himself is.  And this leads us to an elementary question of the little catechism.

La clef de tout le
problème

The key to the whole problem

L’homme est-il un être composé d’un corps transitoire et passager, et d’une âme immortelle qui doit atteindra à Dieu ?  Ou bien l’homme est-il simplement un animal sans âme, qui n’existe que durant le court temps d’une vie humaine et qui, alors, doit jouir le plus possible de la vie présente sans souci d’un au-delà ?  Il y a la réponse chrétienne, qui enseigne l’existence de l’âme et qui fait de la vie présente un moyen d’atteindre à la vie éternelle, et non une fin en soi.  Il y a la réponse antichrétienne, qui nie cette définition.  C’est pourquoi, il ne peut y avoir pour l’Etat que deux façons de définir quels doivent être les rapports internationaux, nationaux et sociaux des individus, de faire des lois et des règlements à leur sujet :  en tenant compte de l’âme humaine et des soins qui lui sont dûs, ou en niant l’existence de l’âme et en ignorant toute préoccupation à son sujet.

Is man a being composed of a transient, impermanent body and an immortal soul that must reach God?  Or is man simply an animal without a soul, existing only briefly during the short span of a human life, and who therefore must enjoy the present life as much as possible without concern for an afterlife?  The Christian answer teaches the existence of the soul and makes the present life a means to achieve eternal life, and not an end in itself.  The anti-Christian answer denies this definition.  That is why, for the State, there can only be two ways of defining what must be the international, national and social relations of individuals, of making laws and regulations concerning them: by taking the soul into account and the care that is due to it, or by denying the existence of the soul and ignoring any concern for it.

Les gouvernements sont faits pour administrer des hommes.  S’ils reconnaissent que l’homme a une âme, ils admettent l’existence et la priorité nécessaire de la question religieuse.  S’ils n’admettent pas l’existence de l’âme, ils affirmeront l’inutilité des religions et travailleront à les détruire, comme le font les gouvernements de Russie, d’Espagne et du Mexique.

Governments are made to administer men.  If they recognize that man has a soul, they admit the existence and the necessary priority of the religious question.  If they do not admit the existence of the soul, they will affirm the futility of religions and work to destroy them, as do the governments of Russia, Spain and Mexico.

Des conséquences logiques

Logical consequences

Ainsi, l’on voit que la question politique, qui régit des êtres dont elle reconnaît ou méconnaît la spiritualité est fondamentalement et avant tout une question de religion ou d’irréligion.  De façon ou d’autre, la religion et l’irréligion sont des conclusions normales, logiques et conséquentes de la définition que l’on fait de l’être humain.  La politique, comme tout ce qui se rapporte à la gouverne des êtres humains, est donc une question de foi.  Toutes les autres questions qui se rattachent à la politique sont accessoires et secondaires, puisque le rôle de la politique est moins d’administrer que de guider, gouverner et diriger.

Thus, we see that the political question, which governs beings whose spirituality is either recognized or disregarded, is fundamentally and above all a question of religion or irreligion.  One way or another, religion and irreligion are normal, logical conclusions according to the definition of the human being.  Politics, like everything that relates to the governance of human beings, is therefore a question of faith. All other questions relating to politics are incidental and secondary, since the role of politics is less to administer than to guide, govern and direct.

La question de race

The question of race

La question de race elle-même n’est, au fond, qu’une question de religion.  Il y a, dans chaque race, un code d’éthique, un genre de vie, une particularité de moeurs, un ensemble de

The question of race itself is not, at bottom, a question of religion.  There is, in each race, a code of ethics, a type of life, a particularity of morals, a collection of

[27]
[27]

Fascisme ou Socialisme ?

Fascism or Socialism?

traditions qui sont basés sur une seule chose :  la façon dont les membres de cette race se sont comportés entre eux, socialement et individuellement, depuis les origines de cette race.  Et cette façon de se comporter n’a trouvé sa raison d’être, sa justification et sa discipline que dans des préceptes religieux reconnus et admis par la race.

traditions which are based on just one thing:  the manner in which members of this race behave amongst themselves, socially and individually, from the origins of this race.  And this manner of behaving finds its motive and justification and its discipline only in the religious precepts recognized and acknowledged by the race.

Malgré ces vérités élémentaires, la politique démocratique libérale, depuis la Révolution Française dont elle est issue, n’a cessé de s’attaquer à la race et à la religion, essayant par tous les moyens imaginables de les dissoudre, d’usurper leur autorité, de les remplacer par une forme de tyrannie matérialiste.  D’où vient donc ce levain anti-religieux et anti-racial qui se répand sur le monde, quelle est la source de cette contagion, d’où part-elle, qu’est-ce qui l’inspire et l’anime ?  Dans ses mémoires, Steed a écrit qu’aucun homme, qu’il soit philosophe, écrivain politique ou diplomate, ne peut être considéré comme mûr ou comme connaissant les premiers éléments de la question mondiale s’il n’a étudié à fond la question juive.  Repassons donc rapidement cette question, pour voir si nous y trouverons la réponse que nous cherchons.

Despite these elementary truths, liberal-democratic politics, since the time of the French Revolution from which it emerged, has not ceased to attack race and religion, trying by all imaginable means to dissolve them, to usurp their authority, to replace them with a materialist form of tyranny.  Where does this anti-religious and anti-racial leaven come from that is spreading across the world, what is the source of this contagion, where does it start, what inspires and animates it?  In his memoirs, Steed wrote that no man, be he a philosopher, political writer or diplomat, can be considered ripe or knowledgeable in the basic elements of the world question if he has not studied the Jewish question in-depth.  So, let us quickly review this question to see if we can find in it the answer we are looking for.

Avilissement de la race juive

Debasement of the Jewish race

Dans l’antiquité Dieu fit un pacte avec la race juive.  Cette race était tellement dégénérée, sale, déchue, que l’Eternel, dans son infinie miséricorde, crut devoir faire plus pour elle que pour toute autre race.  C’est ce que permet de conclure la lecture attentive de l’Ancien Testament, dans lequel les justes et les saints sont tellement rares, en vingt siècles d’histoire, qu’ils forment la faible exception qui confirme une règle générale de corruption.  Dans le dessein de relever cette race, Dieu lui promit que Son Divin Fils, le Messie, sortirait de ses rangs.  Ainsi le Sauveur, pour vraiment subir les dernières humiliations, ne devait pas seulement naître parmi les animaux, dans une étable, mais il devait voir le jour parmi la race la plus avilie du monde.  Cette faveur divine aurait dû convaincre les Juifs de s’améliorer mais, tout au contraire, ils ne firent que descendre plus profondément dans leur dégénérescence.

In antiquity, God made a pact with the Jewish race.  This race was so far degenerated, soiled, fallen, that the Eternal, in his infinite mercy, thought that more must be done for it than for any other race.  This is what allows us to complete a close reading of the Old Testament, in which the just and the holy are so rare, in twenty centuries of history, that they form the slight exception that confirms a general rule of corruption. With the purpose of raising up this race, God promised it that His Divine Son, the Messiah, would emerge from its ranks.  Thus, the Savior, in order to truly undergo the depths of humiliation, must not only be born among the animals, in a stable, but he must see the light of day among the most debased race on Earth. This divine favor should have convinced the Jews to improve themselves, but quite to the contrary, they only plunged more profoundly into degeneracy.

Cette race ne fut jamais déiste.  Le décret d’Aman, sous Assuérus, nous fait voir à quel point de matérialisme elle était rendue, et quel péril religieux, national et politique elle était pour le pays.  Ce qu’Aman leur reprochait a été reproché aux Juifs de tous temps, sous les pharaons, sous les empereurs romains, à travers tout le moyen-âge et jusqu’à nos jours.  Jamais, nulle part, on ne se plaint de la religion des Juifs, mais partout et toujours de leur matérialisme.

This race was never deist.  The decree of Aman, under Ahasuerus, shows us the point to which materialism had gone, and what a religious, national and political danger it was for the country.  That for which Aman reproached them had been held against the Jews of all eras, under the Pharaohs, under the Roman emperors, across the whole Middle Ages to our own day.  Never, anywhere, was the religion of the Jews complained of, but everywhere and always their materialism.

[28]
[28]

Fascisme ou Socialisme ?

Fascism or Socialism?

Engeance matérialiste et satanique

A materialist
and satanic race

Les Juifs, à cause de leur profonde bassesse, ont justifié de la Miséricorde divine des interventions extraordinaires.  Mais cette race était si peu déiste que, chaque fois qu’un messager de Dieu lui était envoyé, elle l’assassinait.  Les écrits des prophètes sont déistes mais les Juifs, en regard de ces écrits, ont posé des actes de répudiation et d’assassinat.  Au moment où ils étaient le plus près de Dieu, sous leur grand chef et prophète Moïse, les Juifs nous prouvent leur profond athéisme.  Ils venaient d’être témoins des dix plaies d’Egypte, ils venaient de voir la main de Dieu dans leur passage de la Mer Rouge, ils venaient d’entendre le tonnerre de l’Eternel promulguant la Loi sur le Sinaï, mais cela ne les empêcha pas d’élever une idole au véritable dieu de leur coeur :  le Veau d’Or.  Passe encore pour les prophètes.  Mais que firent-ils quand Dieu leur envoya son Fils, qui fit devant eux des miracles et des prodiges capables de détruire tout doute et tout scepticisme ?  Ils s’acharnèrent contre Lui dès sa naissance, Le poursuivirent durant toute sa vie publique et ne furent satisfaits que lorsqu’ils L’eurent fait assassiner, demandant que son sang retombe sur eux et toute leur descendance, malgré le juge et gouverneur romain qui Le proclamait juste et innocent.  D’eux-mêmes, volontairement, ils rompirent avec l’Eternel, et prouvèrent au monde que, si Dieu leur avait fait des messages particuliers et des faveurs uniques pour les sauver, leur avait envoyé (et à eux seuls) ses prophètes, ses législateurs, son Fils, cette “race au cou roide” avait toujours été réfractaire à toute divinité et ne pouvait jamais prendre parti pour Dieu.  Aussi comprend-on mieux, quand on a lu l’atroce et sanguinaire histoire des Juifs, ces paroles de Jésus-Christ à leur sujet (Saint Jean, VIII) :  “Vous ne me reconnaissez pas parce que vous n’êtes pas de Dieu ; je suis d’en-haut, et vous, vous êtes d’en-bas; si vous étiez de mon Père, vous me reconnaîtriez ; mais votre père, à vous, c’est le diable, père du mensonge, qui fut homicide dès le commencement, et vous faites son oeuvre”.  On comprend aussi pourquoi cette race sataniste, à qui Dieu a vainement communiqué tous les messages de la divinité, a proscrit et poursuivi les apôtres, a inspiré les persécutions chrétiennes, les schismes et les hérésies, pourquoi elle inspire, dirige et exécute, de nos jours, les abominables persécutions contre tout ce qui est chrétien en Russie, en Espagne, au Mexique et dans d’autres pays socialistes, comment la juiverie tente en ce moment de crucifier la chrétienté sur une croix d’or, comme elle a crucifié son Fondateur sur une croix de bois.

The Jews, because of their profound baseness, thoroughly earned the Divine Mercy of extraordinary interventions.  But this race was so little deist that every time a messenger of God was sent to it, it killed him.  The writings of the prophets are deist, but the Jews, with regard to these writings, carried out acts of repudiation and murder.  At the moment when they were closest to God, under their great leader and prophet, Moses, the Jews proved to us their profound atheism.  They had just witnessed the ten plagues of Egypt, they had just seen the hand of God in their passage through the Red Sea, they had just heard the Eternal One’s thunder promulgating the Law from Sinai, but that did not stop them from raising up an idol to the true god of their heart:  the Golden Calf.  Pass again on the prophets.  But what did they do when God sent them His Son, who performed miracles and wonders before them capable of destroying all doubt and all skepticism?  They persecuted Him from His birth, pursued Him throughout His public life and were not satisfied until they had Him murdered, demanding that His blood be spilled upon them and upon their descendants, despite the Roman judge and governor who proclaimed Him just and innocent.  Of themselves, voluntarily, they broke with the Lord, and proved to the world that, if God had given them special messages and unique favors to save them, had sent to them (and them alone) his prophets, his legislators, his Son, this “stiff necked race” had always been resistant to any divinity and could never stand with God.  So we understand better, when we read the atrocious and bloodthirsty history of the Jews, these words of Jesus Christ concerning them (Saint John, VIII):  “You do not recognize me because you are not of God; I am from above, and you are from below; if you were from my Father, you would recognize me; but your father is the devil, the father of lies, who was a homicide from the beginning, and you do his work”.*  We also understand why this satanist race, to whom God vainly communicated all the messages of divinity, outlawed and pursued the apostles, inspired the Christian persecutions, schisms and heresies, and why it inspires, directs and executes in our own day the abominable persecutions against all that is Christian in Russia, Spain, Mexico and in other socialist countries, how Jewry is trying at this moment to crucify Christendom on a cross of gold, as it crucified its Founder on a cross of wood.

[29]
[29]

Fascisme ou Socialisme ?

Fascism or Socialism?

L’écho du cri luciférien

Echo of the cry of Lucifer

Les Juifs sont les enfants de Satan, ils font l’oeuvre de leur père, a déclaré Jésus-Christ dans son terrifiant jugement.  Quelle est la caractéristique de Satan ?  Le désir de l’émancipation, de la liberté.  “Je ne servirai pas !” fut son premier cri de révolte contre l’ordre établi par Dieu lui-même.  Cette caractéristique luciférienne est aussi celle des Juifs, les enfants de Satan.  Comme leur père, les Juifs ne veulent rien servir, ni la Gentilité, ni un drapeau, ni un souverain, ni une patrie, ni aucun ordre établi, ni aucune loi existante, ni aucune autorité régulière.  Comme leur père, les Juifs demandent l’émancipation, la liberté.  Emancipation de tout ce qui n’est pas Juif !  Liberté de poursuivre leur oeuvre sataniste.

The Jews are children of Satan, they do the work of their father, said Jesus Christ in his terrifying judgment.  What is the characteristic of Satan?  The desire for emancipation, for liberty.  “I will not serve!” was his first cry of revolt against the order established by God Himself.  This Luciferian characteristic is also that of the Jews, the children of Satan.  Like their father, the Jews wish to serve nothing, neither Gentility, nor a flag, nor a sovereign, nor a homeland, nor any established order, nor any existing law, nor any regular authority.  Like their father, the Jews demand emancipation, liberty.  Emancipation from all that is not Jewish!  Liberty to pursue their Satanic work.

Nombreux sont les auteurs juifs qui ont tenté d’approfondir les causes de l’éternel esprit de révolte des Juifs.  Kurt Munzer, Oscar Lévy, Bernard Lazare, Werner Sombart, Elie Eberlin et plusieurs autres penseurs juifs ont vainement demandé, dans leurs livres, pourquoi la race juive, contrairement à toutes les autres races, est une rebelle indomptable, une révoltée incurable, une éternelle mécontente, mais n’ont pas trouvé de réponse satisfaisante.  Si l’on réfléchit un seul instant à la parole du Christ, la parole de vérité et de lumière :  “Les Juifs sont les enfants de Satan, et ils font son oeuvre”, on comprend très facilement comment ces “élus” déchus, ces Lucifers sur qui Dieu avait répandu plus de lumière divine que sur tous les autres humains, perpétuent au sein de l’humanité le cri de leur père, “élu” déchu comme eux :  “Non serviam !”

Countless are the Jewish authors who have tried to plumb the causes of the eternal spirit of revolt of the Jews.  Kurt Munzer, Oscar Lévy, Bernard Lazare, Werner Sombart, Elie Eberlin and many other Jewish thinkers have asked in vain, in their books, why the Jewish race, contrary to all the other races, is an untameable rebel, an incurable insurgent, an eternal malcontent, but have found no satisfactory answer.  If we reflect for a moment on the word of Christ, the word of truth and light:  “The Jews are the children of Satan, and they do his work”, we understand easily how these fallen “Chosen” ones, these Lucifers on whom God has shed more divine light than on all other humans, perpetuate, within humanity, the cry of their father, the fallen “Chosen” one like them:  “Non serviam!”.

Parce qu’ils n’ont jamais été déistes, les Juifs n’ont jamais su comprendre les messages de Dieu pour les sauver.  D’un pacte spirituel, ils ont fait une entente matérialiste.  Et, aujourd’hui comme hier, ils croient que leur ancien privilège de race-élue n’est qu’un privilège matériel qui leur donne le droit de dominer toutes les autres races ; ils croient que les autres races, composées de goyim sans âmes, ont été créées simplement pour servir Israël et lui assurer la suprématie mondiale, ils croient qu’ils ont un droit de naissance à toutes les richesses de la terre et qu’ils sont les princes réels de ce monde.  Leur Talmud le leur enseigne explicitement et perpétue en eux l’orgueil de leur père.

Because they have never been deists, the Jews have never been able to understand the messages of God to save them. Out of a spiritual compact, they made a materialist contract. And today as yesterday, they believe that their ancient privilege as the Chosen race is a material privilege that gives them the right to dominate all the other races; they believe that the other races, composed of soulless goyim, were created simply to serve Israel and to assure its world supremacy, they think they have a birthright to all the wealth of the Earth and that they are the real princes of this world. Their Talmud teaches them explicitly and perpetuates in them the pride of their father.

Barrières qu’il fallait renverser

Barriers that had to be toppled

Le rêve juif de la domination mondiale n’a jamais cessé un seul instant.  Ce rêve doit, suivant les écritures juives, se couronner par la judaïsation de toute l’humanité.  Cependant, des barrières énormes barraient aux Juifs la route de la conquête universelle.  Ces barrières, c’était le christianisme, qui

The Jewish dream of world domination has never ceased for an instant.  This dream must, according to Jewish writings, be crowned by the judaization of all humanity.  However, enormous barriers barred the way of the Jews to universal conquest.  These barriers were Christianity, which

[30]
[30]

Fascisme ou Socialisme ?

Fascism or Socialism?

proclame que le Messie est venu, qu’il ne faut plus l’attendre, que Dieu a déchiré le voile du Temple et remplacé par une nouvelle alliance universelle l’ancienne alliance avec les Juifs, que c’est le Christ-Roi et non Israël qui doit conquérir le monde ; ces barrières, c’étaient les caractéristiques nationales de chaque peuple, caractéristiques établies sur des traditions chrétiennes millénaires.  Il fallait renverser ces barrières.

proclaimed that the Messiah had come, that He should no longer be awaited, that God had torn the veil of the Temple and replaced by a new universal covenant the ancient covenant with the Jews, that Christ the King and not Israel, must conquer the world; these barriers were the national characteristics of each people, characteristics established on millennial Christian traditions.  These barriers had to be overthrown.

Comment s’y prit la juiverie ?  Elle fit comme son père Satan avait fait pour entraîner à sa suite les anges rebelles.  Elle répandit chez les chrétiens le venin libéral, ce poison qui fait demander de l’émancipation et des libertés, qui fait lancer le cri “non serviam” contre l’autorité et l’ordre établis.

How did Jewry go about it?  Jewry did as its father Satan had done to drag the rebel angels in his wake.  It spread the liberal venom among the Christians, this poison which demands emancipation and liberties, which hurls the cry, “non serviam!” against authority and the established order.

Les débuts de l’ère libérale

Beginnings of the liberal era

Bien préparée par la Renaissance, la Révolution Française apporta dans le monde le cri libéral, le cri sataniste de liberté qui détruisit une grande partie des libertés dont jouissaient jusque-là les Français, mais qui étendit tous les droits et privilèges de la citoyenneté française aux Juifs qui n’étaient ni de race française, ni de tradition française.  Innombrables sont les auteurs juifs qui proclament que la Révolution Française fut l’oeuvre des Juifs et des sociétés secrètes qu’ils contrôlaient totalement, et que la Révolution Française, tout en leur assurant une forte emprise sur la France, établit la pierre angulaire de leur oeuvre de révolution mondiale.

Well prepared by the Renaissance, the French Revolution brought the liberal cry into the world, the Satanist cry of liberty that destroyed a large part of the liberties hitherto enjoyed by the French, but which extended all the rights and privileges of French citizenship to Jews who were neither of the French race, nor the French tradition.  Countless are the Jewish authors who proclaim that the French Revolution was the work of Jews and the secret societies they totally control, and that the French Revolution, while guaranteeing them a powerful grip on France, established the cornerstone of their work of world revolution.

Les Juifs dans toutes les révolutions

Jews in all the
revolutions

Le libéralisme de 1789 n’a libéré et émancipé que d’une seule chose :  de l’autorité de droit divin et de l’autorité du christianisme ainsi que des devoirs imposés par l’idée chrétienne dans les manifestations publiques de l’individu, que ce soit dans le monde politique, dans le monde économique ou dans le domaine social.  Ce cri de révolte libertaire et émancipatrice, de la France, s’est répandu dans le reste du monde, n’ayant toujours qu’un seul ennemi :  le christianisme, et qu’un seul remède à lui opposer :  le laïcisme et le neutralisme, formes préliminaires de l’anti-christianisme.  Le même ferment judéo-libéral, en se répandant dans les pays d’Europe, a apporté partout le même cri luciférien “Non serviam” et la même méthode révolutionnaire.  Et, dans les révolutions qui s’ensuivirent, au Portugal, en Russie, en Autriche, en Hongrie, en Allemagne, en Turquie, en Espagne, en Grèce, etc., c’est toujours le Juif qui organise, qui finance, qui exécute, qui s’empare du pouvoir.  Et, aussitôt que la prise du pouvoir l’a rendu suffisamment fort pour ne rien craindre dans le pays qu’il a usurpé, le Juif jette bas son masque, se montre tel qu’il est, terroriste, cruel, sanguinaire,

The liberalism of 1789 liberated and emancipated from just one thing:  the authority of divine law and the authority of Christianity along with the duties imposed by the Christian idea in public expressions of the individual, whether in the political or economic world, or the social domain.  This libertarian and emancipating cry of revolt by France has spread to the rest of the world, having always just one enemy: Christianity, and just one remedy to oppose it:  secularism and neutralism, the preliminary forms of anti-Christianity.  The same judeo-liberal ferment, in spreading throughout the countries of Europe, has everywhere brought the same Luciferian cry, “Non serviam!” and the same revolutionary method.  And, in the revolutions that follow, in Portugal, in Russia, Austria, Hungary, in Germany, in Turkey, Spain, Greece, etc., it is always the Jew who organizes, who finances, who executes, who takes power.  And as soon as the grip on power has made him sufficiently strong to fear nothing in the country he has usurped, the Jew throws down his mask, shows himself as he is, a terrorist, cruel, sanguinary,

[31]
[31]

Fascisme ou Socialisme ?

Fascism or Socialism?

destructeur, et il s’empresse d’abattre définitivement les grandes barrières qui arrêtaient sa marche vers la conquête mondiale :  les caractéristiques religieuses et nationales.

a destroyer, and he hastens to conclusively fell the great barriers which stopped his march toward world conquest:  religious and national characteristics.

L’aboutissement final

The end result

Le libéralisme, cri de révolte contre l’autorité et la discipline chrétiennes (car, il n’est pas opposé à autre chose), n’est que le cri précurseur du socialisme.  Ce dernier, comme les faits le prouvent abondamment, conduit inévitablement au bolchévisme.  Et à quoi conduit en définitive le bolchevisme, avec son athéisme, sa destruction de toute idée religieuse et nationale ?  Au culte de Satan, que l’on adore maintenant dans de nombreux cercles de la Russie soviétique.  Tant il est vrai que le cri de révolte conduit au père de la révolte, que la juiverie fille de Satan conduit à Satan lui-même ; que, pour les soi-disants athées et Sans-Dieu, la politique finit, comme partout ailleurs, pour aboutir à une question religieuse, la religion fût-elle celle du diable !

Liberalism, a cry of revolt against Christian authority and Christian discipline (for, it is opposed to nothing else), is only the precursor cry of socialism.  The latter, as the facts abundantly prove, leads inevitably to Bolshevism.  And to what does Bolshevism lead in the end, with its atheism, its destruction of the religious and national idea?  To the cult of Satan, who is now adored in many circles in Soviet Russia.  So true is it that the cry of revolt leads to the father of revolt, that Jewry, the daughter of Satan, leads on to Satan himself; so that for so-called atheists and the Godless, politics ends, as everywhere else, at a religious question, be it the religion of the devil!

Le libéralisme est anti-spirituel

Liberalism is
anti-spiritual

Les Juifs, et leur Talmud les force d’y ajouter foi, croient que les Gentils, ou goyim, sont des chiens sans âme.  La plus récente des éditions du Talmud, publiée à Paris en 1932, sous l’autorité du Collège rabbinique de France, assimile les non-juifs aux animaux, dans presque tous ses chapitres.  Si nous, Gentils, n’avons pas d’âme, il ne peut y avoir d’au-delà pour nous et il nous est donc absolument inutile d’avoir des religions ; il nous est donc futile de dépenser de l’argent à édifier des églises, des couvents, des monastères, des collèges, des écoles confessionnelles, financer des missions et faire des oeuvres charitables, quand cet argent pourrait être porté dans les bouges, les théâtres, les cabarets, les antres d’agiotage et d’usure du peuple-élu !  Si nous, Gentils, n’avons pas d’âme, nous avons tort d’avoir des traditions et des aspirations à base religieuse, et il convient de les détruire !  Est-il étonnant alors que le libéralisme, dont l’unique source est la juiverie, s’attaque à ces aspirations et à ces traditions ?  Est-il étonnant que le libéralisme fasse appel à notre tolérance pour ce qui s’oppose à notre héritage spirituel ?  Est-il étonnant que le libéralisme nous demande de ne pas affirmer nos distinctions de race et de religion ?  Est-il étonnant que le libéralisme réclame de nous un anonymat internationaliste plutôt qu’une identité nationaliste fermement affirmée ?  Est-il étonnant que le libéralisme s’éloigne des principes immatériels inhérents à notre race et son histoire, pour n’imposer que des aspects matérialistes dans toutes nos manifestations ?  Non, ce n’est pas étonnant, puisque

The Jews believe — and their Talmud forces them to believe it — that the Gentiles, or goyim, are soulless dogs.  The most recent edition of the Talmud, published in Paris in 1932, under the authority of the Rabbinical College of France, equates non-Jews with animals in nearly all its chapters.  If we Gentiles have no soul, there can be no after-life for us, and so there is absolutely no need for us to have religions.  It is thus futile for us to spend money building churches, convents, monasteries, colleges, denominational schools, financing missions and doing charitable works, when this money could be spent in slums, theaters, cabarets, gambling dens and the usury of the Chosen people!  If we Gentiles have no soul, we are wrong to have religious traditions and aspirations, and we must destroy them!  Is it any wonder then that liberalism, whose only source is Jewry, attacks these aspirations and traditions?  Is it any wonder that liberalism appeals to our tolerance for that which is opposed to our spiritual heritage?  Is it surprising that liberalism asks us not to affirm our distinctions of race and religion?  Is it any wonder that liberalism demands of us internationalist anonymity in lieu of a firmly asserted nationalist identity?  Is it any wonder that liberalism retreats from the non-material principles inherent in our race and history, only to impose materialist outlooks on all issues?  No, it is no surprise, since

[32]
[32]

Fascisme ou Socialisme ?

Fascism or Socialism?

liberalism is nothing but a Jewish idea invented to make us renounce ourselves to the benefit of a race that wants to live in every national homeland, while recognizing none as its own.

liberalism is nothing but a Jewish idea invented to make us renounce ourselves, to the benefit of a race that wants to live in all national homelands without recognizing even one as its own.

Le Juif n’ajoute rien à la richesse spirituelle ou matérielle d’une nation.  Il arrive toujours en immigrant pauvre et, à force d’expédients malhonnêtes, finit par s’emparer de toute la richesse matérielle.  Il se sert ensuite de celle-ci pour détruire, par de multiples organisations de propagande et d’action directe, la richesse spirituelle du pays.  Dans le domaine spirituel, le Juif, matérialiste, ne peut gagner aucune bataille.  Dans le domaine matériel, il les gagne toutes, parce qu’il joue de malhonnêteté avec des rivaux que leurs traditions et leur formation forcent d’être honnêtes.  Aussi, le Juif ne voit-il la possibilité de sa conquête mondiale qu’en faisant descendre l’humanité dans le domaine matérialiste.

The Jew adds nothing to the spiritual or material wealth of a nation.  He always arrives as a poor immigrant and through dishonest means he ends by appropriating its material wealth.  He then uses this wealth to destroy the spiritual wealth of the country, through multiple agencies of propaganda and by direct action.  In the spiritual domain, the materialist Jew can win no battle.  In the material domain, he wins them all, because he plays dishonestly with rivals whose traditions and training force them to be honest.  Also, the Jew only sees the possibility of his world conquest by reducing humanity to the materialist domain.

Ce n’est pas l’effet du hasard

It isn’t by chance

Le Juif est la seule source de satanisme, d’anti-christianisme et de matérialisme, dans les pays civilisés.  Il y a des personnes, cependant, qui disent que la question juive est un mythe, que les antisémites sont des hallucinés qui voient du juif partout, des toqués qu’une haine injustifiée, des intolérants qu’un fanatisme aveugle font crier sans raison contre les Juifs.  Je ne vous demande pas de lire le Talmud, ni les innombrables livres écrits par les Juifs eux-mêmes sur leur plan de révolution mondiale et de conquête universelle, ni les proclamations de leurs chefs, ni leurs discours significatifs reproduits dans les publications juives.  Voyez simplement ce qui se passe aujourd’hui dans le monde entier ; voyez quel est le but du bolchevisme, qui le propage, qui le conduit ; voyez quels sont les chefs révolutionnaires de tous les pays ; voyez quels sont les prophètes du socialisme et quels groupes le répandent ; voyez quels sont les maîtres de la finance mondiale, de la presse mondiale, du commerce international ; voyez quels sont les assassins du clergé chrétien et les destructeurs des institutions chrétiennes dans les pays communistes et socialistes ; voyez comment les Juifs contrôlent les plus grandes organisations du monde, dans leur lutte actuelle contre le gouvernement hitlérien d’Allemagne.  La domination mondiale juive, un rêve ?  Mais, ouvrez les yeux, et demandez-vous si c’est par simple hasard que 90% du gouvernement de Russie, 60% du gouvernement d’Espagne sont Juifs ; si c’est par hasard que Masaryk, élu président à vie de Tchécoslovaquie, est un Juif ; si c’est par hasard que DeValera et Briscoe, les maîtres de l’Irlande, sont des Juifs ; si c’est par hasard que Irigoyen, président de la République Argentine, était juif ; si c’est par hasard que Venizelos, maître de la poli-

The Jew is the only source of Satanism, of anti-Christianity and materialism in civilized countries.  There are, however, those who say that the Jeiwsh question is a myth, that antisemites are hallucinating who see the Jew everywhere, they are mad with unjustified hatred, intolerants led by blind fanaticism to cry without reason against the Jews.  I am not asking you to read the Talmud, nor the countless books written by Jews themselves on their plan of world revolution and universal conquest, nor the manifestos of their leaders, nor their major speeches reproduced in Jewish publications.  Simply see what is happening today in the whole world; see what the goal is of Bolshevism, who propagates it, who leads it; see who the revolutonary leaders are in every country; see who the prophets of socialism are and what groups are spreading it; see who the masters of world finance are, of the world press; of international trade; see who the murderers are of Christian clergy and who the destroyers are of Christian institutions in Communist and socialist countries; see how the Jews control the largest organizations in the world in their current fight against the Hitlerian government of Germany.  World Jewish domination a delusion?  But, open your eyes, and ask yourself, is it simply by chance that 90% of the government of Russia, 60% of the government of Spain, are Jews?  Is it by chance that Masaryk, the elected president of Czechoslovakia, is a Jew; is it by chance that DeValera and Briscoe, the masters of Ireland, are Jews; is it by chance that Irigoyen, president of the Argentine Republic, was a Jew; is it by chance that Venizelos, the master of

[33]
[33]

Fascisme ou Socialisme ?

Fascism or Socialism?

tique grècque, est un demi-juif ; si c’est par hasard que le dictateur de la Turquie, Mustapha Kemal, est un Juif originaire de Salonique ; si c’est par hasard que le général Cohen, qui porte aussi un nom chinois, est le maître de la Chine soviétique ; si c’est par hasard que Hymans et Vandervelde, les maîtres de la politique internationale de Belgique, sont des Juifs ; si c’est par hasard que le ministre de la Justice du Danemark, le plus influent chef politique du pays, est un Juif ; si c’est par hasard que les trois premiers aviseurs imposés à Roosevelt par la banque internationale :  Morgenthau, Baruch et Warburg, sont trois Juifs ; si c’est par hasard que Sir Herbert Samuel, chef du principal parti libéral d’Angleterre, et ses premiers lieutenants, sont des Juifs ; si c’est par hasard que, avant l’ère hitlérienne, les gouvernements d’Allemagne étaient de forte proportion juive ; si c’est par hasard que la Mandchourie, jusqu’à l’an dernier, était totalement aux mains de Juifs ; si c’est par hasard que l’Australie, la France, une dizaine de républiques de l’Amérique du Sud et de l’Amérique Centrale, La Havane, la Roumanie, la Suisse sont de simples instruments entre les mains des Juifs, qui y contrôlent toute la vie politique et économique.  La juiverie commande déjà directement à plus de la moitié du globe.  Et tout cela ne serait que simple coïncidence, pur hasard ?  Non, c’est la preuve tangible de l’exécution d’un vaste plan de conquête, conquête qui s’étend sans cesse avec chaque révolution, avec chaque emprunt consenti par la banque internationale de l’or, conquête qui se consolide davantage à mesure que le libéralisme juif, que le socialisme juif, que le matérialisme juif sont répandus par mille moyens différents dans l’esprit des masses.

Greek politics is a half-Jew?  Is it by chance that the dictator of Turkey, Mustapha Kemal, is a Jew originally from Salonica; is it by chance that General Cohen, who also has a Chinese name, is the master of the Chinese Soviet; is it by chance that Hymans and Vandervelde, the masters of Belgian international politics, are Jews; is it by chance that the minister of justice of Denmark, the most influential political leader in the country, is a Jew; is it by chance that the three principal advisers imposed on Roosevelt by the international bank:  Morgenthau, Baruch and Warburg, are three Jews; is it by chance that Sir Herbert Samuel, leader of the principal liberal party of England, and his first lieutenants, are Jews; is it by chance that, prior to the Hitler era, the governments of Germany were in large proportion Jewish; is it by chance that Manchuria, until last year, was totally in the hands of Jews; is it by chance that Australia, France, a dozen republics in South and Central America, Havana, Roumania, and Switzerland are mere instruments in the hands of Jews who control the whole of their political and economic life.  Jewry already directly controls more than half the globe.  And all that would be just a coincidence, pure chance?  No, it is tangible proof of the execution of a vast plan of conquest, a conquest which extends ever more with each revolution, with each loan granted by the international gold bank, a conquest which consolidates the more that Jewish liberals, Jewish socialism, Jewish materialism, are spread by a thousand different means into the mind of the masses.

Une question basique

A basic question

La juiverie, à cause de son essence même, à cause de ses instincts destructifs, à cause de son immémorial atavisme de corruption, à cause de son sentiment exclusivement matérialiste, voilà le grand danger, le seul, l’unique, tant pour le destin matériel que pour le destin spirituel des peuples.  C’est pourquoi la question juive doit être à la base de tout véritable fascisme, de tout mouvement sérieux de régénération nationale.  Autant il est nécessaire pour les réactionnaires de détruire toute influence juive et tout juivisme, autant il est nécessaire pour le socialisme d’avoir des chefs juifs.  Dans tous les gouvernements socialistes, dans tous les groupes socialistes, les principaux chefs et inspirateurs sont juifs, en quelque pays que l’on regarde, car ces mouvements juifs ne pourraient réussir avec une direction non-juive.  De même, les véritables dirigeants du libéralisme sont juifs, pour les mêmes raisons.  Et ceux qui ont étudié cette question à fond n’ont pas été surpris de voir, tout dernièrement,

Jewry, due to its very essence, its destructive instincts, its immemorial atavism of corruption, its exclusively materialist sentiment, is the great, the singular danger for both the material and the spiritual destiny of peoples.  This is why the Jewish question must be at the basis of any true fascism, of any serious movement of national regeneration.  As necessary as it is for the reactionaries to destroy all Jewish influence and Jewishness, it is just as necessary for socialism to have Jewish leaders.  In all socialist governments, in all socialist groups, it is likewise necessary for socialism to have Jewish leaders.  The main leaders and inspirers are Jews, in whatever country one looks at, because these Jewish movements cannot succeed with non-Jewish leadership.  Equally, the real directors of liberalism are Jews, for the same reasons.  And those who have studied this question in-depth were not surprised to see, quite recently,

__________
Note de la traductrice:  Il manque un ou plusieurs mots dans le document français, que j’ai téléchargé sur Internet, et qui ressemble à une numérisation d’un original.  Le passage dit:  «le grand danger, le seul, l’unique, tant pour le matériel que pour le spirituel des peuples».

J’avais d’abord pensé à ajouter «vies» pour compléter la phrase, mais vies est féminin, et les mots qui la modifieraient sont matériel et spirituel.  Si ce sont des adjectifs, ils sont masculins.  J’ai donc besoin d’un mot masculin pour compléter la phrase.  J’ai choisi le mot «destin», inséré deux fois, car Arcand utilise souvent le mot «destin» dans ses écrits.  La ligne se lit maintenant comme suit:  «le grand danger, le seul, l’unique, tant pour le destin matériel que pour le destin spirituel des peuples».  Et ma traduction en anglais se lit comme suit:  «the great, the singular danger for the material and the spiritual destiny of peoples.»

__________
Translator’s note:  One or more words are missing in the French document, which I downloaded from the Internet, and looks like a scan of an original.  The passage says:  “le grand danger, le seul, l’unique, tant pour le matériel que pour le spirituel des peuples.”  (the great, the singular danger for both the material and the spiritual of peoples.)

I had first thought of adding “lives” vies” in French to complete the sentence, but vies is feminine, and the words that would modify it are matériel and spirituel.  If these are adjectives, they are masculine.  I thus need a masculine word to complete the sentence.  I settled on the word “destin” (destiny), inserted twice, because Arcand often uses the word “destiny” in his work.  The line now reads:  “le grand danger, le seul, l’unique, tant pour le destin matériel que pour le destin spirituel des peuples.”  And my English translation reads:  “the great, the singular danger for the material and the spiritual destiny of peoples.”

[34]
[34]

Fascisme ou Socialisme ?

Fascism or Socialism?

le Juif Sir Herbert Samuel, chef du libéralisme britannique venir conférer privément avec l’hon. W.-L. Mackenzie King, à Ottawa, pour lui transmettre ses mots d’ordre.

the Jew, Sir Herbert Samuel, the leader of British liberalism, come to confer privately with the Hon. W.-L. Mackenzie King, in Ottawa, to communicate his orders.

Philosophie à détruire

A philosophy to destroy

Les antisémites n’ont pas de griefs personnels contre les Juifs pris isolément.  Ce qu’ils veulent détruire, c’est la philosophie libérale des Juifs, parce que cette philosophie est l’antithèse et l’ennemie de la philosophie chrétienne, et parce que l’organisation internationale secrète des Juifs est le système politique de cette philosophie destructrice.  Et comme les Juifs malgré toutes les qualités que les meilleurs d’entre eux peuvent avoir, sont les propagateurs de cette philosophie et les instruments de ce système, ils doivent, dans les pays chrétiens, être placés dans un état tel qu’ils ne puissent consciemment ou inconsciemment, poursuivre leur oeuvre de satanisme.

The antisemites have no personal grudges against the Jews, taken on their own.  What they want to destroy is the liberal philosophy of the Jews, because this philosophy is the antithesis and enemy of Christian philosophy, and the secret international organization of the Jews is the political system of this destructive philosophy.  And as the Jews, in spite of all the best qualities that the best among them may have, are the propagandists of this philosophy and the instruments of this system, they must, in Christian countries, be placed in such a state that they cannot consciously or unconsciously pursue their work of Satanism.

Le moyen-âge et
le ghetto

The Middle Ages and
the ghetto

C’est parce que les Juifs étaient contenus dans leurs ghettos et mis hors d’état de nuire, durant le moyen-âge, que cette époque fut si brillante, si policée, socialement si pacifique, si positivement chrétienne.  C’est pour la même raison que les Juifs, avec leur libéralisme, appellent le moyen-âge l’époque la plus obscure, la plus ténébreuse, la plus intolérante et la plus fanatique de l’histoire de l’humanité.  Et, quand ils lancent ces qualificatifs, c’est toujours avec des allusions contre la chrétienté et ses chefs du temps.  Depuis que le libéralisme a renversé les murs du ghetto et mis les anti-chrétiens d’Israël sur le même pied que les chrétiens, dans les pays chrétiens, on peut constater la rapide déchéance du spiritualisme, et parallèlement la rapide montée du matérialisme.  Si longtemps que l’on cherche, il est impossible d’en trouver une autre cause que la présence du Juif et son action au sein de la société chrétienne.  Et l’action anti-chrétienne du Juif a toujours été parallèle à l’action chrétienne, depuis le début de cette dernière, car au moment même où les apôtres et leurs disciples parcouraient le monde pour “enseigner toutes les nations”, les Juifs, chassés d’Israël et dispersés sur toute la terre, niaient partout le messianisme du Christ et combattaient son oeuvre.

It was because the Jews were contained in their ghettos and put out of harm’s way during the Middle Ages, that this epoc was so brilliant, so polished, socially so peaceful, so positively Christian.  For the same reason, the Jews, with their liberalism, call the Middle Ages the most obscure, the dark ages, the most intolerant and most fanatical in the history of humanity.  And when they hurl these qualifiers, it is always with allusions against Christianity and its leaders of the time.  Since liberalism threw down the walls of the ghetto and put the anti-Christians of Israel on the same footing as the Christians, in Christian countries, we note the rapid decline of spirituality, and at the same time the rapid rise of materialism.  So long as one searches, it is impossible to find any other cause than the presence of the Jew and his action within Christian society.  And the anti-Christian action of the Jew has always been parallel to the Christian action from the beginning of the latter, because at the very moment when the apostles and their disciples traveled the world to “teach all nations”, the Jews, expelled from Israel and scattered over the Earth, everywhere denied the messianism of Christ and fought His work.

La question juive, avec ses multiples aspects et ses conséquences dans tous les domaines, est donc basique et fondamentale dans tout projet de restauration nationale et politique et elle doit être d’autant plus considérée que chaque axiome fasciste, nationaliste et chrétien trouve dans la philosophie judaïque et son action un axiome opposé qui tend à le détruire

The Jewish question, with its multiple aspects and its consequences in all fields, therefore is basic and fundamental in any project of national and political restoration.  And it must be all the more considered, since every fascist, nationalist and Christian axiom is met in Jewish philosophy and its action with an opposed axiom which tends to destroy it.

[35]
[35]

Subscribe for the next segment!
Abonnez-vous pour le prochain segment!


Further Preview:  Adrien Arcand’s The Key to the Mystery  (1939 Paris Edition)

SELECTED QUOTATION

Adrien Arcand

Adrien Arcand


“Not until there is a League of Nations; not until there are ALLIED ARMIES effectively employed in protecting all the weak, can we hope that the Jews will be able to develop their national State in Palestine without hindrance, and also not until a league of nations is penetrated by the socialist spirit will it be possible for us to enjoy our international necessities as well as our national necessities.”

— Alfred Nossig, Jew, in his book in German, “International Judaism”, Berlin, 1922, quoted in THE KEY TO THE MYSTERY (Paris, 1939), p. 47, exclusive English translation by Adrien Arcand Books.  Nota bene:  The League of Nations was established in 1920; Wikipedia dates the Nossig book at 1921.

FOREWORD

On December 17, 2018, I gave you the first big instalment of Adrien Arcand’s The Key to the Mystery (1939 Paris Edition).  That first preview of the new English translation covered nearly a quarter of the book, ending at the top of page 42.  Today, I’m giving you the final few pages of that segment, ending at the bottom of page 53.


THE KEY TO THE MYSTERY

Adrien Arcand’s La Clé du Mystère

FROM THE PARIS EDITION OF 1939

A NEW ENGLISH TRANSLATION

COMPLETING THE FIRST SEGMENT

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

« Les tendances des Juifs au communisme, en dehors de toute collaboration matérielle à des organisations de partis, quelle confirmation éclatante ne trouvent-elles pas dans l’aversion profonde qu’un grand Juif, un grand poète, Henri Heine, éprouvait pour le Droit Romain.  Les causes subjectives, les causes passionnelles de la révolte de Rabbi Aquiba et de Bar Kocheba de l’an 70 après J.-C, contre la Pax Romana et le Jus Romanum, comprises et ressenties, subjectivement, passionnément par un Juif du XIXe siècle, qui, apparemment, n’avait conservé aucun lien avec sa race.

“The tendencies of the Jews toward Communism, beyond all material collaboration in organizing the parties, what striking confirmation do these not find in the deep aversion that a great Jew, a great poet, Heinrich Heine, felt for Roman Law.  The subjective causes, the passionate causes of the revolt of Rabbi Aquiba and Bar Kocheba in the year 70 A.D., against the Pax Romana and the Jus Romanum, were understood and felt subjectively, passionately by a 19th-Century Jew who had maintained no link with his race.

« Et les révolutionnaires juifs et les communistes juifs qui s’attaquent au principe de la propriété privée, dont le monument le plus solide est le Codex Juris Civilis de Justinien et de Vulpien font-ils autre chose que leurs ancêtres qui résistaient à Vespasien et à Ti-

“And the Jewish revolutionaries and the Jewish communists who attack the principle of private property, whose most solid monument is the Corpus Juris Civilis of Justinian and Vulpian, do they do anything other than their ancestors did who resisted Vespasian and Ti-

[42]
[42]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

tus ?  En réalité, ce sont les morts qui parlent.» — Page 86.

tus?  In reality, it is the dead who are speaking.” — Page 86.

dingbat2

dingbat2

« The Maceabean » journal juif de New-York, novembre 1905, 250, « Une révolution juive » :

“The Maceabean”, a Jewish newspaper from New York, in November 1905, 250:  “A Jewish Revolution”:

« La révolution de 1905 en Russie, est une révolution juive, une crise dans l’histoire juive.  C’est une révolution juive parce que lu Russie est l’abri de presque la moitié des Juifs du monde entier, et que le renversement de son gouvernement despotique aura une très grande influence sur les destinées de millions de Juifs habitant ce pays et sur celles des milliers qui ont récemment émigré de tous côtés.  Mais la révolution de Russie est une révolution juive surtout parce que les Juifs sont les révolutionnaires les plus actifs de l’empire du tsar. »

“The 1905 revolution in Russia is a Jewish revolution, a crisis in Jewish history.  It is a Jewish revolution because Russia is the haven of nearly half the world’s Jews, and the overthrow of its despotic government will have a very great influence on the destinies of the millions of Jews inhabiting this country and on those of thousands who recently emigrated from all sides.  But the revolution in Russia is a Jewish revolution, above all because the Jews are the most active revolutionaries in the empire of the czar.”

dingbat2

dingbat2

MAURICE SAMUEL, dans son livre, « I the Jew », 1023, écrit :

MAURICE SAMUEL, in his book, “I the Jew”, 1023, writes:

« Nous, les Juifs, nous sommes des revolutionnaires-nés.  Dieu nous a ainsi faits et constitués que s’ils nous était donné d’atteindre à quelques-uns de nos buts, objet de nos convoitises avouées, nous nous mettrions immédiatement à l’œuvre, par simple principe, pour essayer de démolir ce qui vient d’être édifié ».

“We Jews are born revolutionaries.  God constituted us and made us thus, so that having been endowed to achieve some of our goals, the object of our avowed lusts, we would immediately go to work, by simple principle, to try to tear down what has just been built.”

dingbat2

dingbat2

A. D. RAPPOPORT, « Pioneers of The Russian Révolution », 1918 :

A. D. RAPPOPORT, « Pioneers of The Russian Révolution », 1918 :

« A travers toute l’histoire l’esprit des Juifs a toujours été révolutionnaire et subversif,

“Throughout history the spirit of the Jews has always been revolutionary and subversive,

[43]
[43]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

mais subversif avec l’idée de construire sur des ruines ». — Page 100.

but subversive with the idea of ​​building on ruins”, — Page 100.

dingbat2

dingbat2

BERNARD LAZARE, Juif, dans « L’antisémitisme » :

BERNARD LAZARE, Jew, in “Anti-Semitism”:

« Le Juif joue un rôle dans les révolutions, et il y participe en tant que Juif ou, plus correctement, en tant qu’il reste Juif … L’esprit du Juif est essentiellement un esprit révolutionnaire et, consciemment ou autrement, LE JUIF EST UN REVOLUTIONNAIRE ».

“The Jew plays a role in revolutions, and he participates in them as a Jew or, more correctly, to the extent he stays Jewish … The mind of the Jew essentially is a revolutionary mind and, consciously or otherwise, THE JEW IS A REVOLUTIONARY”.

dingbat2

dingbat2

« L’UNIVERS ISRAELITE», 5 sept. 1807 :

“THE ISRAELITE UNIVERSE”, 5 Sept., 1807:

« La révolution, avec son egalité et sa Fraternité, est l’étoile d’Israël ».

“The Revolution, with its equality and its fraternity, is the star of Israel”.

dingbat2

dingbat2

« ARCHIVES ISRAELITES », 6 juillet 1889 :

“ISRAELITE ARCHIVES“, July 6, 1889:

« L’année 1789 est une nouvelle Pâques ; la révolution française a un caractère hébraïque très prononcé ».

“The year 1789 is a new Passover; the French Revolution has a very pronounced Hebrew character.”

dingbat2

dingbat2

« NEW YORK TIMES », 21 mars 1917 :

“NEW YORK TIMES”, March 21, 1917:

« Kennan repasse l’histoire.  11 dit comment Jacob Schiff (banquier juif) a financé la propagande révolutionnaire dans L’armée du tsar.

“Kennan reexamines history.  He describes how Jacob Schiff (a Jewish banker) funded revolutionary propaganda in the Tsar’s Army.

« M. Kennan a parlé du travail pour la révolution, accompli par les amis de la Liberté Russe.  Il dit que pendant la guerre russo-japonaise il était à Tokio et qu’il lui fut permis de visiter les 12.000 prisonniers russes aux mains des Japonais.  Il avait conçu l’idée d’imprégner l’armée russe de propa-

“Mr. Kennan spoke of the work for the revolution accomplished by the friends of Russian Liberty.  He said that during the Russo-Japanese war he was in Tokyo and was allowed to visit the 12,000 Russian prisoners in the hands of the Japanese.  He had conceived the idea of saturating the Russian army with propa-

[44]
[44]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

gande révolutionnaire …  Il fit venir d’Amérique toute la propagande révolutionnaire russe qu’on pouvait obtenir.  Il dit qu’un jour le Dr Nicholas Russell vint le rencontrer à Tokio et lui dit qu’il avait été envoyé pour l’aider dans son travail.

ganda. … He summoned from America all the revolutionary Russian propaganda he could obtain.  He says that one day, Dr. Nicholas Russell came to meet him in Tokyo and told him that he had been sent to help him in his work.

« Le mouvement était financé par un banquier de New-York que vous connaissez et que vous aimez tous, dit-il en faisant allusion à M. Schiff.  « Bientôt nous reçûmes une tonne et demie de propagande révolutionnaire en russe.  A la fin de la guerre, 50.000 officiers et soldats russes retournaient dans leur pays comme d’ardents révolutionnaires.  Les Amis de la Liberté Russe avaient planté 50.000 semences de liberté dans cent régiments.  Je ne sais pas combien de ces officiers s’emparaient de la forteresse de Pétrograd, la semaine dernière, mais nous savons quelle part l’armée vient de jouer dans la révolution ».

“The movement was funded by a New York banker whom you know and love,” he said, referring to Schiff.  “We soon received a ton and a half of revolutionary propaganda in Russian.  At the end of the war, 50,000 Russian officers and soldiers returned to their country as ardent revolutionaries.  The Friends of Russian Liberty had planted 50,000 seeds of freedom in one hundred regiments.  I do not know how many of these officers seized the fortress of Petrograd last week, but we know what part the army has just played in the revolution.”

« Puis fut lu à l’assemblée un télégramme de Jacob H. Schiff, se lisant en partie comme suit :  « Dites pour moi à ceux qui sont là ce soir combien je regrette de ne pouvoir célébrer avec les Amis de la Liberté Russe la récompense tangible de ce que nous avons espéré et avons fait durant ces longues années ».

“Then, a telegram from Jacob H. Schiff was read to the assembly, stating in part:  ‘Tell those who are here tonight how much I regret not being able to celebrate with the Friends of Russian Liberty the tangible reward for our hopes and actions over these long years’.”

dingbat2

dingbat2

ELIE EBERLIN, Juif, dans son livre « Les Juifs d’aujourd’hui », 1928 :

ELIE EBERLIN, Jew, in his book “The Jews of Today”:

« Le Paole-Sionisme poursuit sa tâche en Russie, en Palestine et ailleurs.  A l’heure qu’il est il apparaît comme l’unique PARTI PROLETARIEN INTERNATIONAL.  Une de

“Paole-Zionism” continues its work in Russia, Palestine and elsewhere. At present it appears as the only PROLETARIAN INTERNATIONAL PARTY.  One of

[45]
[45]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

ses fractions adhère à l’Internationale Communiste, l’autre à l’Internationale Socialiste ». ― Page 24.

its factions adheres to the Communist International, the other to the Socialist International”. ― Page 24.

« Au cours de son existence autonome, le peuple juif a passé par de nombreuses formes de gouvernement.  Mais ni la dictature paternelle du grand Moïse, ni le pouvoir des rois régi par une constitution religieuse, ni la république des fidèles sous la présidence des Grands Prêtres, ni le despotisme des derniers roitelets s’appuyant sur Rome n’ont été agréés par ce peuple de rêveurs.  Les Juifs ont toujours eu un gouvernement, mais ils n’ont jamais fait que le subir ». — Page 134.

“Throughout its autonomous existence, the Jewish people has gone through many forms of government.  But neither the paternal dictatorship of the great Moses, nor the power of kings governed by a religious constitution, nor the republic of the faithful under the presidency of the High Priests, nor the despotism of the last petty kings basing themselves on Rome have been accepted by this people of dreamers.  The Jews have always had a government, but they have never done more than endure it.” – Page 134.

« De ce fait, les Juifs n’ont pu maintenir leur Etat parmi les Etats de l’antiquité et ont dû fatalement devenir les ferments révolutionnaires de l’univers ». — Page 143.

“As a result, the Jews were unable to maintain their own State among the States of antiquity and inevitably had to become the revolutionary ferments of the universe.” – Page 143.

« CE QU’IL Y A ENCORE DE JUIF DANS LE BOLCHEVISME, c’est la renonciation aux récompenses de l’au-delà, dans l’autre monde, et la recherche du bonheur ici-bas sur la terre.  Mais cette idée qui marque le triomphe des valeurs juives sur les mystico-chrétiennes » est commune à l’heure qu’il est à tous les peuples ». — Page 155.

“WHAT STILL IS JEWISH IN BOLSHEVISM is the renunciation of rewards in the hereafter, in the next world, and the search for happiness here on earth. But this idea, which marks the triumph of Jewish values over ‘mystical-Christian’ values, is common at the present time to all peoples.” – Page 155.

« Un Intérêt Vital »

“A Vital Interest”

Alfred NOSSIG, Juif, dans son livre « Intégrales Judentum », Berlin, 1922 :

Alfred NOSSIG, Jew, in his book “International Judaism”, Berlin, 1922:

« Le mouvement socialiste moderne est pour la plus grande partie une œuvre des Juifs ; ce furent des Juifs qui y imprimèrent la marque de leur cerveau, ce furent également des Juifs qui eurent une part pré-

“The modern socialist movement is for the most part a work of the Jews; it was Jews who imprinted the mark of their brains upon it, it was also Jews who had a pre-

[46]
[46]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

pondérante dans la direction des premières républiques socialistes ; cependant, les chefs socialistes juifs, étaient pour la plupart éloignés du judaïsme ; malgré cela, le rôle qu’ils jouèrent ne dépend pas seulement d’eux seuls ; en eux opérait de façon inconsciente le vieux principe eugénitique du mosaïsme, le sang ou vieux peuple apostolique vivait dans leur cerveau et dans leur tempérament social.

ponderant role in the management of the first socialist republics; however, the Jewish socialist leaders were for the most part distanced from Judaism; notwithstanding, the role they played did not depend solely on them; within them unconsciously operated the old eugenic principle of Mosaism; the blood, or the old apostolic people, lived in their brain and in their social temperament.

« Le socialisme mondial actuel qui forme le premier stade de l’accomplissement du mosaïsme, le début de la réalisation du monde futur annoncé par nos prophètes.

“Current world socialism forms the first stage of the accomplishment of Mosaism, the beginning of the realization of the future world announced by our prophets.

« Ce n’est que lorsqu’il y aura une Ligue des Nations ; ce n’est que lorsque ses ARMEES ALLIEES seront employées de façon efficace à la protection de tous les faibles, que nous pourrons espérer que les Juifs seront à même de développer sans entrave en Palestine leur Etat national, et également ce ne sera qu’une ligue des nations pénétrée de l’esprit socialiste qui nous rendra possible la jouissance de nos nécessités internationales aussi bien que nationales.

“Not until there is a League of Nations; not until there are ALLIED ARMIES effectively employed in protecting all the weak, can we hope that the Jews will be able to develop their national State in Palestine without hindrance, and also not until a league of nations is penetrated by the socialist spirit will it be possible for us to enjoy our international necessities as well as our national necessities.

« C’est pourquoi tous les groupes juifs, quels qu’ils soient, sionistes ou adeptes de la dispersion, ont un intérêt vital à la victoire du socialisme ; ils doivent l’exiger non seulement par principe, non seulement à cause de son identité avec le mosaïsme, mais aussi par principe tactique ».

“This is why all the Jewish groups, whatever they be, Zionists or adepts of the Diaspora, have a vital interest in the victory of socialism; they must require it not only on principle, not only because of their identity with Mosaism, but also on tactical grounds”.

« Contrôle de Tous
Les Groupes »

“Control of All
The Groups”

A. S. RAPPOPORT, Juif, dans son livre « Pioneers of the Russian Révolution », 1918 :

A. S. RAPPOPORT, Jew, in his book “Pioneers of the Russian Revolution”, 1918:

[47]
[47]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

« Il n’y avait pas une seule organisation politique de ce vaste empire russe qui ne fut pas influencée par des Juifs ou dirigée par eux.  Le parti social-démocratique, le parti socialiste révolutionnaire, le parti socialiste polonais, comptaient tous des Juifs parmi leurs chefs.  Plehve avait peut-être raison quand il disait que la lutte pour l’émancipation politique en Russie et la question juive étaient pratiquement identiques.  Le Bund, ou Union générale des travailleurs juifs, fut fondé en 1897.  C’était une association politique et économique du prolétariat juif, d’abord opposée à toute distinction nationaliste, puis graduellement imprégnée de sentiments nationalistes juifs ». — Page 25.

There was not a single organization in this vast Russian empire which was not influenced by Jews or led by them.  The social-democratic party, the revolutionary socialist party, the Polish socialist party, all counted Jews among their leaders.  Plehve was perhaps right when he said that the struggle for political emancipation in Russia and the Jewish question were practically the same.  The Bund, or General Union of Jewish workers, was founded in 1897.  It was a political and economic association of the Jewish proletariat, at first opposed to any nationalist distinction, then gradually pervaded by nationalist Jewish sentiments”. ― Page 25.

« Plus que les Polonais, les Lettons, les Finlandais ou même que n’importe quel groupe ethnique du vaste empire des Romanof, ils (les Juifs) ont été les artisans de la révolution de 1917 ». — Page 288.

“More than the Poles, the Letts, the Fins or whatever other ethnic group in the vast empire of the Romanoffs, they (the Jews) were the artisans of the revolution of 1917.” – Page 288.

La Révolution :  Rêve des
“Temps Messianiques”

The Revolution: A Dream From
“Messianic Times”

« L’antisémitisme et ses causes ») par BERNARD LAZARE, Juif, Paris, 1894 :

“Antisemitism and its causes” by BERNARD LAZARE, Jew, Paris, 1894:

« Au milieu de toutes les nations d’Europe, les Juifs existent comme une communauté confessionnelle, ayant sa nationalité, ayant conservé un type particulier, des aptitudes spéciales et un esprit propre ». Page 297.

“In the midst of all the nations of Europe, the Jews exist like a confessional community, having its nationality, having maintained a particular type, special aptitudes and their own spirit”.  297.

« Le Juif est un type confessionnel ; te1 qu’il est, c’est la Loi et le Talmud qui l’ont fait ; plus fort que le sang ou les variations

“The Jew is a confessional type; such as he is, it is the Law and the Talmud that have made him so; stronger than blood or the variations

[48]
[48]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

climatériques, ils ont développé en lui des caractères que l’imitation et l’hérédité ont perpétue ». — Page 283.

in climate, they have developed in him characteristics that imitation and heredity have perpetuated”. – Page 283.

« Nulle religion autant que la religion juive ne fut aussi pétrisseuse d’âme et d’esprit ». ― Page 283.

“No religion but the Jewish religion has so kneaded heart and mind”. ― Page 283.

« Plus ancienne, plus immuable, plus étroite et plus strictement respectée que n’importe qu’elle autre ». — Page 281.

“More ancient, more immutable, more insular and more strictly respected than any other”. — Page 281.

« Animé de ce vieux matérialisme hébraïque qui rêva perpétuellement d’un paradis réalisé sur la terre et repoussa toujours la lointaine et problématique espérance d’un éden après la mort ». — Page 346.

“Moved by this old Hebrew materialism that perpetually dreamed of a paradise achieved on Earth and always drove back the distant and problematic hope of an Eden after death.” — Page 346.

« La philosophie du Juif fut simple … N’ayant qu’un nombre restreint d’années à lui dévolu, il voulut en jouir, et ce ne furent point des plaisirs moraux qu’il demanda mais des plaisirs matériels, propres à embellir, à rendre douce son existence.  Comme le paradis n’existait pas, il ne pouvait attendre de Dieu, en retour de sa fidélité, de sa piété, que des faveurs tangibles ; non des promesses vagues, bonnes pour des chercheurs d’au-delà, mais des réalisations formelles, se résolvant par un accroissement de la fortune, une augmentation du bien-être ».

“The philosophy of the Jew was simple … Having but a few years allotted to him, he wanted to enjoy them, and in no way was it moral pleasure that he demanded but material pleasures, liable to improve, to sweeten his existence.  Since paradise did not exist, he could expect from God, in return for his faithfulness, his piety, only tangible favors; not vague promises good for seekers of an afterlife, but formal realizations, brought into being by a growth in fortune, an increase in well-being”.

« N’ayant aucun espoir de compensation future, le Juif ne pouvait se résigner aux malheurs de la vie ; ce n’est que fort tard qu’il put se consoler de ses maux en songeant aux béatitudes célestes.  Aux fléaux qui l’atteignaient, il ne répondait ni par le fatalisme des musulmans, ni par la résignation du chrétien, il répondait par la révolte ». — Page 307.

“Having no hope of future compensation, the Jew could not resign himself to the misfortunes of life; only much later could he console himself for his ills by dreaming of celestial blessings.  To misfortunes that he suffered, he replied neither with the fatalism of the Muslims, nor the resignation of the Christian, he replied with revolt”. — Page 307.

[49]
[49]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

« Donc, la conception que les Juifs se firent de la vie et de la mort fournit le premier élément à leur esprit révolutionnaire. Partant de cette idée que le bien, c’est-à-dire le juste, devait se réaliser non pas outre-tombe, puisque outre-tombe il y a le sommeil jusqu’au jour de la résurrection du corps, mais pendant la vie, ils cherchèrent la justice et, ne la trouvant jamais, perpétuellement insatisfaits, ils s’agitèrent pour l’avoir». — Page 314.

“Therefore, the Jews’ conception of life and death provides the first element to their revolutionary spirit.  Starting with this idea that the good, meaning the just, must be achieved not beyond the tomb, since beyond the tomb there is sleep until the day of the resurrection of the body, they seek justice and, never finding it, perpetually unsatisfied, they agitate for it.” ― Page 314.

« Sans la loi, sans Israël pour la pratiquer, le monde ne serait pas, Dieu le ferait rentrer dans le néant ; et le monde ne connaîtra le bonheur que lorsqu’il sera soumis à l’empire universel de cette loi, c’est-à-dire à l’empire des Juifs». — Page 8. (1894, Protocols ?)

“Without the law, without Israel to practice it, the world would not be; God would return it to nothingness; and the world would not know happiness until it was submitted to the universal rule of this law, meaning to the rule of the Jews”. – Page 8, (1894, Protocols?)

« Le bonheur se réalisera par la liberté, l’égalité et la justice.  Cependant si, parmi les nations, celle d’Israël fut la première qui pensa à ces idées, d’autres peuples, à divers moments de l’histoire, les soutinrent et ne furent pas pour cela des peuples de révoltés, comme le peuple Juif.  Pourquoi ?  Parce que si ces peuples furent convaincus de l’excellence de la justice, de l’égalité et de la liberté, ils n’en tinrent pas leur réalisation totale comme possible, au moins dans ce monde, et par conséquent, ils ne travaillèrent pas uniquement à leur avènement.

“Happiness is achieved through liberty, equality and justice.  However, if, among the nations, Israel was the first to think of these ideas, other peoples, at various times in history, have supported them and were not, for all that, revolutionary peoples, like the Jewish people.  Why?  Because if these peoples were convinced of the excellence of justice, equality and liberty, they did not view their complete achievement as possible, at least in this world, and in consequence, they did not work solely for their advent.

« Au contraire, les Juifs crurent, non seulement que la justice, la liberté, l’égalité pouvaient être les souveraines du monde, mais ils se crurent spécialement missionnés pour travailler à ce régime. Tous les désirs, toutes les espérances que ces trois idées faisaient

“On the contrary, the Jews believed, not only that justice, liberty, equality, could be the sovereigns of this world, but they believed themselves especially assigned to work toward this regime.  All the desires, all the hopes to which these three ideas gave

[50]
[50]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

naître, finirent par se cristalliser autour d’une idée centrale :  celle des temps messianiques, de la venue du Messie, qui devait être envoyé par Jahvé pour asseoir la puissance des reines terrestres ». ― Page 322.

rise, ended up crystallizing around a central idea :  that of the messianic times, of the coming of the Messiah, who was to be sent by Jahweh to establish the earthly reins of power.” ― Page 322.

Les Grandes Lignes De La
Conspiration

The Broad Lines of the
Conspiracy

Bernard LAZARE, Juif, dans son livre « L’antisémitisme et ses causes» :

Bernard LAZARE, Jew, in his book, “Antisemitism and its Causes”:

« Tel qu’il était, avec ses dispositions, avec ses tendances, il était inévitable que le Juif jouât un rôle dans les révolutions : il l’a joué ». Page 329.

“Such as he was, with his aptitudes, his proclivities, it was inevitable that the Jew play a role in the revolutions:  he has played it”.  Page 329.

«Les Juifs furent toujours des mécontents. Je ne veux pas prétendre par là qu’ils aient été simplement des frondeurs ou des opposants systématiques à tout gouvernement, mais l’état des choses ne les satisfait pas ; ils étaient perpétuellement inquiets dans l’attente d’un mieux qu’ils ne trouvaient jamais à réaliser… Les causes qui firent naître cette agitation, qui l’entretinrent et la perpétuèrent dans l’âme de quelques Juifs modernes, ne sont pas des causes extérieures telles que la tyrannie effective d’un prince, d’un peuple ou d’un code farouche ; ce sont des causes internes, c’est-à-dire qui tiennent à l’essence même de l’esprit hébraïque. A l’idée que les Israélites se faisaient de Dieu, à leur conception de la vie et de la mort, il faut demander les raisons des sentiments de révolte dont ils furent animés». — Page 305.

“The Jews were always malcontents.  I don’t mean to pretend that they were simply rebellious or systematic opponents of any government, but the state of things never satisfies them; they have been perpetually fretful in expectation of a better.  The causes which gave rise to this agitation, which kept it alive and perpetuated it in the souls of some modern Jews, are not external causes such as the actual tyranny of a prince, a people or an unsocial code; they are internal causes, meaning they are due to the very essence of the Hebrew spirit.  As to the Israelites’ idea of God, as to their notion of life and death, we must seek the reasons for the feelings of revolt that animated them. ― Page 305.

« Pendant la seconde période révolutionnaire, celle qui part de 1830, ils montrèrent plus d’ardeur encore que pendant la premiè-

“During the second revolutionary period, which began in 1830, they showed even more ardor than during the first

[51]
[51]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

re.  Ils y étaient d’ailleurs directement intéressés, car dans la plupart des Etats de l’Europe, ils ne jouissaient pas de la plénitude de leurs droits. Ceux-là même d’entre eux qui n’étaient pas révolutionnaires par raisonnement et tempérament le furent par intérêt : en travaillant pour le triomphe du libéralisme ils travaillaient pour eux.  Il est hors de doute que par leur or, leur énergie, leur talent, ils soutinrent et secondèrent la révolution européenne… Durant ces années, leurs banquiers, leurs industriels, leurs prêtres, leurs écrivains, leurs tribuns, mus par des idées bien différentes d’ailleurs, concoururent au même but… on les trouve mêlés au mouvement de la Jeune Allemagne ; ils furent en nombre dans les sociétés secrètes, qui formèrent l’armée combattante révolutionnaire, dans les loges maçonniques, dans les groupes de la charbonnerie, dans la Haute Vente Romaine, partout, en France, en Allemagne, en Suisse, en Autriche, en Italie ». — Page 341.

They were moreover directly interested in it, because in most of the States of Europe they did not enjoy the fullness of their rights.  Even those of them who were not revolutionaries by reasoning and temperament were so out of interest:  in working for the triumph of liberalism, they worked for themselves.  There is no doubt that by their gold, their energy, their talent, they supported and seconded the European revolution … During these years, their bankers, their industrialists, their priests, their writers, their tribunes, moved moreover by quite different ideas, competed for the same goal … they are found mixed up with the Young Germany movement; they were numerous in the secret societies which formed the revolutionary fighting army, in the Masonic lodges, in the coalmining groups, in the Haute Vente Romaine, everywhere, in France, in Germany, in Switzerland, in Austria, in Italy”. ― Page 341.

« D’un côté, ils ont été parmi les fondateurs du capitalisme industriel el financier et ils collaborent activement à cette centralisation extrême des capitaux qui facilitera sans doute leur socialisation; de l’autre, ils sont parmi les plus ardents adversaires du capital.  Au Juif draineur d’or, produit de l’exil, du Talmudisme, des législations et des persécutions, s’oppose le Juif révolutionnaire, fils de la tradition biblique et prophétique, cette tradition qui anima les anabaptistes libertaires allemands du XVIe siècle et les puritains de Cromwell». — Page 393.

“On one hand, they were among the founders of industrial and financial capitalism, and they are actively collaborating in this extreme centralization of capital which will undoubtedly facilitate their socialization; on the other, they are among the most ardent opponents of capital.  Against the gold-draining Jew, product of the exile, of Talmudism, of laws and persecutions, is opposed the revolutionary Jew, the son of biblical and prophetic tradition, this tradition which animated the German libertarian anabaptists of the XVIth Century and the puritans of Cromwell.” ― Page 393.

[52]
[52]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

« A ROTHSCHILD CORRESPONDENT MARX ET LASALLE, au combat pour l’argent, le combat contre l’argent et le cosmopolitisme de l’agioteur devient l’internationalisme prolétarien et révolutionnaire. — Page 343.

“To ROTHSCHILD CORRESPOND MARX AND LASALLE, to the fight for money, the fight against money, and the cosmopolitanism of the stockjobber becomes proletarian and revolutionary internationalism. ― Page 343.

« Les Juifs émancipés pénétrèrent dans les nations comme des étrangers … Ils entrèrent dans les sociétés modernes, non comme des hôtes, mais comme des conquérants.  Ils étaient semblables à un troupeau parqué. Soudain les barrières tombèrent et ils se ruèrent dans le champ qui leur était ouvert.  Or, ils n’étaient pas des guerriers… Ils firent la seule conquête pour laquelle ils étaient armés, cette conquête économique qu’Us s’étaient préparés à faire  depuis de si longues années ». — Page 223.

“The emancipated Jews entered the nations as foreigners … They entered modern societies, not as guests, but as conquerors.  They were like a penned herd.  Suddenly the barriers fell and they rushed onto the field that opened to them.  But they were not warriors … They made the only conquest for which they were armed, the economic conquest they had been preparing for such long years. ― Page 223.

La révolution française fut avant tout une révolution économique. Si on peut la considérer comme le terme d’une lutte de classes, on doit aussi voir en elle l’aboutissant d’une lutte entre deux formes de capital, le capital immobilier et le capital mobilier ; le capital foncier et le capital industriel et agioteur. Avec la suprématie de la noblesse disparut la suprématie du capital foncier, et la suprématie de la bourgeoisie amena la suprématie du capital industriel et agioteur.  L’émancipation du Juif est liée à l’histoire de la prépondérance de ce capital industriel ». — Page 224.

The French revolution was above all an economic revolution.  If we can consider it as the end of a class struggle, we must also see in it the outcome of a struggle between two forms of capital, real estate capital and movable capital; land capital and industrial capital and stakeholding.  Together with the supremacy of the nobility the supremacy of land capital disappeared, and the supremacy of the bourgeoisie brought the supremacy of industrial capital and stockjobbing.  The emancipation of the Jew is linked to the history of the preponderance of this industrial capital. ― Page 224.

_____
_____
[53]
[53]

Subscribe!  Great stuff here and more to come.

Abonnez-vous!  De bonnes choses ici et plus à venir.

 

New free eBook:  The Swastika, What it Represents, Adrien Arcand (1933)

New free eBook:  The Swastika, What it Represents, Adrien Arcand (1933).FRONT COVER

New free eBook:  The Swastika, What it Represents, Adrien Arcand (1933).BACK COVER

GET THE FLASH FLIPBOOK

The Swastika What it Reoresents, Adrien Arcand, flash flipbook

The Swastika What it Reoresents, Adrien Arcand (1933). One download, all formats: pdf, flash flipbook, azw3, epub, fb2, lit, lrf, mobi, pdb, tcr

 

FOREWORD

“The Swastika, What it Represents” is the closing segment to Adrien Arcand’s 1933 address in French entitled “Fascisme ou Socialisme ?” (“Fascism or Socialism?”) given at Montreal and published by Le Patriote.  It is found on pages 65, 66 and 67 of the French talk.

This eBook presents an exclusive English translation of Adrien Arcand’s 1933 explanation of what the Swastika means to him.  This English translation was first prepared on 31 July 2017.
 

DEDICATION

For Adrien Arcand, who stated:

“The Christ had said and proven that these descendants of Abraham were to reign eternally over all, and above all was He, the only Son of the Father, not created but engendered by the Father, ever after known by the name of YHVH, Jehovah, Sabbaoth, etc.”

— Down With Hate! 1965, page 20
 

DEFINITIONS:

ADJECTIVE: ANACHRONISTIC U,NA-KRU’NIS-TIK
1.  Chronologically misplaced

NOUN: ANACHRONISM U’NA-KRU,NI-ZUM
1.  Something located at a time when it could not have existed or occurred
2.  An artifact that belongs to another time

NOTA BENE:

It would be anachronistic to interpret the intentions of Adrien Arcand using post-war interpretations of the swastika attributed to Hitler by various writers.  Adrien Arcand adopted the swastika in 1933, well before WWII (1939-1945), and he clearly explained what it meant for him.  It was a symbol to unite the family of white western peoples in mutual understanding, to prevent another world war among them.  It was the symbol of a common racial identity transcending international borders for the purpose of achieving “real world peace”.

A different understanding of the swastika cannot be removed from the post-war context and transposed backward in time onto a period of history when it did not have that meaning.  It cannot be imposed on a man for whom it did not have that meaning, in particular when the man has already explained precisely what it meant for him, in 1933.


THE SWASTIKA, WHAT IT REPRESENTS

Adrien Arcand, 1933

AN EXCLUSIVE ENGLISH TRANSLATION

 
APPENDICE – APPENDIX

The Swastika, What it Represents

La Croix Gammée, ce qu’elle représente

Swastika

The swastika from the frontispiece of Adrien Arcand’s Fascisme ou Socialisme? (1933)

 

Depuis leur dispersion les Juifs, répandus sur toute la terre, n’ont jamais cessé de former un tout compact, fanatiquement uni en ce qui concerne leurs intérêts nationaux.  Ce sont les plus ardents des nationalistes, leurs livres sacrés et profanes en font foi.

Since their dispersal, the Jews, spread over the whole Earth, have never ceased to form a compact whole, fanatically united in regard to their national interests.  They are the most ardent of nationalists, as their sacred and profane books prove.

Qu’ils soient en Allemagne, en Angleterre, en France, aux Etats-Unis, en Pologne ou en Canada, les Juifs restent immuablement Juifs, à cause de ce profond nationalisme qui les caractérise.  Là où ils se trouvent, ils n’ont pas voulu devenir des Allemands, des Anglais, des Français, des Américains ou des Canadiens, alors que les vieilles races romaine, celtique, gauloise, francque, etc., se sont fondues en groupes plus généralisés, plus souples et plus civilisés.  La marche du temps et le travail des siècles ont raffiné et policé toutes les races, mais rien n’a pu altérer la juiverie et le juivisme.  Ils sont exactement aujourd’hui ce qu’ils étaient au temps de Moïse, au temps du Christ et au temps de Maïmonides, les agents, les apôtres, les propagateurs du matérialisme.

Whether in Germany, in England, in France, in the United States, in Poland or in Canada, the Jews remain immutably Jews because of this profound nationalism which characterizes them.  Wherever they are found, they have not wanted to become Germans, English, French, Americans or Canadians, whereas the old races, the Roman, Celtic, Gallic, Frank, etc., have merged into more generalized groups, more flexible and more civilized.  The march of time and the work of centuries have refined and polished all the races, but nothing has been able to alter Jewry or Jewism.  They are today exactly what they were in the time of Moses, in the time of Christ and in the time of Maimonides1, the agents, the apostles, the propagators of materialism.

Ceci s’explique parce que les Juifs, ne se considérant nulle part dans leur patrie, ne trouvant dans aucun pays un foyer de judaïsme, se sont confinés aux intérêts matériels des pays qui les recevaient, sans vouloir en accepter les intérêts spirituels et moraux.  Si les Juifs subissent avec plus ou moins de loyauté le drapeau qui les héberge, parée que ce n’est jamais leur drapeau, ils se rangent tous unanimement sous la bannière de l’Etoile de Sion, faite de deux triangles entrelacés.  C’est le symbole du nationalisme juif, leur emblème national, et ils l’affichent dans tous les pays où ils se trouvent.  Dans leur lutte pour la domination du monde, les Juifs d’Angleterre mettent de côté le drapeau anglais, de même font les Juifs français en France, de même les Juifs canadiens au Canada, pour reconnaître au-dessus de tout et avant tout l’étendard sioniste.  Seuls les sémites, ou descendants de Sem, arborent ce drapeau ; le symbole des triangles entrelacés s’est même imposé chez certains Arabes.

This is explained because the Jews, who never con-sider themselves as in their own country anywhere, finding in no country a home for Judaism, have con-fined themselves to the material interests of the coun-tries which receive them, without wishing to accept the spiritual and moral interests.  If the Jews suffer with more or less loyalty the flag which accommodates them, because it is never their flag, they unanimously draw together under the banner of the Star of Zion, made of two interlaced triangles.  This is the symbol of Jewish nationalism, their national emblem, and they fly it in every country where they are found.  In their struggle for world domination, the Jews of England put the English flag aside, the Jews of France do likewise, as also do the Canadian Jews in Canada, to recognize above all and before all the Zionist standard.  Only the Semites, or descendants of Sem, sport this flag; the symbol of the interlaced triangles is even mandated among certain Arabs.

[65]
[65]
 

La Croix Gammée

The Swastika

Devant l’assaut des Juifs contre les races blanches ou Japhétiques (issues de Japhet), celles-ci tendent à graduellement se liguer dans un vaste mouvement défensif. Ce n’est pas par suite de propagande allemande, mais parce que tous ont conscience de la même attaque et ressentent le même danger, que tous les pays tendent simultanément vers un antisémitisme protecteur; c’est parce que chaque nation voit et constate ce que Ton a vu en Allemagne. Aussi a-t-on le spectacle d’une immense contraction, dans tous les pays de race blanche, pour se garer contre un péril dont on ne peut plus nier l’existence. La descendance de Japhet, dans un grand mouvement général et sous certains aspects inconscient, se lève pour répondre à l’offensive de la descendance de Sem.

Faced with the assault of the Jews against the white races or Japhetics (the descendants of Japheth), these latter tended gradually to league together in a vast defensive movement.  It is not because of German propaganda, but because all are conscious of the same attack and feel the same danger that all the countries tend simultaneously toward a protective anti-Semitism; it is because each nation sees and recognizes what has been seen in Germany.  We also have the spectacle of an immense contraction, in all the white countries, to save themselves from a peril the existence of which can no longer be denied.  The descendants of Japheth, in a great general movement and from some unconscious aspects, are rising up to reply to the offensive of the descendants of Sem.

Au-dessus de nos caractéristiques secondaires anglaise, française, italienne, allemande ou autre, il y a une grande caractéristique basique et fondamentale: nous sommes tous de race blanche. Si nous avons chacun, suivant notre patrie, un drapeau national, noua avons tous, en tant que membres de la race blanche, un emblème commun qui da symbolise : la croix gammée ou swastika, dont nous donnons la reproduction en page frontispice.

Beyond our English, French, Italian, German or other secondary characteristics, there is a great basic and fundamental characteristic; we are all of the white race.  If we each have, according to our country, a national flag, we all have, as members of the white race, a common emblem which symbolizes it:  the legged cross or swastika, reproduced on the frontispiece.

La croix gammée n’est pas un symbole hitlérien ni un emblème national. C’est un étendard générique qui rassemble sous son ombre tous les membres de la race indo-aryenne, à laquelle les blancs appartiennent. Si ce signe est si haineusement dénoncé par les Juifs, c’est parce que les sémites ne peuvent pa3 s’en prévaloir. Le Juif peut se réclamer du drapeau anglais, du drapeau français, de n’importe quel symbole religieux qu’il accepte, mais jamais et pour aucune considération il ne pourra se mettre sous l’égide de la croix gammée, parce qu’aucune puissance ne peut en faire un indo-aryen.

The swastika is not a Hitlerian symbol nor a national emblem.  It is a generic standard which gathers together in its shade all the members of the Indo-Aryan race, to which the whites belong.  If this sign is hatefully denounced by the Jews, it is because the Semites cannot claim it.  The Jew can claim for himself an English flag, or a French flag, or whatever religious symbol he will accept, but never and for no consideration can he place himself under the swastika, because no power can make an Indo-Aryan.

La plus récente étude scientifique faite sur les origines de la croix gammée Ta été par le professeur W.-Norman Brown, D.Ph., de l’Université de Pennsylvanie, où il enseigne le sanscrit. Dans cette étude (août 1933), le professeur Brown, qui est un anti-hitlérien, affirme que la croix gammée a d’abord été employée dans les régions “japhétiques” (vallée de l’In-dus, Bélouchistan, Troie, Suse, Chypre, Rhodes, Athènes) aussi lointainement que trois mille ans avant l’ère chrétienne, comme l’attestent les découvertes archéologiques; que cet emblème ne fut jamais employé par les sémites, qu’on ne le trouve pas dans les antiquités de leurs territoires. Depuis l’an 2,000 avant Jésus-Christ, le swastika fut toujours employé avec profusion par tous les groupes de la race indo-aryenne. Aujourd’hui, il forme un point de ralliement pour tous les “japhétiques” assaillis par les sémites dans une invasion et un combat non-sanguinaires, mais économiques, politiques et dont les conséquences sont identiques à celles d’une conquête armée.

The most recent scientific study conducted on the origins of the swastika was by Professor W.-Norman Brown, Ph.D., of the University of Pennsylvania, where he taught Sanskrit.  In this study (August 1933), Professor Brown, who is an anti-Hitlerian, affirmed that the swastika was first employed in the “Japhetic” regions (Indus Valley, Baluchistan, Troy, Susa, Cyprus, Rhodes, Athens) as long ago as three thousand years before the Christian era, as attested by archaeological discoveries; that this emblem was never used by the Semites, that it is not found among the antiquities of their territories.  Since the year 2,000 before Jesus Christ, the swastika was always employed with profusion by all the groups of the Indo-Aryan race.  Today, it forms a rallying point for all the “Japhetics” [Whites] assailed by the Semites in a bloodless but economic and political invasion and combat, the consequences of which are identical to those of a conquering army.

[66]
[66]
 

La Croix Gammée

The Swastika

Que l’on discute tant que l’on voudra la pureté de telle section indo-aryenne, il n’en reste pas moins que la race blanche est la race blanche, que les descendants de Japhet n’ont rien de commun’ avec les descendants de Sem, qu’ils diffèrent par des instincts fondamentalement opposés, que les tendances spirituelles des premiers ne pourront jamais s’allier aux tendances matérialistes des autres.

Discuss as you may the purity of a particular Indo-Aryan section, it nonetheless remains that the white race is the white race, that the descendants of Japheth have nothing in common with the descendants of Sem, that they differ by fundamentally opposed instincts, that the spiritual tendencies of the former can never be allied to the materialist tendencies of the others.

Les fascistes antisémites de tous les pays ont adopté pour emblème la croix gammée, symbole de leur race.  Bien que le fascisme soit énergiquement nationaliste, il trouve dans la croix gammée la clef d’un internationalisme qui doit répondre à l’internationalisme juif, puisque le combat engagé ne peut être gagné autrement.  De même, bien que les fascistes antisémites soient positivement chrétiens, ils ne veulent pas traîner dans la poussière du combat la croix chrétienne, symbole religieux, parce qu’il ne s’agit pas d’une guerre religieuse.

The fascist anti-Semites of all countries have adopted as their emblem the swastika, the symbol of their race.  Although fascism is energetically nationalist, it finds in the swastika the key to an internationalism which must answer Jewish internationalism, because the combat engaged cannot be won otherwise.  Similarly, although the fascist anti-Semites are positively Christian, they do not want to drag their Christian cross, a religious symbol, into the dust of battle, because this is not a religious war.

La croix gammée est et restera le symbole de ralliement de la race blanche, dans son effort mondial pour se dégager de la domination économique et politique des Juifs. Comme les Juifs s’inspirent de leur Etoile de Sion, l’affichent, en font un mot d’ordre au sein de leur race, il faut que les “japhé-tiques” arborent sans crainte leur swastika, s’en inspirent, s’en fassent un mot d’ordre, afin que les peuples de race blanche cessent de s’entre-déchirer, de se craindre, de se laisser diviser par les Juifs, afin qu’ils puissent se comprendre, s’entendre et, écoutant la voix de leur sang et leurs instincts communs, parviennent à la véritable paix mondiale.

The swastika is and will remain the rallying symbol of the white race in its world-wide effort to throw off the economic and political domination of the Jews.  As the Jews take inspiration from their Star of Zion, exhibiting it, making it a watchword among their race, the Japhetics must wear their swastika without fear, take inspiration from it, make it a watchword, in order that the peoples of the white race stop their internal quarreling, cease to fear each other and to allow themselves to be divided by the Jews, so that they can understand each other, agree with each other, and listening to the voice of their blood and their shared instincts, arrive at real world peace.

Que partout flotte fièrement et victorieusement la croix gammée !

May the swastika fly proudly and victoriously everywhere!

“Le Patriote”

“Le Patriote”

[67]
[67]

GET THE VIDEO

If you enjoyed this, you may like the video to keep with your eBook; the video has music!

Bitchute - The Swastika What It Represents (Video)

Click the image to view the video at Bitchute.

Download this video in a zip file:  https://my.pcloud.com/publink/show?code=XZSSsY7ZWbD05k3Son4B4mM3F6su9QwJgL9V
 

Subscribe, and share this web site with your address book!

Abonnez-vous et partagez ce site avec votre carnet d’adresses!

Preview:  The Inevitability of a Social Reconstruction, Adrien Arcand (1967)

FOREWORD

This is really the full text in English of Adrien Arcand’s 1967 short document, “L’inévitabilité d’une Reconstruction Sociale”.

L'inévitabilité d'une Reconstruction Sociale, Adrien Arcand (1967)

L’inévitabilité d’une Reconstruction Sociale, Adrien Arcand (1967)

The English has been done from an OCR found online, which is not a scan.  Or, someone retyped it.  The OCR or the retyped transcript looks like an Aaargh document, captured and reproduced again by somebody else.  The document is a PDF delivered in a zip folder.  There are no covers and no publication data.

It might be another talk, it probably is, but that isn’t indicated in the PDF itself.  Only the date of February, 1967 is indicated.  It seems to cap Arcand’s two short essays of 1966, Communism Installed Here and The Revolt of Materialism.

I really like this piece.  I don’t sense any gaps in the text, and in a race to get as much online as possible before the year 2018 comes to an end, here it is.  When I get a scan of the original and can proofread it, the eBook will go online as well.


THE INEVITABILITY OF A SOCIAL RECONSTRUCTION

Adrien Arcand, February 1967

FOR THE FIRST TIME, IN ENGLISH

 

L’inévitabilité d’une
Reconstruction Sociale

The Inevitability of a
Social Reconstruction

Préface

Preface

“La question qui s’agite, est d’une nature telle qu’à moins de faire appel à la religion et à l’Église, il est impossible de lui trouver une solution efficace”.

“The question evoked is of such a nature that unless religion and the Church are called upon, it is impossible to find an effectual solution.”

“Assurément, une cause de cette gravité demande encore à d’autres agents leur part d’activité et d’efforts; nous voulons parler des gouvernants, des maîtres et des riches, des ouvriers eux-mêmes dont le sort est ici en jeu.”

— Léon XIII

“To be sure, a cause of such gravity also demands from other agents their share of activity and of efforts; we want to speak of the rulers, the masters and the rich, the workers themselves, whose fate is at stake here.”

— Leo XIII

La vie est un mystère, la vie est irrationnelle justement parce que c’est un mystère.  La vie est indépendante de la raison humaine, elle vient et évolue avec ou sans la raison.  La raison peut tout au plus aider à orienter certains actes ou certaines phases de la vie, mais sans altérer en profondeur le destin que la Providence a assigné à la vie.  Raison et logique sont des fonctions de l’esprit, des abstractions; la vie est réalité vibrante, influençante et influencée.  Que de fois on entend une personne dire:  “Qui aurait cru qu’un jour je serais rendu là, que j’aurais fait ceci, réussi cela,

Life is a mystery, life is irrational precisely because it is a mystery.  Life is independent of human reason, it comes and it develops with or without reason.  Reason can, at most, help to orient certain acts or certain stages of life, but without deeply altering the destiny assigned to life by Providence. Reason and logic are functions of the mind, abstractions; life is vibrant reality, influencing and influenced.  How often have we heard someone say, “Who would have believed that one day, I would have been there, that I would have done this, succeeded at that,

– 1 –
– 1 –
 

L’inévitabilité d’une
Reconstruction Sociale

The Inevitability of a
Social Reconstruction

manqué dans telle entreprise ! », prouvant par là que la vie est indépendante de la logique et, même, non soumise à la raison ; aidant aussi à prouver que la grâce de Dieu, auteur de toute vie, est et reste l’unique élément auquel la vie peut être soumise.  Le caractère illogique et irrationnel de la vie apparaît non seulement chez l’homme, mais aussi chez les peuples, les cultures et les civilisations, qui apparaissent ou disparaissent sans que la raison humaine puisse en donner d’explication satisfaisante.  Si l’homme pouvait pénétrer le secret de la vie, lui arracher ses mystères, il pourrait faire plus que transmettre la vie, il pourrait la créer et en fixer le cours.  Mais il ne pourra jamais atteindre à cette puissance exclusive du Créateur ni « ex-équer » cette prérogative de Dieu.

or failed in such an undertaking!”, thus proving that life is independent of logic and, even, not subject to reason; helping also to prove that the grace of God, the Author of all life, is and remains the sole element to which life can be submitted.  The illogical and irrational character of life appears not only with man, but also with peoples, cultures and civilizations, who appear or disappear without human reason’s being able to offer a satisfactory explanation.  If man could penetrate the secret of life, wrench from it its mysteries, he might do more than transmit life, he might create it and set its course.  But he can never attain to this exclusive power of the Creator nor “execute” this prerogative of God.

C’est quand l’homme a voulu soumettre la vie — celle des hommes en particulier, celle des nations, celle de la société — à la raison, c’est-à-dire rationaliser vie, que le grand mal moderne a commencé.  La première erreur du modernisme fut bien le rationalisme, qui consiste à faire dépendre la vie, son cours, son destin, de la raison humaine.  Rationaliser un irrationnel !  En deux mots peut s’expliquer le chaos d’où l’humanité paraît incapable de s’extirper, par ses propres moyens.

When man has wanted to submit life—that of men in particular, that of nations, that of society—to reason, meaning to rationalize life, then began the great modern problem.  The first error of modernism was certainly rationalism, which consists in making life, its path, its destiny, depend on human reason.  To rationalize the irrational!  Two words can explain the chaos from which humanity seems incapable of extricating itself, by itself.

Et l’unique appui qu’on peut supposer ou trouver pour le rationaliser, c’est le désir de se libérer de l’autorité que la raison ne peut comprendre, se libérer des mystères, de ce qui ne tombe pas sous la raison, des irrationnels ; le désir vraiment luciférien de voir l’ego créé, qu’on ne peut pas donner soi-même, assumer l’autorité suprême et reconnaître comme loi ce que cet ego a décidé.

And the only support that one might suppose or find for rationalizing it, is the desire to liberate oneself from the authority that reason cannot understand, to liberate oneself from the mysteries, from what does not fall under reason, the irrational; the truly Luciferian desire to see the created ego, that one cannot give to oneself, assume the supreme authority and recognize as law what this ego has decided.  This is Liberalism.

– 2 –
– 2 –
 

L’inévitabilité d’une
Reconstruction Sociale

The Inevitability of a
Social Reconstruction

C’est le libéralisme.  Libéralisme et rationalisme (qui engendrent automatiquement le matérialisme, par voie de cause à effet) ont voulu régenter la vie, en déterminer le cours, en fixer le destin, la codifier, lui donner pour but « la poursuite du bonheur (en ce monde) » et pour fin à atteindre, l’établissement d’un paradis, non dans l’Au-delà, mais sur terre.

This is Liberalism.  Liberalism and rationalism (which automatically engender materialism, by cause and effect) have wanted to rule over life, determine its path, set its destiny, codify it, give it an objective, “the pursuit of happiness (in this world)” and with a view to establishing a paradise, not Beyond, but on Earth.

La forme politique de ce défi au mystère et caractère irrationnel de la vie, est ce qu’on appelle communément D-É-M-O-C-R-A-T-I-E.  Si saint Thomas d’Aquin disait que « en toutes choses, le meilleur gouvernement est celui d’un seul », aujourd’hui on enseigne que le meilleur gouvernement est celui de tous, du « peuple » de la foule anonyme.  Autrefois, on enseignait que le gouvernant a l’autorité sur les gouvernés, aujourd’hui ce sont les gouvernés qui sont le « souverain » et qui génèrent l’autorité.

The political form of this challenge to the mystery and irrational character of life is commonly called D-E-M-O-C-R-A-C-Y.  If Saint Thomas Aquinas said that “in all things, the best government is the government of one”, today we teach that the best government is that of all, that of the “people” of the anonymous multitude.  Formerly, we taught that government has authority over the governed; today it is the governed who are the “sovereign” and who generate authority.

On a donné au mot démocratie, la grandeur, la majesté, l’impératif d’un déisme.  Tant est vrai qu’il faut un « dieu » même lorsque l’on a détrôné Dieu !  Dieu existe encore dans le cœur des masses gouvernées, mais il n’existe pas dans la démocratie gouvernante, que ce soit la « démocratie populaire » d’au-delà ou la « démocratie capitaliste » d’en-deça du « rideau de fer »; car les postulats même de la démocratie (libéralisme, rationalisme) rejettent l’autorité de Dieu et encore plus l’idée de la Royauté du Christ sur les peuples comme sur les hommes.

The word democracy has been given grandeur, majesty, the paramountcy of a deism.  So true is it that a “god” is needed even when God has been dethroned!  God still exists in the heart of the governed masses, but He does not exist in the governing democracy, whether it be “popular democracy” (over there) or “capitalist democracy” outside the “Iron Curtain”; because the very postulates of democracy (liberalism, rationalism) reject the authority of God and even more the idea of the Royalty of Christ over peoples as over men.

– 3 –
– 3 –
 

L’inévitabilité d’une
Reconstruction Sociale

The Inevitability of a
Social Reconstruction

On ne peut définir le mot « démocratie », et quand on essaie de le faire, aucune définition ne correspond à la réalité.  C’est donc un terme purement polémique, une abstraction.  Et l’on sait que la réalité de la vie ne peut être conduite par des abstractions.

The word “democracy” cannot be defined, and when we try to define it, no definition corresponds to reality.  It is therefore a purely polemical term, an abstraction.  And we know that life’s reality cannot be led by abstractions.

Pourtant, la politique est une réalité, peut-être la plus importante des réalités pour l’existence de la société.  Car, indépendamment des milliers de plans, programme et utopies qui se disputent l’adhésion des esprits, on réalise avec une brutale clarté que la politique peut non seulement bouleverser le monde par des guerres, mais encore détruire la religion, fermer les temples, les missions, tuer les religieux, dissoudre la famille, confisquer les biens, abolir le droit de propriété.

However, politics is a reality, perhaps the most important of realities for the existence of society.  Because, independently of a thousand plans, programs and utopias which clamor for adherents, one realizes with brutal clarity that politics can not only overthrow the world with wars, but also destroy religion, close temples, close missions, kill religious orders, dissolve the family, confiscate property, abolish the right to property.

Si les termes politiques sont généralement des abstractions creuses et des mots polémiques, il n’y en a pas moins quelque chose de tangible qui se cache derrière eux pour constituer la grande réalité politique.

If political terms are generally hollow abstractions and polemical words, there is nonetheless something tangible which hides behind them to constitute the great political reality.

On nous dit qu’il y a la Franc-Maçonnerie universelle ou Contre-Église, qu’il y a le grand capital international, qu’il y a l’anti-christianisme messianique, qu’il y a toutes sortes d’organisations syndicales, sociales ou économiques ayant toutes une influence sur le jeu de la politique.  Ce ne sont pas là des questions d’opinions.  C’est vrai ou ce n’est pas vrai.  Ce sont des faits ou ce sont des mythes.  Ceux qui ont fait des études et publié des livres sur ces questions, affirment que c’est vrai ; les influences mondiales dénoncées ou démasquées ne nient jamais ; ou si elles nient, c’est avec si peu de bruit qu’on n’en entend pas les échos.

We are told that there is universal Freemasonry or the Counter-Church, that there is the great international capital, that there is messianic anti-Christianity, that there are all sorts of trade-union, social or economic organizations which have an influence on the play of politics.  Those are not matters of opinion.  It is true or it isn’t true.  These are facts or they are myths.  Those who have studied and published books on these questions affirm that it is true; the global influences denounced or unmasked never deny it; or if they deny it, it is with so little noise that the echo cannot be heard.

S’il y a du libéralisme économique dans le monde, c’est

If there is economic liberalism in the world, this is

– 4 –
– 4 –
 

L’inévitabilité d’une
Reconstruction Sociale

The Inevitability of a
Social Reconstruction

parce qu’il y a au pouvoir un libéralisme politique qui le permet, qui légifère pour lui, au nom de « liberté du commerce », la « liberté d’initiative », la « liberté d’action », S’il n’y avait pas d’abord de libéralisme politique, il n’y aurait pas, comme conséquence, de libéralisme économique.  Nos sociologues attaquent avec beaucoup de vigueur le libéralisme économique (une conséquence), sans jamais l’identifier ni le localiser.  Mais, dans une gêne timorée que l’on pourrait carrément appeler de la frousse, ils n’attaquent jamais le cause :  le libéralisme politique.  Ne serait-ce pas à cause de cette crainte (qui peut équivaloir à de la lâcheté ou de la trahison du christianisme), que les choses vont de mal en pis, que nos chefs sont en alarme et que l’ennemi gagne du terrain ?  Le libéralisme économique engendre le mal social par son mépris de l’être humain, qu’on estime être un capital, un élément production, un élément consommation, un terme de rendement, un quotient d’impôt, avant de le considérer comme une image même du Créateur, un être sublime appelé à être le cohéritier du Christ, vivant passagèrement sur cette terre dans l’unique but d’atteindre au bonheur céleste.

because there is a political liberalism in power which allows it, which legislates for it, in the name of “freedom of trade”, “freedom of initiative”, “freedom of action”.  If there were no political liberalism first, there would not be, as a consequence, economic liberalism.  Our sociologists vigorously attack economic liberalism (a consequence), without ever identifying it or pinpointing it.  But in a fearful self-consciousness that might frankly be called the jitters, they never attack the cause:  political liberalism.  Would this not be because of this fear (which may amount to cowardice or the betrayal of Christianity), that things are going so badly, that our leaders are alarmed and that the enemy is gaining ground?  Economic liberalism causes social harm through its contempt for the human being, that we think of as a capital, a production element, a consumption element, a production term, a tax quotient, before we think of him as the very image of the Creator, a sublime being called to be the co-heir of Christ, living temporarily on this Earth with the sole view of attaining celestial happiness.

Tout ce qu’on pourra dire ou écrire sur le mal social, sur les formules pour le guérir, sera temps et peine perdus aussi longtemps que ne sera pas corrigée sa cause :  le libéralisme économique.  De même, temps et peine perdus toutes les spéculations sur le libéralisme économique, simple fruit qui pousse sur l’arbre du libéralisme politique.  Quand le libéralisme, déjà perdu dans la confusion, emmêlé à n’en plus sortir dans les filets de ses propres erreurs, aura fait son temps et aura croulé, on pourra espérer la reconstruction de la société sur des bases de vraie inspiration, de vraie justice et de vraie charité chrétiennes. En attendant, ce sont encore les poisons des

All that can be said or written on the social problem, on the formulas to cure it, is a waste of time and effort as long as the cause is not corrected:  economic liberalism.  Likewise a waste of time and effort are all these speculations on economic liberalism, the mere fruit that grows on the tree of political liberalism.  When liberalism, already lost in confusion, so enmeshed it can no longer exit the tangle of its own errors, has outlived its time and collapsed, we can hope for a reconstruction of society on foundations of real inspiration, real justice and real Christian charity.  Meanwhile, the poisons

– 5 –
– 5 –
 

L’inévitabilité d’une
Reconstruction Sociale

The Inevitability of a
Social Reconstruction

Encyclopédistes, de leurs successeurs socialistes, communistes et marxistes, qui se partagent la direction politique du monde tant en Occident que dans les pays situés derrière les « rideau de fer » et de « bambou ».

remain of the Encyclopedists, their successors the socialists, communists and marxists, who share the political management of the world as much in the West as in those countries behind the “Iron” and “Bamboo” Curtains.

Comme Dieu Lui-même, comme la vie, le christianisme est un mystère, fondé sur des mystères que seule la foi peut faire accepter par la raison.  Seul le christianisme ne rationalise pas la vie.  Seul il la vit, parce que sa source même, le Christ, est la Vie et le principe de toute vie.  C’est pourquoi, seul il est apte à reconstruire le monde, la société, quand le château de bois vermoulu édifié par la petite raison humaine se sera écroulé.

Like God Himself, like life, Christianity is a mystery, founded on mysteries that only faith can make reason accept.  Only Christianity does not rationalize life.  It alone lives it, because its very source, the Christ, is Life and the principle of all life.  This is why it alone is capable of reconstructing the world, society, when the house of gilded wood built by little human reason will have tumbled down.

En attendant, on peut tâtonner, si l’on veut, autour de la Coopération, par exemple, qui ne peut bien fonctionner que comme outil adjuvant de la Corporation, puisque autrement la Coopération ne peut être qu’une pauvre et incomplète compétitrice du marchand ordinaire, établie sur des données identiques à celles des compagnies anonymes ou à fonds sociaux.

Meanwhile, we can grope, so to speak, around Cooperation, for example, which cannot work well except as a tool to enhance Corporation, since otherwise Cooperation can only be a poor and incomplete competitor for the ordinary merchant, established on facts identical to those of anonymous companies, or those on social funds.

Seule, la Corporation peut apporter ce dont on parle tant sans jamais le donner :  la démocratie, en donnant à chaque classe sociale sa représentation politique (à la place des coteries partisanes), son pouvoir de légiférer sur ses propres problèmes, d’organiser la finance et l’économie de ses propres activités, de réglementer ses propres conditions, et inféodant les Corporations dans l’État lui-même afin que, sur les grands problèmes politiques affectant la vie de toute la nation, les classes sociales puissent avoir, comme telles, leur voix délibérante dans les conseils de la

Only the Corporation can bring about what is so much talked about but never given:  democracy, by giving to each social class its political representation (instead of partisan coteries), its power to legislate on its own problems, to organize the financing and the economics of its own activities, to regulate its own conditions, and by integrating the Corporations into the State itself so that, on the great political problems affecting the life of the whole nation, the social classes as such can have their deliberative vote in the councils of the

– 6 –
– 6 –
 

L’inévitabilité d’une
Reconstruction Sociale

The Inevitability of a
Social Reconstruction

nation.  Mais Corporation et Démocratie libérale se contredisent formellement, tant dans leur origine, leur inspiration et leur opération que dans leur but propre, et la Démocratie libérale ne pourra jamais permettre, au nom de sa propre existence, l’établissement du Corporatisme.

nation.  But Corporation and Liberal Democracy positively contradict each other, as much in their origin, inspiration and operation as in their respective goals, and Liberal Democracy, in the name of its own existence, can never allow the establishment of Corporatism.

Comme pour la vie des hommes, la vie des Cultures et des Civilisations a une naissance, une enfance, une adolescence, une maturité, une vieillesse et une mort.

As with the lives of men, the lives of Cultures and of Civilizations have a birth, a childhood, an adolescence, a maturity, an old age, and a death.

La féodalité a passé par là.  La démocratie libérale a passé tous ces stages, et tout ce qui se passe aujourd’hui à la surface de l’Histoire, indique bien clairement que le système qui nous a apporté tant de maux après avoir promis tant de paradis terrestres différents, est à l’agonie.  Il faut attendre son trépas, dans les grandes secousses dont il a lui-même posé les conditions.  Puis ce sera la vraie forme chrétienne de la justice sociale :  le CORPORATISME, dans l’inéluctable et majestueuse résurgence de l’Autorité, celle des hommes qui ne rougira pas de s’exalter dans l’humilité de se subordonner à l’Autorité du Christ, Roi des hommes, Roi des peuples, Roi de la terre, Roi de l’univers.

Feudalism took that path.  Liberal Democracy has gone through all these stages, and all that is happening today on the surface of History shows quite clearly that the system which has brought us so much misery after promising so many different earthly paradises, is in agony.  We must await its passing in the great seismic tremors whose causes it has itself laid down.  Then there will be the true Christian form of social justice:  CORPORATISM, in the unavoidable and majestic resurgence of Authority, that of men who do not blush to exalt themselves in the humility of subordinating themselves to the Authority of Christ, the King of men, the King of peoples, the King of the Earth, the King of the Universe.

février 1967 Adrien ARCAND

February 1967 Adrien ARCAND

– 7 –
– 7 –

Subscribe, there’s always more to enjoy!
Abonnez-vous, il y a toujours plus à apprécier!

Preview:  Adrien Arcand’s The Key to the Mystery (1939 Paris Edition)

SELECTED QUOTATION

The Key to the Mystery, Adrien Arcand (1939 Paris Edition)

The Key to the Mystery, Adrien Arcand (1939 Paris Edition)

“In appearance, all will be unchanged, however, all will be transformed.  Jerusalem will become the new papacy.  Jerusalem will resemble a great spider laboriously weaving a web whose threads of electricity and of gold will shine over the whole world.  The center of this network of gold from which all these threads issue, will be Jerusalem.”

— Extract from a poem composed by the Jew Louis Lévy in 1918, published by the house «Nytnordisk Forlag» of Copenhagen, quoted in THE KEY TO THE MYSTERY (Paris, 1939), p. 15, exclusive English translation by Adrien Arcand Books.

FOREWORD

There are many editions of The Key to the Mystery (La Clé du Mystère) in both French and English, but they are very hard to come by, in particular the English.  A French edition online at archive.org is tabloid size with loads of illustrations, complicating the task of translating it.  The 1939 Paris edition, however, is ideal for translation.  The publisher edited the tabloid into book form, removing the illustrations.  Therefore, Adrien Arcand Books is pleased to present a preview from the English translation now underway of the 1939 Paris edition of Adrien Arcand’s The Key to the Mystery.

Adrien Arcand is credited as the author of The Key to the Mystery, but he is more logically the sponsor, its contents being a collection of extracts from countless origins.  A women’s organization connected with Arcand’s political network is credited as the original publisher.  More details are below in the “Disclaimer” included in the 1939 Paris edition.

The whole book is about 180 pages, so you have approximately a quarter of it here, with this preview ending at the top of page 42.  Pagination begins at page 3, commencing with the Disclaimer.


THE KEY TO THE MYSTERY

Adrien Arcand’s La Clé du Mystère

FROM THE PARIS EDITION OF 1939

A NEW ENGLISH TRANSLATION

 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

Avertissement

Disclaimer

L’ouvrage que nous publions a paru il y a un an à Montréal (Canada), sous la signature et le patronage de la Ligue Féminine Anticommuniste de Montréal.

The book we are publishing was published a year ago in Montreal, Canada, under the signature and patronage of the Anticommunist Women’s League of Montreal.

Un petit nombre d’exemplaires, malgré l’interdiction de la Douane, réussirent à pénétrer en France où ils furent très bien accueillis par un certain nombre de militants nationaux heureux de posséder enfin une documentation importante sur la question juive, documentation prise en majeure partie dans les ouvrages et les journaux publiés par des Juifs.

Despite the Customs ban, a few copies managed to penetrate France, where they were very well received by national activists who were glad to finally have substantial documentation on the Jewish question, most of it taken from books and newspapers published by Jews.

Voici comment la « Ligue Féminine Anticommuniste de Montréal » présentait la « Clé du mystère » dans la première édition de cet ouvrage :

Here is how the “Anticommunist Women’s League of Montreal” presented the “Key to the Mystery” in the first edition of this book:

« La civilisation chrétienne est menacée de mort, l’héritage des grands peuples d’Occident, les travaux et les sacrifices des grands peuples blancs, depuis deux mille ans, subissent les assauts d’organisation et de mouvement qui veulent les anéantir.

“Christian civilization is threatened with death, the heritage of the great Western peoples, the works and sacrifices of the great white peoples for two thousand years, are under assault from organizations and movements that want to annihilate them.

« Nous, les membres de la Ligue Féminine Anti-Communiste de Montréal, mères de famille, fiancées, jeunes filles, épouses d’aujourd’hui et de demain, canadiennes-françaises, issues des premiers colonisateurs de l’Amérique, chargées par eux de préserver l’héritage et de perpétuer leur idéal à l’exem-

“We, the members of the Women’s Anti-Communist League of Montreal, mothers of families, brides, young daughters, wives of today and of tomorrow, French-Canadians, offspring of the first colonizers of America, charged by them to preserve the heritage and perpetuate their ideal on the model

[3]
[3]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

des Hélène Boule, des Madeleine de Verchères, des Jeanne Mance (1), nous avons décidé d’élever une digue contre la menace qui s’attaque férocement à notre pays, notre race, nos foyers, nos institutions, nos enfants.

of Hélène Boule, Madeleine de Verchères, Jeanne Mance (1), we have decided to erect a seawall against the threat that fiercely assaults our country, our race, our homes, our institutions, our children.

« Nous sommes profondément émues et indignées par les horreurs, les violences, les meurtres, les rapines, l’affaissement général des mœurs qui n’ont cessé d’augmenter depuis la fin de la Grande Guerre, dans laquelle un si grand nombre des nôtres ont donné leur vie pour la paix, la liberté, l’avancement des peuples, mais n’ont été récompensés que par les fruits amers d’un désarroi sans répit, d’une anarchie générale grandissante.

“We are deeply moved and indignant at the horrors, the violence, the murders, the rapine, the general decline of morals which has increased steadily since the end of the Great War, in which so many of our men gave their lives for peace, liberty, the advancement of peoples, but have been rewarded only by the bitter fruits of relentless disarray, of a growing general anarchy.

« Avec la présente brochure, nous continuons notre campagne, afin de faire connaître à nos compatriotes en particulier et aux Canadiens en général, la vraie et unique cause du chaos dans lequel agonise notre civilisation.

“With this booklet, we are continuing our campaign to make our compatriots in particular and Canadians in general aware of the true and unique cause of the chaos in which our civilization is dying.

« A qui profitent tant de crimes collectifs, à qui profite la destruction de la civilisation chrétienne et de la culture occidentale ?  Ce ne peut être aux Chrétiens ni aux Occidentaux.  Dans les paroles et les écrits d’une seule race au monde, qui est aussi la seule race internationale, nous trouvons des réponses :  la race juive.  Nous sommes obligées d’en tenir compte et de nous demander pourquoi cette race est la seule à parler ainsi, à avouer la responsabilité de tant de perturbations mondiales.

“Who benefits from so many collective crimes, who benefits from the destruction of Christian civilization and Western culture?  It cannot be Christians or Westerners.  In the words and writings of one race in the world, which is also the only international race, the Jewish race, do we find answers.  We are obliged to take this into account and ask ourselves why this race is the only one to speak thus, to admit responsibility for so many world disturbances.

______
(1)  Héroïnes canadiennes-françaises.

______
(1)  French-Canadian heroines.

[4]
[4]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

« Mères et filles canadiennes-françaises, nous nous invitons cordialement à coopérer avec nous pour assurer la sécurité du pays et de nos familles contre le danger mondial et local, pour la survivance de tout ce qui nous est cher, de tout ce qui a fait notre force dans le passé et fera celle de nos héritiers dans l’avenir.

“Mothers and French-Canadian daughters, we cordially invite you to cooperate with us to ensure the safety of the country and of our families against global and local danger, for the survival of all that is dear to us, all that has been our strength in the past and will be that of our heirs in the future.

« Contre la vague malsaine et destructrice qui monte pour nous submerger, élevons toutes ensemble la muraille de notre vigilance, de notre dévouement, de notre volonté de faire du Canada ce que nous voulons qu’il soit, contrairement à ce que les conspirateurs étrangers veulent nous imposer ».

“Against the unhealthy and destructive tide that rises to overwhelm us, let us all raise the wall of our vigilance, our dedication, our will to make Canada what we want it to be, contrary to what foreign conspirators want to impose on us”.

Nous savons que cet appel a été entendu au Canada par les femmes et aussi par les hommes.

We know this call has been heard in Canada by women as well as by men.

La Juiverie menace aussi bien la France qu’elle menace le Canada.  C’est pourquoi répondant à l’appel de ces vaillantes, dignes filles des pionniers français qui conquirent les bords du Saint-Laurent et y apportèrent la civilisation chrétienne et française, nous publions en un volume leur importante brochure, afin que nos concitoyens soient éclairés sur un péril qu’ils ont tendance à mini” miser, voir même à méconnaître.

Jewry threatens France just as well as it threatens Canada.  That is why, responding to the call of these valiant, worthy daughters of the French pioneers who conquered the shores of the St. Lawrence and brought the Christian and French civilization, we are publishing in a single volume their important brochure, so that our fellow citizens may be enlightened on a danger they tend to minimize, even to misunderstand.

Nous aurions voulu édiler cet ouvrage à très bas prix.  Malheureusement, l’avènement du Front Juif dit populaire a considérablement augmenté les tarifs d’imprimerie et ce que nous aurions pu faire il y a quelques

We would have liked to publish this book at a very low price.  Unfortunately, the advent of the so-called “popular” Jewish Front has dramatically increased printing rates and what we could have done a few

[5]
[5]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

années, nous est rendu impossible aujourd’hui.

years ago is now impossible.

Cependant, à tous ceux qui voudront répandre ce livre de vérité, nous consentirons des conditions spéciales afin de leur faciliter leur tâche et de leur permettre de diffuser la « Clé du mystère » dans tous les milieux et plus particulièrement parmi les classes laborieuses trompées par le bolchevisme.

However, to all those who wish to disseminate this book of truth, we will concede special conditions to facilitate their task and to enable them to disseminate the “Key to the Mystery” in all milieus and more especially among the working classes deceived by bolshevism.

F de BOISJOSLIN,
Editeur de la « Clé du Mystère ».

F. de BOISJOSLIN,
Publisher of the “Key to the Mystery”.

[6]
[6]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

Un Plan juif
de Conquête Mondial

A Jewish Plan
for World Conquest

Dans son numéro du 1er juillet 1880, « Le Contemporain », grande revue parisienne, pu­bliait un long article intitulé « Compte ren­du de Sir John Readcliff sur les événements politico-historiques survenus dans les dix dernières années ».  C’était le texte d’un dis­cours prononcé à Pragues par le rabbin Reichhorn, en 1869, sur la tombe du grand rab­bin Siméon-ben-Jéhouda.

In its issue of July 1st, 1880, “Le Contemporain”, the great Paris review, published a long article entitled “Report of Sir John Readcliff on the politico-historical events of the last ten years”.  It was the text of a speech given at Prague by Rabbi Reichorn, in 1869, on the tomb of the great rabbi Simeon-Ben-Jehouda.

Ce document a aussi été reproduit dans le li­vre “La Russie Juive”, de Calixte de Vodsky, puis par “The Britons”, Londres, “La Vieille France” (No 214) et de nombreux autres journaux.  “La Vieille France” révélait que Readcliff fut tué peu après la publication du docu­ment, et que le Juif qui le lui avait fait tenir (Lasalle) fut tué en duel. 1

This document was also reproduced in the book, “La Russie Juive” (“Jewish Russia”), by Calixte de Vodsky, then by “The Britons”, London, “La Vieille France (Old France)” (No. 214) and by numerous other newspapers.  “La Vieille France” revealed that Readcliff was killed shortly after publication of the document, and that the Jew who had given it to him (Lasalle) was killed in a duel. 1

Voici le discours prononcé par le rabbin Reichorn:

Here is the speech given by rabbi Reichorn:

“Tous les cent ans, nous, les Sages d’Israël, avons accoutumé de nous réunir en Sanhédrin, afin d’examiner nos progrès vers la domina­tion, que nous a promise Jéhovah, et nos con­quêtes sur la chélienté ennemie.

“Every hundred years, we, the Elders of Israel, have been accustomed to meet in Sanhedrin to examine our progress toward domination that we had promised to Jehova, and our conquests over the enemy.

“Cette année, réunis sur la tombe de notre vénéré Siméon-ben-Jéhouda, nous pouvons cons­tater avec fierté que le siècle écou-

“This year, reunited on the tomb of our revered Simeon-Ben-Jehouda, we can see with pride that the past cen-

______
(1)  Ce document a été sorti de l’oubli par « La Libre Parole », l’organe de l’AntiJudaïsme français (Directeur :  Henry Coston, 5, rue Cardinal Mercier, Paris (IXe).
______
(1)  This forgotten document was revived by “La Libre Parole”, the organ of AntiJudaïsme français (Director:  Henry Coston, 5, Cardinal Mercier Street, Paris (IXth).
[7]
[7]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

lé nous a rapprochés du but, et que ce but sera bientôt atteint.

tury has drawn us near to our goal, and that this goal soon will be achieved.

« L’or a toujours été, sera toujours la puissance irrésistible.  Manié par des mains expertes, il sera toujours le levier le plus utile pour ceux qui le possèdent, et l’objet d’envie pour ceux qui ne le possèdent pas.  Avec l’or, on achète les consciences les plus rebelles, on FIXE LE TAUX DE TOUTES LES VALEURS, le COURS DE TOUS LES PRODUITS, on subvient aux EMPRUNTS DES ETATS qu’on tient ensuite à sa merci.

“Gold has always been, will always be the irresistible power.  Wielded by expert hands, it will always be the most useful lever for those who possess it, and the object of envy for those who do not possess it.  With gold, one buys the most rebellious of consciences, one SETS THE RATE OF ALL DENOMINATIONS, the MOVEMENT OF ALL PRODUCTS, and provides LOANS TO GOVERNMENTS which are then held at one’s mercy.

« Déjà les principales banques, les Bourses du monde entier, les créances sur tous les gouvernements sont entre nos mains.

“Already, the principal banks, the Stock exchanges of the whole world, the debts of all the governments, are in our hands.

« L’autre grande puissance est la presse.  En répétant sans relâche certaines idées, la presse les fait admettre à la fin comme vérités.  Le théâtre rend des services analogues.  (Note :  le cinéma n’existait pas alors).  Partout la presse et le théâtre obéissent à nos directions.

“The other great power is the press.  By continually repeating certain ideas, the press makes them accepted in the end as truths.  Theatre provides analogous services.  (Note:  the cinema did not exist at that time.)  Everywhere, the press and theatre obey our directives.

« Par l’éloge infatigable du régime démocratique, nous diviserons les chrétiens en partis politiques, nous détruirons l’unité de leurs nations, nous y sèmerons la discorde.  Impuissants, ils subiront la loi de notre Banque, toujours unie, toujours dévouée à notre cause.

“With untiring praise for the democratic regime, we will divide the Christians into political parties, we will destroy the unity of their nations, we will sow discord among them.  Powerless, they will suffer the law of our Bank, forever united, forever devoted to our cause.

« Nous pousserons les chrétiens aux guerres en exploitant leur orgueil et leur stupidité.  Ils se massacreront et déblaieront la place où nous pousserons les nôtres.

“We will force the Christians into wars by exploiting their vanity and stupidity.  They will massacre each other and clear the way for us to push our own into place.

« La possession de la terre a toujours procuré l’influence et le pouvoir.  Au nom de la justice sociale et de l’égalité, nous morcelle-

“The possession of land has always procured influence and power.  In the name of social justice and equality, we will parcel out

[8]
[8]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

rons les grandes propriétés ; nous en donnerons les fragmenta aux paysans qui les désirent de toutes leurs forces, et qui seront bientôt endettés par l’exploitation. Nos capitaux nous en rendront maîtres. Nous serons à notre tour les grands propriétaires, et la possession de la terre nous en assurera le pouvoir.

the great properties; we will give the fragments to the peasants who desire them with all their might, and who will soon be indebted in exploiting them.  Our capital will make us masters.  We in our turn will be the great proprietors, and the possession of the land will assure our power.

« Efforçons-nous de remplacer dans la circulation, l’or par le papier-monnaie ; nos caisses absorberont l’or, et NOUS REGLERONS LA VALEUR DU PAPIER, ce qui nous rendra maîtres de toutes les existences.

“Let us strive to replace the gold in circulation with paper money; our treasuries will absorb the gold, and WE WILL REGULATE THE VALUE OF PAPER, which will make us the masters of all beings.

« Nous comptons parmi nous des orateurs capables de feindre l’enthousiasme et de persuader les foules ; nous les répandrons parmi les peuples, pour leur annoncer les changements qui doivent réaliser le bonheur du genre humain.  Par l’or et par la flatterie, nous GAGNERONS LE PROLETARIAT, qui se chargera d’anéantir le capitalisme chrétien.  Nous promettons aux ouvriers les salaires qu’ils n’ont jamais osé rêver, mais nous élèverons aussi le prix des choses nécessaires, tellement que nos profits seront encore plus grands.

“We count among us orators capable of feigning enthusiasm and persuading the masses; we will disperse them among the peoples to announce the changes that must achieve the happiness of human kind.  With gold and flattery, we will WIN OVER THE PROLETARIAT, who will undertake to annihilate Christian capitalism.  We will promise to the workers salaries they have never dared to dream of, but we will also raise the price of necessities, so that our profits will be ever greater.

« De cette manière, nous préparerons les révolutions que les chrétiens feront eux-mêmes et dont nous cueillerons les fruits.

“In this manner, we will prepare the revolutions that the Christians themselves will make and whose fruits we shall harvest.

« Par nos railleries, par nos attaques, nous rendrons leurs prêtres ridicules, et puis odieux ; leur religion aussi ridicule, aussi odieuse que leur clergé.  Nous serons alors maîtres de leurs âmes.  Car notre pieux attachement à notre religion, à notre culte, en prouvera la supériorité de nos âmes.

“By our mockery, by our attacks, we will make their priests look ridiculous, and worse:  odious; their religion also ridiculous, also as odious as their clergy.  We will then be the masters of their souls.  For, our pious attachment to our religion, to our cult, will prove the superiority of our souls.

[9]
[9]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

« Nous avons établi déjà de nos hommes dans toutes les positions importantes.  Efforçons-nous de fournir aux goyim des avocats et des médecins :  les avocats sont au courant de tous les intérêts ; les médecins, une fois dans la maison, deviennent des confesseurs et des directeurs de conscience.

“We have already established our men in all the important positions.  Let us strive to give the goyim lawyers and doctors; the lawyers will be aware of all interests; the doctors, once in the house, become the confessors and the directors of consciences.

« Mais surtout accaparons renseignement.  Par là nous répandrons les idées qui nous sont utiles, et nous pétrirons les cerveaux à notre gré.

“But above all we must monopolize education.  This way, we will spread the ideas we find useful, and petrify brains as we please.

« Si l’un des nôtres tombe malheureusement dans les griffes de la Justice chez les chrétiens, courons à son aide ; trouvons autant de témoignages qu’il en faut pour le sauver de ses juges, en attendant que nous soyons nous-mêmes les juges.

“If one of our own unfortunately falls into the claws of justice among the Christians, we run to his aid, we find as many witnesses as it takes to save him from their judges, until such time as we ourselves are the judges.

« Les monarques de la chrétienté, gonflés d’ambition et de vanité, s’entourent de luxe et d’armées nombreuses.  Nous leur fournirons tout l’argent que réclament leurs folies, et nous les tiendrons en laisse.

“The monarchs of Christianity, swollen with ambition and vanity, surround themselves with luxury and armies.  We will provide them with all the money their madness demands, and keep them on a leash.

« Gardons-nous d’empêcher le mariage de nos hommes avec les filles chrétiennes ; car, par elles, nous pénétrons dans les cercles les plus fermés.  Si nos filles épousent des goyim, elles ne nous seront pas moins utiles, car les enfants d’une mère juive sont à nous.  Propageons l’idée de l’union libre, pour détruire chez les femmes chrétiennes l’attachement aux principes et aux pratiques de leur religion.

“Let us not prevent our men from marrying Christian girls, because, through them, we will penetrate into the most closed circles.  If our girls marry goyim, they will not be less useful to us, because the children of the Jewish mother are ours.  We must propagate the idea of casual union, to destroy among Christian women the attachment to the principles and practises of their religion.

« Depuis des siècles, les fils d’Israël, méprisés, persécutés, ont travaillé à se frayer une voie vers la puissance.  Ils touchent au but.  Ils contrôlent la vie économique des

“For centuries the sons of Israel, despised and persecuted, have worked to clear a path toward power.  They are moving to their goal.  They control the economic life of the

[10]
[10]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

chrétiens maudits, leur influence est prépondérante sur la politique et sur les mœurs.

cursèd Christians, their influence is preponderant in politics and over mores.

« A l’heure voulue, fixée d’avance, nous déchaînerons la Révolution qui, ruinant toutes les classes de la chrétienté, nous asservira définitivement les chrétiens.  Car ainsi s’accomplira la promesse de Dieu, faite à Son peuple ».

“At the desired time, fixed in advance, we will unleash the Revolution which, ruining all the classes of Christianity, will enslave the Christians to us, definitively.  For thus will be accomplished the promise of God, made to His people”.

L’Amour de la Patrie

Love of Country

DR BERNHARD FISCHER, rabbin, « Chrestomatie talmudique », p. 230 :

DR. BERNARD FISCHER, rabbi, “Chrestomatie talmudique”, p. 230:

« Ne nous trompons pas et avouons ouvertement que toutes les peines que nous prendrons pour inoculer un patriotisme enthousiaste au judaïsme talmudique seront perdues.  Le judaïsme est assez vieux et, dans ses migrations pénibles, il a eu trop d’expériences amères pour qu’il puisse encore se livrer à cette inclination enfantine de grand style, nom que je désirerais donner à l’amour de la patrie ».

“We are not misled and we openly acknowledge that all the trouble taken to inject an enthusiastic patriotism into Talmudic Judaism will be wasted.  Judaism is very old and, in its painful migrations there are too many bitter experiences for it to again indulge this childish inclination to pretentiousness that I would like to call the love of country.”

Les Dessous De La Lutte
« Pour Le Proletariat »

Behind The Struggle
“For The Proletariat”

Le Juif Baruch Lévi, intime de Karl Marx, Adolphe Crémieux et Rothschild, écrivait à Karl Marx la lettre suivante, reproduite dans de nombreux livres et journaux :

The Jew, Baruch Lévi, an intimate of Karl Marx, Adolphe Crémieux and Rothschild, wrote the following letter to Karl Marx, reproduced in scores of books and newspapers:

« … Dans la nouvelle organisation de l’humanité, les enfants d’Israël se répandront sur toute la surface du globe et deviendront partout, sans opposition, l’élément dirigeant,

“ … In the new organization of humanity, the children of Israel will disperse over the whole surface of the globe and will become, everywhere, without opposition, the directing element,

[11]
[11]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

surtout s’ils réussissent à imposer aux classes ouvrières le ferme contrôle de quelques-uns d’entre-cux. Les gouvernements des nations formant la République Universelle passeront sans elTort aux mains des Juifs sous le couvert de la victoire du prolétariat. La propriété privée sera alors supprimée par les gouvernements de race juive, qui contrôleront partout les fonds publies. Ainsi se réalisera la promesse du Talmud que, lorsque le temps du Messie arrivera, les Juifs posséderont les biens de tons les peuples de la terre». (Lettre citée dans «La Revue de Paris», 1″ juin 1928, page 574),

above all if they succeed in imposing on the working classes the firm control of a few among them.  The governments of the nations forming the Universal Republic will pass effortlessly into the hands of the Jews under cover of the victory of the proletariat.  Private property will thus be suppressed by the rulers of the Jewish race, who everywhere will control the public funds.  Thus will be achieved the promise of the Talmud, that when the time comes for the Messiah to arrive, the Jews will possess the property of all the peoples of the earth.”  (Letter quoted in “La Revue de Paris“, June 1st 1928, page 574).

Bien « Renseignés »

Well “Informed”

Dr EHRENPREIS, grand rabbin de Suède, dans le « Judisk Tidskrift », No 6, août-septembre 1929) :

Dr. EHRENPREIS, chief rabbi of Sweden, in “Judisk Tidskrift”, No. 6, August-September 1929:

« Théodor Herzl a prévu vingt ans à l’avance les événements avant que nous en ayons fait l’expérience, les révolutions amenées par la Grande Guerre, et il nous prépara pour ce qui allait arriver ».

“Theodore Herzl foresaw twenty years in advance the events that we have in fact experienced, the revolutions produced by the Great War, and he will prepare us for what is coming.”

(Les « Protocoles des Sages de Sion », que plusieurs auteurs attribuent à Herzl, ont aussi annoncé les événements actuels vingt ans à l’avance !).

(The “Protocols of the Elders of Zion”, which a number of authors attribute to Herzl, also announced the current events twenty years in advance!)

L’Écroulement de « Gog »

The Collapse of “Gog”

« BRITISH ISRAËL TRUTH » 1906, par les Juifs Dinnis Hanau et Aldorsmith :

“BRITISH ISRAEL TRUTH”, 1906, by the Jews Dinnis Hanau and Aldersmith:

« Le retour complet, définitif et triom-

“The complete, definitive and trium-

[12]
[12]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

phant des Juifs, aura lieu après l’écoulement de Gog (la Russie).

phant comeback of the Jews will take place after the overthrow of Gog (Russia).

«Nous pouvons attendre des changements considérables de la Grande Guerre qui s’en vient, qui est suspendue sur les nations d’Europe.

“We can expect considerable changes from the Great War which is coming, which is hanging over the nations of Europe.

« Selon notre interprétation des prophéties, L’Empire turc sera démembré, et alors une grande puissance comme l’Angleterre ne peut pas permettre qu’une autre puissance occupe la Palestine ».  (Bien noter la date de ce document).

“According to our interpretation of the prophets, the Turkish Empire will be dismembered, and then a great power like England will allow no other power to occupy Palestine.”  (Take good note of the date of this document).

Le Terrible Complot

The Terrible Plot

Programme d’Enjuivement
Du Monde Entier

Program to Jewify
the Whole World

Le « Jewish World », l’un des principaux journaux juifs d’Angleterre, publiait à Londres, le 9 février 1883, les lignes significatives suivantes :

TheJewish World, one of the leading Jewish newspapers in England, published at London on February 9th, 1883, these significant lines:

« La dispersion des Juifs a fait d’eux un peuple cosmopolite.  Ils sont le seul peuple vraiment cosmopolite et, en cette qualité, ils doivent agir et ils agissent comme un DISSOLVANT DE TOUTE DISTINCTION DE RACE OU DE NATIONALITE.

“The dispersal of the Jews has made them a cosmopolitan people and, as such, they must act, and they are acting, as a SOLVENT OF ALL DISTINCTIONS OF RACE OR NATIONALITY.

« Le grand idéal du Judaïsme n’est pas que les Juifs se rassemblent un jour dans quelque coin de la terre pour des buts séparatistes, mais que le monde entier soit imbu de l’enseignement juif et que, dans une frater-

“The great ideal of Judaism is not that the Jews all get together one day in some corner of the earth for separatist objectives, but that the whole world be imbued with Jewish teaching and that, in the universal brother-

[13]
[13]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

« nité universelle des Nations — un plus grand Judaïsme en fait — toutes ;es races et religions séparées disparaissent.

“hood of Nations — a greater Judaism in fact — all the separate races and religions disappear.

« En tant que peuple cosmopolite, les Juifs ont dépassé le stage que représente dans la vie sociale la forme nationale du « séparatisme ».  Ils ne pourront plus jamais y revenir.  Ils ont fait du monde entier leur « home » et ils tendent maintenant leurs mains aux autres nations de la terre pour qu’elles suivent leur exemple.  Ils font plus.  Par leur activité dans la littérature et dans la science, par leur position dominante dans toutes les branches de l’activité publique, ils sont en train de rouler graduellement les pensées et les systèmes non-juifs dans des moules juifs ».

“As a cosmopolitan people, the Jews have bypassed the stage that the national form of separatism represents in social life.  They have made the whole world their “home” and they now extend their hands to other nations of the earth so that they will follow their example.  They are doing more.  By their activity in literature and in science, by their dominant position in every branch of public activity, they are on the way to gradually pouring all non-Jewish thought and systems into Jewish moulds.”

Benjamin Disraeli
Avoue
La Conspiration Juive

Benjamin Disraeli Acknowledges
the Jewish Conspiracy

Benjamin Disraeli (lord Beaconsfield) fut premier ministre d’Angleterre.  Ce Juif publia en 1858 un livre intitulé « The Life of Lord George Bentinck — a Political Biography ».  A la page 357 de ce livre, voici ce que Disraeli écrivait :

Benjamin Disraeli (Lord Beaconsfield) was prime minister of England.  In 1858, this Jew published a book entitled “The Life of Lord George Bentinck — a Political Biography”.  At page 357 of this book, here is what Disraeli wrote:

« Qu’une insurrection éclate contre la tradition et l’aristocratie, contre la religion et le droit de propriété.  Alors la destruction du principe sémitique, la destruction de la religion juive, soit sous sa forme mosaïque ou chrétienne, l’égalité naturelle de l’homme et l’abolition du droit de propriété sont proclamées par des sociétés secrètes qui forment des gouvernements provisoires, et des hom-

“An insurrection breaks out against tradition and the aristocracy, religion and property rights.  Followed by destruction of the Semitic principle, destruction of the Jewish religion, whether in its Mosaic or its Christian form; secret societies forming provisional governments proclaim the natural equality of man and the abolition of property rights; and men

[14]
[14]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

mes de race juive sont trouvés à la tête de chacune de ces sociétés.  Le peuple de Dieu coopère avec les athées ; les plus habiles accumulateurs de richesse s’allient aux communistes ; la race particulière et choisie donne la main à toute la lie et toute l’écume des bas fonds de l’Europe !  Et tout cela parce qu’ils (les Juifs) veulent détruire cette ingrate chrétienté qui leur doit même son nom et dont ils ne veulent plus endurer la tyrannie ».

of the Jewish race are found at the head of each of these societies.  God’s People cooperate with the atheists; the most skilful accumulators of wealth ally with the communists; the special and Chosen race offers its hand to all the dregs and all the scum from the slums of Europe!  And all of this because they (the Jews) want to destroy this ungrateful Christianity which even owes its name to them and whose tyranny they no longer wish to endure.

A la même page, quelques lignes plus bas, Disraeli écrit, au sujet de la célèbre révolution de février 1848 qui a plongé plusieurs pays dans le chaos :

On the same page, a few lines down, Disraeli writes about the famed revolution of February, 1848 that plunged a number of countries into chaos:

« Si ce n’avait été des Juifs, cette perturbation indésirable n’aurait pas ravagé l’Europe ».

“But for the Jews, this undesirable disturbance would not have devastated Europe”.

Les “Glandes” de L’Humanité

The “Glands” of
Humanity

Poème composé par le Juif Louis Lévy en 1918, édité par la maison «Nytnordisk Forlag» ée Copenhague (récité par Vantent juif Samuel Besekow à une fête en faveur du Karen Hajesod, à Copenhague, 8 die. 1935, d’après le «Berlingske Tidende» du 9 die. 1935, devami un auditoire juif en délire):

A poem composed by the Jew Louis Lévy in 1918, published by the house “Nytnordisk Forlag” of Copenhagen, (recited by the actor Samuel Besekow at a celebration in honor of Karen Hajesod, in Copenhagen, Dec. 8th, 1935, after the “Berlingske Tidende” of Dec. 9th, 1935, to a Jewish audience in delirium.

« Les temps sont venus, — et une seule chose importe maintenant, — c’est que nous nous manifestions pour ce que nous sommes :

“The time has come, — and only one thing matters now, — that we show ourselves for what we are:

[15]
[15]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

« une nation entre les nations,nbsp;— les princes de l’argent et de l’intelligence.  Un soupir va s’élever de toute la terre, et les foules frémiront tandis qu’elles écouteront attentivement la sagesse qui réside chez les Juifs.  Qui ignore ce que signifient les glandes du corps humainYnbsp;?nbsp; Ehnbsp;! bien, maintenant, par un judicieux instinct de conservation, les Juifs se sont fixés dans les glandes de la communauté moderne des peuples.  Les glandes de cette communauté des peuples, ce sont :  les Bourses, les banques, les ministères, les grands quotidiens, les maisons d’édition, les commissions d’arbitrage, les sociétés d’assurances, les hôpitaux, les palais de la paix.  Il y a quelques publicains et quelques pécheurs, des savants et des professeurs qui atfirment qu’il n’y a pas de Question Juive.nbsp; Demandez-le donc au premier voyou qui passe dans la rue, il est mieux renseigné.  Par sa jalousie belliqueuse, ce rustre est un antisémite !

“a nation within the nations, — the princes of money and of intelligence.  A sigh will rise up from the whole earth, and the multitudes will tremble as they listen attentively to the wisdom that resides in the Jews.  Who can be unaware of what this means:  the glands of the human body?  Good!  Now, by a judicious instinct for self-preservation, the Jews have installed themselves in the glands of the modern community of peoples.  The glands of this community of peoples are:  the Stock exchanges, the banks, the government departments, the great dailies, the publishing houses, the arbitration boards, the insurance companies, the hospitals, the court houses.  There are some publicans and a few sinners, scholars and professors who affirm that there is no Jewish Question.  Ask the first passing thug in the street, he is better informed.  With his quarrelsome jealousy, this lout is an anti-Semite!

« Naturellement, il faudrait que le peuple juif ait une représentation internationale et un territoire national qui lui soit propre.  Mais ne croyez pas que les Juifs de l’Europe Occidentale bougeront d’un pas.

“Naturally, the Jewish people must have their own international representation and a national territory.  But don’t think that the Jews of Western Europe will move an inch.

« En apparence, tout restera inchangé, et pourtant tout sera transformé.  Jérusalem deviendra la papauté nouvelle.  Jérusalem ressemblera à une araignée laborieuse filant une toile dont les fils d’électricité et d’or brilleront sur le monde entier.  Le centre de ce réseau d’or d’où partiront tous les fils, ce sera Jérusalem ».

“In appearance, all will be unchanged, however, all will be transformed.  Jerusalem will become the new papacy.  Jerusalem will resemble a great spider laboriously weaving a web whose threads of electricity and of gold will shine over the whole world.  The center of this network of gold from which all these threads issue, will be Jerusalem.”

[16]
[16]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

Par Qui le Monde est Gouverné …

By Whom the World is Governed …

BENJAMIN DISRAELI, Juif, dans son livre « Coningsby », 1844 :

BENJAMIN DISRAELI, Jew, in his book “Coningsby”, 1841:

« Et en ce moment même, en dépit de siècles ou de dizaines de siècles de dégradation, l’esprit juif exerce une vaste influence sur les affaires d’Europe.  Je ne parle pas de leurs lois auxquelles vous obéissez toujours, de leur littérature dont vos cerveaux sont saturés, mais l’intellect Israélite actuel.

“At this very moment, despite centuries or dozens of centuries of degradation, the Jewish mind exerts a vast influence over the affairs of Europe.  I am not speaking of their laws which you still obey, of their literature with which your brains are saturated, but of the actual Israelite intellect.

« Vous ne verrez jamais un grand mouvement intellectuel en Europe auquel les Juifs n’auront par largement participé.  Cette mystérieuse diplomatie russe qui alarme tant l’Europe est organisée et menée principalement par des Juifs ; cette GRANDE REVOLUTION (celle de 1848) QUI SERA EN FAIT UNE SECONDE REFORME, PLUS IMPORTANTE QUE LA PREMIERE, et de laquelle on sait si peu de choses en Angleterre, SE DEVELOPPE SOUS LES AUSPICES DE JUIFS qui monopolisent en grande partie les chaires professorales d’Allemagne.  Neander, le fondateur du Christianisme Spirituel, et qui est professeur royal de théologie à l’Université de Berlin, est Juif.  Benary, également célèbre, et de la même université, est Juif.

“You will never see a great intellectual movement in Europe in which the Jews have not largely participated.  This mysterious Russian diplomacy which so alarms Europe is organized and led mainly by the Jews; this GREAT REVOLUTION (that of 1848) WHICH IN FACT WILL BE A SECOND REFORM, GREATER THAN THE FIRST, and of which so little is known in England, IS DEVELOPING UNDER THE AUSPICES OF THE JEWS who monopolize the great majority of the professorial chairs in Germany.  Neander, the founder of Spiritual Christianity, and who is a royal professor of theology at the University of Berlin, is a Jew.  Benary, equally famous, is at the same university, and is a Jew.

« …Il y a de cela quelques années, on s’adressa à nous de Russie.  En vérité, il n’y a jamais eu entre la Cour de Saint-Pétersbourg et ma famille (Rothschild) des liens d’amitié … Cependant les circonstances inclinèrent vers un rapprochement entre les Romanoff

“A few years ago, we were called upon by Russia.  In truth, there have never been ties of friendship between the Court of Saint Petersburg and my family (Rothschild) … However, the circumstances inclined to a rapprochement between the Romanoffs

[17]
[17]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

« et les Sidonia (Rothscbild).  Je résolus d’aller moi-même à Saint-Pétersbourg.  J’eus, en arrivant, une entrevue avec le ministre des Finances de la Russie, le Comte Cancrine ; je me trouvai en face du fils d’un Juif lithuanien.  L’emprunt était en rapport avec les affaires d’Espagne.  Je voyageai d’une traite.  J’obtins, dès mon arrivée, une audience du ministre espagnol, Senor Mendizabel ; je me trouvai en face d’un de mes semblables, le fils d’un nueuo christiano, un Juif d’Aragon.  Par suite de ce qui transpirait à Madrid, j’allai tout droit à Paris pour y consulter le Président du Conseil français ; je me trouvai en face du fils d’un Juif français, un héros, un Maréchal de l’empire, et il n’y avait là rien d’étonnant, car où seraient les héros militaires sinon parmi ceux qui adorent le Dieu des Armées ?

“and the Sidonias (Rothschilds).  I resolved to go myself to Saint Petersburg.  On arriving, I met with the Minister of Finance of Russia, the Count Cancrine; I found myself faced with a Lithuanian Jew.  The loan was in connection with the affairs of Spain.  I went there directly.  Upon arrival, I obtained an audience with the Spanish minister, Señor Mendizabel; I found myself presented to one of my own, the son of a nuevo christiano, a Jew of Aragon.  In furtherance of events in Madrid, I went directly to Paris to consult with the President of the French Council; I found myself quite frankly facing the son of a French Jew, a hero, a Marshal of the empire, and that was nothing surprising, where would one find military heroes except among those who adore the God of Armies.

« — Et Soult, est-il Juif ?

“— And Soult, is he a Jew?

« — Oui, et bien d’autres maréchaux français, le plus célèbre d’entre eux, par exemple, Masséna, dont le vrai nom est Mannasseh…. mais revenons à mon anecdote.  Le résultat de nos consultations fut qu’il serait bon de faire appel à quelque puissance septentrionale en qualité d’amie et de médiatrice.  Nous fixâmes notre choix sur la Prusse, et le Président du Conseil fit une démarche auprès du ministre prussien qui assista quelques jours plus tard à notre conférence.  Le Comte Arnim entra dans le cabinet, et je me trouvai en face d’un Juif prussien.  Vous voyez bien, mon cher Coningsby, que LE MONDE EST GOUVERNE PAR DE TOUS

“— Yes, and many other French Marshals as well, for example, Masséna, whose real name is Mannasseh, … but, back to my anecdote.  The result of our consultations was that it would be good to appeal to some northern power as a friend and mediator.  We settled our choice on Prussia, and the President of the Council took steps with a Prussian minister who attended our conference a few days later.  Count Arnim entered the room, and I found myself facing a Prussian Jew.  Take good note, my dear Coningsby, that THE WORLD IS GOVERNED BY QUITE

[18]
[18]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

AUTRES PERSONNAGES QUE NE S’IMAGINENT CEUX QUI NE SONT PAS DANS LA COULISSE ». — Pages 219-252.

DIFFERENT PERSONAGES THAN IMAGINED BY THOSE WHO ARE NOT BEHIND THE SCENES.” Pages 219-252.

Les 300 Despotes

The 300 Despots

WALTER RATHENAU, Juif, ministre en Allemagne, dans la « Wiener Press » du 24 décembre 1921 :

WALTER RATHENAU, Jew, a Minister in Germany, in the “Wiener Press” of December 24, 1921:

« Trois cents hommes seulement, dont chacun connaît tous les autres, gouvernent les destinées de l’Europe.  Ils choisissent leurs successeurs dans leur propre entourage.  Ces Juifs allemands ont en mains les moyens de mettre fin à toute forme de gouvernement qu’ils jugent déraisonnable ».

“Three hundred men alone, each one known to all the others, govern the destinies of Europe.  They choose their successors among their own entourage.  These German Jews have the means in their hands to terminate any form of government they judge unreasonable ”.

« Nous Vous Avons Conquis »

“We Have Conquered
You”

MARCUS ELI RAVAGE, Juif, écrivant dans le « Century Magazine » de janvier et février 1928.

MARCUS ELI RAVAGE, Jew, writing in “Century Magazine” in January and February, 1928.

« Vous faites beaucoup de bruit autour de l’influence indue des Juifs dans vos théâtres et le cinéma.  Très bien ; admis que votre plainte est fondée.  Mais qu’est-ce que cela à côté de notre influence pénétrante dans vos églises, vos écoles, vos lois et vos pensées de chaque jour ?  Vous n’avez pas encore commencé à apprécier la profondeur réelle de notre culpabilité.  Nous sommes des intrus.  Nous sommes des subversifs.  Nous avons pris votre monde naturel, vos idéals, votre destinée, et nous les avons brouillés.  Nous avons été au fond non seulement de la dernière grande

“You circulate a good many rumours about the undue influence of Jews in your theatre and cinema.  Fine; your complaint is founded.  But what is that next to our penetrating influence in your churches, your schools, your laws and your daily thoughts?  You haven’t yet begun to appreciate the real depth of our culpability.  We are intruders.  We are subversives.  We have taken your natural world, your ideals, your destiny, and we have fogged them.  We were behind not only the last great

[19]
[19]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

« guerre mais de presque toutes vos guerres, non seulement de la révolution russe mais de toutes les révolutions majeures de votre histoire.  Nous avons apporté la discorde, la confusion et la frustration dans votre vie personnelle et publique.  Nous le faisons encore.  Personne ne peut dire combien de temps nous le ferons encore.

“war but practically all your wars, not only the Russian revolution but all the major revolutions of your history.  We have brought discord, confusion and frustration into your personal and public life.  We will do it again.  No one can say how many times we will do it again.

« Qui sait quelle grande et glorieuse destinée aurait été la vôtre si nous vous avions laissés tranquilles.  Mais nous ne vous avons pas laissés tranquilles.  Nous vous avons pris en mains et avons descendu la belle et généreuse structure que vous aviez édifiée, et avons changé le cours de votre histoire.  Nous vous avons conquis comme jamais un de vos empires n’a subjugué l’Afrique et l’Asie.  Et nous l’avons fait sans armées, sans balles, sans carnage et sans fracas, par la seule force de notre esprit.  Nous l’avons fait seulement par l’irrésistible force de notre esprit, de nos idées, de notre propagande.

“Who knows what great and glorious destiny would have been yours had we let you be.  But we have not let you be.  We took you in hand and we dismantled the beautiful and bountiful structure that you had built, and we changed the course of your history.  We have conquered you as not one of your empires had ever subjugated Africa and Asia.  And we did it without armies, bullets, carnage and skirmishes, with only the power of our mind.  We did it only with the irresistible power of our mind, of our ideas, our propaganda.

« Prenez les trois principales révolutions des temps modernes, la française, l’américaine et russe.  Que sont-elles sinon le triomphe de l’idée juive sur la justice sociale, politique et économique ?

“Consider the three main revolutions of modern times, the French, the American and the Russian.  What are they if not the triumph of the Jewish idea over social, political and economic justice?

« Nous vous dominons encore … Est-il étonnant que vous nous en vouliez ?  Nous avons mis un frein à votre progrès … Nous avons simplement divisé votre âme, jeté la confusion dans vos impulsions, paralysé vos désirs … Si nous étions à votre place, nous vous détesterions plus cordialement que vous nous détestez … Vous nous appelez des subversifs, des agitateurs, des fomentateurs de

“We will dominate you again … Is it surprising that you resent us?  We put a brake on your progress … We simply divided your soul, threw confusion into your impulses, paralyzed your desires … If we were in your place, we would detest you more cordially than you detest us … You call us subversives, agitators, fomenters of

[20]
[20]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

« révolutions.  C’est vrai.  On peut apprendre avec le plus simple effort et la moindre réalisation des faits que nous avons été au fond de toutes les révolutions majeures de votre histoire.  Sans aucun doute, nous avons eu une part importante dans la révolution luthérienne et c’est un fait bien connu que nous fûmes les principaux instigateurs des révolutions bourgeoises démocratiques de l’avant-dernier siècle, en France et aux Etats-Unis.  Si nous ne l’avions pas été, nous n’aurions pas connu nos intérêts … »

“revolutions.  It’s true.  It can be learned with the simplest effort and the least awareness of the facts that we have been behind all the major revolutions of your history.  Without a doubt, we had a major share in the Lutheran revolution and it is a well known fact that we were the main instigators of the democratic bourgeois revolutions of the century before last in France and the United States.  If we hadn’t been, we would have been ignorant of our own interests.”

La Conspiration
au Moyen Âge

The Conspiracy
in the Middle Ages

« La Revue des Etudes Juives », financée par James de Rothschild, a publié en 1880, deux documents qui montrent les Sages de Sion à l’œuvre dès le XVe siècle pour diriger l’action conquérante de leur race.

“The Review of Jewish Studies”, financed by James de Rothschild, published two documents in 1880 showing the Elders of Zion at work in the XVth Century directing the conquering action of their race.

Le 13 janvier 1489, Chamor, rabbin des Juifs d’Arles en Provence, écrit au Grand Sanhédrin siégeant à Constanlinople, et lui demande avis dans des circonstances critiques.  Les Français d’Aix, d’Arles, de Marseille qui ne se trahissaient pas, en ce temps-là par l’élection d’un Léon Blum, menacent les synagogues ; que faire ?

On January 13, 1489, Chamor, Rabbi of the Jews of Arles en Province, wrote to the Great Sanhedrin sitting at Constantinople, and asked its advice in critical circumstances.  The French of Aix, of Arles, of Marseille who were not deceived at that time by the election of Léon Blum, were threatening the synagogues.  What to do?

Réponse :

The reply: 

« Bien-aimés frères en Moïse, nous avons reçu votre lettre dans laquelle vous nous faites connaître les anxiétés et les infortunes que vous endurez.  Nous en avons été pénétrés d’une aussi grande peine que vous-mêmes.

“Dearest brothers in Moses, we have received your letter in which you communicate your anxieties and the misfortunes you are enduring.  We are penetrated by sorrow as great as your own.

[21]
[21]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

« L’avis des grands Satrapes et Rabbins est le suivant :

“The advice of the great Satraps and Rabbis is the following:

« A ce que vous dites qu’on vous fait bien oblige à vous faire chrétiens : faites-le, puisque vous ne pouvez faire autrement, mais que la loi de Moïse se conserve dans votre cœur.

“When you say that they are obliging you to become Christians:  do it, since you cannot do otherwise, but preserve the law of Moses in your heart.

« A ce que vous dites qu’on commande de vous dépouiller de vos biens [1] :  faites vos enfants marchands afin que peu à peu ils dépouillent les chrétiens des leurs.

“When you say that they order you to be stripped of your goods [1]make your children merchants so that little by little they will strip the Christians of theirs.

« A ce que vous dites qu’on attente à vos vies : faites vos enfants médecins et apothicaires afin qu’ils ôtent aux chrétiens leurs vies.

“When you say that your lives are at risk:  make your children doctors and apothecaries so as to take the lives of the Christians.

« A ce que vous dites qu’ils détruisent vos synagogues :  faites vos enfants chanoines et clercs afin qu’ils détruisent leurs églises.

“When you say they are destroying your synagogues:  make your children canons and clerics to destroy their churches.

« A ce que vous dites qu’on vous fait bien d’autres vexations :  faites en sorte que nos enfants soient avocats, notaires, et que toujours ils se mêlent des affaires des Etats, afin que, en mettant les chrétiens sous votre joug, vous dominiez le monde et vous puissiez vous venger d’eux.

“When you say that they trouble you with numerous other vexations, make your children lawyers and notaries, so that, by putting the Christians under your yoke, you will dominate the world and you can be avenged against them.

« Ne vous écartez pas de cet ordre que nous vous donnons, parce que vous verrez par expérience que d’abaissés que vous êtes, vous arriverez au faîte de la puissance ».

Do not stray from this order that we give you, because you will see by experience that as low as you now are, you will attain the summit of power.

Signé :  V.S.S.V.F.F. Prince des Juifs, le 21 de Casleu (novembre) 1189.

Signed:  V.S.S.V.F.F. Prince of the Jews, the 21st of Casleu (November) 1189.

Esprit Bien Inculqué

Mind Thoroughly Inculcated

WERNER SOMBART, dans «Les Juifs et la vie économique», page 51, 19Î6 :

WERNER SOMBART, in “The Jews and the Economy”, page 51, 1916:

__________
[1]  «biens» signifierait sans aucun doute des gains mal acquis, et non des biens légitimes.

__________
[1]  “goods” here would undoubtedly mean ill-gotten gains, not legitimate property.

[22]
[22]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

« Dans une certaine mesure, on est en droit d’affirmer que c’est à l’empreinte juive que les Etats-Unis doivent d’être ce qu’ils sont, c’est-à-dire leur américanisme ; car, ce que nous appelons américanisme n’est que l’esprit juif ayant trouvé son expression définitive … Et, étant donné l’énorme influence que, depuis sa découverte, l’Amérique n’a pas cessé d’exercer sur la vie économique de l’Europe, le rôle que les Juifs ont joué dans l’édification du monde américain est devenu d’une importance capitale pour toute l’évolution de notre histoire ». [1]

“To a certain extent, we are entitled to affirm that the United States owes what it is to distinctive Jewsh influence, meaning their Americanism; because, what we call Americanism is only the Jewish spirit having found its definitive expression … And, given the enormous influence that America, since its discovery, has not ceased to exert on the economic life of Europe, the role that Jews played in building the American world has become of paramount importance for the entire evolution of our history.” [1]

« Nous Commanderons Aux Nations »

“We Will Command the Nations”

ISIDORE LOEB, Juif (cité par G. Batault dans son livre « Le Problème Juif ») :

ISIDORE LOEB, Jew (quoted by G. Batault in his book “The Jewish Problem”):

« Les nations se réuniront pour aller porter leurs hommages au peuple de Dieu ; toute la fortune des nations passera au peuple juif, elles marcheront derrière le peuple juif dans les chaînes, comme des captifs et se prosterneront devant lui ; les rois élèveront ses fils, et les princesses seront les nourrices de ses enfants.  Les Juifs commanderont aux Nations ; ils appelleront à eux des peuples qu’ils ne connaissent même pas, et des peuples qui ne les connaissent pas accourront vers eux.  Les richesses de la mer et la fortune des nations viendront d’elles-mêmes aux Juifs.  Le peuple et le royaume qui ne serviront pas Israël seront détruits.  Le peuple élu boira le lait des nations et sucera la mamelle

“The nations will gather to pay their respects to the people of God .  All the wealth of the nations will pass to the Jewish people, they will walk behind the Jewish people in chains, like captives, and will bow down to them.  Kings will raise their sons, and princesses will be the wetnurses of their children.  Jews will command the Nations.  They will summon to themselves peoples they do not even know, and peoples who do not know them will come to them.  The riches of the sea and the wealth of nations will come of themselves to the Jews.  The people and the kingdom that will not serve Israel will be destroyed.  The chosen people will drink the milk of the nations and suck the breasts

__________
[1]  Les pères fondateurs des États-Unis d’Amérique étaient des francs-maçons.  Adrien Arcand a présenté la franc-maçonnerie comme un outil du judéo-communisme.  Voir Le Communisme installé chez nous par Arcand (1966).  L’affirmation d’une empreinte juive sur la révolution américaine de 1776 peut impliquer un contrôle prétendu sur la rupture de l’Amérique avec l’Angleterre et la fondation de l’Amérique par la porte arrière de la franc-maçonnerie.

__________
[1]  The founding fathers of the United States of America were Freemasons.  Adrien Arcand has exposed Freemasonry as a tool of Judeo-Communism.  See Arcand’s Communism Installed Here (1966).  The affirmation of a Jewish imprint on the American Revolution of 1776 may imply some claimed control over the American break with England and the founding of America through the channel of Freemasonry.

[23]
[23]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

« des rois, il mangera la fortune des nations et se couvrira de leur éclat.  Les Juifs vivront dans l’abondance et dans la joie, leur bonheur ne prendra pas fin, leur cœur se réjouira, ils pousseront comme l’herbe.  Les Juifs seront une race bénie de Dieu, les prêtres et les desservants de Dieu et le peuple tout entier sera un peuple de « pieux ».  La postérité des Juifs et leur nom seront éternels, le plus petit d’entre eux se multipliera par milliers et le plus infime deviendra une grande nation, Dieu fera avec eux une alliance éternelle, il régnera de nouveau sur eux, et leur puissance sur les hommes sera telle que, suivant une expression consacrée, ils marcheront par grandes enjambées sur les hauteurs de la terre.  La nature elle-même sera transformée en une sorte de paradis terrestre, ce sera l’âge d’or de l’Humanité ».

“of kings; they will eat the fortunes of the nations and cover themselves with their splendor.  The Jews will live in abundance and joy, their happiness will not end, their hearts will rejoice, they will grow like grass.  The Jews will be a blessed race of God, the priests and servants of God and the whole people will be a “godly” people.  The posterity of the Jews and their names will be eternal, the least of them will multiply by thousands and the lowest will become a great nation, God will make an everlasting covenant with them, he will reign over them, and their power over men will be such that, according to a well known expression, they will walk with great strides on the heights of the earth.  Nature itself will be transformed into a kind of earthly paradise, it will be the golden age of Humanity.”

Le Monarque du Monde

The Monarch of the World

En juillet 1920, au retour du Grand Rabbin de Jérusalem d’un voyage en Angleterre, l’Agence Télégraphique juive transmit de Jaffa, Palestine, dans tous les pays, ces paroles du co-adjuteur du grand-rabbin :

In July 1920, when the Chief Rabbi of Jerusalem returned from a trip to England, the Jewish Telegraphic Agency transmitted from Jaffa, Palestine, to all countries, these words of the auxiliary to the chief rabbi:

« … Le Juif apparaît dès à présent comme le véritable monarque du monde.

“… The Jew is now emerging as the true monarch of the world.

« Des empires comme la Russie, l’Allemagne, l’Autriche, sont gouvernés par des Juifs ; les Juifs sont les conducteurs des peuples.

“Empires like Russia, Germany, Austria, are governed by Jews; the Jews are the leaders of peoples.

« Bientôt suivront les autres pays et les autres nations, et les Juifs verront flotter leur drapeau sur le monde entier ».

“Soon will come the other countries and the other nations, and the Jews will fly their flag over the whole world.”

[24]
[24]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

La Foi de la Revanche

Faith in Vengeance

Henri BARBUSSE, Juif, dans son livre « Jésus » :

Henri BARBUSSE, Jew, in his book “Jesus”:

« NOUS PAITRONS LES NATIONS AVEC UNE VERGE DE FER.  Or, la justice, c’est LE RETABLISSEMENT DE LA DYNASTIE DE DAVID ; la pitié, c’est celle de la condition des Juifs ; la foi, c’est celle de la REVANCHE.  Je te dis que nous, les vrais et les seuls accomplisseurs de la loi de la lutte finale pour le royaume de Dieu et pour la vie éternelle, qui est la gloire éternelle du conquérant juif.

“WE PAIT THE NATIONS WITH AN IRON WORM. Now, justice is THE RESTORATION OF DAVID’S DYNASTY; pitiful is the condition of the Jews; the faith is that of REVENGE.  I tell you that we are the true and only fulfillers of the law of the final struggle for the kingdom of God and eternal life, which is the eternal glory of the Jewish conqueror.

« Que par toi le Verbe du Seigneur roule sur les villes comme un rouleau.

“Through you the Word of the Lord rolls over the cities like a scroll.

« J’ai dans l’esprit un soulèvement qui ressemble à la  ».

“I have in mind an uprising that resembles a revolution.”

L’Alliance Israelite Universelle et Adolphe Crémieux

The Universal Israelite Alliance and Adolphe Crémieux

(Reproduit dans le « Morning Post », de Londres, 6 sept. 1920).

(Reprinted in the Morning Post, London, Sept. 6, 1920).

« L’union que nous désirons fonder ne sera pas une union française, anglaise, irlandaise ou allemande, mais une union juive universelle.

“The union we want to found will not be a French, English, Irish or German union, but a universal Jewish union.

« D’autres peuples et races sont divisés en nationalités ; nous seuls n’avons pas de citoyens, mais seulement des coreligionnaires.

“Other peoples and races are divided into nationalities; we alone have no citizens, but only coreligionists.

« En aucune circonstance un Juif ne deviendra l’ami d’un chrétien ou d’un musulman avant qu’arrive le moment où la lumiè-

“Under no circumstances will a Jew become the friend of a Christian or of a Muslim until the moment comes when the light

[25]
[25]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

re de la foi juive, la seule religion de la raison, brillera sur le monde entier.

of the Jewish faith, the only religion of reason, shines over the whole world.

« Dispersés parmi les autres nations, qui depuis un temps immémorial furent hostiles à nos droits et à nos intérêts, nous désirons premièrement être et rester immuablement Juifs.

“Scattered among the other nations, who from time immemorial have been hostile to our rights and interests, we first desire to be and remain immutably Jews.

« Notre nationalité, c’est la religion de nos pères, et nous ne reconnaissons aucune autre nationalité.

“Our nationality is the religion of our fathers, and we recognize no other nationality.

« Nous habitons des pays étrangers, et ne saurions nous inquiéter des ambitions changeantes de pays qui nous sont entièrement étrangers pendant que nos problèmes moraux et matériels sont en danger.

“We live in foreign countries, and we can not worry about the changing ambitions of countries that are entirely foreign to us while our moral and material problems are in danger.

« L’enseignement juif doit s’étendre à toute la terre, Israélites !  Quelque part que le destin vous conduise, dispersés comme vous l’êtes sur toute la terre, vous devez toujours vous regarder comme faisant partie du Peuple-élu.

“Jewish teaching must extend to the whole earth, Israelites!  Wherever destiny leads you, scattered as you are over the whole world, you must always regard yourself as part of the Chosen People.

« Si vous vous rendez compte que la Foi de vos pères est votre unique patriotisme :

“If you realize that the faith of your fathers is your only patriotism:

« Si vous reconnaissez qu’en dépit des nationalités que vous avez adoptées, vous restez et formez toujours et partout une seule et unique nation :

“If you recognize that, despite the nationalities you have adopted, you remain and form always and everywhere a single nation:

« Si vous croyez que le Judaïsme est la seule et unique vérité religieuse ET POLITIQUE ;

“If you believe that Judaism is the one and only religious AND POLITICAL truth;

« Si vous être convaincus de cela, Israélites de l’Univers, alors venez, entendez notre appel, et envoyez-nous votre adhésion.

“If you are convinced of this, Israelites of the Universe, then come, hear our call, and subscribe to us.

« Notre Cause est grande et sainte, et son succès est assuré.  Le Catholicisme, NOTRE

“Our Cause is great and holy, and its success is assured.  Catholicism, OUR

[26]
[26]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

« ENNEMI DE TOUS LES TEMPS, gît dans la poussière mortellement frappé à la tête.

“ENEMY OF ALL TIME, lies in the dust mortally struck in the head.

« Le filet qu’Israël jette usuellement sur Je globe terrestre s’élargit et s’étend, et les graves prophéties de nos livres saints vont enfin se réaliser.

“The net that Israel generally throws over the earthly globe widens and extends, and the grave prophecies of our holy books will finally come true.

« Le temps est proche ou Jérusalem va devenir la maison de prière pour toutes les nations et tous les peuples, où la bannière du Dieu unique d’Israël sera déployée et hissée sur les rivages les plus lointains.

“The time is near when Jerusalem will become the house of prayer for all nations and peoples, when the banner of the one God of Israel will be unfurled and hoisted over the farthest shores.

« Mettons à profit toutes les occasions.

“Let us capitalize on every opportunity.

« Notre puissance est immense, apprenons à adapter cette puissance à notre Cause.  Qu’avez-vous à craindre ?  LE JOUR N’EST PAS ELOIGNE OU TOUTES LES RICHESSES, TOUS LES TRESORS DE LA TERRE DEVIENDRONT LA PROPRIETE DES ENFANTS D’ISRAËL ».

“Our power is immense, let us learn to adapt this power to our Cause.  What are you afraid of?  THE DAY IS NOT FAR WHEN ALL THE RICHES, ALL THE TREASURES OF THE EARTH WILL BECOME THE PROPERTY OF THE CHILDREN OF ISRAEL”

(Attribué à Adolphe Crémieux, Juif, ministre de France, qui fut par la suite président de l’Alliance).

(Attributed to Adolphe Crémieux, Jew, Minister of France, who became President of the Alliance).

Nationalités et Religions Doivent Disparaître

Nationalities and Religions Must Disappear

Adolphe Crémieux, grand-maître du Grand-Orient Maçonnique, président de l’Alliance Israélite Universelle, ministre de la Justice en France, déclarait dans le journal juif « Les Archives Israélites », cahier n° 25, 1861 :

Adolphe Crémieux, Grand Master of the Masonic Grand Orient, President of the Universal Israelite Alliance, Minister of Justice in France, declared in the Jewish newspaper, “The Israelites Archives”, issue no. 25, 1861:

« Un messianisme des temps nouveaux va surgir, la Jérusalem d’un nouvel ordre, sainte fondation entre l’Orient et l’Occident,

“A messianism of the new times will arise, the Jerusalem of a new order, the holy foundation between the East and the West,

[27]
[27]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

« doit se substituer au double empire des papes et des empereurs.  Je ne cache pas qu’au cours des années je n’ai jamais consacré ma pensée qu’à cette seule œuvre.  A peine a-t-elle commencé son œuvre que l’influence de l’Alliance Israélite Universelle s’est faite sentir au loin.  Elle ne se restreint pas seulement à notre culte, elle veut pénétrer dans toutes les religions comme elle a pénétré dans tous les pays.  Les nationalités doivent disparaître, les religions doivent être supprimées.

must replace the double empire of popes and emperors.  I do not conceal that over the years I have devoted my thought to this one work alone.  As soon as it began its work, the influence of the Universal Israelite Alliance was felt far away.  It is not restricted to our cult alone, it seeks to penetrate into all religions as it has penetrated into all countries.  Nationalities must disappear, religions must be suppressed.

« Israël, lui, ne doit pas disparaître, car ce petit peuple est l’élu de Dieu.  Dans tous les pays nous devons mettre les Juifs isolés en relation avec les autorités pour qu’à la première nouvelle d’une attaque, nous puissions nous lever comme un seul homme.  Nos voix désirent se faire entendre dans les cabinets des ministres, jusqu’aux oreilles des princes, et advienne que pourra, tant pis si nous devons faire usage des lois de force, incompatibles avec les progrès de l’heure, nous nous joindrons alors à tous les protestataires. [1] On nous adjure de pardonner le passé, le moment est là où se crée sur des fondements inébranlables une alliance immortelle ».

“Israel must not disappear, because this little people is God’s Chosen.  In all countries we must place the isolated Jews in relation with the authorities so that at the first news of an attack, we can rise up as one man.  Our voices wish to make themselves heard in the offices of ministers, the ears of princes, and come what may, if we must use the laws of force, incompatible with the progress of the hour, we will then join all the protestors. [1]  They beg us to forgive the past; the moment is at hand when an immortal alliance is being created on an unshakable foundation.”

(Edouard Drumont, dans la « Libre Parole », a rapporté de nombreuses déclarations analogues faites par Adolphe Crémieux).

(Edouard Drumont, in the “Libre Parole”, reported many similar statements made by Adolphe Crémieux).

Pourquoi Combattre le Nationalisme

Why Fight
Nationalism

L’hebdomadaire juif « The Sentinel », paraissant à Chicago, rapporte, dans son numé-

The Jewish weekly “The Sentinel”, published in Chicago, reports in its

__________
[1]  Ce que semble dire Crémieux, c’est que les Juifs, dispersés dans les pays d’autres peuples, doivent contrôler leurs gouvernements; car sans un tel contrôle, les Juifs ne pourraient, comme le recommande Crémieux, «utiliser les lois de la force» (l’appareil militaire et de police de l’État); et ensuite, pour cacher leur influence sur ces gouvernements, les Juifs qui ont initié des guerres doivent courir dans les rues pour rejoindre les manifestants, comme si eux aussi étaient opposés à ces guerres.

__________
[1]  What Crémieux seems to be saying here is that the Jews, dispersed into other peoples’ countries, must control their governments; for without such control the Jews could not, as Crémieux recommends, “use the laws of force” (the military and police apparatus of the State); and then to hide their influence on these governments, the Jews who have initiated wars must run into the streets to join the protesters, as if they, too, were opposed to these wars.

[28]
[28]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

ro du 24 septembre 1936, que la conférence centrale des rabbins américains a fait la constatation suivante :  « La plus remarquable et aussi la plus nuisible des conséquences de la guerre mondiale a été la création de nouveaux nationalismes et l’exaltation de ceux qui existaient déjà.  LE NATIONALISME EST UN DANGER FOUR LE PEUPLE JUIF.  Aujourd’hui, comme à toutes les époques de l’histoire, il est prouvé que LES JUIFS NE PEUVENT DEMEURER DANS LES ETATS FORTS OU S’EST DEVELOPPEE UNE HAUTE CULTURE NATIONALE. »

September 24, 1936, that the Central Conference of American Rabbis made the following statement:  “The most remarkable and also the most harmful of the consequences of the world war was the creation of new nationalisms and the exaltation of those already existing.  NATIONALISM IS A DANGER TO THE JEWISH PEOPLE.  Today, as in all periods of history, it is proved that JEWS CANNOT LIVE IN STRONG STATES WHERE A HIGH NATIONAL CULTURE HAS DEVELOPED.”

Le Symbole de la
Conquête Juive

The Symbol of
Jewish Conquest

L’Etoile de Sion, formée de deux triangles entrelacés, appelée aussi « Sceau de David », est l’emblème religieux, national et racial de toute la juiverie mondiale.  Elle figure sur toutes les synagogues, dans toutes les organisations civiles juives, sur le drapeau palestinien juif.  C’est le seul symbole affiché sur les drapeaux juifs arborés à Montréal et dans tous les pays du monde par les Juifs.

The Star of Zion, made up of two interlaced triangles, also called the “Seal of David”, is the religious, national and racial emblem of the whole of world Jewry.  It appears on all synagogues, in all Jewish civil organizations, on the Jewish Palestinian flag.  It is the only symbol displayed on Jewish flags raised in Montreal and in every country in the world by the Jews.

Les Juifs rêvent d’en faire le drapeau mondial de la république universelle, s’ils peuvent réussir par le communisme à s’emparer de tous les pays.

Jews dream of making it the world flag of the Universal Republic, if through communism they can succeed in seizing all countries.

L’Etoile de Sion est un symbole officiel de toutes les organisations kabbalisles.

The Star of Zion is an official symbol of all Kabbalistic organizations.

C’est un symbole officiel de la franc-maçonnerie.

It is an official symbol of Freemasonry.

C’est un symbole officiel d’organisations communistes et Sans-Dieu.

It is an official symbol of Communist and Godless organizations.

[29]
[29]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

C’est un symbole officiel dessiné sur l’en-tête du Traité de Versailles.

It is an official symbol drawn on the letterhead of the Treaty of Versailles.

C’est un symbole officiel dans les armoiries de deux républiques soviétiques.

It is an official symbol on the coats of arms of two Soviet republics.

C’est un symbole officiel imprimé sur des timbres-postes français, hollandais, etc.

It is an official symbol printed on postage stamps of France, Holland, etc.

C’est un symbole officiel incorporé dans le Grand Sceau (d’origine maçonnique) des Etats-Unis ; ce Grand Sceau figure sur la nouvelle piastre américaine.

It is an official symbol incorporated into the Great Seal (Masonic in origin) of the United States; this Great Seal appears on the new American dollar.

C’est un symbole officiel figurant au verso de millions de médailles de Roosevelt, distribuées par la juiverie d’Amérique.

It is an official symbol on the back of millions of Roosevelt medals, distributed by American Jewry.

(Il y a aussi l’étoile à cinq pointes, appelée « Sceau de Salomon », symbole kabbaliste, franc-maçonnique, Sans-Dieu, communiste, imposé comme symbole officiel dans les armoiries de l’U.R.S.S., de l’Armée Rouge de Russie, et dans les armoiries d’une foule de pays par la judéo-maçonnerie à la faveur de révolutions qu’elle a inspirées et dirigées).

(There is also the five-pointed star, called the “Seal of Solomon”, a Kabbalistic, Freemasonic, Godless, Communist symbol imposed as an official symbol on the coat of arms of the U.S.S.R., the Russian Red Army, and on the coat of arms of a multitude of countries by Judeo-masonry in support of revolutions it inspired and directed).

Les Deux Visages

The Two Faces

RENE GROOS, Juif, dans « Le Nouveau Mercure », mai 1927 :

RENE GROOS, Jew, in “The New Mercury”, May 1927:

« Les deux Internationales de la Finance et de la Révolution travaillent avec ardeur ; elles sont les deux visages de l’Internationale juive … Il y a une conspiration juive contre toutes les nations »

“The two Internationals of Finance and the Revolution are hard at work; they are the two faces of the Jewish International … There is a Jewish conspiracy against all nations.”

dingbat

dingbat

Le Juif BLUMENTHAL, rédacteur du «Judisk Tidskrift » 1929, N° 57 :

The Jew BLUMENTHAL, editor of “Judisk Tidskrift” 1929, No. 57:

[30]
[30]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

« … Notre race a donné au monde un nouveau prophète ; mais il a deux visages et porte deux noms ; d’un côté, son nom est Rothschild, chef des grands capitalistes ; de l’autre, Karl Marx, l’apôtre des ennemis de l’autre ».

“… Our race has given the world a new prophet; but he has two faces and two names; on one side, his name is Rothschild, head of the great capitalists; on the other side, Karl Marx, the apostle of the other’s enemies.”

Délibérations Juives Secrètes
Devoilées par la
« Catholic Gazette »
D’Angleterre

Secret Jewish Deliberations
Revealed by the
“Catholic Gazette”
of England

Dans son numéro de février 1936, la « Catholic Gazette », organe mensuel officiel de la Société Missionnaire Catholique d’Angleterre, publiait le compte rendu de délibérations secrètes tenues par une société juive à Paris.  La direction du journal, dans un préambule, garantissait le caractère de sa source d’information.

In its February issue of 1936, the Catholic Gazette, official monthly organ of the Catholic Missionary Society of England, published a report of secret deliberations conducted by a Jewish society in Paris.  The management of the journal, in a foreword, guaranteed the character of its source of information.

Voici le texte publié par la « Catholic Gazette » ;

Here is the text published by the Catholic Gazette:

« Aussi longtemps que subsistera parmi les Gentils une conception morale de l’ordre social, et aussi longtemps que la foi, le patriotisme et la dignité n’auront pas été déracinés, notre règne sur le monde n’arrivera pas.

“As long as a moral concept of the social order subsists among the Gentiles, and as long as faith, patriotism and dignity are not uprooted, our reign over the world will not come.”

« Nous avons déjà accompli une partie de notre tâche, mais nous ne pouvons encore prétendre que tout travail est accompli.  Nous avons encore un long chemin à parcourir avant de renverser notre principal ennemi :  l’Eglise Catholique.

“We have already accomplished a part of our task, but we cannot yet claim that all our work is done.  We still have a long road to travel before we overthrow our principal enemy, the Catholic Church.

[31]
[31]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

« Nous devons toujours avoir à l’esprit que l’Eglise Catholique est la seule institution qui s’est maintenue et qui, tant qu’elle se maintiendra, nous barrera la route.  L’Eglise Catholique par son travail méthodique et par ses enseignements édifiants et moraux, tiendra toujours ses enfants dans un tel état d’esprit qu’ils auront trop de respect d’eux-mêmes pour plier devant notre domination et pour fléchir devant notre futur Roi d’Israël.

“We must always have in mind that the Catholic Church is the only institution that has maintained itself, and that as long as it does maintain itself, it bars our road.  The Catholic Church, through its methodical work and its educational and moral teachings, will always keep its children in such a state of mind that they will have too much respect for themselves to bow before our domination and genuflect before our future King of Israel.

« C’est pourquoi nous nous sommes efforcés de découvrir le meilleur moyen de secouer l’Eglise Catholique dans ses bases profondes.  Nous avons répandu l’esprit de révolte, et un faux libéralisme parmi les nations des Gentils de façon à les persuader d’abandonner leur foi et même à leur inspirer la honte de professer les préceptes de leur religion et d’obéir aux commandements de leur Eglise.  Nous en avons conduit plusieurs d’entre eux à se vanter d’être des athées, et, plus que cela, à se glorifier d’être les descendants du singe !  Nous leur avons donné des théories nouvelles, de réalisation impossible, telles que le communisme, l’anarchisme et le socialisme, qui servent aujourd’hui à nos fins … Les Gentils stupides les ont acceptées avec le plus grand enthousiasme, sans réaliser que ces théories viennent de nous et qu’elles constituent notre puissant instrument contre eux-mêmes …

“This is why we strive to discover the best way of rocking the Catholic Church to its deepest foundations.  We have propagated a spirit of revolt, and a false liberalism among the Gentile nations to persuade them to abandon their faith and even to inspire shame in them for professing the precepts of their religion and obeying the commandments of their Church.  We have led a number of them to brag that they are atheists, and, more than that, to glorfy themselves as the descendants of a monkey!  We have given them new theories, impossible of achievement, such as Communism, anarchism and socialism, whch today serve our ends … The stupid Gentiles have accepted them with the greatest enthusiasm, without realizing that these theories come from us and that they constitute our powerful instrument against them …

« Nous avons noirci l’Eglise Catholique avec les plus ignominieuses calomnies, nous avons sali son histoire, et jeté la disgrâce sur ses plus nobles activités.  Nous lui avons imputé les torts de ses ennemis, et avons ainsi amené ces derniers à se rapprocher plus étroitement de

“We have blackened the Catholic Church with the most beastly defamations, we have filthied its history and thrown disgrace upon its noblest actions.  We have attributed to it the faults of its enemies, thus drawing the latter nearer to

[32]
[32]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

nous.  Tant et si bien que nous sommes aujourd’hui témoins, à notre grande satisfaction, de rébellions contre l’Eglise dans plusieurs pays … Nous avons tourné son clergé en objet de haine et de dérision, nous l’avons fait considérer comme démodée et comme une perte de temps la pratique de la religion catholique.

us.  To the extent, to our great satisfaction, that we are witnesses today to rebellions against the Church in several countries … We have turned its clergy into objects of hatred and derision, we have made it seem unfashionable and a waste of time to practice the Catholic religion.

« Et les Gentils, dans leur stupidité, se sont montrés des dupes plus faciles que nous ne l’avions attendu.  On s’attendrait à plus d’intelligence et à plus de sens pratique, mais ils ne valent pas mieux qu’un troupeau de moutons.  Laissons-les paître dans nos champs jusqu’à ce qu’ils soient assez gras pour être dignes d’être immolés à notre futur Roi du Monde.

“And the Gentiles, iin their stupidity, have shown themselves to be dupes beyond our expectation.  We anticipated more intelligence, more common sense; but they are no better than a herd of sheep.  Let us graze them in our fields until they are fat enough to be worth immolating to our future King of the World.

« Nous avons fondé de nombreuses associations secrètes qui travaillent toutes pour nos fins, sous nos ordres et notre direction.  Nous en avons fait un honneur pour les Gentils de se joindre à nos organisations, qui sont grâce à notre or, plus florissantes que jamais.  C’est cependant notre secret que ces Gentils qui trahissent leurs plus précieux intérêts en se joignant à notre complot, ne sachent jamais que ces associations sont notre œuvre et qu’elles travaillent à nos fins.

“We have founded numerous secret associations all working toward our ends, under our orders and direction.  We have made it an honor for the Gentiles to join our organizations, which, thanks to our gold, are flourishing more than ever.  It is, however, our secret that these Gentiles who betray their most precious interests in linking themselves to our plot, never know that these associations are our work and that they are working toward our ends.

« L’un des nombreux triomphes de notre Franc-Maçonnerie est que ces Gentils qui deviennent membres de nos Loges ne soupçonnent jamais que nous nous en servons pour construire leurs propres prisons, sur les terrasses desquelles nous érigerons le trône de notre Roi Universel d’Israël ; et ne sachent jamais que nous leur faisons forger les chaînes

“One of the numerous triumphs of our Free-Masonry is that these Gentiles who become members of our Lodges never suspect that we are using them to construct their own prisons, upon whose excavations we will erect the throne of our Universal King of Israel; and they at no time realize that we are causing them to forge the chains

[33]
[33]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

de leur propre servilité à notre futur Roi du Monde.

of their own subservience to our future King of the World.

« Jusqu’ici, nous avons indiqué nos attaques contre l’Eglise Catholique suivant la stratégie opérant du dehors.  Mais ce n’est pas tout.  Voyons maintenant comment nous avons poussé plus loin notre travail pour hâter la ruine de l’Eglise Catholique, et comment nous avons pénétré dans ses cercles les plus intimes, et même amené une partie de son clergé à se faire le pionnier de notre cause.

“Thus far, we have pointed up our attacks against the Catholic Church in line with the strategy worked from outside.  But that is not all.  See now how we have pushed our work further to hasten the ruin of the Catholic Church, and how we have penetrated into its innermost circles, and even brought a part of its clergy to pioneer our cause.

« En plus de l’influence de notre philosophie, nous avons pris d’autres mesures pour ouvrir une brèche dans l’Eglise Catholique.  Laissez-moi vous expliquer comme cela s’est fait.

“In addition to the influence of our philosophy, we have taken other steps to open a breach in the Catholic Church.  Let me explain to you how this is being done.

« Nous avons induit certains de nos enfants à se joindre au corps catholique, avec l’intimation explicite qu’ils devaient travailler d’une façon encore plus efficace à la désintégration de l’Eglise Catholique, en créant des scandales dans son sein.  Nous avons ainsi suivi l’avis de notre Prince des Juifs qui avait dit si sagement :  « Faites de vos enfants des chanoines, afin qu’ils puissent détruire l’Eglise ».  Malheureusement, les Juifs « convertis » n’ont pas tous été fidèles à leur mission.  Plusieurs d’entre eux nous ont trahis !  Mais d’un autre côté, les autres ont tenu leur promesse et ont fait honneur à leur parole.  Ainsi le conseil donné par nos Anciens prouva qu’il fut efficace.

“We have led some of our children to join the Catholic body, with the explicit suggestion that they must work still more effectively at disintegrating the Catholic Church by creating scandals within it.  We have thus followed the advice of our Prince of the Jews who so wisely said:  ‘Make your children clerics, that they may destroy the Church.’  Unfortunately, the ‘converted’ Jews have not all been faithful to their mission.  Some of them have betrayed us!  But then again, others have kept their promise and have honored their word.  Thus, the advice given by our Elders has proved its worth.

« Nous sommes les pères de toutes les rêvolutions — même de celles qui parfois ont tourné contre nous.  Nous sommes les maîtres suprêmes de la paix et de la guerre.  Nous pou-

We are the fathers of all revolutions — even those which sometimes have turned against us.  We are the supreme masters of peace and war.  We

[34]
[34]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

vons nous vanter d’avoir été les créateurs de la Réforme !  Calvin était un de nos enfants ; il était de descendance juive, l’autorité juive lui fit confiance et il eut l’aide de la finance juive pour dresser son plan de Réforme.

have boasted of being the creators of the Reform!  Calvin was one of our children; he was of Jewish blood, Jewish authority trusted him and he had Jewish financial aid to draw up his plan of Reform.

« Martin Luther céda à l’influence de ses amis juifs, et là encore, grâce à l’autorité juive et à la finance juive, son complot contre l’Eglise Catholique fut couronné de succès.

“Martin Luther yielded to the influence of his Jewish friends, and there again, thanks to Jewish authority and Jewish finance, his plot against the Catholic Church was crowned with success.

« Grâce à notre propagande, à nos théories du Libéralisme et à notre malreprésentation de la Liberté, les esprits d’un grand nombre de Gentils furent préparés à accueillir la Réforme.  Ils se séparèrent de l’Eglise pour tomber dans nos filets.  Et ainsi l’Eglise Catholique fut très sensiblement affaiblie, et son autorité sur les rois des Gentils fut réduite à presque rien.

“Thanks to our propaganda, to our theories of Liberalism and our misrepresentation of Liberty, the minds of a great many Gentiles were prepared for the Reform.  They separated from the Church to fall into our nets.  And thus the Catholic Church was quite appreciably weakened, and its authority over the kings of the Gentiles was reduced to practically nothing.

« Nous sommes reconnaissants aux Protestants pour leur loyauté à nos desseins — quoique la plupart d’entre eux, dans la sincérité de leur foi, ignorent qu’ils nous soient loyaux.  Nous leur sommes reconnaissants pour l’aide merveilleuse qu’ils nous donnent dans notre lutte contre le chateau-fort de la civilisation chrétienne, et dans nos préparatifs pour l’avènement de notre suprématie sur le monde entier et sur les royaumes des Gentils.

“We are grateful to the Protestants for their loyalty to our designs —although most of them, in the sincerity of their faith, are unaware that they are loyal to us.  We are grateful to them for the marvellous help that they are giving us in our battle against the stronghold of Christian civilization, and in our preparations for our coming supremacy over the whole world and over the kingdoms of the Gentiles.

« Jusqu’à présent, nous avons réussi à renverser la plupart des trônes d’Europe.  Les autres suivront dans le proche avenir.  La Russie sert déjà notre domination.  La France, avec son gouvernement maçonnique, est sous notre pouce.  L’Angleterre, par sa dépendance de notre finance, est sous noite talon et dans son Protestantisme réside notre espoir de détruire

“Up to now, we have succeeded at overthrowing most of the thrones of Europe.  The others will follow in the near future.  Russia already serves our domination.  France, with its Masonic government, is under our thumb.  England, through its dependence on our finance, is under our heel, and in its Protestantism resides our hope of destroying

[35]
[35]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

l’Eglise Catholique.  L’Espagne et le Mexique ne sont plus que des jouets entre nos mains.  Et de nombreux autres pays, y compris les Etats-Unis, sont déjà tombés devant nos combinaisons.

the Catholic Church.  Spain and Mexico are but playthings in our hands.  And numerous other countries, including the United States, have already fallen under our plots.

« Mais l’Eglise Catholique est toujours vivante …

But the Catholic Church is still alive …

« Nous devons la détruire sans attendre davantage et sans la moindre pitié.  Presque toute la presse mondiale est sous notre contrôle ; encourageons donc d’une façon plus violente la haine du monde contre l’Eglise Catholique.  Intensifions nos activités dans l’empoisonnement de la morale des Gentils.  Répandons l’esprit de révolution dans le cœur des peuples.  Il faut les amener à mépriser le patriotisme et l’amour de leur famille, à considérer leur foi comme une fadaise, leur obéissance à leur Eglise comme une servilité dégradante, de sorte qu’ils deviennent sourds à l’appel de l’Eglise et aveugles à ses cris d’alarme contre nous.  Par-dessus tout, rendons impossible la réunion à l’Eglise Catholique des chrétiens qui sont hors de son giron, et la réunion des non-chrétiens à l’Eglise ; autrement, le plus grand obstacle à notre domination sera raffermi et notre travail restera inaccompli.  Notre complot serait dévoilé, les Gentils se tourneraient contre nous, dans un esprit de vengeance, et notre domination sur eux ne pourrait jamais se réaliser.

“We must destroy it pitilessly without more delay.  Practically all the world’s press is in our control; we must therefore more vehemently foster the hatred of the world against the Catholic Church.  We must intensify our activities of poisoning the morale of the Gentiles.  Let us put the spirit of revolution into the hearts of peoples.  They must be brought to hold patriotism and love of their family in contempt, to believe their faith is twaddle, their obedience to their Church degrading servility, so that they become deaf to the appeals of the Church and blind to its cries of alarm against us.  Above all, we must make it impossible for non-Christians and for Christians outside of its sphere to reunite with the Catholic Church; otherwise, the greatest obstacle to our domination will be strengthened and our work will remain unachieved.  Our plot will be unveiled, the Gentiles will turn against us in a spirit of vengeance, and our domination over them will never be realized.

« Souvenons-nous, aussi longtemps qu’il y aura des ennemis militants de l’Eglise Catholique, nous pouvons espérer de devenir les Maîtres du monde … Et souvenons-nous toujours que le futur Roi Juif ne régnera pas sur

“Remember, as long as there are militant enemies of the Catholic Church, we can hope to become the Masters of the world … And remember again that the future Jewish King will not rule over

[36]
[36]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

le monde avant que le Pape de Rome ne soit détrôné, aussi bien que tous les autres monarques du monde qui régnent sur les Gentils ».

the world until the Pope in Rome is dethroned, as well as all the other monarchs of the world who rule over the Gentiles.”

Le Communisme, Moyen de Conquête Juive

Communism, the Jewish Method of Conquest

Ce Que les Juifs en Disent
Eux-mêmes

What the Jews Themselves
Say About It

RABBIN JUDAH L. MAGNES, New-York, 1919 :

RABBI JUDAH L. MAGNES, New York, 1919:

« Les qualités radicales qui sont dans le Juif vont au fond des choses, en Allemagne il devient un Marx et un Lassalle, un Haas et un Edouard Bernstein ; en Autriche il devient un Victor Adler et un Friedrich Adler, en Russie un Trotsky.  Voyez la situation présente en Allemagne et en Russie.  La révolution met en action ses forces créatrices, voyez quel grand contingent de Juifs est immédiatement prêt pour la bataille.  Socialistes révolutionnaires, menshevikï, boleheviki, socialistes majoritaires et minoritaires, de quelque nom qu’on les appelle, on trouve dans tous ces partis des Juifs comme leurs chefs dévoués et comme leurs travailleurs réguliers ».

“The radical qualities which are in the Jew go to the bottom of things; in Germany, he becomes a Marx and a Lassalle, a Haas and an Edouard Bernstein; in Austria he becomes a Victor Adler and a Friedrich Adler, in Russia, a Trotsky.  Look at the current situation in Germany and Russia.  The Revolution put his creative forces into action, see how great a contingent of Jews is immediately ready for battle.  Revolutionary socialists, Mensheviks, Bolsheviks, majoritarian and minoritarian socialists, by whatever name they are called, we find in all these parties Jews as their devoted leaders and as their regular workers.”

dingbat

dingbat

M. COHAN, Juif, dans son journal « Le Communiste », Kharkoff. N° 72, 12 avril 1919 :

MR. COHAN, Jew, in his newspaper “The Communist”, Kharkov.  No. 72, April 12th, 1919:

« On peut dire sans exagération que la gran-

“It can be said without exaggeration that the great

[37]
[37]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

de révolution russe a été faite par la main des Juifs …  Ce fut précisément les Juifs qui conduisirent le prolétariat russe à l’aurore de l’Internationale, qui non seulement ont conduit mais qui conduisent encore la cause des Soviets, qui reste dans leurs mains fiables …  Il est vrai qu’il n’y a pas de Juifs dans l’Armée Rouge en ce qui concerne les soldats, mais les Juifs commandent bravement comme chefs des comités et organisations soviétiques, comme commissaires [1], et mènent les masses du prolétariat russe à la victoire.  Le symbole de la juiverîe est devenu le symbole du prolétariat russe …  Avec ce symbole vient la victoire, avec ce symbole viendra la mort des parasites de la bourgeoisie, qui paiera en gouttes de sang les larmes juives ».

Russian revolution was made by Jewish hands … it was precisely the Jews who led the Russian proletariat to the dawn of the International, who not only led but who still lead the cause of the Soviets, which remains in their dependable hands … It is true that there are no Jews in the Red Army as far as the soldiers are concerned, but Jews bravely command as leaders of committees and Soviet organizations, as commissars [1], and bring the masses of the Russian proletariat to victory.  The symbol of Jewry has become the symbol of the Russian proletariat … With this symbol comes victory, with this symbol comes the death of the parasites of the bourgeoisie, which will repay Jewish tears in drops of blood.”

dingbat

dingbat

NAHUM SOKOLOW, grand chef Juif, dans son livre « The History of Zionism », admet que « le Sionisme a joué un rôle important dans les menées bolcheviques en Russie ».

NAHUM SOKOLOW, a great Jewish leader, in his book, “The History of Zionism”, admits that “Zionism has played a major role in Bolshevik schemes in Russia”.

dingbat

dingbat

RABBIN LEWIS BROWN, dans son livre « How Odd of God » :

RABBI LEWIS BROWN, in his book, “How Odd of God”:

« Nous voulons refaire le monde non-juif :  faire ce que les communistes font en Russie ».

“We want to remake the non-Jewish world:  to do what the Communists are doing in Russia.”

dingbat

dingbat

Prof. REIBHOLD NIEBUHR, Juif, parlant le 3 octobre 1934 devant le Jewish Institute of Religion, New-York :

Prof. REIBHOLD NIEBUHR, Jew, speaking on October 3rd, 1934 to the Jewish Institute of Religion, New York:

« LE MARXISME EST UNE FORME MODERNE DE LA PROPHETIE JUIVE ».

“MARXISM IS A MODERN FORM OF JEWISH PROPHECY”.

dingbat

dingbat

__________
Commissaire:  Un responsable du parti communiste chargé d’enseigner les principes du parti à une unité militaire.
.

__________
Commissar:  An official of the Communist Party assigned to teach party principles to a military unit.

[38]
[38]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

« THE AMERICAN HEBREW », 10 septembre 1920 :

“THE AMERICAN HEBREW”, 10 September 1920:

« Du chaos économique, le Juif a conçu le capital organisé avec son mécanisme d’application, la banque …

“Out of economic chaos, the Jew conceived organized capital with its mechanism of application, the bank …

« L’un des phénomènes impressionnants de nos temps modernes est la révolte des Juifs contre le monstre que son esprit avait conçu et que ses mains avaient façonné.

“One of the awe-inspiring phenomena of our modern times is the revolt of the Jews against the monster that their mind conceived and their hands had fashioned.

« La révolution bolchevique de Russie, cet accomplissement destiné à figurer dans l’histoire comme le résultat primordial de la Grande Guerre, fut dans une large mesure le résultat de LA PENSEE JUIVE, DU MECONTENTEMENT JUIF …

“The Bolshevik revolution in Russia, this accomplishment destined to figure in history as the central outcome of the Great War, was in a large degree the result of JEWISH THOUGHT, JEWISH DISCONTENT …

« Ce que l’idéalisme juif et le mécontentement juif ont si puissamment contribué à accomplir en Russie, les mêmes historiques qualités de cœur et d’esprit juives tendent à l’accomplir dans les autres pays. [1]

“What Jewish idealism and Jewish dissatisfaction so strongly contributed to achieving in Russia, the same historic qualities of Jewish heart and mind are trying to achieve in the other countries. [1]

« Est-ce que l’Amérique, comme la Russie des tsars, va accabler le Juif d’amers et vils reproches comme un destructeur et le forcer d’être un ennemi irréconciliable ?  Ou est-ce que l’Amérique va profiter du génie juif ?  C’est à la population d’Amérique de répondre à cette question ».

“Will America, like Russia of the tsars, condemn the Jew with bitter and villainous reproaches as a destroyer and force him to be an irreconcilable enemy? Or will America benefit from the Jewish genius? It is up to the population of America to answer this question”.

dingbat

dingbat

M. HERMALIN, Juif, communiste, dans un discours, à New-York, 1917 :

MR. HERMALIN, Jew, Communist, in a speech in New York, 1917:

« La révolution russe fut faite par les Juifs.  Nous avons formé des sociétés secrètes.  Nous avons imaginé le règne de la Terreur.  Nous avons fait réussir la révolution par notre propagande convaincante et nos assassinats en

“The Russian revolution was made by Jews.  We formed secret societies.  We envisioned the Reign of Terror.  We made a success of the revolution by our convincing propaganda and our mass assassinations

__________
Un résumé du « succès » de la « révolution » de 1917 peut être trouvé aux pages 60, 61 et 62 d’A Bas La Haine ! par Adrien Arcand (1965) dans la section  : « Torturés Et Tués Par Le Bolchévisme Juif ».

Note du traducteur: Pour un récit fidèle des «assassinats de masse» de la Terreur rouge, ici qualifiés de «succès», consultez en ligne: «Russia No. 1 (1919) — A Collection of Reports on Bolshevism in Russia». Dans les rapports, les Juifs sont reconnus comme constituant la majorité des dirigeants bolcheviques; et il y a des descriptions des exécutions de masse de civils, des classes éduquées, des dirigeants et du clergé chrétien. Des hommes, des femmes et des enfants de villes et de villages ont été ligotés pieds nus, menés au bord des fosses et exécutés. Les évêques et les prêtres ont été enterrés vivants ou leurs crânes ont été écrasés avec des haches. Les bolcheviks ont engagé des mercenaires de Chine, de Corée et d’ailleurs pour les aider à mener à bien les meurtres de masse qui se sont montés à des dizaines de millions de personnes au cours des années qui ont suivi la «révolution» de 1917. Les bolcheviks ont utilisé la famine pour contrôler tout le pays, le peuple étant trop faible pour se défendre.

__________
A summary of the “success” of the 1917 “revolution” can be found on pages 60, 61 and 62 of Adrien Arcand’s 1965 Down With Hate! under the heading: “Tortured and Killed by Jewish Bolshevism”.

Translator’s note: For a genuine account of the “mass assassinations” of the Red Terror, here called a “success”, look online for: “Russia No. 1 (1919) — A Collection of Reports on Bolshevism in Russia”. Jews are acknowledged as being the majority of the Bolshevik leaders; there are descriptions of the mass executions of civilians, the educated classes, the leadership, and the Christian clergy. Men, women and children of towns and villages were tied hand and foot, led to the edge of pits, and executed. Bishops and priests were buried alive or their skulls were crushed with axes. The Bolsheviks hired mercenaries from China, Korea and elsewhere to help them carry out the mass-murders which mounted into the tens of millions in the years after the 1917 “revolution”. The Bolsheviks used starvation to control the entire country, the people being too weak to fight back.

[39]
[39]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

masse, afin de former un gouvernement bien à nous ».

in order to form a government that suited us”.

dingbat

dingbat

« JEWISH CHRONICLE », Londres, 4 avril 1919 :

“JEWISH CIIRONICLE”, London, April 4th, 1919:

« II y a beaucoup dans le fait du bolchevisme lui-même, dans le fait que tant de Juifs sont bolchevistes, dans le fait que les idéals du bolchevisme se confondent, sur bien des points, avec les idéals les plus élevés du judaïsme ».

“There is much in the fact of Bolshevism itself, in the fact that so many Jews are Bolshevists, in the fact that the ideals of Bolshevism merge, on many points, with the highest idéals of Judaism”.

dingbat

dingbat

Rabbin JUDAH L. MAGNES, de Y…, parlant devant la Conférence Radicale Nationale des Etats-Unis, avril 1918 :

Rabbi JUDAH L. MAGNES, of Y…, speaking to the National Radical Conference of the United States in April, 1918:

« Je prétends être un vrai bolcheviste … Je puis dire définitivement que le président des Etats-Unis, dans peu de temps, lancera aux gouvernements alliés un appel pour conclure une paix immédiate … il demandera une paix immédiate sur la simple base avancée par les bolchevistes de Russie ».

“I claim to be a true Bolshevist … I can say definitively that the president of the United States, before long, will launch an appeal to the allied governments to conclude an immediate peace … he will ask for an immediate peace on the simple basis advanced by the Bolshevists of Russia”.

dingbat

dingbat

OTTO WEININGER, Juif, « Sexe et Caractère », Vienne, 1921 :

OTTO WEININGER, Jew, “Sex and Character”, Vienna, 1921:

« L’idée de la propriété est liée indissolublement avec l’individualité, avec ce que le caractère a de particulier.  C’est une des causes qui fait que les Juifs affluent en troupeau au communisme ». — page 406.

“The idea of property is indissolubly linked to individuality, to the character of a private individual.  It is one of the causes which makes Jews flow in herds to Communism”. — page 406.

« Le Juif est un communiste ». — page 413.

“The Jew is a Communist”. — page 413.

« L’incapacité complète du Juif à comprendre l’idée de l’Etat ». — Page 407.

“The complete inability of the Jew to understand the idea of the State”. — Page 407.

dingbat

dingbat

[40]
[40]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

« VERS MOSCOU », journal soviétique, rédaction juive, septembre 1919 :

“TO MOSCOW”, Soviet newspaper, Jewish editorial staff, September 1919:

« Il ne faut pas oublier que le peuple juif forme le véritable prolétariat, la véritable Internationale qui n’a pas de patrie ».

“It should not be forgotten that the Jewish people forms the true proletariat, the true International which has no country”.

dingbat

dingbat

ANGELO S. RAPPOPORT, Juif dans son livre « The Pioneers of the Russian Revolution », Londres, 1918 :

ANGELO S. RAPPOPORT, Jew, in his book “The Pioneers of the Russian Revolution”, London, 1918:

« Les Juifs de Russie, dans leur masse totale, furent responsables de la révolution ».

“The Jews of Russia, in their total mass, were responsible for the revolution”.

dingbat

dingbat

MORITZ RAPPOPORT, commentant la révolution allemande de 1918 :

MORITZ RAPPOPORT, commenting on the German revolution of 1918:

« La révolution nous rappelle de nouveau l’importance de la question juive, parce que les Juifs sont l’élément dirigeant de la révolution ».

“The revolution points out once again the importance of the Jewish question, because the Jews are the directing element of the revolution”.

dingbat

dingbat

« JEWISH TRIBUNE », 5 juillet 1922 :

“JEWISH TRIBUNE”, 5 July 1922:

« La révolution allemande est l’œuvre des Juifs ; les partis libéraux démocratiques ont un grand nombre de Juifs à leur tête, et les Juifs jouent un rôle prépondérant dans les hauts postes du gouvernement ».

“The German revolution is the work of the Jews; the democratic liberal parties have a great number of Jews at their head, and the Jews play a paramount role in the upper posts of the government”.

dingbat

dingbat

KADMI COHEN, Juif, dans son livre « Nomades », 1928 :

KADMI COHEN, Jew, in his book “Nomads”, 1928:

« L’instinct même de propriété, d’ailleurs, résultant de rattachement à la glèbe, N’EXISTE PAS CHEZ LES SEMITES — ces nomades — qui n’ont jamais possédé le sol, qui

“The very instinct for property, moreover, resulting from attachment to the land, DOES NOT EXIST AMONG THE SEMITES — these nomads — who never possessed territory, who

[41]
[41]
 

La Clé du Mystère

The Key to the Mystery

n’ont jamais voulu le posséder.  DE LÀ LEURS TENDANCES COMMUNISTES INDENIABLES DEPUIS LA PLUS HAUTE ANTIQUITE ». — Page 83.

who never wanted to possess it.  FROM THIS, THEIR UNDENIABLE COMMUNIST TENDENCIES FROM THE MOST REMOTE ANTIQUITY”. — Page 83.

« Ne suffit-il pas de rappeler les noms des grands révolutionnaires juifs du XIXe et du XXe siècles, les Karl Marx, les Lassalle, les Kurt Eisner, les Bela Kuhn, les Trotsky, les Léon Blum, pour que les noms des théoriciens du socialisme moderne soient ainsi mentionnés ?  S’il n’est pas possible de déclarer le bolchevisme pris globalement, comme une nation juive, il n’en reste pas moins vrai que les Juifs ont fourni plusieurs chefs au mouvement maximaliste et qu’en fait ils y ont joué un rôle considérable.

“Doesn’t it suffice to recall the names of the great Jewish revolutionaries of the XIXth and XXth centuries, Karl Marx, Lassalle, Kurt Eisner, Bela Kuhn, Trotsky, Leon Blum, so that the theorists of modern socialism are likewise mentioned?  If it is not possible to declare Bolshevism taken overall, as a Jewish notion, it is no less true that the Jews provided a number of leaders to the maximalist movement and that in fact they played a considerable role in it.

[42]
[42]

Subscribe for the next installment.
Abonnez-vous pour le prochain versement.

Preview:  Introduction of Joseph Ménard to a Talk by Adrien Arcand on “Fascism or Socialism?” given at Montreal in 1933 and published by “Le Patriote

SELECTED QUOTATION

JOSEPH MENARD (circa 1933)

JOSEPH MENARD (circa 1933)

 

If democracy is to disappear — and this is more than a probability— what will replace it?  This is the most vital question facing serious minds today.  The quality of a statesman requires broad vision, capable of penetrating the future and discerning the signs of our time.

— From the Foreword to Adrien Arcand’s Fascism or Socialism? (1933)


 

FASCISM OR SOCIALISM?

Introduction of Joseph Ménard to a

A TALK GIVEN AT MONTREAL IN 1933

For the first time in English

 
Foreword

Avant-propos

Foreword

MM. Bennett et King ne cessent de répéter, depuis quelques mois, que la démocratie est en grand danger, dans notre pays.  La démocratie a disparu en Russie, en Italie, en Allemagne, en Turquie, en Tchécoslovaquie, en Autriche.  En Angleterre, où un régime travailliste-socialiste en avait fortement secoué la confiance, une vigoureuse réaction, facilitée par la trahison des chefs travaillistes contre leur propre parti, en a prolongé la durée de quelques années.  Au Japon, la démocratie a perdu son autorité aux mains des factions militaires.  Aux Etats-Unis, le chef le plus démocratique du plus grand parti démo­crate, le président Roosevelt, a pris des pouvoirs dictatoriaux qui font que, si la démocratie américaine existe encore en théorie, elle n’existe plus en pratique.

Messrs. Bennett and King for some months have not ceased repeating that democracy is in grave danger in our country.  Democracy has disappeared in Russia, in Italy, in Germany, in Turkey, in Czechoslovakia, in Austria.  In England, where a labor-socialist regime had sharply undermined confidence, a vigorous reaction, facilitated by the treason of the Labor party leaders against their own party, prolonged the duration by several years.  In Japan, democracy lost its authority in the hands of military factions.  In the United States, the most democratic leader of the biggest democratic party, President Roosevelt, took dictatorial powers such that if the American democracy continues to exist in theory, it no longer exists in practise.

Ces changements ont été occasionnés par un esprit nouveau qui s’est emparé des populations.  Cet esprit, quand on l’étudié attentivement, est mondialement identique dans ses causes et ses justifications.  On peut en résumer les facteurs agissants comme suit :  les populations sentent d’instinct que tous les partis politiques démocratiques sont fondamentalement sem­blables ; que la démocratie n’a favorisé que les puissants et les riches, en appauvrissant davantage les pauvres ; que la démo­cratie a refusé de régler la question sociale, et a antagonisé les classes au lieu de les pacifier en leur rendant justice ; que la démocratie ne peut trouver son principe d’autorité que dans un mode électoral corruptible et corrompu ; que la démocratie, portant en elle-même les germes du mal social et de la crise économique, ne peut pas les guérir ; que la démocratie a fait faillite, a échoué dans tout ce qu’elle avait promis et a fausse­ment substitué le matérialisme aux forces spirituelles des na­tions.  Sans pouvoir le définir, c’est ce que la population cana­dienne ressent aussi, comme celle des autres pays, et il n’est aucunement étonnant que les chefs de nos grands partis démo­cratiques, mieux placés que quiconque pour observer les cou­rants populaires, admettent qu’au Canada la démocratie soit sérieusement en danger.

These changes have been caused by a new spirit that has seized the people.  This spirit, when carefully studied, is identical worldwide in its causes and its justifications.  The active factors can be summed up as follows:  people instinctively feel that all democratic political parties are fundamentally similar; that democracy has only favored the powerful and the rich, further impoverishing the poor; that democracy has refused to settle the social question, and has antagonized the classes instead of pacifying them by rendering them justice; that democracy can find its principle of authority only in a corruptible and corrupt electoral regime; that democracy, carrying in itself the seeds of social evil and of economic crisis, cannot cure them; that democracy is bankrupt, has failed in everything it had promised and has falsely substituted materialism for the spiritual forces of nations.  Without being able to define it, this is what the Canadian people also feels, as do those of other countries, and it is no wonder that the leaders of our great democratic parties, better placed than anyone to observe the popular currents, admit that in Canada democracy is seriously endangered.

[9]
[9]

Si la démocratie doit disparaître — et c’est plus qu’une probabilité — par quoi va-t-on la remplacer ?  Voilà la question la plus vitale qui se pose aujourd’hui aux esprits sérieux.  La qualité d’homme d’Etat exige une grande vision, capable de pénétrer l’avenir et de discerner les signes de notre époque.  C’est pourquoi il est du devoir de nos hommes d’Etat, de ceux à qui est confié le sort futur du pays, de prendre conscience du nouvel esprit populaire et de préparer les voies pour la réponse à la grande question, quelque regret qu’ils aient d’abandonner la routine établie et de quitter les sentiers battus.

If democracy is to disappear — and this is more than a probability— what will replace it?  This is the most vital question facing serious minds today.  The quality of a statesman requires broad vision, capable of penetrating the future and discerning the signs of our time.  That is why it is the duty of our statesmen, of those entrusted with the future fate of the country, to become aware of the new popular spirit and to prepare the way for the answer to the great question, however they may regret having to abandon the established routine and leave the beaten track.

L’opinion publique exige aujourd’hui une autorité ferme et responsable que la démocratie ne peut donner ; elle exige que la politique des partis démocratiques soit remplacée par une politique totalement nationale sans voix discordante, chose que la démocratie ne peut apporter ; elle exige un règlement éner­gique de la question sociale et que la démocratie ne peut lui procurer ; elle exige la fin de l’exploitation populaire par une petite oligarchie tyrannique de grands capitalistes, elle exige un redressement, une restauration, une renaissance, autant de choses que la vieille démocratie expirante ne peut produire.

Public opinion today demands firm and responsible authority that democracy cannot give; it demands that the politics of the democratic parties be replaced by a totally national policy without a discordant voice, something that democracy cannot bestow; it demands an energetic settlement of the social question that democracy cannot procure; it demands the end of popular exploitation by a small tyrannical oligarchy of great capitalists, it demands a recovery, a restoration, a rebirth, all of which the old, expiring democracy cannot produce.

Qu’est-ce qui s’offre à l’opinion publique pour répondre aux exigences de son esprit nouveau et son désir d’un change­ment ?  Deux seules issues, et il n’y en a pas d’autre :  le fascisme et le socialisme.  L’un et l’autre prétendent répondre aux demandes de l’opinion, l’un et l’autre prétendent avoir les remèdes voulus pour guérir l’humanité, le socialisme par une plongée plus profonde dans le matérialisme, le fascisme par un retour aux forces spirituelles et morales refoulées lors de la Révolution Française.

What offers itself to public opinion in reply to the demands of its new spirit and its desire for change?  Only two outcomes, and there are no others:  fascism and socialism.  Both claim to respond to the demands of public opinion, both claim to have the necessary remedies to heal humanity, socialism by a deeper dive into materialism, fascism by a return to spiritual and moral forces repressed during the French Revolution.

Conscient de son devoir de troupe d’avant-garde qu’il s’est assigné, le groupe du “Patriote” a cru que l’heure avait sonné de faire sa contribution morale la plus importante.  Les chefs politiques du pays admettent que la démocratie est gravement malade et en sérieux danger, les chefs socialistes ont exposé leurs doctrines et leurs principes, la foule demande de la lumière, des explications, des directions; tout, croyons-nous, justifie notre contribution au grand combat d’idées qui vient de s’engager.

Conscious of its duty as a vanguard troupe which it took upon itself, the group of the “Patriot” believes the time has come to make its most important moral contribution.  The political leaders of the country admit that democracy is seriously ill and in serious danger, the socialist leaders have exposed their doctrines and their principles, the multitude demands light, explanations, directions; all, we believe, justifies our contribution to the great struggle of ideas that has just begun.

Les discours que nous reproduisons, prononcés le 20 octobre 1933, à la Palestre Nationale, n’ont pas d’autre but que d’ex­poser, en regard de ceux du socialisme, les doctrines et les principes du fascisme, les formules qui devront animer plus tard tout mouvement d’action directe que la Providence pourra

The speeches we are reproducing, delivered on October 20, 1933 at the Palestre Nationale, have no other purpose than to expose, with regard to those of socialism, the doctrines and principles of fascism, the formulas which must later animate any movement of direct action that Providence can

[10]
[10]

susciter.  Toute action directe sans inspiration définie, sans compréhension parfaite des causes premières et des consé­quences ultimes, ne peut être que mauvaise.  Il faut une base fondamentale solide, immuable, et c’est cette base que nous avons voulu jeter.  Sur elle devront s’échafauder tout mouve­ment d’action fasciste, tout programme politique fasciste, si l’on ne veut pas courir inutilement dans l’obscurité, vers l’inconnu, et faciliter l’avènement du socialisme qui, lui, sait ce qu’il est et où il va.

bring about.  Any direct action without definite inspiration, without perfect understanding of the root causes and the ultimate consequences, can only be bad.  We need a solid, immutable fundamental basis, and it is this basis that we have wanted to sketch out.  Upon it the scaffolding will have to be raised of any fascist action movement, any fascist political program, to avoid running futilely in darkness towards the unknown, and facilitate the advent of socialism which knows what it is and where it is going.

[11]
[11]

Address

Joseph Ménard

Allocution

Joseph Ménard

Address

Joseph Ménard

Mesdames et Messieurs :

Ladies and Gentlemen :

La dernière fois que nous avions le plaisir de prononcer une allocution avant une conférence de notre ami Adrien Arcand, il y a déjà trois ans, le sujet choisi avait pour titre “Chrétien ou Juif”.  Pendant deux ans nous avions essayé par tous les moyens d’attirer l’attention de nos compatriotes sur le péril juif et d’en faire voir les énormes dangers.  Ce soir-là, nous avons résumé le travail accompli et nous avons énoncé nos projets pour l’avenir.

The last time we had the pleasure of delivering a speech prior to a conference by our friend Adrien Arcand, some three years back, the chosen topic bore the title “Christian or Jew?”.  For two years we had tried by every means to draw the attention of our countrymen to the Jewish threat and to expose the enormous dangers.  That evening, we summarized the work done and set out our plans for the future.

Depuis cette soirée nous avons vogué sur les eaux d’une mer houleuse et la tempête a secoué rudement notre bateau.  Le vent a même déchiré les voiles et à un moment, nous avons cru que tout était perdu.  La vie prend parfois plaisir à nous enseigner que nous sommes impuissants à régler la marche des événements.

Since that evening we have sailed on the waters of a stormy sea and the storm has brutally thrashed our boat.  The wind has even torn the sails, and at one point we thought all was lost.  Life sometimes takes pleasure in teaching us that we are powerless to adjust the course of events.

Une précieuse expérience

A valuable experience

Notre atelier d’imprimerie a subi trois incendies, le dernier accompagné de destruction complète à coups de masse ;  on nous a gratifié d’une vingtaine de procès, et on a réussi à nous acculer à la faillite, faisant disparaître par ce moyen le “Miroir”, le “Goglu” et le “Chameau”, les trois armes dont nous nous servions pour diriger le feu vers la juiverie.  Pour qu’il ne manque rien à notre bonheur et pour nous faire aimer la bonne souffrance, on a poussé la condescendance jusqu’à nous imposer quinze jours de prison.  Plusieurs de nos amis ont voulu prétendre que ces misères étaient grandes.  Admettons leur prétention pour leur faire plaisir, mais ils comprendront à leur tour qu’il n’y avait pas là de raisons suffisantes pour nous empêcher de continuer la lutte entreprise il y a cinq ans.  Permettez-nous d’ajouter que les souffrances imposées à nos amis et à ceux qui nous entourent nous furent autrement plus lourdes à supporter que nos propres misères.  Nous leur de­mandons pardon du mal involontaire que nous leur avons causé et nous les prions d’accepter sans amertume les sacrifices imposés pour l’amour de la cause.

Our printing workshop had three fires, the last accompanied by complete destruction with hammer blows; we had as our bonus a couple of dozen court trials and were successfully driven into bankruptcy, thus closing down the “Miroir”, the “Goglu” and the “Chameau”, our three weapons which we used to direct our fire towards Jewry.  So that nothing was lacking for our happiness, and to make us enjoy thorough hardship, it was condescended to impose upon us fifteen days in prison.  A number of our friends wished to claim that these miseries were great.  Let us admit their claim to please them, but they in turn will understand that there was insufficient cause to prevent us from continuing the struggle that began five years ago.  Allow us to add that the sufferings imposed on our friends and on those around us were differently harder to bear than our own miseries.  We ask their pardon for the involuntary pain that we have caused them and we beg them to accept without bitterness the sacrifices imposed for love of the cause.

[13]
[13]

Comme mesure de consolation, nous avons fondé le “Patriote”.  Chaque semaine, ce petit journal poursuit sa tâche qui est de ne laisser rien perdre de l’oeuvre de ses prédécesseurs.  On y trouvera, dans les numéros prochains, le texte de la conférence prononcée ce soir par notre ami Arcand.

By way of consolation, we have founded the “Patriote”.  Every week, this little newspaper continues its task of not allowing anything of the work of its predecessors to be lost.  In upcoming issues will be found the text of the lecture given tonight by our friend Arcand.

Les ennemis peinent être nombreux et puissants, mais nous vaincrons si nous savons être des soldats dignes de la cause que nous défendons et si nous savons recevoir avec rési­gnation les coups qui nous sont destinés.  La cause est tellement grande que les coups paraissent petits.

Our enemies toil at being powerful and numerous, but we will win if we know how to be worthy soldiers of the cause we defend and if we know how to accept the blows intended for us with resignation.  The cause is so great that the blows seem small.

La guerre contre la juiverie nous a entraînés et nous entraînera encore dans le domaine politique ; c’est pour cette raison que les politiciens amis des Juifs ont dû et devront faire cause commune avec eux et se liguer pour étouffer le bruit de nos appels.  Si nos amis veulent bien tendre l’oreille, ils enten­dront notre voix au milieu des clameurs de haine et des cris de rage.

The war against Jewry has dragged us and will drag us again into the political field; for this reason, the politician friends of the Jews have had to make and must again make common cause with them and join forces to stifle the noise of our appeals.  If our friends are willing to listen, they will hear our voice in the midst of clamours of hatred and cries of rage.

Nous aurions pu vous parler ce soir des campagnes poli­tiques où nous avons figuré ; mais nous avons cru qu’il n’y aurait là aucun intérêt pour vous.  L’avenir cause assez d’in­quiétudes sans que nous nous plaisions à rabâcher les tristesses du passé.

We could have spoken to you tonight about the political campaigns in which we took part; but we didn’t think these would be of any interest to you.  The future is enough cause for concern, without rehashing the gloom of the past.

Une lutte nécessaire

A necessary fight

La lutte anti-juive paraît plus nécessaire que jamais.  Si nous prenons la peine de jeter un regard sur l’état actuel de notre province nous pourrons constater que la juiverie a réussi à faire pénétrer de façon alarmante ses idées subversives et ses méthodes affreuses dans nos lois tout autant que dans notre vie économique.  Ces idées et ces méthodes causent un malaise insupportable, et ceux qui croient que notre race a droit à la paix n’hésitent pas à proclamer qu’il faut lutter sans trêve pour obtenir que l’esprit juif disparaisse définitivement afin que notre peuple reprenne ses traditions de foi, d’honneur et d’honnêteté.

The anti-Jewish struggle seems more necessary than ever.  If we take the time to look at the current state of our province, we will find that to an alarming extent, Jewry has been able to penetrate its subversive ideas and dreadful methods into our laws as well as into our economic life.  These ideas and methods are causing intolerable unease, and those who believe that our race has the right to peace do not hesitate to declare that we must fight without pause to definitively rid us of the Jewish spirit so that our people can resume their traditions of faith, honor and honesty.

A ceux qui disent que le Juif n’est pas le seul responsable de tous les malaises que ressent le peuple, nous répondons qu’il en est responsable puisque c’est lui qui dirige les mouvements sociaux et économiques qui ont rendu notre époque aussi troublée et inquiétante.

To those who say the Jew is not solely responsible for all that plagues our people, we answer that he is responsible because he is the leader of the social and economic movements that have made our era so troubled and disturbing.

Deux doctrines en présence

Two opposing doctrines

Deux doctrines se partagent le monde :  le christianisme et l’anti-christianisme.

Two doctrines divide the world:  Christianity and anti-Christianity.

Le christianisme a besoin d’un organisme humain pour faire rayonner sa doctrine de paix et d’amour sur le monde.

Christianity needs a human organization to make its doctrine of peace and love shine on the world.

[14]
[14]

Les églises qui s’inspirent des enseignements du Christ com­posent l’organisme chrétien ; celles des églises qui ont le mieux gardé ces enseignements peuvent en faire profiter plus parfaite­ment leurs adeptes.  Nous reconnaissons la grande supériorité de l’Eglise catholique et nous sommes heureux d’accepter en­tièrement ses directives que le pape et ses évêques sont chargés de donner.

Churches inspired by the teachings of Christ make up the Christian body; those churches that have best kept these teachings are able to make their followers benefit more perfectly.  We recognize the great superiority of the Catholic Church and we are happy to accept fully its directives which the Pope and his bishops are charged to give.

L’anti-christianisme se sert de moyens humains pour répandre dans tous les pays ses ferments de haine et ses idées destructrices.  L’organisme qui a pour mission de faire triom­pher la doctrine anti-chrétienne est la juiverie et ses ramifica­tions.  Contrairement à l’Eglise catholique qui lance à ciel ouvert ses appels, la juiverie fait sa bataille dans les ténèbres.  Pendant que l’Eglise convie ses fidèles dans les temples, portes ouvertes, à venir recevoir ses enseignements, la juiverie invite ses suppôts et ses adeptes à se réunir en secret dans les loges maçonniques pour y recevoir des mots d’ordre qu’elle craindrait de donner ouvertement.  C’est pourquoi il est difficile de per­cevoir nettement l’action directe de la juiverie.  Elle sait agir dans l’ombre et elle sait manoeuvrer les pantins qu’elle choisit.  Plusieurs des nôtres qui se gourment parce qu’ils croient faire preuve d’une grande intelligence en prônant des idées qu’ils nomment avancées se dégonfleraient très vite s’ils pouvaient soulever le voile épais cachant à leurs yeux les doctrinaires qui leur ont insufflé ces idées, avancées peut-être dans la voie de la destruction, mais rétrogrades assurément dans celle du bon­heur et de la paix.  Nos libres-penseurs qui ne sont pas libres pourront soupçonner quelque peu la vérité de cette affirmation en réfléchissant au fait qu’ils ne peuvent être mus par les mêmes idées qui font agir les anti-chrétiens dans tous les pays, en même temps, sans qu’un maître invisible les fasse mouvoir.

Anti-Christianity uses human means to spread its ferment of hatred and its destructive ideas in every country.  The organization whose mission is to make anti-Christian doctrine triumph is Jewry and its offshoots.  Unlike the Catholic Church, which openly issues its appeals, Jewry gives battle from the shadows.  While the Church invites its faithful to the temples through open doors to come and receive its teachings, Jewry invites its henchmen and its followers to meet secretly in Masonic lodges to hear orders that it would fear to give openly.  This is why it is difficult to clearly perceive the direct action of Jewry.  It knows how to function in the shadows, how to manipulate its chosen puppets.  Many are those of us who are puffing themselves up because they think they are very clever in advocating ideas they call advanced, who would deflate very quickly if they could lift the dense veil concealing from their eyes the doctrinarians who breathed these ideas into them, advanced perhaps on the road of destruction, but certainly retrograde on that of happiness and peace.  Our freethinkers, who are not free, will be more or less able to suspect the truth of this affirmation by reflecting on the fact that they cannot be moved by the same ideas inciting anti-Christians to action in every country at the same time, without an invisible master moving them.

La lutte entre les doctrines chrétienne et anti-chrétienne a commencé au Calvaire.  Le Christ fut mis en croix par les Juifs et, depuis ce jour, ils ont tenté de détruire par tous les moyens sa doctrine d’amour.

The struggle between Christian and anti-Christian doctrines began on Calvary.  Christ was crucified by the Jews and since that day they have tried by all means to destroy his doctrine of love.

Les ravages dans notre province

The ravages in our province

Notre province n’a pas échappé à la lutte que se livrent dans le monde le christianisme et l’anti-christianisme.  A la fondation de notre pays, le christianisme, parce qu’il sait faire les sacrifices matériels nécessaires au triomphe du spiritua­lisme, a imprégné notre peuple de principes chrétiens; ces principes lui ont permis d’accumuler pour nous des richesses morales et matérielles que nous ne savons pas défendre et que le Juif pour une bonne partie nous a enlevées.

Our province has not escaped the battle between Christianity and anti-Christianity in the world.  At the foundation of our country, Christianity, because it knows how to make the material sacrifices necessary for the triumph of spiritualism, has permeated our people with Christian principles; these principles have enabled it to accumulate for us moral and material wealth which we do not know how to defend, and a good part of which the Jew has taken from us.

Jetons un simple coup d’oeil sur quelques lois passées en notre province depuis vingt-cinq ans et nous verrons jusqu’à

Look at some of the laws passed in our province these twenty-five years and see the extent to which

[15]
[15]

quel point on a faussé la ligne de nos traditions.  Pendant ce court examen, ayons à la mémoire que nos lois ont subi l’in­fluence de l’une ou de l’autre doctrine qui s’affrontent dans le monde.

we have distorted the line of our traditions.  During this short review, let us remember that our laws have been influenced by one or the other of the doctrines contending in the world.

Dans la série des lois qui ont porté gravement atteinte à nos traditions, la première fut celle que l’on a dénommée “Un homme un vote”.  Par cette loi, on a fait disparaître les res­trictions qui apportaient des amoindrissements au mal de la démocratie, et on a accordé le droit de vote, en pratique, à tous les individus à condition qu’ils aient vingt-et-un ans.  Les étrangers furent mis sur le même pied que les nationaux et c’est depuis ce temps que des députés et des échevins juifs ont été élus.  Ces Juifs, bien dirigés par l’organisation juive, ont réussi à faire pénétrer dans notre législation un esprit qui en a faussé l’inspiration première.  Quand on connaît la force d’une idée bien lancée et bien soutenue, on n’est pas surpris des résultats obtenus par la juiverie dans notre province.  Rap­pelons-nous que la question juive n’inquiétait personne, il y a cinq ans, dans notre province, qu’il a suffi que deux hommes convaincus lancent le cri d’alarme, qu’ils maintiennent, aidés par quelques amis, cette question au premier plan pour que nous constations un immense mouvement de réaction.  Quels résultats ces mêmes hommes auraient-ils pu obtenir s’ils avaient été députés et avaient pu surveiller de plus près la législation proposée par les Juifs ?  Ne soyons pas surpris du terrain conquis par la juiverie puisqu’elle a pris la peine de planter ses jalons partout.

In the series of laws which have seriously run afoul of our traditions, the first can be called “one man one vote”.  This law removes restrictions which attenuated the problem of democracy, by in practice giving to anyone over the age of twenty-one, the right to vote.  Foreigners have been put on the same footing as nationals and since that time, the Jewish MLAs and aldermen have been elected.  These Jews, thoroughly controlled by the Jewish set-up, have succeeded in penetrating our legislation with a spirit that has distorted its initial premise.  Knowing the strength of a well-launched and well-defended idea, we are not surprised by the results achieved by Jewry in our province.  Remember that the Jewish question worried no one five years ago in our province, that it was enough for two uncompromising men to sound the alarm, and with the help of some friends to keep this question in the foreground, in order to see an immense movement of reaction.  What results might these men have obtained had they been MLAs able to monitor more closely the legislation proposed by the Jews?  Let’s not be surprised at the terrain conquered by Jewry, as it has taken the trouble to plant its stakes everywhere.

La législation économique

Economic legislation

La législation économique, depuis vingt-cinq ans, porte l’empreinte d’un matérialisme effréné.  D’année en année, on a augmenté la protection donnée aux forces financières pendant que l’on diminuait celle accordée aux individus.  Par le moyen de nos lois, on a réussi à diminuer dans une énorme proportion la richesse individuelle et on a réussi à augmenter dans des proportions fantastiques la richesse des monopoles qui se ser­vent de la force acquise pour pressurer davantage les individus laissés sans défense.  Prenons la peine de regarder autour de nous et voyons à qui cette législation a profité.  Qui est le chef du trust électrique ?  Aldred, un Juif.  Qui est le maître de l’industrie de la pulpe ?  Graustein, un Juif.  Qui possède entre ses mains le monopole des liqueurs ?  Bronfman, un Juif.  Qui écume au moyen du trust du lait ?  Un syndicat juif de New-York.  Nous n’en finirions plus s’il fallait énumérer les trusts où les Juifs sont maîtres.  Si une enquête complète se fait sur le trust du charbon, nous serons surpris quand nous

For twenty-five years, economic legislation has borne the stamp of unbridled materialism.  Year after year, the protection given to financial powers has been increased while the protection granted to individuals has been reduced.  By means of our laws, they have succeeded in enormously diminishing individual wealth and augmenting to fantastic proportions the wealth of monopolies which use the power acquired to increasingly oppress those left defenceless.  Take the trouble to look around us and see who this legislation has benefited.  Who is the head of the electric combine?  Aldred, a Jew.  Who is the master of the pulp industry?  Graustein, a Jew.  In whose hands is the liquor monopoly?  Bronfman, a Jew.  Who is brimming over with the milk trust?  A Jewish syndicate from New York.  We would never finish if we had to list all the trusts where Jews are the masters.  If a full investigation were done on the coal trust, we would be surprised when we

[16]
[16]

apprendrons le nom du véritable chef de ce trust.  Le Juif, et lui seul, a profité de notre législation économique depuis vingt-cinq ans.

learn the name of the real head of this combine.  The Jew, and he alone, has benefited from our economic legislation for twenty-five years.

La législation sociale

Social legislation

La législation sociale a été aussi défavorable aux chrétiens qu’elle fut profitable aux Juifs.  La loi de l’assistance publique protège toutes les institutions de charité et d’enseignement, sans distinction de race ou de religion.  C’est dans cette sorte de lois, surtout, que cette fausse doctrine de neutralité joue à l’avantage des anti-chrétiens.  Sous prétexte que tous sont égaux, puisque tous sont taxés, on subventionne toutes les insti­tutions.  Comme les Juifs ont le don de crier plus fort que les autres et que tous les moyens de persuasion et d’intimidation leur sont familiers, ils réussissent à obtenir le double et le triple, quand ce n’est pas plus, de ce qu’ils ont donné.  Rappe­lons-nous que les chiffres publiés en rapport avec le secours direct ont démontré qu’une famille juive retirait vingt piastres par semaine pendant qu’une famille canadienne-française comp­tant le même nombre d’enfants ne retirait que quatre piastres.  Examinons toute la législation sociale et nous verrons que tou­jours les Juifs sont bien protégés, mais que les chrétiens doivent payer pour cette protection.

Social legislation has been as unfavorable to Christians as it has been profitable to the Jews.  The Public Charities Act protects all charitable and educational institutions, regardless of race or religion.  In this sort of law, above all, the false doctrine of neutrality plays to the advantage of the anti-Christians.  On the pretext that all are equal, since all are taxed, we subsidize all institutions.  Since Jews have the gift of shouting louder than others, and all means of persuasion and intimidation are familiar to them, they manage to obtain double and triple, if not more, than what they have given.  Remember that the figures published in relation to direct aid have shown that a Jewish family draws twenty piastres a week while a French-Canadian family with the same number of children draws only four.  Look at all the social legislation and we will see that the Jews are always well protected, but the Christians must pay for this protection.

Il serait beaucoup trop long de rechercher les traces de l’esprit juif dans toutes nos lois.  Contentons-nous d’indiquer le fait que, de plus en plus, nos politiciens libéraux ont voulu et ont réussi à restreindre les libertés accordées à notre clergé, parce que l’on craignait son opposition à la montée du maté­rialisme et parce que le meilleur moyen de saper ses postes de défense était de diminuer son emprise dans la direction de notre système éducationnel et de nos institutions de charité corpo­relle.  C’est là une trace certaine de l’influence juive sur nos législateurs, car la juiverie seule peut profiter de l’affaiblisse­ment du sentiment religieux causé par les tracas politiques.

It would take much too long to trace the Jewish mind in all our laws.  Suffice it to say that, increasingly, our liberal politicians have wished and been able to restrict the liberties granted to our clergy, because their opposition to the rise of materialism was feared and because the best way to undermine their defensive positions was to diminish their hold on the direction of our educational system and our charitable institutions.  That is a sure sign of the Jewish influence on our legislators, because only Jewry can profit from the weakening of religious sentiment caused by political scuffles.

Constatons, en passant, que le parti conservateur n’a pas su ou n’a pas voulu faire une lutte sérieuse aux idées libérales et qu’il a manqué à son rôle de gardien de nos traditions.  Parce qu’il a craint la bataille sur ce terrain, le seul qui aurait pu lui être propice, il n’a pas profité de l’énorme force spiri­tuelle qui lui aurait permis de vaincre la coalition des intérêts matériels.  C’est là, pour nous, la raison profonde de sa déchéance.

Note in passing that the Conservative Party has not wanted or has not known how to seriously challenge liberal ideas and it has failed in its role as guardian of our traditions.  Because it feared the battle on this terrain, the only one in which it was likely to succeed, it did not capitalize on the immense spiritual force that would have enabled it to defeat the coalition of material interests.  This, for us, is the profound cause of its decline.

Il faut recourir aux moyens de défense

Defensive measures are required

La victoire apparente du matérialisme profitable aux Juifs constitue pour [nous] un immense danger.  En face de ce danger, nous ne devons pas hésiter à recourir aux moyens de défense

The apparent victory of materialism, profitable to the Jews, is an immense danger for us.  Faced with this danger, we must not hesitate to resort to defensive means

[17]
[17]

qui nous assureront la victoire.  De même que le Juif, en assas­sinant le corps du Christ, n’a remporté qu’une victoire maté­rielle qui se changea en un triomphe spirituel quand le Fils de Dieu ressuscita, de même le matérialisme ne vaincra pas le spiritualisme, mais il est de notre devoir d’empêcher les ruines de s’amonceler chez les chrétiens, puisqu’il est possible de les éviter en livrant une bataille sans merci au Juif.

which will assure us of victory.  Just as the Jews won only a material victory in murdering the body of Christ, who spiritually triumphed when the Son of God rose from the dead, likewise materialism cannot conquer spiritualism, but it is our duty to prevent the ruins from piling up among the Christians, since these can be avoided by delivering a merciless battle to the Jew.

A ceux, qui croient qu’il est de bon ton de faire profession d’incroyance devant les enseignements de l’Eglise catholique, mais qui désirent sincèrement le bien de la race, nous laisserons le choix de leurs propres moyens; ils pourront choisir entre les questions de race, de civilisation et de sang.  Nous sommes convaincus que, en fin de compte, ils devront revenir à la conception qu’ils doivent être chrétiens ou anti-chrétiens et qu’ils devront accepter le combat dans cet esprit.

To those who think it is fashionable to profess unbelief in the teachings of the Catholic Church, but who sincerely desire the good of the race, we will leave the choice of their own means; they can choose between questions of race, civilization and blood.  We are convinced that, in the end, they will have to return to the conception that they must be Christian or anti-Christian and that they must accept the fight in this spirit.

Esprit mauvais à combattre

Bad spirit to be fought

Pour nous qui croyons que seule la doctrine chrétienne, commentée dans les encycliques des papes et diffusée dans les directions données par les évêques peut donner la paix au monde et permettre à notre race de continuer ses gestes de beauté dans sa tradition spirituelle, nous travaillerons à faire disparaître l’esprit mauvais qui a corrompu nos lois.

For us who believe that only Christian doctrine, glossed in the encyclicals of the popes and disseminated in the instructions given by the bishops can give peace to the world and allow our race to continue its gestures of beauty in its spiritual tradition, we will work to remove the evil spirit that has corrupted our laws.

Nous réclamerons pour notre clergé la liberté de dénoncer les principes faux que l’on tente d’appliquer, aussi bien en temps d’élections qu’en temps ordinaire.  Quand on voit un gouvernement s’arroger le droit de régler à sa guise tous les problèmes sociaux et religieux, il est plus que dangereux de priver de leurs droits les gardiens naturels de la morale et de la justice.  D’ailleurs, nous n’admettons nullement la supériorité de là politique sur la religion, mais, nous proclamons que les principes religieux doivent dominer la politique.  A-t-on déjà pris la peine de faire la comparaison, du simple point de vue humain, entre les membres de notre clergé et les politiciens ?  A vous qui connaissez quelques-uns de ces politiciens, nous posons cette question :  Quelle fut donc la formation de ces hommes et quelle est donc leur science, pour qu’ils se croient les seuls à posséder les connaissances qui permettent de donner au peuple des lois capables d’assurer son bonheur ?  N’oublions pas que notre clergé est formé d’hommes sortis des mêmes familles que les politiciens et qu’ils ont eu, en plus, le grand avantage d’être formés à diriger les groupements d’individus, pendant que les politiciens n’ont appris qu’à écouter les clameurs de groupes bien organisés et à se courber devant la volonté de leurs bailleurs de fonds.  Ces politiciens devraient comprendre que nos évêques peuvent améliorer les lois en leur inspirant les principes qui doivent en former la base.

We demand for our clergy the freedom to denounce false principles that are attempted to be applied, at election time as at any time.  When we see a government assume the right to regulate all social and religious problems as it pleases, it is more than dangerous to deprive the natural guardians of morals and justice of their rights. Furthermore, we in no way admit the superiority of politics over religion, but we proclaim that religious principles must dominate politics.  Have we yet taken the trouble to compare, simply from the human viewpoint, the members of our clergy and our politicians? To those of you who know some of our politicians, we ask this question:  What has been the training of these men, and therefore what is their science, which lets them think that they alone possess the knowledge that allows laws to be given to a people able to ensure their happiness?  Do not forget that our clergy is formed of men produced by the same families as the politicians and that they have had, in addition, the great advantage of being trained to direct groups of individuals, while the politicians have learned only to hear the clamoring of well organized groups and to bend before the will of their paymasters.  These politicians must understand that our bishops can improve the laws by breathing into them the principles which must be at their basis.

[18]
[18]

Déchéance de l’éducation

Decay of education

Nous réclamerons pour notre enseignement qu’il redevienne ce qu’il était, c’est-à-dire chrétien.  Nous savons que le gou­vernement est maître de notre enseignement et qu’il réussit à dicter les programmes d’études, en dépit de l’opposition de certains éducateurs qui voient le danger que pareils pro­grammes constituent pour les générations futures.  En s’emparant de l’université, (dont le conseil administratif est composé de vingt-quatre laïques libéraux et de sept religieux), les libé­raux ont mis la haute main sur notre enseignement et ont forcé nos collèges à conformer leur enseignement à une formule qui permet à leurs élèves d’y être admis.  Ceux qui croient que seul notre clergé a pu nous garder ce que nous étions, français et chrétiens, ne trouvent plus de garanties pour l’avenir dans l’enseignement donné à l’université.  Pour plaire aux Juifs et leur permettre de supplanter les nôtres, on a enlevé des études ce qui était foncièrement chrétien pour le remplacer par des formules de fausse tolérance.  Nos collèges peuvent avoir gardé les programmes d’étude qui ne sont pas mauvais en eux-mêmes, mais il est démontré que le trop grand nombre des matières enseignées rie laisse plus le temps de soigner la formation des caractères ; leurs élèves, en entrant à l’université, ne possèdent pas la force de réagir contre les doctrines mauvaises que bon nombre de professeurs ne craignent pas de répandre.  Puisque nous voulons que notre enseignement soit chrétien, luttons contre le pouvoir politique qui le rend neutre et par conséquent anti-chrétien.

We demand for our schooling that it become again what it was, meaning Christian.  We know that the government is the master of our education and that it succeeds at dictating study programs, despite the opposition of some educators who see the danger that such programs constitute to future generations.  By seizing our university (whose board of directors is composed of twenty-four liberal lay people and seven religious), the liberals have laid a high hand on our education and have forced our colleges to conform their teaching to a formula which allows the students to be admitted. Those who believe that only our clergy have been able to keep us as we were, French and Christian, no longer find guarantees for the future in the teaching dispensed at university.  To please the Jews and allow them to replace us, we have withdrawn from education all that was clearly Christian in order to substitute formulas of false tolerance.  Our colleges may have retained study programs which were not bad in themselves, but it has been shown that the too great a number of subjects taught leaves no time to care for the forming of character; their students, on entering university, have no strength to react against bad doctrines that a good number of professors unhesitatingly spread. Since we want our teaching to be Christian, we are struggling against the political power which is making it neutral, and thus anti-Christian.

Ingérence nuisible

Harmful interference

Par la loi de l’assistance publique, le gouvernement réussit à s’ingérer dans nos institutions de charité.  Nos hôpitaux, nos hospices et nos orphelinats subissent tous les ennuis que la politique peut susciter, sous prétexte qu’ils reçoivent des subventions du gouvernement.  Nos communautés n’ont jamais eu besoin des leçons des politiciens pour apprendre à bien faire la charité.  Luttons pour les dégager de cette emprise sournoise et tracassière.

Through the Public Charities Act, the government has succeeded at interfering in our charitable institutions.  Our hospitals, our shelters, and our orphanages are suffering every possible vexation on the pretext that they are receiving government subsidies.  Our communities have never needed lessons from politicians on how to properly administer charity.  We are fighting to dislodge their underhanded and harassing hold.

Il existe une commission nommée par le gouvernement, qui possède le droit de contrôler les finances de nos fabriques.1  Nous admettons que des erreurs ont été commises dans l’adminis­tration des fonds de certaines paroisses, mais ce n’est pas là une raison pour que le gouvernement se rende maître de nos fabriques.  On entend crier sur tous les tons que nos paroisses sont endettées.  Pourtant, si nous comparons les dettes de nos villes (qui ont été contractées avec l’approbation du gouvernement) avec celles de nos paroisses, nous constatons que nos

A board has been appointed by the government, which has the right to control the finances of our parish councils.1  We admit that errors have been made in the administration of the funds in some parishes, but that is no reason for the government to make itself the master of our fabriques.  The cry is uttered in every key that our parishes are in debt.  However, if we compare the debts of our cities (which were contracted with the approval of the government) with those of our parishes, we see that our

1  Note du traducteur:  Le terme « paroisse » désigne aussi bien le territoire sous la direction d’un curé que l’institution paroissiale (fabrique) et l’église paroissiale.  Les fabriques d’église pourraient également s’appeler des conseils d’église.

1  Translator’s note.  The term “parish” designates at once a territory under the direction of a curate, a parish institution (fabrique), and the parish church.  “Les fabriques d’église” may also be called “church councils”.

[19]
[19]

paroisses sont beaucoup moins endettées proportionnellement et en bien meilleure posture.  Le cri contre nos curés plaît énormément, aux libéraux et permet au gouvernement d’aug­menter son emprise sur le domaine religieux.  Parce que cinq ou six curés ont failli à la tâche, n’allons pas laisser saboter tout notre merveilleux système de fabriques paroissiales par les politiciens.

parishes are much less endebted proportionally and are in a much better position.  The cry against our priests is enormously pleasing to the liberals and allows the government to augment its hold over the religious domain.  Since five or six priests have failed at the task, let us not allow our whole marvelous system of parish fabriques to be sabotaged by the politicians.

En réclamant que le gouvernement se mêle de ses affaires et qu’il se contente de faire des lois civiles possédant le sens chrétien, nous n’avons nullement l’intention de défendre notre clergé, mais simplement de protéger les meilleurs intérêts de notre peuple.  Notre clergé n’a pas besoin d’être défendu, puisque ses oeuvres magnifiques d’enseignement et de charité imposent à tout esprit sain là plus grande admiration.  Par contre, quand on prend la peine de constater l’énorme recul subi par notre race depuis trente ans, c’est-à-dire depuis que les politiciens ont cru que seuls ils pouvaient régler de façon intelligente tous les problèmes moraux et nationaux, on ne craint pas d’affirmer que nos intérêts les plus sacrés ont besoin d’être défendus.

By demanding that the government stick to its own affairs and that it content itself with making civil laws that are Christian in character, we have no intention of defending our clergy, but simply of protecting the best interests of our people.  Our clergy have no need to be defended, as their magnificent works of teaching and of charity compel the greatest admiration from any healthy mind.  In contrast, when we take the trouble to notice the enormous retreat suffered by our race in the past thirty years, which is to say since our politicians have believed that they alone might intelligently regulate all moral and national problems, we are not afraid to affirm that our most sacred interests must be defended.

En même temps que nous exigerons que la chaîne de nos traditions soit renouée en remettant en place les autorités reli­gieuses, nous devrons lutter énergiquement contre le Juif pour l’empêcher de corrompre notre civilisation chrétienne.

At the same time as requiring that the chain of our traditions be renewed by restoring our religious authorities to their place, we must energetically fight against the Jew to prevent the corruption of our Christian civilization.

Le moyen le plus efficace

The most effectual means

Les moyens de combattre la juiverie sont nombreux et variés.  Le plus efficace à notre avis est de refuser d’acheter chez le Juif et de donner notre clientèle à des chrétiens, puisque du même coup on prive le Juif de la force que donne l’argent et que l’on augmente d’autant l’influence chrétienne.  Pour convaincre les chrétiens qu’ils ne doivent pas acheter chez les Juifs, nous devons démontrer qu’ils sont dangereux et c’est là une tâche qui n’est pas toujours facile.

The means of combating Jewry are numerous and varied.  The most potent in our view is to refuse to buy from the Jew and to give our business to Christians, so that we at once deprive the Jew of the strength that money gives him and we augment our Christian influence by that much.  To convince Christians that they must not purchase from Jews, we have to demonstrate that they are dangerous and this is a task that is not always easy.

Pour plaire aux âmes timorées, il faudrait se servir d’une douceur extrême pour réprimander les descendants de Judas Iscariote.  On sait pourtant qu’ils doivent être étrillés d’une main ferme.  Dire que tous les Juifs sont des voleurs n’est pas de la violence, puisque tous ceux qui ont fait commerce avec eux admettent s’être fait voler.  Dire que les Juifs sont des rats n’est pas de la violence, puisqu’ils ont grugé notre commerce et notre influence.  Dire que les Juifs sont des corrupteurs n’est pas de la violence, puisqu’ils corrompent tout ce qu’ils touchent.  Dire que les Juifs sont des vipères et des enfants de Satan n’est pas de la violence puisque Jésus-Christ nous dit qu’ils font l’oeuvre du diable.  Nous comprenons que les Juifs ne prennent aucun plaisir à voir dévoiler leurs défauts,

To please timid hearts, extreme gentleness must be used in reprimanding the descendants of Judas Iscariot.  We know, however, that they must be taken firmly in hand.  To say that all Jews are thieves is not violence, because all who have done business with them admit to having been robbed.  To say that Jews are rats is not violence, because they have gnawed away our trade and our influence.  To say that Jews are corruptors is not violence, because they corrupt everything they touch.  To say that Jews are vipers and the children of Satan is not violence because Jesus Christ tells us that they do the work of the devil.  We understand that the Jews take no pleasure in seeing their faults unveiled,

[20]
[20]

mais ils n’ont pas le droit d’exiger que nous offensions la vérité en refusant de constater la laideur de leur caractère. Est-ce notre faute s’ils ont, de même que leur nez, l’âme crochue ?

but they have no right to require that we sin against the Truth by refusing to notice the wickedness of their character.  Is it our fault if their hearts are as crooked as their noses?

Choses qu’on ne peut oublier

Not to be forgotten

Le Juif, en suppliant que nous ne fassions pas de distinc­tions de races ou de religions, comme si un homme pouvait oublier de quelle race il est issu et quelle religion l’a formé, a voulu nous abaisser à son rang; quand il a lancé et soutenu son cri de tolérance, comme si le bien avait besoin d’être toléré, il a voulu nous faire accepter le mal que sa présence causait.  Pour son malheur, il s’est approché à l’aide de ses cris, trop près de nous, nous avons pu scruter le fond de sa pensée, nous avons pu constater la hideur de ses traits crispés, nous avons eu peur qu’il souille notre âme et nous avons voulu le chasser.

The Jew, in begging us to make no distinctions of race or religion, as if a man could forget the race that produced him and the religion that trained him, has wanted to lower us to his level.  When he launched and stood by his cry for tolerance, as if the Good had any need to be tolerated, he wanted us to accept the Evil that his presence causes.  To his regret, he drew too near to us with his cries, and we were able to see the basis of his thinking, we were able to note the hideousness of his distorted features, we were afraid that he would soil our heart and we wanted to drive him out.

Le Juif en tant que Juif n’a aucun droit en notre pays.  Puisqu’il veut rester Juif et qu’il refuse de vivre comme un chrétien, qu’on lui donne l’île de Madagascar pour qu’il s’en fasse un pays selon ses goûts.  Cette île est infestée de ser­pents, mais nous sommes convaincus qu’ils s’enfuiront à la vue d’un Juif ou que, du moins, ils ne pourront résister longtemps à la senteur qui se dégage d’un ramassis de Juifs.

The Jew, being a Jew, has no right in our country.  Since he wants to remain a Jew and he refuses to live as a Christian, let us give him Madagascar so he can make a country for himself according to his tastes.  This isle is infested with serpents, but we are convinced they will flee at the sight of a Jew, or that at least, they will not long resist the odor let off by a pack of Jewish rubbish.

Nous sommes assez de deux races au pays sans qu’une troisième vienne compliquer le problème.  Nous avons déjà trop de misère à départager le gâteau, sans qu’un goinfre vienne avaler notre part.

We have enough with two races in the country without a third’s arriving to complicate the problem.  We already have too much trouble portioning out the cake, without a glutton showing up to swallow our share.

Grandes souffrances du peuple

Great sufferings of the
people

À travers la fumée de la bataille contre la juiverie, nous ne devrons pas perdre de vue les souffrances dont est accablé notre peuple.  Une simple image nous fera voir jusqu’à quel point le matérialisme qui prévaut dans notre système écono­mique a fait perdre le sens de la valeur d’un être humain.  Un bûcheron nous racontait un jour que, dans le camp d’une com­pagnie où on se servait d’ânes, les ordres les plus rigoureux étaient donnés pour que ces ânes ne manquent d’aucun soin, qu’ils aient un bon lit de paille et qu’ils soient bien à l’abri du vent.  Pendant ce temps, les hommes étaient mal couchés, mal abrités et n’avaient que des couvertures humides pour s’enve­lopper.  Notre bûcheron tirait une conclusion de ces faits :  “C’est bien simple, la compagnie savait que si elle perdait un âne, il faudrait le remplacer au prix de cent cinquante piastres, tandis qu’un homme, elle pouvait en avoir autant qu’elle voudrait sans débourser un sou.”  N’est-ce pas là l’image de ce

Through the smoke of the battle against Jewry, we must not lose sight of the suffering that overwhelms our people.  A simple image demonstrates the point to which materialism, which prevails in our economic system, has diminished the sense of human value.  A lumberjack told us one day that in the camp of a company that uses asses, the strictest orders were issued for the care of donkeys, so that they lacked for nothing, slept in good straw beds and that they were well sheltered from the wind.  At the same time, the men were poorly accommodated, badly housed and had only damp blankets to cover themselves.  Our lumberjack came to the following conclusion:  “It is quite simple, the company knows that if it loses an ass, it must be replaced at a cost of a hundred and fifty piastres, whereas a man can be had, as many as you like, without spending a penny.”  Is that not the picture of what

[21]
[21]

que l’on voit partout sous la civilisation matérialiste et juive actuelle ?  L’être humain est traité comme un chien sans âme.

we see everywhere under the current Jewish materialist civilization?  The human being is dealt with like a soulless dog.

Nos classes humbles souffrent terriblement.  Si ceux qui ont du coeur ne viennent pas à leur secours, elles s’élanceront derrière les socialistes qui leur promettent mer et monde et elles les porteront au pouvoir.

Our humble classes are suffering terribly.  If those who have a heart do not come to their aid, they will line up behind the socialists who promise them sea and sky, and who will come to power.

La Question se pose :  Notre pays sera-t-il fasciste ou socialiste ?  Fasciste avec des principes chrétiens ou socialiste avec des doctrines anti-chrétiennes ?  Qui mènera la barque :  Rome ou Moscou ?

The Question is this:  Will our country be fascist or socialist?  Fascist with Christian principles, or socialist with anti-Christian doctrines?  Who will steer the boat, Rome or Moscow?

Espoirs d’avenir

Hopes for the future

Nous ne sommes pas ici ce soir pour énoncer un programme politique, mais uniquement pour trouver les origines du mal dont nous souffrons.  Si nous avons pu vous convaincre que le danger est assez grand pour vous forcer à agir, soyez assurés que nous saurons trouver l’occasion qui vous permettra de faire tout ce que vos convictions vous commanderont d’accomplir.  Le jour n’est pas loin, nous l’espérons, où il sera possible de lancer un programme politique bien ordonné et fondé sur les conceptions chrétiennes de la vie.  Avec l’aide de Dieu et le travail acharné des bons ouvriers de la cause, ce programme donnera, quand il sera réalisé, le bonheur et la paix à notre province et à notre pays.

We are not here tonight to set out our political program, but only to discover the origins of the ills we are suffering.  If we have been able to convince you that the danger is great enough to force you to act, be assured that we will find an opportunity to allow you to do all that your convictions command you to accomplish.  The day is not far off, we hope, when it will be possible to launch a well directed political program founded on Christian principles of life.  With the help of God and the unflinching effort of good workers for the cause, when it is carried out, this program will confer happiness and peace in our province and in our country.

Nous cédons la parole à Adrien Arcand qui saura vous démontrer clairement les énormes avantages du fascisme sur le socialisme.  Nous sommes compagnons de lutte depuis quatre ans.  Durant ce temps, de nombreux efforts ont été tentés pour nous séparer, mais toujours ils ont échoué.  Une volonté plus forte que les obstacles et les embûches nous a gardé ensemble afin que nous puissions accomplir notre part dans l’immense lutte qui se prépare.  Nous n’avons pas besoin de vous présenter notre ami Adrien Arcand ni de vous faire son éloge, car vous le connaissez tous pour avoir lu ses articles solides et limpides ou pour l’avoir entendu faire l’exposé de ses idées politiques.

We give the floor to Adrien Arcand, who will clearly demonstrate to you the enormous advantages of fascism over socialism.  We have been battle companions for four years now.  In this time, numerous efforts have been made to separate us, but they have always failed.  A will more powerful than the obstacles and deterrents has kept us together so that we may accomplish our share in the immense battle that is to come.  We have no need to present to you our friend, Adrien Arcand, nor to sing his praises, for you all know him, having read his tough and clear articles or from having heard him expose his political ideas.

Mesdames et messieurs, nous vous remercions de votre bienveillante attention et nous formulons l’espoir de vous revoir bientôt.

Ladies and gentlemen, we thank you for your kind attention and we hope to see you again soon.

[22]
[22]

Subscribe for the next English segment!
Abonnez-vous pour le prochain segment!

 

Is Christianity Bankrupt?” – Preview of a talk by Adrien Arcand at Montreal in 1954 (third segment from a work in progress)

FOREWORD

A young Adrien Arcand, circa 1933.

A young Adrien Arcand, circa 1933.

“Is Christianity Bankrupt?” (1954).  This part continues immediately from the second segment, which ended with the words “He wanted to enlarge Europe towards the Ural mountains, to protect it from the growing thrust of the Asian masses and ensure to the white race a prolonged predominance in the management of the world.”  (“Il voulait agrandir l’Europe vers les monts Oural, la protéger contre la poussée grandissante des masses asiatiques et assurer à la race blanche une prédominance prolongée dans la direction du monde.“).

The present segment three begins near the top of Arcand’s actual page 29, and ends at the top of his own page 42, according to the original pagination for this talk.

IS CHRISTIANITY BANKRUPT?

EXCERPT FROM A WORK IN PROGRESS

For the first time in English

Download Téléchargez

 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

La guerre inutile

The useless war

Mussolini, Hitler, Franco, Salazar, Metaxas, momentanément Cuza de Roumanie et le prince Konoye du Japon, affirmèrent la souveraineté nationale de leurs pays d’autant plus fortement que l’internationale communiste ou maçonnique préconisait la fin des autonomies nationales.  Lorsque les puissances nationalistes marchèrent vers les frontières du communisme, tout ce que notre monde connaît de gauchisme, de maçonnisme, de marxisme, d’internationalisme fut mis en branle non pas tant pour détruire les puissances nationalistes que pour sauver la Russie Soviétique et assurer sa survie.  C’était ce qui importait le plus :  sauver la Russie communiste, résultat d’un siècle et demi de conspiration, puis voir ensuite à l’élimination des nationalismes.  On alla même plus loin.  Avec Yalta et Téhéran, les puissances maçonniques de l’Occident donnèrent à Moscou les privilèges d’hégémonie politique dans les Balkans, les pays Baltes et la Chine, ce qui lui assurait, en population, la moitié du genre humain.

Mussolini, Hitler, Franco, Salazar, Metaxas, and for a time, Cuza of Romania and Prince Konoye of Japan, asserted the national sovereignty of their countries all the more firmly as the international communist or Masonic advocated the end of national autonomies.  When the nationalist powers marched to the frontiers of communism, all that our world knows of leftism, Masonry, Marxism, internationalism, was set in motion not so much to destroy the nationalist powers as to save Soviet Russia and secure its survival.  This was the most important thing:  to save Communist Russia, the result of a century and a half of conspiracy, and afterward to see to the elimination of nationalisms.  It went even further.  With Yalta and Tehran, the Masonic powers of the West gave Moscow the privileges of political hegemony in the Balkans, the Baltic countries and China, which in population, assured to it half the human race.

On admet aujourd’hui la justesse de la formule soutenue par les nationalistes du Royaume-Uni en 1939 :  laisser l’Allemagne aller faire son combat à finir avec la Russie Soviétique sans intervenir d’un côté ni de l’autre, de sorte que le gagnant sortira tellement épuisé qu’il ne pourra que chercher à s’entendre avec des empires intacts, puissants, qui n’auront subi ni perte de sang ni perte d’argent.  Mais la neutralité était impossible pour tous ceux qui étaient pris dans le réseau judéo-maçonnique.  Dans les “Mémoires de James Forrestal”, on entend Sir Neville Chamberlain dire en 1939, après avoir déclaré la guerre à l’Allemagne :  “L’affaire de la Pologne n’était pas une cause de guerre ni pour la France ni pour le Royaume-Uni.  Sans le harassement constant de Washington (F.D.R.), cette guerre n’aurait pas eu lieu.  L’Angleterre a été forcée d’entrer dans cette guerre par Washington et par la Juiverie Mondiale.”  France et Royaume-Uni, “vainqueurs” dans l’équipée, en ont perdu de colossales parties de leurs empires et sont tombés de plusieurs crans dans l’échelle des puissances politiques, minés tous deux par le funeste germe auquel ils se sont associés. Cette destruction des grandes puissances occidentales était d’ailleurs l’un des buts principaux de la deuxième Guerre Mondiale. Si je l’ai crié tant et plus moi-même, longtemps à l’avance dans diverses provinces canadiennes, ce n’était ni par caprice ni par vision plus claire que d’autres, mais parce que je m’étais donné la peine d’étudier assidûment les mots d’ordre et publications émanant du sionisme,

Today the correctness of the formula supported by the nationalists of the United Kingdom in 1939 is admitted:  let Germany go fight to the finish with Soviet Russia without intervening on either side, so the winner will come out so exhausted he can only seek to cooperate with intact, powerful empires, which will not have suffered any loss of blood or money.  But neutrality was impossible for all those who were caught in the Judeo-Masonic network.  In the “Memoirs of James Forrestal”, we hear Sir Neville Chamberlain say in 1939, after declaring war on Germany:  “The Polish affair was not a cause of war for either France or the United Kingdom.  Without the constant harassment of Washington (FDR), this war would not have happened.  England was forced to enter this war by Washington and by World Jewry.”  France and the United Kingdom, “victors” in the fray, have lost colossal parts of their empires and have fallen several notches on the scale of political powers, both undermined by the fatal germ with which they have associated.  This destruction of the great Western powers was, moreover, one of the main goals of the Second World War.  If I, myself shouted as much, and more, well in advance in various Canadian provinces, it was not through caprice or clearer vision than others, but because I had troubled myself to study with care and persistence the slogans and publications emanating from Zionism,

[29]
[29]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

du communisme et de la maçonnerie.  Les événements ont donné totalement raison moins à mes paroles qu’au plan criminel que nos élites, aveuglées par les soucis de la course à l’argent, amollies par le respect humain, paralysées par la peur des coups, marinées par la fatuité du scientisme académique, orientées par le désir de paraître extérieurement “super-respectables” s’entêtent obstinément à ne pas voir malgré toutes les évidences.  Nos élites du monde occidental en regard du péril suprême qui menace la civilisation, les historiens de demain devront en dire ce que Napoléon disait de son ministre des Affaires Etrangères, Talleyrand, ce prestigieux défroqué jouisseur :  “C’est de la merde dans un bas de soie”.

Communism and Masonry.  Events have completely proved me right as to the criminal plan that our elites, blinded by anxiety over the race for money, softened up by submission to human esteem, paralyzed by fear of attack, marinated in the fatuity of academic scientism, oriented by the desire to appear outwardly “ultra-respectable”, obstinately refused to see despite all the evidence.  Given the supreme danger that threatens civilization, historians of tomorrow will have to say of our elites of the Western world what Napoleon said of his Foreign Minister, Talleyrand, that prestigious defrocked sybarite:  “It is shit in a silk stocking”.

Parce que Hitler était vraiment Européen et comprenait très clairement la conspiration judéo-maçonnique, il s’écria, avant de disparaître de la scène politique :  “Si les puissances occidentales ne veulent pas sombrer dans le bolchevisme, elles devront reprendre mon combat là où je l’abandonne et de la façon même que je l’ai conduit”.

Since Hitler was truly European and very clearly understood the Judeo-Masonic conspiracy, he cried out, before disappearing from the political scene:  “If the Western powers do not want to sink into Bolshevism, they will have to resume my fight where I give it up and in the same way that I led it.”

Il fallut moins de deux ans aux chefs occidentaux pour se faire l’écho de cette parole de 1945 et de commencer à nous dire (en 1947) que le communisme est le plus grand péril de tous les temps, à rechercher l’appui des “ennemis” allemand et japonais contre “l’allié” soviétique.  Et cela pendant que Churchill qualifiait l’équipée de 1939-1945 du terme bien retardataire mais bien juste :  “la guerre qui fut inutile”.

It took less than two years for Western leaders to echo that assertion of 1945 and to begin to tell us (in 1947) that communism is the greatest danger of all time, and to seek the support of the German and Japanese “enemies” against the Soviet “ally”.  And this, while Churchill qualified the disturbance of 1939-1945 by the quite belated but quite right term:  “the useless war”.

Vaincu par la supériorité matérielle, Napoléon resta vainqueur dans son libéralisme qui s’incrusta là où avaient passé ses armées.  Vaincu par la supériorité numérique, Hitler reste vainqueur dans son idée nationaliste, qui bouillonne dans toute l’Europe, toute l’Asie, toute l’Afrique.  Malheureusement, la franc-maçonnerie occidentale est si férocement hargneuse contre tout nationalisme, ses hommes d’Etats sont si petits et si préjugés, que seule la puissance communiste qui s’accommode de n’importe quelle situation, profite des explosions nationalistes asiatiques et africaines pour les encourager, les financer au besoin, les orienter et les incorporer finalement dans l’empire soviétique.

Conquered by material superiority, Napoleon remained victorious in his liberalism, which was ingrained wherever his armies had passed.  Overwhelmed by numerical superiority, Hitler remains victorious in his nationalist idea, which is bubbling all over Europe, over all Asia, over all Africa.  Unfortunately, Western Freemasonry is so fiercely aggressive against all nationalism, its statesmen are so petty and so prejudiced, that only the communist power that accommodates itself to any situation benefits from Asian and African nationalistic explosions, encourages and finances them as needed, orients them and finally incorporates them into the Soviet empire.

Front commun des Loges

Common Front of the Lodges

Dans les instructions adressées à Garibaldi en même temps que son suprême serment, la Franc-maçonnerie se déclare un Etat dans l’Etat, contre l’Etat et au-dessus de l’Etat.  C’est évidemment une pure identification politique, malgré les dénégations coutumières des obédiences maçonniques lorsque le reproche leur en est fait.  Et c’est le jeu politique le plus antidémocratique qui soit puisque la franc-maçonnerie n’a ni mandat public ni consentement populaire pour intervenir ainsi.  Cette intervention, quand on l’examine sous tous ses aspects, dépasse les bornes de la haute trahison*

In the instructions addressed to Garibaldi at the time of his supreme oath, Freemasonry declares itself a State within the State, against the State and above the State.  It is obviously a purely political identification, in spite of the customary denials of masonic obediences when reproached. And this political game is the most undemocratic there is, because Freemasonry has no public mandate or popular consent to intervene.  This intervention, when examined in all its aspects, transcends the bounds of mere high treason*,

__________
Note du traducteur :  Arcand a déclaré :  «La franc-maçonnerie n’a pas de mandat public ni de consentement populaire pour intervenir».  Cependant, un «mandat public» ou un «consentement» à intervenir ne pourrait pas légalement se produire.  Les francs-maçons ne font pas partie de l’AANB de 1867.  Ils ne font pas partie de la Constitution.  Ils ne pouvaient pas être autorisés, ajoutés ou substitués aux structures de gouvernement créées par la Constitution de 1867 grâce à un «mandat» public.

__________
Translator’s note:  Arcand said:  “Freemasonry has no public mandate or popular consent to intervene”.  However, a “public mandate” or “consent” to intervene could not legally happen.  The Freemasons are not a part of the BNA Act of 1867.  They are not a part of the Constitution.  They could not through a public “mandate” be authorized or added to or substituted for the structures of government created by the Constitution of 1867.

La tentative de le faire serait ridicule parce qu’un gouvernement mondial, objet de la judéo-maçonnerie, contredit caté­go­ri­que­ment et renverserait donc l’État-nation permanent créé par notre Acte permanent de l’Amérique du Nord britannique de 1867.  Les fonctionnaires de ce pays ne peuvent légalement rien faire qui contredit la Constitution.

The attempt to do so would be ludicrous because world government, the object of Judeo-Masonry, flatly contradicts and would therefore overthrow the permanent nation-state created by our permanent British North America Act of 1867.  Officials of this country can legally do nothing that contradicts the Constitution.

Trois mots doivent toujours être posées à toute activité politique :  « Est-ce légal ? ».  Après quoi, cherchez votre réponse à la Constitution, interprété correctement par des méthodes « de construction » (terme juridique) appropriées.  Si l’activité est illégale, faire respecter la constitution comme le remède.

Three words must always be asked of all political activity:  “Is it legal?”.  After which, look to the Constitution for your answer, properly interpreted by proper methods “of construction” (legal term).  If activity is illegal, enforce the Constitution as the remedy.

Il n’y a rien de plus grand que la haute trahison.  Francs-maçons intervenant dans les affaires du gouvernement ne « dépasse » pas « les bornes de la haute trahison », comme le dit Arcand.  Il est la haute trahison.  La principale méthode de la Constitution pour y faire face est le serment d’allégeance.

There is nothing higher than high treason.  Freemasons intervening in government affairs does not “transcend the bounds of high treason”, as Arcand says.  It is high treason.  The primary method of the Constitution for dealing with it is the oath of allegiance.

Les membres du Parlement et d’autres fonctionnaires qui obéissent à la franc-maçonnerie n’occupent pas légalement leurs fonctions.  S’ils peuvent être exposés, ils peuvent et doivent être évincés.  Les brefs de prérogative sont la méthode privilégiée pour le faire.  Quo Warranto est un exemple.

Members of Parliament and other officials who obey the Freemasons are not lawfully in office.  If they can be exposed, they can and should be ousted.  The Prerogative Writs are the privileged method for doing so.  Quo Warranto, is one example.

Pour en savoir plus sur ce point, voir la note du traducteur à la page 32.

For more on the point, see translator’s notes at page 32.

[30]
[30]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

ordinaire, car c’est plus que le pays qui la tolère qui en est victime dans ses institutions, dans sa course historique, dans les saines aspirations de son peuple, dans son âme et ses croyances, c’est l’humanité tout entière.  Si la maçonnerie-religion veut supplanter les religions existantes pour ré-établir (à son insu ou non), l’Ancienne Alliance interprétée comme messianisme pour un seul peuple, la maçonnerie-politique veut abattre tous les Etats existants pour les fondre dans une république universelle à gouvernement mondial, le grand rêve du Sionisme International.

because more than just the country which tolerates it is the victim of it in its institutions, in its historical path, in the healthy aspirations of its people, in its soul and its beliefs:  it is the whole of humanity.  If the Masonry-religion wants to supplant the existing religions to reestablish (whether aware of it or not) the Old Covenant interpreted as messianism for one people, Masonry-policy wants to tear down all the existing states to merge them in a universal republic under a world government, the great dream of International Zionism.

Le célèbre chef juif Benjamin Disraeli, qui devint premier ministre d’Angleterre, a écrit des lignes très révélatrices sur “les sociétés secrètes qui forment des gouvernements provisoires” et qui travaillent au renversement des trônes, des religions, des frontières nationales, de la famille, du droit de propriété, bref à la réalisation du serment du 33e degré tel que prêté par Garibaldi.  Disraeli a aussi affirmé que “des hommes de race juive se trouvent à la tête de chacune de ces sociétés secrètes” et quel but poursuivent ces “hommes de race juive” ?  Disraeli répond catégoriquement :  “Ils veulent détruire cette ingrate chrétienté dont ils ne peuvent plus supporter la tyrannie”.  Jamais ces “hommes de race juive” que l’on trouve à la tête de “chacune des sociétés secrètes” n’auraient causé dans le monde les ravages que Disraeli leur attribue s’ils n’avaient trouvé, pour accomplir leur travail, des légions de chrétiens qui se sont laissé enchaîner par des serments redoutables et des promesses incroyablement téméraires exigés de maîtres qu’ils ne connaissaient même pas.

The famous Jewish leader Benjamin Disraeli, who became Prime Minister of England, wrote quite revealing lines on “secret societies that form provisional governments” and work to overthrow thrones, religions, national borders, family, the right to property, in short to accomplish the 33rd-degree oath sworn by Garibaldi.  Disraeli also claimed that “men of the Jewish race are at the head of each one of these secret societies,” and what purpose do these “men of the Jewish race” pursue?  Disraeli categorically replies:  “They want to destroy this ungrateful Christendom whose tyranny they can no longer bear.”  Never would these “men of the Jewish race” who are found at the head of “each one of the secret societies” have caused the ravages in the world that Disraeli attributes to them, if they had not found, to accomplish their work, legions of Christians who had allowed themselves to be chained by dangerous oaths and incredibly rash promises demanded by masters they did not even know.

Les publications et comptes-rendus des francs-maçonneries de toutes obédiences démontrent clairement que la politique active forme un souci constant de ce que toutes ces obédiences appellent la “franc-maçonnerie universelle”.  D’ailleurs, toutes se vantent d’avoir contribué à la formation de la défunte Société des Nations, puis de l’Organisation des Nations-Unies, qui sont des corps essentiellement politiques.  On peut lire dans leurs publications les efforts déployés par la franc-maçonnerie pour l’instigation d’un Parlement européen, puis d’un Parlement mondial, la subordination des souverainetés nationales, la coexistence amicale et coopérative de l’Occident avec l’Orient soviétique, la réorientation de l’économie générale (production et commerce).  Cet enchaînement progressif des masses humaines se fait au cri de liberté, la persécution des droits familiaux, nationaux et religieux se fait sous un prétexte de fraternité.

The publications and accounts of Freemasons of all persuasions clearly demonstrate that active politics is a constant concern for what all these obediences call “universal Freemasonry”.  Moreover, all boast of having contributed to the formation of the defunct League of Nations, and then of the United Nations, which are essentially political bodies.  We can read in their publications the efforts deployed by Freemasonry to advance a European Parliament, then a World Parliament, the subordination of national sovereignties, the friendly and cooperative coexistence of the West with the Soviet East, the reorientation of the general economy (production and trade).  This gradual enchaining of the human masses is done to the cry of liberty; the persecution of family, national and religious rights is done on the pretext of brotherhood.

C’est avec raison que toutes les obédiences parlent de LA “franc-maçonnerie universelle”, car toutes font un front commun sur les grandes questions d’intérêt mondial et toutes manifestent une solidarité cohesive.  Ainsi, parce que l’Espagne franquiste a banni le Grand-Orient athée de son territoire, les loges saxonnes qui se prétendent hostiles au Grand-Orient ont toutes soutenu la mise de l’Espagne au ban de l’humanité par les Nations-Unies, avec les con-

All the obediences rightly speak of “universal Freemasonry” because all make common cause on the great questions of world interest, and all exhibit cohesive solidarity.  Therefore, since Francoist Spain banished the Atheist Grand Orient from its territory, the Saxon lodges who claim to be hostile to the Grand Orient have all supported the United Nations’ ostracizing Spain, with the

[31]
[31]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

séquences politiques que l’on sait:  et ce sont encore les loges saxonnes, surtout américaines, qui insistent le plus pour la rcadmission du Grand-Orient athée en Espagne.  D’ailleurs, ne voit-on pas des délégués de la Grande Loge d’Angleterre aller porter leurs saluts fraternels aux convents annuels du Grand-Orient de France, et le Rite Ecossais coopérer activement avec le Grand-Orient dans la majorité de ses campagnes et ses entreprises ?

political consequences we are aware of:  and it is again the Saxon lodges, especially the American ones, which insist the most upon the re-admission of the Atheistic Grand Orient to Spain.  Moreover, do we not see delegates from the Grand Lodge of England carry their fraternal greetings to annual convents of the Grand Orient of France; and the Scottish Rite actively cooperate with the Grand Orient in most of its campaigns and undertakings?

Quel serment prédomine ?

Which oath predominates?

L’action maçonnique en politique est d’une exceptionnelle gravité à cause des serments, et engagements auxquels le franc-maçon est obligé de souscrire de degré en degré, sans savoir quel sera le développement logique de l’engagement suivant.  En cas de conflit entre le serment d’office et le serment maçonnique d’un homme politique ou d’un haut bureaucrate, lequel devra prévaloir ?  Le serment connu de toute la nation ou le serment secret connu des seuls initiés ?  La réponse a été donnée par la franc-maçonnerie elle-même quand elle a décidé, dans certaines obédiences — et tout récemment encore — de prendre les moyens voulus pour “rappeler à leur devoir maçonnique les Frères défaillants du monde parlementaire et du fonctionnarisme”.  C’est dire qu’une fois que le maçon de bonne foi a été enchaîné, il n’est plus libre dans sa conscience et doit obéir aveuglément à ses maîtres inconnus, même s’il croit que l’intérêt de sa patrie exige une attitude contraire.  C’est le parfait reflet de la double allégeance des Sionistes, avec prédominance de l’allégeance à l’Etat juif.  S’il ne plie pas aux ordres de ses dictateurs inconnus, le politicien ou fonctionnaire franc-maçon sera broyé et dépossédé par les “moyens voulus” de la secte où il était allé chercher de l’avancement, de l’entraide et une ascension facile payée au prix de sa liberté.

The Masonic action in politics is of exceptional gravity because of the oaths and commitments to which the Freemason is obliged to subscribe from one degree to the next, without knowing what the logical development will be in the next commitment.  In case of conflict between the oath of office and the Masonic oath of a politician or a high bureaucrat, which one should prevail?  The oath known to the whole nation or the secret oath known only to initiates?  The answer was given by Freemasonry itself when it decided, in certain obediences — and quite recently — to take the necessary means to “remind defaulting brothers of the parliamentary world and the civil service of their Masonic duty.” *  This means that once the Mason-in-good-faith has been chained, he is no longer free in his conscience and must blindly obey his unknown masters, even if he believes that the interest of his country demands the opposite attitude.  It is the perfect reflection of the Zionists’ double allegiance, with allegiance to the Jewish state predominating.  If he does not obey the orders of his unknown dictators, the politician or official who is a Freemason will be crushed and dispossessed by the “chosen means” of the sect to which he had gone in search of advancement, mutual aid and an easy ascent purchased at the price of his liberty.

Un très grand nombre de francs-maçons — on peut dire plus de 90 pour cent — ignorent totalement dans quelle conspiration ils sont entrés, qui les conduit, à quoi on les conduit.  Ils s’imaginent que la Loge est une société fraternelle de bienfaisance qui veut réellement le bonheur du genre humain, la fraternité universelle, la paix en ce monde et qui aide ses membres à parvenir plus vite à de hauts postes pour qu’ils puissent mieux promouvoir ces grandes idées.  Généralement, ils meurent avant d’avoir atteint le stage d’“illumination” du général Garibaldi, en autant qu’ils auraient été trouvés aptes à s’en accommoder ; mais, ils n’en ont pas moins collaboré à l’affaiblissement du christianisme dans lequel ils étaient nés, à l’affaiblissement politique de leur patrie, voire à la compromission même de la fortune qu’ils ont pu accumuler pour leurs descendants.  Le jour où les francs-maçons honnêtes et de bonne foi ouvriront les yeux et verront à quel point ils ont été trompés sur les buts réels de la secte, ils voudront faire machine arrière, mais le pourront-ils ?

A very large number of Freemasons — we can say more than 90 per cent — are completely unaware of the conspiracy they have entered, of who leads them, of what they are led to, and they imagine that the Lodge is a fraternal society, a charity that truly desires the happiness of humankind, universal brotherhood, peace in this world and helps its members to reach higher positions faster so that they can better promote these great ideas.  Mostly, they die before attaining the stage of “illumination” of General Garibaldi, to the extent they might have been found apt to cope with it; but they have nonetheless collaborated in weakening the Christianity in which they were born, and in politically weakening their homeland, indeed in even compromising the fortune they might have accumulated for their descendants.  The day when honest Freemasons of good faith open their eyes and see the extent to which they have been deceived about the true goals of the sect, they will want to implement the reverse gears, but will they be able to?

__________
Note du traducteur :  « rappeler aux frères défaillants du monde parlementaire et à la fonction publique de leur devoir maçonnique ».  Lord Shaw of Dunfermline a fait une déclaration très intéressante à la Chambre des Lords dans l’affaire Amalgamated Society of Railway Servants v. Osbornne, [1910] AC 87, dans lequel il juge inconstitutionnel que des intérêts extérieurs détiennent et contrôlent ou dictent les opinions et les actes d’un député.  Voir en particulier Lord Shaw sur « la considération prédominante » car il répond à la question d’Arcand ci-dessus, « Quel serment prédomine ? »

__________
Translator’s note:  “remind defaulting brothers of the parliamentary world and the civil service of their Masonic duty.”  There is a very interesting statement by Lord Shaw of Dunfermline in the House of Lords in the case of Amalgamated Society of Railway Servants v. Osbornne, [1910] AC 87, in which he finds it unconstitutional for outside interests to own and control or dictate the views and acts of a Member of Parliament.  See in particular Lord Shaw on “predominating consideration” because he is answering Arcand’s question above, “Which oath predominates?”

Lord Shaw cite toute une série d’autorités fondamentales sur la Constitution britannique, notamment Lord Coke (Sir Edward Coke), Sir William Blackstone, John Locke et Edmund Burke.

Lord Shaw quotes an array of seminal authorities on the British Constitution, including Lord Coke (Sir Edward Coke), Sir William Blackstone, John Locke, and Edmund Burke.

Certains juristes la considèrent simplement comme une affaire de travail, je la classerais comme constitutionnelle en accord avec la déclaration parfaitement exacte de Lord Shaw sur ce point, car elle concerne l’existence même du Parlement (un serment valide des membres élus, donc leur indépendance).

Some jurists class it merely as a labor case, I would class it as constitutional in accord with Lord Shaw’s perfectly right statement on the point, for it goes to the very existence of Parliament itself (i.e. a valid oath by seated Members, meaning necessarily their independence).

Et j’ajouterais que la suprématie du Parlement britannique ou du modèle de Westminster n’inclut pas le pouvoir d’ignorer les conditions de sa propre existence.  Parce qu’il n’a pas de pouvoir jusqu’à ce qu’il soit légalement constitué.  Voici un extrait de Dunfermline, une très bonne base pour quiconque commence à rechercher des moyens juridiques pour expulser les usurpateurs de leur gou­ver­ne­ment; et gardez à l’esprit que les votes des usurpateurs au Parlement sont supprimés du livre des statuts, tous leurs actes sont nuls parce que tous leurs serments sont nuls. Donc, si vous les évacuez, rétroactivement, ab initio, vous excisez automatiquement leurs «lois» nulles et vous évincerez leurs poli­tiques anticonstitutionnelles, avec des mesures judiciaires correctives pour réparer le préjudice, pro tanto — et vous pouvez les sortir de leur poche, comme ils agissaient « personnellement » (à l’occasion de) et non « dans l’exercice de » fonctions parlementaires :

Déclaration de Lord Shaw of Dunfermline dans Amalgamated Society of Railway Servants contre Osborne, [1910] AC 87”.

And I would add, the supremacy of the British or Westminster-model Parliament does not include the power to ignore the conditions for its own coming into existence.  Because it has no power until it is lawfully constituted.  Here is an excerpt from Dunfermline, a very good basis for anyone starting to research legal means to expel usurpers from their government; and keep in mind, the votes of usurpers in Parliament are struck from the Statute Book, all their acts are void because all their oaths are void.  So, if you oust them, retroactively, ab initio, you automatically excise their void “laws” and you oust their unconstitutional policies, with remedial judicial action to repair the harm, pro tanto — and you can take it out of their pockets, as they were acting “personally” (on the occasion of) and not “in the exercise of” parliamentary functions:

Statement of Lord Shaw of Dunfermline in Amalgamated Society of Railway Servants v. Osborne, [1910] AC 87”.

Note du traducteur :  Ajouter à votre arsenal le texte suivant: «L’administration de serments illégaux [c’est-à-dire, prêter serment (dans le système parlementaire britannique) à des personnes manifestement menteuses] EST UNE OFFENSE À L’ÉGARD DU GOUVERNEMENT ET EST PUNISSABLE PAR LA SERVITUDE PENALE.  Les lois suivantes concernent cette infraction :  37 Geo. III. c. 123; 39 Geo. III. c. 79; 52 Geo. III. c. 104; 57 Geo. III. c. 19; 1 Vict. c. 91. » Source :  7e édition de Wharton, p. 573. Par exemple, si les titulaires mettent progressivement en œuvre le socialisme ou le soviétisme, ce qui élimine progressivement le Parlement légal permanent qui ne peut être éliminé, vous êtes trompé et ils mentent, ce qui signifie qu’ils sont sous de faux serments.

Translator’s note:  Add to your arsenal the following:  “The administering of unlawful oaths [i.e., taking oaths (in the British parliamentary system) from people who are manifestly lying] is an OFFENCE AGAINST THE GOVERNMENT, and PUNISHABLE BY PENAL SERVITUDE.  The following statutes relate to this offence:  37 Geo. III. c. 123; 39 Geo. III. c. 79; 52 Geo. III. c. 104; 57 Geo. III. c. 19; 1 Vict. c. 91.”  Source:  Wharton’s 7th edition, p. 573.  For example, if the incumbents are implementing socialism or Sovietism gradually, which gradually eliminates the lawful Parliament that is permanent and cannot be eliminated, you are being tricked, and they are lying, meaning they are under false oaths.

Wharton’s est une référence citée par les juges dans les décisions judiciaires.  Et regardez qui est puni de « servitude pénale » !  La personne qui est assez idiote pour jurer un menteur évident, parce que le faire rend cette personne et le gouvernement complices du parjure.

Wharton’s is a reference cited by the judiciary in court adjudications.  And look who’s being punished with “penal servitude”!  The person foolish enough to depose (swear in) an obvious liar, because it makes that person and the government a party to perjury.

Un faux serment (ou un serment fictif) est un parjure. De même une fausse affirmation. Ce fait juridique et constitutionnel, selon lequel certaines personnes ne peuvent être assermentées, a été démontré par un précédent dans l’affaire britannique Clarke c. Bradlaugh, 7 QBD 38. La Chambre des communes britannique a tout à fait refusé d’autoriser M. Bradlaugh, qui avait été « démocratiquement » élu, de prêter serment, car il ne pouvait manifestement pas le souscrire, étant en conflit avec la loi de l’époque.

A false oath is perjury.  Likewise a false affirmation.  This legal and constitutional fact, that some people cannot be sworn in, was evidenced by precedent in the British case of Clarke v. Bradlaugh, 7 Q. B. D. 38.  The British House of Commons quite correctly refused to allow Mr. Bradlaugh, who had been “democratically” elected, to take the oath, because he manifestly could not take it, his being in conflict with the law of that time.

Le premier jour de la session de 1883, le procureur général britannique a notifié un projet de loi modifiant la loi sur les serments parlementaires, 1866, 29 Vict. c. 19 afin de permettre à M. Bradlaugh d’être assermenté en affirmant son allégeance.  Mais le 3 mai 1883, le projet de loi fut rejeté par les Communes par trois voix.  Une loi sur les serments accordant à toute personne qui ne professait aucune croyance religieuse ou qui pouvait même être athée, assermentée par une affirmation solennelle, fut finalement adoptée en 1888 (51 et 52 contre 46).

On the first day of the session of 1883, the British Attorney-General gave notice of a Bill to amend the The Parliamentary Oaths Act, 1866, 29 Vict. c. 19 to allow Mr. Bradlaugh to be sworn by making an affirmation of allegiance.  But on 3 May 1883, that bill was rejected by the Commons by three votes.  An Oaths Act entitling persons who professed no religious beliefs, or who even might be atheists, to be sworn by solemn affirmation, was finally passed in 1888 (51 & 52 Vic c 46).

Notez qu’une affirmation solennelle offre simplement un moyen alternatif de porter allégeance et d’entrer en fonction ; le membre n’a aucune latitude supplémentaire pour renoncer à son indépendance.

Note that a solemn affirmation merely offers an alternative way to bear allegiance and enter office; the Member has no additional latitude to relinquish his independence.

[32]
[32]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

Dans les “Protocoles” sionistes, on peut lire cette phrase :  “Lorsque la franc-maçonnerie aura terminé son œuvre, nous nous en débarrasserons”.  La maçonnerie, par ses chefs juifs et par son juivisme doctrinal est la société qui a le plus décrié le contenu des “Protocoles”, mais, aujourd’hui, elle subit la vérité des “Protocoles” avec autant de rigueur que d’autres institutions, dont le catholicisme romain.  Les maçons si glorifiés d’avant-guerre Bénès et Masaryk ont été liquidés comme les prêtres catholiques par les judéo-communistes de leur pays et les loges ont été écrasées.  Les convents maçonniques, depuis 1945, se plaignent dans leurs comptes rendus des “persécutions” anti-maçonniques dans les pays situés derrière le rideau de fer, mais les plaintes et protestations n’ont rien changé à la situation.  Derrière le rideau de fer, la franc-maçonnerie n’a plus sa raison d’être, après avoir tant coopéré à faire surgir le régime final qui correspond bien au serment prêté par Garibaldi, surtout à y éliminer le “papisme” détesté qui a été frappé en même temps que la propriété et la tête des francs-maçons “bourgeois”.  Nos sectes maçonniques occidentales d’Europe et d’Amérique auront exactement le même sort, dans leur organisation et dans leurs membres, si le marxisme qu’ils préparent avec autant de zèle que d’ignorance arrive au pouvoir.

In the Zionist “Protocols”, the following sentence can be read:  “When Freemasonry has finished its work, we will get rid of it.”  Masonry, through its Jewish leaders and through the Jewishness of its teachings, is the one society that has most decried the content of the “Protocols”, but today, it is suffering the truth of the “Protocols” with as much rigor as other institutions, including Roman Catholicism.  The Masons, Bénès and Masaryk, so glorified before the war, were liquidated like the Catholic priests by the Judeo-Communists of their country, and their lodges crushed.  Since 1945, the Masonic convents have complained in their reports of anti-Masonic “persecutions” in countries behind the Iron Curtain; but the complaints and protestations have in no way changed the situation.  Behind the Iron Curtain, Freemasonry no longer has a raison d’être, after so fully cooperating to bring about the final regime that perfectly matches the oath sworn by Garibaldi, above all to eliminate the hated “popery” which was struck at the same time as property and the head of the “bourgeois” Freemasons.  Our Western Masonic sects of Europe and America will meet exactly the same fate, in their organization and in their members, if the Marxism they prepare with as much zeal as ignorance comes to power.

Avant que les francs-maçons eux-mêmes puissent se défendre contre le complot qui les menace autant qu’il menace le “papisme” qu’ils ont appris à exécrer, il leur faudra subir un incroyable décrassage.  Même si tous les Juifs talmudistes étaient expulsés de la franc-maçonnerie ; la secte n’en resterait pas moins un simple outil pour la promotion du sionisme messianique international ; les idées sont implantées, la voie est tracée, l’impulsion est donnée, le but est fixé.  C’est l’idéologie toute entière qui doit être abandonnée et remplacée.

Before the Freemasons themselves can defend themselves against the conspiracy that threatens them as much as it threatens the “popery” they have learned to execrate, they will have to suffer an incredible slaughter.  Even if all the Talmudist Jews were expelled from Freemasonry, the sect would still be nothing but a tool to promote international Messianic Zionism; the ideas are implanted, the route is mapped, the impetus has been given, the goal is fixed.  It is the whole ideology that must be abandoned and replaced.

Sionisme, mouvement âgé

Zionism, an old movement

Depuis la Révolution Française à chaque proposition anti-romaine a correspondu une proposition antinationale, de sorte qu’il n’est presque plus possible de dissocier les deux domaines, et certaines propositions purement politiques ont pris une importance aussi grande que les propositions antireligieuses et ont fait corps avec elles.  Cela a provoqué, par la répétition effrénée de la propagande maçonnico-sionistc, une affreuse confusion des normes affectant le nationalisme et l’internationalisme, le civil et le religieux.  Avec l’aboutissement final que, dans les pays où la Révolution est consommée, on s’aperçoit toujours trop tard que l’imposture appelée “séparation de l’Eglise et de l’Etat” n’était simplement que le germe de la destruction ou l’enchaînement de l’Eglise par l’Etat par des groupes et des individus qui n’appartiennent ni au corps ni à l’âme du peuple.

Since the French Revolution, for every anti-Roman proposition there has been a corresponding anti-national proposition, its being nearly impossible to dissociate the two areas, and some purely political propositions have acquired almost as great importance as the anti-religious propositions, and form a body with them.  Unbridled repetition of Masonic-Zionist propaganda has provoked an awful confusion of norms affecting nationalism and internationalism, the civil and the religious.  With the final consequence that, in those countries where the Revolution is consummated, it is invariably realized too late that the fraud called “separation of Church and State” was plainly the germ of the destruction or the chaining up of the Church by the State through groups and individuals who belong neither to the body nor to the soul of the people.

[33]
[33]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

La franc-maçonnerie est, dans son origine, son inspiration et sa direction, un instrument aux mains de la juiverie mondiale.  Elle s’adresse surtout aux classes supérieures, à la bourgeoisie, aux employeurs, patrons, intellectuels, bref cette faction appelée “le Capital” dans la division artificielle de la société.  On y attire des adeptes par l’ambition, la hâte d’arriver, le désir de parvenir plus vite et plus facilement que d’autres à la prospérité matérielle, à l’avancement politique et social.  Pour attirer dans le communisme les classes humbles, la faction appelée “le Travail”, on procède exactement de la même façon, en stimulant l’instinct spirituel le plus puissant de l’être humain :  s’élever le plus vite possible et le plus haut possible, c’est-à-dire l’ambition.  La chanson est aussi simple que séduisante :  “Jusqu’ici vous avez eu la dictature capitaliste, qui vous a apporté guerres, misères, injustices, exploitation.  Pourquoi ne pas essayer la dictature du prolétariat, la dictature de vous-mêmes ?  Ce sera à votre tour d’être les maîtres, de jouir du pouvoir et ce qu’il comporte, et la situation ne pourra pas être pire qu’elle l’est aujourd’hui ”.  Ainsi, Capital et Travail, attelés au même chariot juif, croyant se faire la guerre mais en réalité ne faisant que s’entre-détruire sur le plan national au profit d’une constante expansion financière, économique et politique de la Juiverie Internationale, courent simultanément vers le même but final, bien défini dans le serment prêté par Garibaldi et dans le Manifeste Communiste :  le renversement du Trône et de l’Autel, du sacerdoce et des hiérarchies sociales du monde chrétien, des souverainetés nationales, de la famille, du droit de propriété.

Freemasonry, in its origin, inspiration and leadership, is an instrument in the hands of world Jewry.  It is addressed above all to the upper classes, the bourgeoisie, employers, bosses, intellectuals, in short that faction called “Capital” in the artificial division of society.  Followers are attracted through ambition, through eagerness to “make it”, the desire to achieve material prosperity faster and more easily than others, and for political and social advancement.  In order to attract the humble classes to Communism, the faction called “Labor” proceeds in exactly the same way, by stimulating the most powerful spiritual instinct of the human being:  to rise as quickly as possible and as far as possible, in other words, ambition.  The song is as simple as it is seductive:  “Up to now, you have had the capitalist dictatorship, which brought you wars, misery, injustice, exploitation.  Why not try the dictatorship of the proletariat, the dictatorship of yourselves?  It will be your turn to be the masters, to enjoy power and what it entails, and the situation cannot be worse than it is today.”  Thus, Capital and Labor, harnessed to the same Jewish chariot, believing that they are waging war, while in reality only destroying themselves at the national level to benefit a constant financial, economic and political expansion of International Jewry, are running simultaneously toward the same final goal, perfectly defined in the oath sworn by Garibaldi and in the Communist Manifesto:  the overthrow of Throne and Altar, of the priesthood and the social hierarchies of the Christian world, of national sovereignty, of the family, of the right to property.

Au-dessus de la franc-maçonnerie et du communisme, il y a le Sionisme International à la fois religieux, intellectuel et national.  Le Sionisme s’appuie sur la Haute Banque Juive Mondiale, ensemble des banquiers juifs internationaux.

Above Freemasonry and Communism there is International Zionism, religious, intellectual and national at the same time.  Zionism is propped up by the World Jewish High Bank, the aggregate of all international Jewish bankers.

Sionisme, communisme et franc-maçonnerie ont toujours formé le parfait triangle.  Déjà au temps des Encyclopédistes, dont 99% étaient francs-maçons, qui parlaient de citoyenneté mondiale et de république universelle, d’une nouvelle religion mondiale fondée sur la science des hommes, il était question de Sionisme.  Voltaire et Diderot écrivaient à leur collègue maçon Frédéric II de Prusse, le suppliant d’intervenir auprès du sultan de Turquie pour qu’il abandonnât sa colonie de Palestine aux Juifs.  C’est le même Voltaire qui écrivait :  “Si le Christ a édifié son oeuvre avec 12 ignorants, moi je la détruirai avec quelques esprits intelligents”, qui terminait tant de ses lettres par le mot d’ordre :  “Ecrasez l’infâme” (le Christ) et qui à l’heure de sa mort, désespéré de ne pas recevoir le prêtre qu’il appelait à grands cris, avala le contenu de son vase de nuit avant de rendre l’âme.”  La supplique voltairienne de rendre la Palestine aux Juifs a reçu sa réponse positive, il y a sept ans, des politiciens francs-maçons de l’Ouest et des chefs communistes de l’Est.

Zionism, communism and Freemasonry have always formed the perfect triangle.  There was already talk of Zionism in the days of the Encyclopedists, 99% of whom were Freemasons, who spoke of world citizenship and a universal republic, of a new world religion based on the science of men.  Voltaire and Diderot wrote to their Mason colleague Frederick II of Prussia, begging him to intervene with the Sultan of Turkey, to abandon his colony of Palestine to the Jews.  It is the same Voltaire who wrote:  “If Christ built his work with 12 illiterates, I will destroy it with a few intelligent minds”; and who ended so many of his letters with the slogan:  “Crush the infamous” (Christ), “who, at the hour of his death, and despairing of receiving the priest for whom he called loudly, swallowed the contents of his chamber-pot before rendering up his soul.”  The Voltairean petition to return Palestine to the Jews received its positive response seven years ago from Western Freemason politicians and Eastern Communist leaders.

__________
Note du traducteur :  “Ecrasez l’infâme” “et qui à l’heure de sa mort, désespéré de ne pas recevoir le prêtre qu’il appelait à grands cris, avala le contenu de son vase de nuit avant de rendre l’âme”  À l’heure actuelle, la seule version en ligne de la longue citation d’Arcand qu’il attribue à Voltaire est la présentation française actuelle d’Arcand, « Le Christianisme a-t-il fait faillite? » (1954).  La longue citation française d’Arcand a donc été directement traduite du français d’Arcand, sans aucun soutien historique supplémentaire.  Il convient de noter que Arcand était doté d’une mémoire encyclopédique; il a souvent cité par cœur, avec un contenu précis, bien que les mots aient pu varier ou être compressés.  Alors que d’autres sources associent « Ecrasez l’infâme » à l’Église catholique, Arcand l’associe au Christ, tandis que sa longue citation de Voltaire pour compléter l’épithète est clairement une satire sur la crucifixion et la mort du Christ.  Le Nouveau Testament rapporte à Matthieu 27:46 King James Version (KJV)  qu’avant sa mort sur la croix, le Christ appela à haute voix :  “Eli, Eli, lama sabachthani ?”  C’est-à-dire, “Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné?”  C’est probablement ce à quoi la longue citation fait référence quand on dit que Voltaire a dit que Christ avait appelé à haute voix pour un prêtre.

__________
Translator’s note:  “Ecrasez l’infâme” “et qui à l’heure de sa mort, désespéré de ne pas recevoir le prêtre qu’il appelait à grands cris, avala le contenu de son vase de nuit avant de rendre l’âme”  At the present time, the only version online of Arcand’s long quote which he attributes to Voltaire is Arcand’s own present French talk, “Le Christianisme a-t-il fait faillite?” (1954) (“Is Christianity Bankrupt?”).  Arcand’s long French quote has therefore been directly translated from Arcand’s French, without any further historical support.  It should be noted that Arcand was gifted with an encyclopedic memory; he often quoted by heart, with accurate content although the words may have varied or were compressed.  While other sources associate, “Ecrasez l’infâme” with the Catholic Church, Arcand associates it with Christ, while his long quote from Voltaire to complete the epithet is clearly a satire on the crucifixion and death of Christ.  The New Testament reports in Matthew 27:46 King James Version (KJV) that before he died on the cross, Christ called out loud, “Eli, Eli, lama sabachthani?”  “That is to say, My God, my God, why hast thou forsaken me?”.  This is probably what the long quote refers to when Voltaire is alleged to have said that Christ called loudly for a priest.

L’élément emblématique de la citation, « Ecrasez l’infâme », est expliqué à divers endroits comme faisant référence à des crimes présumés de l’Église catholique; et est lié à sa première utilisation dans la lettre de Voltaire à D’Alembert en octobre 1760.

The iconic element of the quote,“Ecrasez l’infâme” (“Crush the infamous”), is explained in various locations as referring to alleged crimes of the Catholic Church; and is linked to its first use in Voltaire’s letter to D’Alembert in October 1760.

Ecrasez l’infâme” peut aussi être une inversion de la croyance catholique selon laquelle la Vierge Marie, épargnée par Dieu du péché originel, devait remporter sa propre victoire sur le diable et “écraser” sa tête, représentée par la tête du serpent.

Ecrasez l’infâme” (“Crush the infamous”) may also be an inversion of the Catholic belief that the Virgin Mary, spared by God from original sin, was to have her own special victory over the devil, and would “crush” his head, represented by the head of the serpent.

[34]
[34]
 
“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”
“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

Dans leur forme moderne, le sionisme et le communisme sont issus du même berceau :  “L’Union des Juifs pour la civilisation et la science”, fondée à Berlin en 1819 par Moses ben Mendel alias Mendelssohn, Heinrich Heine et quelques autres, tous maçons et d’esprit révolutionnaire.  Enquêtée fréquemment et étroitement surveillée par la police, cette société fut dissoute en 1824 et se transforma en deux tronçons dont l’un devait devenir graduellement le corps du Sionisme messianique et l’autre le parti communiste international.  Karl Marx était en contact avec les membres de 1’“Union” et fut aidé par eux.

In their modern form, Zionism and Communism come from the same cradle:  “The Union of Jews for Civilization and Science”, founded in Berlin in 1819 by Moses ben Mendel aka Mendelssohn, Heinrich Heine and a few others, all Masons and revolutionary minds.  Frequently investigated and closely watched by the police, this society was dissolved in 1824 and turned into two sections, one of which was to gradually become the body of Messianic Zionism and the other the International Communist Party.  Karl Marx was in contact with the members of the “Union” and was aided by them.

Programme à l’échelle mondiale

Global Program

Tout le programme conjugué du sionisme, du marxisme et de la franc-maçonnerie est exposé dans les “Protocoles des Sages de Sion” traduits et publiés par Serge Nilus il y a déjà cinquante ans.  Tout ce qui s’est passé depuis un demi-siècle y est décrit, souvent avec beaucoup de détails.  Voici les items les plus importants énumérés dans ce plan de conquête du monde :

The whole combined program of Zionism, Marxism and Freemasonry is set forth in the “Protocols of the Elders of Zion” translated and published by Serge Nilus fifty years ago.  Everything that has happened in the past half a century is described, often in much detail.  Here are the most important items listed in this plan of world conquest:

“Contrôle de l’or, de la finance mondiale, provocation d’écroulements économiques et de paniques, encouragement à une spéculation effrénée, établissement de monopoles mondiaux, conquête du contrôle mondial de la presse et la diffusion des nouvelles ; substitution de républiques dans les états monarchistes ;*  promotion de politiciens tares ou compromis à la tête des affaires, multiplication des scandales politiques afin de tuer dans les foules le respect de l’autorité ; propagation du darwinisme, du vice, de l’immoralité, de l’alcoolisme ; multiplication des théories les plus variées pour créer le doute, détruire la foi.  jeter l’humanité dans la confusion ; multiplication effrénée des spectacles, amusements, tournois, concours, afin de ne pas laisser aux foules le temps de penser et les empêcher d’avoir une vie intérieure ; voir à ce que le coût de la vie augmente à mesure que sont haussés les salaires pour que les foules travailleuses soient dans un état constant d’insécurité et de mécontentement ; dépréciation constante des monnaies nationales et du niveau de vie ; endetter et finalement ruiner les états par une course aux armements ; provocation de guerres mondiales, empêchement du retour a la paix, accentuation d’une guerre des nerfs jusqu’à ce que l’humanité, en désespoir de cause, se rende aux conditions juives ; constitution d’un gouvernemenf mondial qui doit se transformer en dictature mondiale sous un roi-pontife juif établissant le règne messianique d’Israël sur toutes les races et tous les peuples définitivement subjugués.  On trouve dans le même livre de curieux passages concernant les emprunts internationaux, l’utilisation des germes microbiens pour créer des épidémies, voire un passage ou est prévue la possibilité d’un épisode comme celui d’Hitler et les moyens d’y parer (… “il est trop tard pour que pareil génie puisse contrecarrer nos plans … nous liguerons contre lui les pays environ-

“Control of gold, of global finance, provocation of economic collapses and panics, encouraging of unbridled speculation, establishment of global monopolies, conquering of control over the world press and dissemination of the news; the substitution of republics for monarchist states *, the promotion of incompetent or compromised politicians to the head of business, the multiplication of political scandals in order to kill respect for authority among the masses, the spreading of Darwinism, of vice, immorality, alcoholism; of the most varied theories to create doubt, to destroy faith, to throw humanity into confusion; a frantic increase in the number spectacles, amusements, tournaments, contests, so as not to allow time for the masses to think and to prevent them from having an inner life, see to it that the cost of living increases as wages are raised so that the working masses are in a constant state of insecurity and discontent; constant depreciation of national currencies and standard of living; to run governments into debt and ultimately ruin them with an arms race; the provocation of world wars, hamper the return to peace, accentuate a war of nerves until humanity, in desperation, surrenders itself to Jewish conditions; the constitution of a world government which is to be transformed into a world dictatorship under a Jewish pontiff-king establishing the messianic kingdom of Israel over all the races and peoples definitively subjugated.  The same book contains curious passages concerning international borrowing, the use of microbial germs to create epidemics, and even a passage where the possibility of an episode like that of Hitler and the means for countering it are foreseen (…  “it is too late for such a genius to be able to thwart our plans … we will league against him all the surrounding countries …

__________
Note du traducteur :  «la substitution des républiques aux États monarchistes».  Prenez bonne note de l’attaque contre le Canada par le biais des référendums québécois de 1980 et 1995, qui sont communistes et pas du tout «séparatistes».  (Voir en ligne, à savoir, «Canada, How The Communists Took Control».)  Leur objet est de substituer une république québécoise à une province monarchiste ; et de propager la substitution à l’échelle canadienne, évacuant ainsi notre couronne, un obstacle à la république universelle des sionistes.

__________
Translator’s note:  “the substitution of republics for monarchist states”  Notice the attack on Canada through the Quebec referendums of 1980 and 1995, which are Communist, not “separatist”.  (See online, i.e., “Canada, How The Communists Took Control”.)  Their object is to substitute a Quebec republic for a monarchist province; and to spread the substitution Canada-wide, thereby ousting our Crown, an impediment to the Zionists’ world republic.

[35]
[35]
 
“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”
“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

nants … nous lui répondrons par les canons américains, chinois, etc.”).  Le livre annonce aussi que l’athéisme sera imposé aux peuples non-juifs mais que, après une génération, le déisme judaïque leur sera imposé”.

we will answer him with American and Chinese canons, etc.”  The book also announces that atheism will be imposed on the non-Jewish peoples but that after a generation, Jewish deism will be imposed upon them.”

Ce livre des “Protocoles” sionistes a été passionnément controversé.  On n’a jamais tenté d’en nier le contenu, on a seulement essayé de le ridiculiser, depuis qu’une copie en a été cataloguée au British Muséum en 1906.  Les experts juifs ne se sont attaqués qu’à l’origine du livre.  Ils l’ont déclaré “un faux”, parce qu’il contient quelques pages semblables à celles qu’on peut trouver dans les “Dialogues aux enfers entre Machiavel et Montesquieu”, par Maurice Joly.  Un “faux” est toujours une copie d’un document authentique qui existe déjà.  Il se peut qu’il en soit de même des “Protocoles” qui alors, reproduiraient un plan authentique.  De fait, Maurice Joly était un Juif né sous le nom de Moses Joel, maçon et inféodé dans les cercles marxistes révolutionnaires ; en plus, le livre de Maurice Joly est presque une copie d’un autre livre de dialogues publié par le Juif Jacob Vénédey, grand ami des Mendelssohn, Marx, Heine, Engels, etc., membre des cénacles sioniste, communiste et maçonnique.  Si les “Protocoles” sont une œuvre antisémitique de mauvaise foi, comment ses détracteurs peuvent-ils logiquement lui reprocher de reproduire ce qu’ont écrit des Juifs des hauts cercles marxiste et sioniste ?  Quoi qu’il en soit, ce que les “Protocoles” ont annoncé il y a cinquante ans s’est réalisé avec tant d’exactitude que son ou ses auteurs étaient des prophètes de génie ou d’habiles conspirateurs pourvus de tous les moyens pour exécuter leur complot.  En Russie Soviétique, le seul fait de posséder une copie des “Protocoles” constitue une offense criminelle passible de la peine de mort ; dénoncer l’existence d’un complot juif dans une loge maçonnique constitue une infraction si grave contre la “fraternité”, le “progress” et la “libre-pensée” que son auteur peut encourir l’ultime anathème de la secte.  Le même esprit maçonnico-marxiste a envahi partout la Fraternité Judéo-chrétienne, d’origine sioniste, où les doctorantins chrétiens utilisés comme paravents de respectabilité fulminent leurs excommunications personnelles contre la charité militante d’autres chrétiens qui, appuyés sur des autorités autrement chrétiennes que celle des maçons ou marxistes juifs, scellent par des tribulations nombreuses et joyeusement acceptées leur devoir vraiment chrétien de défendre les derniers bastions encore intacts ; c’en est tellement triste qu’on ne peut que prier pour le dèsaveuglement de ces doctrillons convertis par la Synagogue au problème d’unir l’eau avec le feu, l’ombre avec la réalité, le mensonge avec l’erreur.  Pour des chrétiens authentiques, être attaqués ou diffamés par la Fraternité Judéo-chrétienne est un honneur aussi grand que de l’être par toutes les teintes de rougisme, par le sionisme, par la maçonnerie, car c’est a l’identité des inimitiés et des hostilités que l’on reconnaît les déviations d’une même école et les oiseaux d’un même plumage.

This book of Zionist “Protocols” has been passionately controversial.  No attempt has been made to disprove the content.  Since a copy was catalogued at the British Museum in 1906, there have only been attempts to ridicule it.  The Jewish experts have only attacked the book’s origin.  They have declared it a “forgery” because a few of its pages are similar to those found in “Dialogues in Hell between Machiavelli and Montesquieu” by Maurice Joly.  A “forgery” is always a copy of an authentic document that already exists.  It may be the same for the “Protocols”, which would then reproduce an authentic plan.  In fact, Maurice Joly was a Jew born under the name of Moses Joel, a Mason and loyal insider in revolutionary Marxist circles; and Maurice Joly’s book is almost a copy of another dialogue book published by the Jew Jacob Vénédey, a great friend of the Mendelssohns, of Marx, Heine, Engels, etc., a member of Zionist, Communist and Masonic cenacles:  If the “Protocols” are an anti-Semitic work in bad faith, how can its critics logically blame it for reproducing what Jews from the upper Marxist and Zionist circles wrote about?  Be that as it may, what the “Protocols” announced fifty years ago has been fulfilled with such exactitude that its authors were either prophets of genius or skilful conspirators equipped with all the means to execute their plot.  In Soviet Russia, the mere possession of a copy of the “Protocols” is a criminal offense punishable by death; denouncing the existence of a Jewish conspiracy in a Masonic lodge constitutes such a serious offense against “fraternity”, “progress” and “free thought” that its author may incur the ultimate anathema of the sect.  The same Masonic-Marxist spirit has invaded the whole of the Zionist-origin Judeo-Christian Fraternity, where Christian doctorants used as fronts of respectability fulminate their personal excommunications against the militant charity of other Christians who, relying on Christian authorities, other than those of the Jewish Masons or Marxists, seal with numerous and happily accepted tribulations their truly Christian duty to defend the last intact bastions.  All of that is so sad that one can only pray for the recovery of their sight by these blinded little doctorants converted by the Synagogue to the problem of uniting water with fire, shadow with reality, and the Lie with Error.  For genuine Christians, to be attacked or defamed by the Judeo-Christian Fraternity is an honor as great as it is to be attacked by every hue of redness, by Zionism, by Masonry, for it is by the identity of enmities and hostilities that we recognize deviations of the same school and birds of the same feather.

[36]
[36]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

Eliminer le Christ du globe

Eliminate Christ from the globe

En Amérique du Nord, on ne fait pas de lutte réelle au communisme, aboutissement final de dix-neuf siècles d’hérésies et de trois siècles de révolutions politiques dont le but est de changer l’ordre voulu par Dieu en ce monde.  Pour tout le continent, on ne saurait que reconnaître une seule exception :  celle du gouvernement de Québec qui confisque toute littérature communiste du seul fait qu’elle est communiste et ferme au cadenas les salles de réunions communistes.*  Partout, ailleurs, c’est la tolérance bénévole de la propagande communiste au nom de la “liberté de parole”.  Aux Etats-Unis, les campagnes et enquêtes du sénateur McCarthy visent uniquement à éliminer des services publics américains ceux qui peuvent être des agents d’une puissance étrangère, nommément la Russie, soit par participation aux agences politiques et militaires du gouvernement russe, soit par participation à l’Internationale Communiste que le même gouvernement contrôle.  Ceux que les lois punissent sont uniquement ceux qui prêchent le renversement du gouvernement par la force et la violence, ce qui signifie bien des choses car le gouvernement américain reconnaît, en Amérique du Sud, des régimes politiques parvenus au pouvoir par la force et la violence ; de plus, c’est exactement par ce moyen là que George Washington et ses amis ont renversé le gouvernement légitime de leur époque, moyen exalté et glorifié dans tous les manuels d’histoire américains.  Quant à la réalité du communisme, sa doctrine et ses “principes” qui attaquent sans répit dans les foules l’existence de Dieu, de l’âme humaine, de la moralité religieuse, de la souveraineté nationale, de la propriété privée, de la famille considérée comme institution, fondements de l’ordre qui nous régit, les pouvoirs publics ne s’en soucient nullement; ils laissent prêcher ces négations perverses, laissent ces poisons circuler dans l’organisme national.  Toujours au nom de la “liberté de parole” et suivant le vieil axiome libéral qu’il “faut laisser à l’erreur la même latitude qu’à la vérité”.  Le gouvernement fédéral canadien fait exactement la même chose.  Pour lui, tenter de changer l’Ordre physique par violence est le plus grand des crimes; mais violenter l’Ordre de l’Esprit est si peu mal qu’il faut le tolérer.  Comme si les idées mauvaises, tolérées avec complaisance, ne devraient pas finir par renverser l’Ordre physique lui-même ou le conduire aux plus pénibles catastrophes, puisque l’Ordre physique dépend lui-même de l’opinion.  Pareille ignorance volontaire n’équivaut-elle pas à une négation totale du spirituel, aussi bien en libéralisme qu’en communisme?  On en voit déjà le résultat dans la foule laissée sans défense.  En effet, quand on demande à des gens qui se disent anticommunistes ce qu’il faudrait faire pour réaliser une société de justice et de paix, considérable est le pourcentage de ceux qui donnent sans le savoir des réponses du plus pur marxisme.  Où se lanceront ces foules quand des mou-

In North America, there is no real struggle against communism, the final culmination of nineteen centuries of heresies and three centuries of political revolutions whose goal is to change the order God wants in this world.  For the whole continent, we can only recognize one exception:  that of the Quebec government, which confiscates communist literature just because it is communist and padlocks communist meeting rooms.*  Everywhere else, there is voluntary tolerance of Communist propaganda in the name of “freedom of speech”.  In the United States, Senator McCarthy’s campaigns and inquiries are aimed solely at eliminating from the US public service those who may be agents of a foreign power, namely Russia, either through participation in the political and military agencies of the Russian government, or by participation in the Communist International that the same government controls.  The law punishes only those who preach the overthrow of the government by force and violence, which means a lot of things because the US government recognizes, in South America, political regimes that have come to power by force and violence.  Moreover, by exactly this means, George Washington and his friends overthrew the legitimate government of their time, a method exalted and glorified in all the American history textbooks.  As for the reality of communism, its doctrine and its “principles” which relentlessly attack the existence of God, the human soul, religious morality, national sovereignty, private property, the family as an institution, the foundations of the order which governs us, the public authorities are not at all concerned.  They allow these perverse negations to be preached, they let these poisons circulate in the national organism, always in the name of “freedom of speech”, according to the old liberal axiom:  “the same latitude must be given to error as to truth”.  The Canadian federal government is doing exactly the same thing.  For it, attempting to change the Physical Order by violence is the greatest crime; but to violate the Order of the Spirit is so minimally evil that it must be tolerated.  As if bad ideas, complacently tolerated, should not end up overthrowing the physical Order itself or leading it to the most painful catastrophes, since the physical Order itself depends on opinion.  Does not such voluntary ignorance amount to a total negation of the spiritual, both in liberalism and Communism?  We already see the result in the masses left defenseless.  Indeed, when people who claim to be anti-communist are asked what should be done to achieve a society of justice and peace, the percentage of those who unknowingly give the most purely Marxist replies is considerable.  Where will these multitudes go when political move-

__________
Note du traducteur:  Arcand fait référence au gouvernement provincial du premier ministre Maurice Duplessis.

__________
* Translator’s note:  Arcand is referring to the Quebec provincial government of Premier Maurice Duplessis.

Note du traducteur :  En 1938, avec l’appui de l’avocat constitutionnel, mondialiste et socialiste, Frank R. Scott (qui était proche de l’Institut royal des affaires internationales, une façade des banquiers internationaux travaillant pour un gouvernement mondial), William Lyon Mackenzie-King, alors Premier ministre du Canada, abroge l’article 98 du Code criminel du Canada qui interdisait l’activité communiste dans le pays. En 1939, King emmena le Canada dans la Seconde Guerre mondiale, allié de la Russie soviétique. Peut-être aurait-il été arrêté pour activités communistes s’il n’avait pas abrogé cette section.

Translator’s note:  In 1938, with support from constitutional lawyer, globalist and socialist, Frank R. Scott (who was close to the Royal Institute of International Affairs, a front of the international bankers working for world government), William Lyon Mackenzie-King, then prime minister of Canada, repealed section 98 of the Criminal Code of Canada which outlawed communist activity in the country.  In 1939, King took Canada into World War II as the ally of Soviet Russia.  Perhaps he’d have been arrested for communist activities if he hadn’t first repealed the section.

Une brochure politique bilingue du Nouveau Parti démocratique intitulée Le NPD et le Québec, qui semble avoir été cataloguée par les Archives du Québec en 1985 (BNQ 000 356 797), présente dans un profil de Frank Scott:

A bilingual political pamphlet of the New Democratic Party entitled The NDP and Quebec (Le NPD et le Québec), which seems to have been catalogued by the Quebec Archives in 1985 (BNQ 000 356 797), reports in a profile of Frank Scott:

“C’est comme constitutionnaliste que Frank Scott fit autorité.  Dans les années 30, M. Scott prit fortement position contre l’article 98 du code criminal qui fut imposé dans la panique lors de la grève générale de Winnipeg.  Lorsque l’autoritaire Maurice Duplessis tenta une similaire suppression de la liberté de pensée, de parole et de réunion par la Loi du Cadenas en 1937, Frank Scott laissa son milieu académique et engagea une dure lutte victorieuse qui alla jusqu’à la Cour Suprême.”

“It was in his special field of constitutional law that Frank Scott wrote and taught with authority.  In the 1930s he had taken a strong stand against Section 98 of the Criminal Code, hastily conceived in the panic of the Winnipeg General Strike.  Quebec’s authoritarian premier, Maurice Duplessis, attempted similar suppression of freedom of thought, speech, and assembly through the Padlock Act of 1937.  Abandoning his academic sanctuary, Frank carried the battle successfully through the Supreme Court.”  See pp. 11-12.

Notez qu’il n’y a pas de liberté de pensée, de parole et de réunion dans les pays communistes; et, ironiquement, à la fin des années 1960, le socialiste Frank Scott s’est opposé idéologiquement à la législation anti-liberté d’expression de son ancien protégé, devenu alors premier ministre autoritaire du Canada, notre communiste non défroqué, Pierre Elliott Trudeau. Trudeau a essentiellement «criminalisé» la Confédération (car tel est le cas) quand il a promulgué des lois sur le «discours de haine» criminelles pour faire taire les Canadiens alors que leur pays leur est volé par une immigration de remplacement massive pour restructurer le Canada dans une ligne de son célèbre poème court, Creed: «Le monde est mon pays».(traduction:)  “Le monde est mon pays”.

Notice that there is no freedom of thought, speech, and assembly in Communist countries; and ironically, in the late 1960s, socialist Frank Scott found himself ideologically opposing the anti-free-speech legislation of his former protégé then become Canada’s authoritarian prime minister, our un-defrocked Communist, Pierre Elliott Trudeau.  Trudeau essentially “criminalized” Confederation (for such is the effect) when he pushed through Criminal “hate speech” laws to silence Canadians while their country is stolen from them by mass replacement immigration to restructure Canada for Frank Scott’s new “social order” summed up in a line of his famous short poem, Creed:  “The world is my country”.

[37]
[37]
 
“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”
“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

vements politiques leur proposeront ces réponses, surtout en temps de crise aiguë ou de panique?

ments offer them these replies, especially in times of acute crisis or panic?

Sionisme, franc-maçonnerie, marxisme, tous trois issus de la même source et nourris de la même sève :  le Talmud, sont des corps étrangers infiltrés dans la grande armature chrétienne, agissant dynamiquement et très nocivement.  Dans leur essence comme dans leur esprit, ils sont à l’opposé radical de l’idée chrétienne; ils cherchent non seulement à éliminer le nom du Christ de notre planète, à détruire Son oeuvre, Son Eglise, mais encore à détruire l’Ordre voulu par Dieu en ce monde et à y substituer un “Ordre Nouveau” matérialiste et sans-Dieu.

Zionism, Freemasonry, Marxism, all three born of the same source, nourished by the same sap, the Talmud, are foreign bodies infiltrated into the great Christian framework, acting dynamically and quite harmfully.  In their essence as in their spirit, they are the radical opposite of the Christian idea.  They seek not only to eliminate the name of Christ from our planet, to destroy His work, His Church, but further to destroy the Order desired by God in this world and to substitute a materialistic and Godless “New Order”.

Puissance de la Haute Banque

Power of the High Bank

Si ces trois grands mouvements, dont le Sionisme est le chef, sont puissants et redoutables, la force sur laquelle ils s’appuient est plus redoutable encore.  Cette force, de contrôle juif aussi, est la Haute Banque Juive Internationale, maîtresse de l’or, du crédit international, du jeu des devises.  Elle a imposé son culte du Veau d’Or dans un monde qui devient de plus en plus un désert de foi, un désert de morale, un désert de patriotisme.  Cette force agit partout, elle influe sur toutes les Bourses, elle a son mot déterminant à dire dans la fixation des prix de tous les produits, elle régit les conditions du commerce international, elle commande aux gouvernements des nations, elle organise et soutient des monopoles mondiaux.  S’il faut en croire des écrivains juifs éminents, ce que l’on enseigne aujourd’hui sous le nom d’“économie” dans nos écoles, collèges et universités n’est qu’une gigantesque fiction fondée sur les sophismes qui servent de justification à l’internationalisme financier; et que, de plus, ce que l’on nomme couramment la loi ou le jeu de “l’offre et la demande” n’est que le résultat des caprices intéressés de l’“église du Veau d’Or” dont seuls profitent les pontifes égoïstes au détriment des masses humaines ignoblement dépouillées.  Le bétail “non-juif” dont le Talmud parle avec tant de mépris n’est-i1 pas fait pour être utilisé par son maître, le pcuple-élu?  C’est la Haute Finance Juive mondiale qui, depuis la première banque Rotschild de Frankfort, a présidé à la formation de tous les trusts mondiaux de denrées alimentaires, commodités, pierres précieuses, métaux précieux, semi-précieux, métaux industriels, innovations, distribution des nouvelles, monopoles du théâtre, de la musique, du cinéma, de la télévision, etc.; de grandes combines non-juives n’ont pu combattre avec un succès définitif dans ces domaines, du moins sur un plan mondial.  Cette puissance incontestée de la Haute Banque Juive, que le “Jewish Encyclopedia” proclame avec orgueil, a aussi été responsable, suivant d’innombrables auteurs chrétiens et juifs, diplomates, financiers, économistes, sociologues, hommes politiques et autres, de TOUTES les révolutions du monde

If these three great movements, of which Zionism is the leader, are powerful and formidable, the power on which they rely is even more formidable.  This power, also under Jewish control, is the International Jewish High Bank, the mistress of gold, international credit and the currency game.  She has imposed her worship of the Golden Calf in a world that is increasingly a desert of faith, a desert of morality, a desert of patriotism.  This force acts everywhere, it influences all the stock exchanges, it has its defining word to say in fixing the price of all products, it governs the conditions of international trade, it commands the governments of the nations, it organizes and supports global monopolies.  If we are to believe eminent Jewish writers, what is now taught under the name of “economics” in our schools, colleges and universities is only a gigantic fiction based on sophisms that serve to justify financial internationalism.  Furthermore, what is commonly called the law or game of “supply and demand” is only the result of capricious interests of the “church of the Golden Calf” and benefits the selfish pontiffs to the loss of the wretchedly plundered human masses.  Are the “non-Jewish” cattle of which the Talmud speaks with such contempt not made to be used by their master, the Chosen People?  Since the first Rothschild Bank in Frankfurt, world Jewish High Finance has presided at the creation of global cartels of all the world’s combines of foodstuffs, commodities, precious stones, precious metals, semi-precious metals, industrial metals, innovations, news distribution, theater, music, cinema and tv monopolies, etc.  The great non-Jewish combines could not contend with final success in these areas, let alone at the global level.  This uncontested power of the Jewish High Bank, proclaimed with pride by the “Jewish Encyclopedia”, has also been responsible, according to countless Christian and Jewish authors, diplomats, financiers, economists, sociologists, politicians and others, for ALL revolutions in the modern world,

[38]
[38]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

moderne, toutes ses guerres locales ou générales, tous ses écroulements économiques, toutes ses perturbations sociales.  Je me contenterai de résumer l’action de la Haute Banque Juive Mondiale en ces quelques mots, car ce seul sujet, pour être clairement expliqué, exigerait deux soirées comme celle-ci, l’une exclusivement consacrée à lire des textes de livres et journaux juifs se vantant de la puissance du Sanhédrin mondial et expliquant par le détail ce que je viens de vous dire en résumé.

all of its local or general wars, all its economic collapses, all of its social disturbances.  I will content myself with summarizing the action of the World Jewish High Bank in these few words, because this one subject, to be clearly explained, would require two evenings like this, one devoted exclusively to reading texts from Jewish books and newspapers boasting of the power of the world Sanhedrin and explaining in detail what I have just told you in summary.

Les grandes organisations dont il a été question jusqu’ici ne sont pas les seules à pousser l’humanité vers cette funeste déviation de son but final et que l’on ne peut que nommer “le messianisme matérialiste juif”.  Elles sont servies, dans leur action qui ne connaît ni repos ni répit, par d’innombrables mouvements dont la caractéristique générale est d’être, non pas supra-nationaux, mais pleinement internationaux.

The major organizations discussed so far are not the only ones to push humanity towards this fatal deviation from its ultimate goal, which can only be called “Jewish materialistic messianism”.  They are served, in their action which knows neither rest nor respite, by innumerable movements whose general characteristic is to be, not supra-national, but fully international.

De ces mouvements, il y en a pour tous les goûts, toutes les faiblesses, tous les penchants, toutes les “spécialités”, tous Les intérêts, tous les “passe-temps”; il y en a pour les esprits timorés, pour les tièdes, pour les neutres, pour les hésitants, pour les sceptiques, pour les emmêlés, pour les férus de sociologie, les férus de finance, les férus d’économie, les férus de science pure, les férus d’histoire, les férus de théologie, les férus de philosophie, les férus de morale, les férus de psychologie, voire les férus des beaux-arts.  C’est normal, car s’il y a un “corps mystique du Christ”, il y a nécessairement un “corps mystique de Satan” si l’on veut pousser à sa conclusion logique la parole du Sauveur “Qui n’est pas avec moi est contre moi”.  Sociétés et clubs internationaux, organismes de philanthropie ou de fraternité en rivalité avec les organismes de “charité pour la grâce sanctifiante”, mouvements pour un paradis sur terre en opposition au mouvement pour un paradis dans l’au-delà, mouvements d’occultisme ou de spiritisme, d’athéisme ou de libre-pensée, de théosophic ou de mysticisme, de gnosticisme ou de magie.  Pour chaque thèse chrétienne connue, il y a une antithèse antichrétienne, dans tous les domaines imaginables de l’activité humaine.  Ces antithèses sont richement soutenues, disséminées avec patience et opiniâtreté, revêtant l’apparence et la forme voulues pour le milieu qu’elles doivent pénétrer.  Et lorsqu’on examine la race humaine dans tous ses aspects, surtout institutionnels et sociaux, on se demande quel milieu n’a pas été pénétré par le terrible virus.

There are movements for all tastes, for all weaknesses, all inclinations, all “specialties”, all interests, all “hobbies”; there are those for timid spirits, for the lukewarm, for the neutral, the hesitant, for skeptics, for the muddled, for sociological aficionados, for finance buffs, economy buffs, pure-science buffs, history buffs, theology buffs, philosophy buffs, moral buffs, psychology buffs, and even fine-arts buffs.  This is expected, for if there is a “mystical body of Christ”, there is necessarily a “mystical body of Satan”, if the Saviour’s affirmation, “He who is not with me is against me”, is pushed to its logical conclusion.  There are international societies and clubs, philanthropic or fraternal organizations in rivalry with organizations of “charity for sanctifying grace”, movements for a paradise on earth in opposition to the movement for a paradise in the afterlife, movements of occultism or spiritualism, atheism or free thought, theosophy or mysticism, gnosticism or magic.  For every known Christian thesis, there is an antichristian antithesis in every imaginable field of human activity.  These antitheses are richly supported, disseminated with patience and obstinacy, assuming the appearance and form desired for the environment they must penetrate.  And when we examine the human race in all its aspects, above all institutional and social, we wonder what environment has not been penetrated by the terrible virus.

La sexologie païenne

Pagan sexology

Parmi toutes ces antithèses, ces déviations ou distorsions dont pas une seule ne trouve son origine dans la doctrine chrétienne, il en est quelques-unes qui font de terribles ravages et qu’il convient de souligner particulièrement, surtout parce qu’un segment assez

Of all these antitheses, these deviations or distortions, not one of which originates in Christian doctrine, some are extremely devastating and particularly noteworthy, especially because a considerable segment

[39]
[39]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

considérable de la chrétienté s’y laisse prendre, ou refuse de les combattre, ou ne les repousse que mollement.  Ce sont, pour citer les principales, le freudisme, le darwinisme et le scientisme.

of Christendom allows itself to be taken in, or refuses to fight them, or spurns them only feebly.  These are, to cite the main ones, Freudianism, Darwinism and Scientism.

Le freudisme, ou psychanalyse, constitue la matérialisation intégrale de la psychologie telle que nous l’enseigne la scolastique.*  Son initiateur et prophète est le Juif Sigmund Freud, qui a voulu ramener à l’instinct sexuel toutes les activités conscientes ou inconscientes de l’homme.  Pour Freud, ce n’est plus le cerveau ni le cœur qui sont responsables de nos pensées ou nos actes, c’est le sexe.  Intelligence et sentiment sont subordonnés à une fonction animale, tête et poitrine sont soumises au ventre !  En nos temps modernes où l’Erreur est gobée d’autant plus vite qu’elle est plus grossière, il n’en fallait pas plus pour que Freud fût proclamé demi-dieu et que son sophisme fût érigé en système “scientifique”.  C’est à ce système qu’il faut remonter pour trouver la principale source de paganisme, d’immoralité et de criminalité qui déferlent aujourd’hui sur notre monde.  Car, avant de se répercuter jusqu’au bas de l’échelle sociale, par la voie des publications populaires, livres de vulgarisation, comiques, etc., le freudisme avait été ingurgité par la tête même du corps social :  universités, académies, moralistes, sociologues et juristes.

Freudianism, or psychoanalysis, constitutes the integral materialization of psychology as taught by Scholasticism.*  Its initiator and prophet is the Jew Sigmund Freud, who sought to link all of man’s conscious or unconscious activities to the sexual instinct.  For Freud, it is no longer the brain nor the heart that are responsible for our thoughts or actions, it is sex.  Intelligence and feeling are subordinated to an animal function, the head and chest are subject to the belly!  In our modern era, when Error is gulped down all the more quickly the grosser it is, nothing remains but for Freud to be proclaimed a demi-god and his sophism erected into a “scientific” system.  The main source of the paganism, immorality and criminality sweeping our world today is traceable to this system.  Because, before it penetrated down to the rank and file through popular publications, books and comics, etc., Freudianism had been ingurgitated by the very head of the social body:  universities, academies, moralists, sociologists and jurists.

Ce qui distingue le plus le christianisme de toutes les théories religieuses de tous les temps, et cela d’une façon saisissante, c’est sa moralité sexuelle.  De toutes les religions dont l’histoire fasse mention, aucune, dans son éthique, n’a plus exalté la virginité et n’a attaché plus de prix à la chasteté, considérée comme vertu héroïque de victoire sur soi-même et de renoncement.  Jamais, en même temps, plus que l’Eglise, une institution religieuse n’a accordé un plus émouvant respect et une plus grande vénération au mariage et à l’amour des époux qu’elle compare à sa propre union avec le Christ.  C’est ce qui fait, plus que toute autre chose, la différence entre la civilisation chrétienne et celle qui l’a précédée, la civilisation olympienne ou gréco-latine, porteuse des aberrations et immoralités que lui avaient léguées tous les paganismes précédents.  C’est pourquoi il n’est pas possible de trouver, comme s’entêtent à le faire les historiens matérialistes, de lien éthique ou moral entre la civilisation de la Rome païenne et celle de la Rome chrétienne.  Car, entre toutes les données théologo-morales de l’antiquité, de Rome autant que d’ailleurs, et le Sermon sur la Montagne, il y a un abîme sur lequel il n’est pas possible d’établir un pont de liaison.  Ces données religieuses sont d’une extrême importance puisqu’elles fournissent le fondement de la moralité publique et sa législation dans chaque civilisation.

What distinguishes Christianity the most from all the religious theories of all times, and this in a striking way, is its sexual morality.  Of all the religions mentioned by history, in its ethics none has so exalted virginity nor put a higher price on chastity, regarded as an heroic virtue of victory over oneself, and renunciation.  At the same time, never has a religious institution accorded to marriage and to spousal love more moving respect and greater veneration than the Church, which compares them to its own union with Christ.  This, more than anything else, differentiates Christian civilization from the Olympian or Greco-Latin civilization which preceded it, and which bore the aberrations and immorality that all the preceding paganisms had bequeathed to it.  This is why it is not possible to find, as materialistic historians insist, the ethical or moral link between the civilization of pagan Rome and that of Christian Rome.  Because, between all the theologo-moral data of antiquity, of Rome as of elsewhere, and the Sermon on the Mount, there is an abyss over which it is not possible to establish a connecting bridge.  These religious data are extremely important since they provide the foundation of public morality and its legislation in every civilization.

Aux deux époques les plus avancées de la civilisation olympienne, les époques classiques d’Athènes et de Rome, florissait une moralité que le christianisme ne saurait qualifier que de dépravation.  Le grand “sage” Solon n’érigea-t-il pas la prostitution à la hauteur d’un culte religieux et d’un service gouvernemental ?  A

At the two most advanced epochs of the Olympian civilization, the classical epochs of Athens and Rome, a morality flourished that Christianity could only describe as depravity.  Did the great “sage” Solon not erect prostitution to the level of a religious cult and a governmental service?  With

__________
Note du traducteur :  Le système de philosophie dominant en Europe médiévale; basé sur Aristote et les Pères de l’Église.

__________
* Translator’s note:  The system of philosophy dominant in medieval Europe; based on Aristotle and the Church Fathers.

[40]
[40]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

même les fonds publics, il construisit les dictéria, temples de prostitution, et acheta des filles esclaves (dictériades) qui, devenues fonctionnaires d’Etat, devaient satisfaire aux caprices de tout venant.  Et tout cela en l’honneur de la “divinité” !  Il fit de l’adultère un service public et une source de revenus.  Il encouragea les orgies bacchanaliennes, reflux de la Babylone ultra-méditerranéenne où, au moins une fois l’an, toute femme du pays devait se prostituer au premier venu.  C’est dans la même Babylone que se pervertirent les porteurs du mosaïsme, que naquit le Talmud avec sa kabbale, ses sortilèges, sa nécromancie, ses évocations démoniaques, son pré-manichéisme, ancrés si profondément chez les élites juives que le Sauveur des hommes, lorsqu’il dut les apprécier et les juger pour toujours (pharisiens, sadducéens, scribes, etc.), proféra contre eux des termes si violents et si durs que personne encore n’a osé qualifier ainsi des êtres humains.

public funds, he built the dictaria, temples of prostitution, and bought slave girls (dicteria) who, having become state officials, had to satisfy the whims of all comers.  And all this in honor of the “divinity”!  He made adultery a public service and a source of income.  He encouraged the Bacchanalian orgies, the backward surge of ultra-Mediterranean Babylon where, at least once a year, every woman in the country had to prostitute herself to whatever man.  In that same Babylon, the bearers of Mosaicism were perverted, the Talmud was born with its Kabbalah, its spells, its necromancy, its demonic evocations, its pre-Manichaeanism so deeply rooted in the Jewish elites that the Savior of men, when he had to appraise and judge them forever (Pharisees, Sadducees, scribes, etc.), damned them in terms so violent and harsh that no one since has dared to call human beings.

Au-dessus des dictériades, simples fonctionnaires-esclaves, la civilisation olympienne produisit les aulétrides, joueuses de flûte, et nudistes dont la perversion, dont les danses d’une indescriptible immoralité (revenues timidement aujourd’hui sous le nom de “striptease” ou “spécialité de spectacle de nuit”), feraient fortune en nos temps modernes sans nécessité d’être sous les auspices de Vénus Péribasia ; non plus que les horreurs perpétrées sous le patronage d’Isis en Egypte ou de Vénus Mylitta en Assyrie et dont Hérodote, s’il vivait encore, trouverait autant de reflets en notre Occident contemporain qu’il en avait trouvés dans le monde gréco-latin.

Above the dicteria, mere slave-functionaries, the Olympian civilization produced the auletrides, flute players, and nudists whose perversion — including dances of indescribable immorality (timidly back today as the “striptease” or “Specialty night show”) — would make a fortune in our modern times with no need for the auspices of Venus Perbasia; nor the horrors perpetrated under the patronage of Isis in Egypt or of Venus Mylitta in Assyria, of which Herodotus, if he still lived, would find as many reflections in our contemporary West as he had found in the Greco-Latin world.

Au-dessus des aulétrides, il y avait les hétaïres, ces prostituées de luxe qui se piquaient d’intellectualisme, servaient de propagandistes aux écrivains et artistes illustres, roulaient chariot sculpté et trônaient dans les portiques et les académies.  Les grands “sages” avaient chacun la sienne ou se partageaient la même à trois ou quatre, tels Platon, Socrate, Aristote, Alcibiade, Périclès, Thémistocle, le tyran dégénéré Pythagore, les grands tragédiens, acteurs-sculpteurs et chefs politiques.  Lorsque Aristophane écrivit “Les Nuages”, ce fut comme pamphlet pour provoquer le procès et la condamnation de Socrate, parce que ce dernier n’avait pas voulu lui partager, comme avec tant d’autres, les faveurs de son hétaïre Aspasie ; c’est ainsi que d’une querelle pour une prostituée d’une lubricité peu commune, la légende déguisée en Histoire a fait monter l’immoral et sodomiste Socrate sur un semblant de Golgotha.  Tous ces grands “sages” avaient des épouses, mais celles-ci n’étaient considérées que comme des incubatrices, des domestiques, voire d’humbles servantes pour préparer les festins offerts aux hétaïres, aux invertis et pédérastes dont les grands “sages” plaçaient les faveurs même au-dessus des complaisances féminines.

Above the auletrides were the hetaeras, deluxe prostitutes who prided themselves on intellectualism, served as propagandists to famous writers and artists, and rolled enthroned in sculpted chariots in the porticoes and academies.  Each great “sage” had his own or shared the same one among three or four, such as Plato, Socrates, Aristotle, Alcibiades, Pericles, Themistocles, the degenerate tyrant Pythagoras, the great tragedians, actors-sculptors and political leaders.  When Aristophanes wrote “The Clouds”, it was like a pamphlet to provoke the trial and death sentence of Socrates, who had not wanted to share with him, as with so many others, the favors of his own hetaera, Aspasia.  Thus, from a quarrel over a prostitute of uncommon lustfulness, legend disguised as History has raised up the immoral sodomite Socrates on a sham Golgotha.  All these great “sages” had wives, but they were only considered as incubators, domestic servants, even lowly servants to prepare the feasts offered to hetaeras, and to insertees and pederasts whose favors the great “sages” set even above feminine indulgence.

La même situation de “moralité” se retrouva, à un degré de vulgarité plus avilie, sous la grande époque classique romaine des Virgile, Tacite, Tite-Live, Pétrone, des césars Jules, Auguste, Tibère, du poète Horace qui écrivit toutes ses odes au lendemain

The same state of affairs with respect to “morality” was found at a more degraded level of vulgarity in the great classical Roman period of Virgil, Tacitus, Livy, Petronius; the Caesars:  Julius, Augustus, Tiberius; and the poet Horace who wrote all his odes in the aftermath

__________
Glossaire :  aulétrides :  le pluriel de aulétride; signifie courtisanes ou concubines, femmes prostituées qui cohabitent avec des hommes importants.  Un pédéraste est quelqu’un qui utilise sexuellement les jeunes garçons ; une sodomite prend sexuellement les hommes adultes ; un inverti est un homme qui assume le rôle sexuel d’une femme et désire être possédé ; des portiques, un porche ou une entrée d’un bâtiment constitué d’une zone couverte et souvent à colonnes, comme dans un portique à colonnes.

__________
Glossaryauletrides:  the plural of auletris; meaning courtesans or concubines, female prostitutes who cohabit with important men.  A pederast is someone who sexually uses young boys; a sodomite sexually takes to grown men; an insertee is a male who assumes the sexual role of a woman and desires to be possessed; porticoes, a porch or entrance to a building consisting of a covered and often columned area, as in a columned portico.

[41]
[41]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

d’orgies dans les lupanars, Cicéron, Marc-Antoine et leurs illustres contemporains.  C’est pourquoi, lorsque le message de pureté et de renoncement du christianisme arriva dans la Grèce conquise et la latinité à son pinacle, ce fut dans les foules rongées par l’amertume du dégoût et de la honte comme une rosée rafraîchissante, un message de beauté, de consolation, de relèvement et d’espoir.  Filles et femmes surtout, jusque-là simple bétail d’amusement, sentirent la vérité et la réalité de leur âme, la noblesse de leur nouvelle considération.  Ce sont elles qui, par leur nombre et leur influence, par leur nouvel idéal et leurs sacrifices, firent la force naissante et finalement le triomphe du christianisme.  Celui-ci en retour, exalta à un degré jamais connu la beauté de la jeunesse pure, la sublime grandeur de la maternité et émancipa la femme de juste émancipation à mesure que se développa le culte marial.  La dignité que la femme a conquise en Occident, c’est au christianisme, et à lui seul, qu’elle le doit.

of orgies in the lupanars; and Cicero, Marcus-Antonius and their illustrious contemporaries.  That is why the message of Christianity — of purity and renouncement — arrived like a refreshing dew in conquered Greece and Latinity at their pinnacle:  a message of beauty, of consolation, renewal and hope.  Above all, girls and women, till then mere animals for amusement, felt the truth and reality of their souls, the nobility of their new importance.  It was they who, by their numbers and influence, through their new ideal and their sacrifices, produced the rising force and finally the triumph of Christianity.  Which in return, to a degree never known, exalted the beauty of pure youth, the sublime grandeur of maternity and emancipated woman with a righteous emancipation as the Marian cult developed.  The dignity conquered by Western woman is owed to Christianity, and to it alone.

__________
Glossaire :  lupanars :  le pluriel de lupanar (Latin); une maison de passe ou un bordel d’antiquité.

__________
Glossarylupanars:  the plural of lupanar (Latin); a whorehouse or brothel of antiquity.

[42]
[42]

 

Subscribe to be informed of the next instalment.

Abonnez-vous pour être informé du prochain segment.

 

Is Christianity Bankrupt?” – Preview of a talk by Adrien Arcand at Montreal in 1954 (second segment from a work in progress)

Adrien Arcand predicts a powerful Christian renewal of the West.

“Is Christianity Bankrupt?” (1954): Adrien Arcand predicts a powerful Christian renewal of the West.

FOREWORD

“Is Christianity Bankrupt?” (1954).  This part continues immediately from the previous segment, which ended with the words “Striking examples have been given all throughout these two centuries of open struggle.”  (“Des exemples saisissants en ont été donnés tout le long de ces deux siècles de lutte ouverte.“).

Important note:  The preview of the first segment of “Is Christianity Bankrupt?” was translated from a pdf file online by someone who had republished Arcand in digital format.  A scan of Arcand’s original has now been obtained, and the pagination is different.  So, from now on, the pagination that you see in these previews is the original pagination from a rare copy of Arcand’s talk in the Quebec archives at Montreal.  The end of the first segment finished on page 15 in the pdf.  In Arcand’s original, it finishes on page 11.  I like to keep the original pagination, because it makes life easier for researchers, including me.

This current segment will end correctly at the top of page 29.

IS CHRISTIANITY BANKRUPT?

EXCERPT FROM A WORK IN PROGRESS

For the first time in English

Download Téléchargez

 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

Des exemples saisissants en ont été donnés tout le long de ces deux siècles de lutte ouverte.

Striking examples have been given all throughout these two centuries of open struggle.

Notre monde contemporain est réglé, avant tout, par la réclame et la publicité, les stages les plus bas de l’influence sur l’esprit avant que n’arrive le stage du terrorisme commandant à l’instinct animal de survivance.  Avant la deuxième guerre mondiale, on pouvait encore parler du mot plus noble de propagande ; avant la première guerre mondiale, il était encore possible de parler d’opinion publique.  Aujourd’hui, la fabrication de l’opinion constitue une industrie de gigantesque envergure.  Cette industrie gravite autour de l’axiome lancé il y a à peine cinquante ans :  “Un mensonge répété mille fois finit par être accepté pour une vérité” ; et le mensonge est devenu un art d’une grande finesse et d’une grande souplesse, débarrassé de la brutalité grossière d’autrefois, agrémenté par toutes les séductions dont peuvent le parer les nombreux moyens de présentation modernes.  Tous les grands moyens de présentation sont reliés ensemble, de façon directe ou indirecte, constituant un vaste réseau qui fait le tout de la terre, de sorte qu’une campagne mondiale pour orienter les esprits dans un sens ou dans un autre est une possibilité journalière.

Our contemporary world is regulated, first and foremost, by advertising and publicity, the lowest stages of influence on the mind before the stage of terrorism arrives commanding the animal instinct of survival.  Prior to the Second World War, one could still speak of the more noble word propaganda; before the First World War, it was still possible to speak of public opinion.  Today, the manufacture of opinion is a gigantic industry.  This industry revolves around the axiom launched only fifty years ago:  “A lie repeated a thousand times ends up being accepted as truth”; and falsehood has become an art of great finesse and flexibility, rid of the gross brutality of the past, embellished by all the seductions of the many modern means of presentation.  All the major means of presentation are connected together, directly or indirectly, forming a vast network that circles the earth, so that a global campaign to steer minds one way or another is a daily possibility.

Les faits, les hommes

The facts, the men

Cette fabrication massive et intensive de l’opinion a toujours pour but de voiler quelque chose :  la réalité qui se cache derrière les faits.  Elle écrit l’histoire en surface et ne souligne que la surface, pour faire oublier les causes réelles de ce qui arrive.  C’est une vérité élémentaire que :  rien de ce qui se passe dans le monde humain ne provient d’autre cause que l’action des êtres humains.  Mais, dans la fabrication de l’opinion, il faut soigneusement taire cette vérité.  Aussi, la grande publicité d’influence sur les cerveaux ne parle-t-elle que des faits et des choses, sans jamais parler des hommes qui en sont immédiatement la cause et encore moins des motifs qui animent ces hommes.  La colossale machine de pétrissage des cerveaux va nous dire, par exemple :  “La Bourse croule” sans révéler qui la fait crouler et pourquoi ; “les événements se précipi-

This massive and intensive manufacture of opinion is always intended to veil something:  the reality behind the facts.  It sketches only the surface of the story, accenting the superficial, overlooking the true causes of events.  It is a basic truth:  that nothing that happens in the human world comes from any other cause than the action of human beings.  But in the manufacture of opinion, this truth must be carefully muted.  As well, the major publicity influential on brains only talks about facts and things, it never mentions the men who are the immediate cause and even less the motives that animate them.  The colossal brain-kneading machine will tell us, for example:  “The Stock Exchange is collapsing” without revealing who is making it collapse, and why; or “Events are moving fast,”

[11]
[11]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

tent” sans dire quels personnages humains agissent pour les précipiter ; “tel pays décide telle chose” sans dire quels personnages de la coulisse ont eu intérêt et ont influé à faire prendre cette décision ; “le coût de la vie augmente” sans expliquer quelles actions humaines y contribuent ; “la loi de l’offre et la demande provoque un affaissement”, sans nommer les agents humains qui ont pu manœuvrer en vue d’un affaissement.

while not disclosing the human personalities precipitating them; or “That country decided such-and-such a thing,” without identifying those in the wings who have an interest in and who influenced that decision; or “The cost of living is rising,” without explaining the human actions that contributed to it; or “The law of supply and demand is causing a market slide”, without naming the human agents who maneuvered the slide.

Il est une chose que l’on oublie trop souvent et qui est à la source même de tout ce qui se passe dans notre monde.  C’est d’identifier les hommes avec les idées qu’ils entretiennent et les buts qu’ils poursuivent.  Dans le formidable combat que l’antichristianisme livre au christianisme, il n’y a rien d’indifférent.  Au temps des grandes persécutions, des grands schismes, des guerres de religion, il y avait de chaque côté de la barricade une candeur et un sens de l’honneur qui déterminaient chacun à prendre des positions franches et précises ; aujourd’hui, ce n’est que rouerie, perfidie et hypocrisie ; les antichrétiens de Moscou se prévalent du Christ en le présentant comme un révolutionnaire et un socialiste, les plus furibonds anti-papistes torturent les encycliques pour en extraire des déformations qui puissent promouvoir leurs sophismes.  Cela ne peut qu’accentuer davantage, parmi les masses ignorantes, l’affreuse confusion spirituelle de notre époque.  Néanmoins, il faut identifier tout homme avec ses convictions et le but qu’il croit devoir poursuivre.  C’est pourquoi, pas un seul mouvement politique, financier, économique, social, pas un seul livre, pas une seule nouvelle d’importance ne peuvent être jugés à leur véritable signification, leur portée réelle, sans savoir d’abord quel est l’état d’esprit de leurs auteurs, quel est le but qu’ils poursuivent, de quel côté de la barricade ils sont situés.  C’est pourtant ce qui est le plus caché aux foules.  A tel point qu’on s’aperçoit parfois seulement après vingt ou trente ans, quand le mal est fait, qu’un scribe pontifiant dans un camp n’était qu’un ennemi du camp où il s’était infiltré.

There is one thing that we forget too often and is right at the source of all that happens in our world.  And that is to identify men with the ideas they hold and the goals they pursue.  In the colossal battle delivered to Christianity by antichristianity, nothing is neutral.  During the great persecutions, the great schisms, the religious wars, on both sides of the barricade there was a candor and a sense of honor which drove each one to take frank and precise positions; today, all is only trickery, perfidy and hypocrisy.  The anti-Christians of Moscow avail themselves of Christ to present him as a revolutionary and a socialist.  The most furious anti-papists torture the encyclicals to extract deformations they can use to promote their sophisms.  For the unlettered masses, this can only exacerbate the awful spiritual confusion of our time.  Nevertheless, we must identify every man with his convictions and with the goal he believes he must pursue.  This is why not a single political, financial, economic, or social movement, not a single book, not a single news item of importance, can be judged by its true meaning, its real significance, without first knowing the state of mind of its authors, the purpose they pursue, and on which side of the barricade they are located.  Yet this, above all, is hidden from the masses.  To such an extent that sometimes, only after twenty or thirty years, when the damage is done, is the spokesman of one side perceived to have been an enemy of the side he had infiltrated.

L’autorité de droit humain

The Authority of Human Law

Il fut un temps, dans toute l’étendue de la chrétienté, où la papauté pouvait faire ou défaire les empereurs, rois et princes, à cause de l’universelle acceptation de 1’“autorité de droit divin”.  Le Vatican était pour l’Occident chrétien sur un plan spirituel, ce qu’est aujourd’hui l’Organisme des Nations-Unies sur un plan matériel, dans lequel les “droits de l’homme” ont supplanté les droits de Dieu, c’est à dire les droits du Christ-Roi.”  La Papauté était reconnue comme l’arbitre des prétentions à l’autorité légitime.  Mais, depuis ces temps où les conflits sociaux, les grèves, les lockouts étaient inconnus, il a coulé bien de l’eau dans le Tibre.  Et la politique a éliminé l’autorité :  “de droit divin” pour y substituer une “autorité de droit humain”.  Aujourd’hui c’est la politique qui

There was a time, throughout the whole of Christendom, when the papacy could make or break emperors, kings and princes, because of universal acceptance of the “authority of divine law”.  For the Christian West, the Vatican was, on a spiritual plane, what the United Nations Organization is today on a material plane, in which the “rights of man” have supplanted the rights of God, meaning the rights of Christ the King.  The Papacy was recognized as the arbiter of claims to legitimate authority.  But since those times when social conflicts, strikes, and lockouts were unknown, much water has flowed through the Tiber.  And politics has eliminated the authority “of divine law” to substitute an “authority of human law”.  Today, politics

[12]
[12]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

l’arbitre suprême, comme on le voit en tant de pays.  C’est la politique qui peut, à son gré, nier aux citoyens le droit de propriété, le droit d’adorer, le droit d’avoir un culte et des temples de leur choix, le droit paternel sur les enfants et sur leur éducation, le droit à l’initiative privée et au choix personnel, le droit au simple instinct grégaire qui attire les uns aux autres les gens d’un même rang ; en somme le droit d’être homme.

is the supreme arbiter, as we see in so many countries.  Politics can, at will, deny citizens the right to property, the right to worship, the right to have a religion and temples of their choice, the paternal right over children and their education, the right to private initiative and personal choice, the right to the ordinary gregarious instinct that attracts people of the same rank to one another; in short, the right to be a man.

Si, autrefois, l’autorité morale du Christ dans la société chrétienne avait la voix prépondérante et préservait l’Ordre, aujourd’hui, en notre ère de désordre, c’est une autorité profane qui conduit l’Occident ; et plus elle le conduit, plus nombreux sont les pays de notre monde chrétien qui s’engouffrent dans le chaos de l’anticivilisation.  Il n’est ici nullement question de nier à l’autorité civile sa totale souveraineté dans son domaine.  Mais, comme chrétien, on a le droit de demander, avec tant d’autres, comment il se fait que des autorités civiles régissant des masses humaines chrétiennes, donc censées les orienter dans la voie des aspirations chrétiennes, leur imposent une direction qui conduit fatalement à la destruction de l’ordre chrétien.  L’autorité civile a pour rôle d’exercer la souveraineté politique d’un groupe humain déterminé, et elle profane son rôle lorsque, dans la direction morale ou matérielle des hommes, elle contrevient aux croyances et aux aspirations spirituelles des mêmes hommes.  Ce phénomène — car c’en est un — ne s’explique que par l’influence exorbitante que la franc-maçonnerie, minorité souterraine et dynamiquement agissante, exerce non seulement aux contrôles de la haute politique internationale et de la politique nationale, mais aussi aux contrôles du monde financier, économique, bureaucratique et propagandiste.

If, in former days, the moral authority of Christ in Christian society had the majority vote and preserved Order, today, in our era of disorder, a profane authority leads the West; and the more it leads, the more numerous are the countries of our Christian world that are engulfed in the chaos of anticivilization.  There is no question here of denying to civil authority its total sovereignty in its field.  But, as Christians, we have the right to ask, along with so many others, how the civil authorities governing human Christian masses, thus deemed to guide them in the path of Christian aspirations, impose upon them a direction which inevitably leads to the destruction of the Christian order.  The role of civil authority is to exercise the political sovereignty of a particular human group, and it profanes its role when, in the moral or material governance of men, it contravenes their beliefs and spiritual aspirations.  This phenomenon — because it is one — can only be explained by the exorbitant influence that Freemasonry, an underground and dynamically active minority, exercises not only in the control of high international politics and national politics, but also on the controls of the financial, economic, bureaucratic and propagandistic world.

La franc-maçonnerie constitue un réseau mondial réel qui peut opérer simultanément partout à la fois.  Vouloir sous-estimer sa puissance, surtout dans les hautes sphères politiques, c’est se leurrer grandement.

Freemasonry is a real global network that can operate simultaneously everywhere.  To underestimate its power, especially in the higher political spheres, is to greatly deceive oneself.

Mêmes données fondamentales

The same basic facts

Le vaste réseau maçonnique est constitué par une foule de sectes variées, dont les unes semblent parfois indifférentes sinon hostiles aux autres, mais elles ont toutes des points de contact, soit par l’envoi de délégués aux assemblées annuelles, soit par le Grand Collège des Rites, soit par l’organisation maçonnique mondiale de Suisse qui sert de “clearing house” aux différentes obédiences, soit par la correspondance cryptologique, soit par le trait d’union des FF. Visiteurs.

The vast Masonic network is made up of a host of different sects, some of which seem indifferent if not hostile to others, but they all have points of contact, either by sending delegates to the annual assemblies, or through the Grand Collège des Rites, or through the world Masonic organization in Switzerland which serves as a “clearing house” for the different obediences, or through the cryptological correspondence, or through the link of the FF. Visitors.

On note parmi les obédiences les plus importantes, la Grande Loge Unie d’Angleterre qui se proclame bel et bien “une religion” chrétienne mais qui n’explique pas d’où elle tire son autorité com-

Among the most important obediences is the United Grand Lodge of England, which proclaims itself a veritable Christian “religion” but does not explain where it derives its authority as

[13]
[13]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

me telle ni pourquoi “une religion” doit procéder secrètement et n’avoir que des adeptes privilégiés ; à tout prendre le chercheur opiniâtre finit par découvrir que cette “religion” tire sa véritable origine de la Réforme anglaise, réforme dont l’âme fut lord Russell, “anglais” de sang juif ; les Russell étaient originaires de Toulouse où ils se nommaient Roussel avant leur expulsion de France, et antérieurement Rosello avant leur expulsion d’Espagne par Isabelle.

such, nor why a “religion” ought to proceed secretly and have only privileged followers.  All in all, the stubborn researcher ends up discovering that this “religion” derives its true origin from the English Reform, the soul of which was Lord Russell, an “Englishman” of Jewish blood; the Russells were from Toulouse where they called themselves Roussel before their expulsion from France, and previously Rosello before their expulsion from Spain by Isabella.

La G.L.U. d’Angleterre n’est, en somme, que la garante et la surveillante de la Réforme anglaise et sa perpétuation.  On note aussi le Grand Orient de France, continuateur de la secte des Jacobins de la Révolution Française et des Illuminés de Bavière (Weisshaupt) initiateurs de la Révolution Mondiale, secte très radicale à laquelle adhèrent les Grands Orients de plusieurs autres pays, surtout latins et levantins.  Puis la franc-maçonnerie du Rite Ecossais Ancien et Accepté (qui comprend le plus grand nombre d’adeptes dans le monde, surtout aux Etats-Unis:  5-1/2 millions) :  ce sont deux Juifs qui ont implanté le Rite Ecossais à New Amsterdam (aujourd’hui New York) et à Charleston en Virginie.  On note encore la Grande Loge de France, avec de nombreuses affiliations dans d’autres pays, continuatrice des Girondins, moins radicale que le Grand Orient mais identique dans ses buts; puis les rites juif de Misraïm et exclusivement juif des B’nai B’rith; puis le rite mixte du Droit Humain (homme et femmes), et quelques autres moins importantes par leur nombre et surtout leur influence.

The United Grand Lodge of England, in short, is merely the guardian and guarantor of the English Reformation and its perpetuation.  We also note the Grand Orient of France, continuing the Jacobin sect of the French Revolution and the Illuminati of Bavaria (Weisshaupt), initiators of the World Revolution, a quite radical sect to which belong the Grand Orients of several other countries, in particular the Latin and Levantine.  Then, the Freemasonry of the Ancient and Accepted Scottish Rite (which includes the largest number of followers in the world, especially in the United States:  5-1/2 million).  Two Jews established the Scottish Rite at New Amsterdam (now New York) and at Charleston in Virginia.  We note again the Grand Lodge of France, with many affiliations in other countries, continuing the Girondins, less radical than the Grand Orient but identical in its goals; then the Jewish rites of Misraim and of the exclusively Jewish B’nai B’rith; then the mixed rite of the Droit Humain (men and women), and a few others of lesser importance given their numbers and in particular their influence.

En général, d’après le parallèle politique (stricte autorité de minorité ou parlementarisme); on divise les obédiences maçonniques en deux groupes :  les loges latines radicales et les loges saxonnes non-radicales.  Mais ce n’est là qu’une distinction de tempérament des peuples, car les données maçonniques fondamentales sont exactement les mêmes.  Toutes, sans aucune exception, s’identifient par des données générales et des buts particuliers qu’on retrouve chez chacune :  anticatholicisme, libéralisme et “droits de l’homme”, libre-examen (sauf en ce qui concerne l’autorité maçonnique), fraternité humaine dans une république universelle qui aura avalé toutes les souverainetés nationales, désarmement obligatoire de tous les peuples afin d’assurer la survie de la république universelle, tension constante vers un déisme humaniste traditionaliste, laïcisme totalitaire et universel.

In general, following the political parallel (strict minority authority or parliamentarianism), the Masonic obediences are divided into two groups:  the radical Latin lodges and the non-radical Saxon lodges.  But this is only a distinction of peoples’ temperaments, because the basic Masonic facts are exactly the same.  All, without exception, are identified by general facts and particular goals found in each:  anticatholicism, liberalism and “the rights of man”, self-determination (except as concerns the Masonic authority), a human fraternity in a universal republic that will have swallowed all the national sovereignties, the compulsory disarmament of all peoples to ensure the survival of the universal republic, a relentless push toward a conventional humanist deism, totalitarian and universal secularism.

L’origine et l’histoire de la franc-maçonnerie sont voilées avec un soin aussi méticuleux que son action.  Ce qu’il faut en lire, comme interminable charabias de mille sources variées, pour finalement trouver la continuité d’inspiration et de direction depuis le berceau de la maçonnerie jusqu’à nos jours !  Il est compréhensible que l’histoire de la Maçonnerie soit voilée à ses adeptes dans les mêmes brumes que … son but final, car autrement 95 pour cent de ses membres en sortiraient avec épouvante et indignation.

The origin and history of Freemasonry are veiled with as meticulous care as its action.  One must read through interminable falderal from a thousand different sources to finally find the continuity of inspiration and control from the cradle of Masonry to the present day!  It is understandable that the history of Masonry is veiled to its followers in the same haze as … its ultimate goal, because otherwise 95 percent of its members would leave in horror and indignation.

[14]
[14]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

L’élu et les goyim

The chosen and the goyim

Tous les historiens maçonniques reportent les origines de la secte à des temps immémoriaux, faisant tirer son entière synthèse des antiques “mystères” de Chaldée, Egypte, Babylone, etc.  En un sens, ils ont raison.  Car c’est dans ces différents paganismes que fut puisée la substance maçonnique par la race juive, porteuse de la vraie Révélation d’alors.

All Masonic historians date the sect’s origins to time immemorial, deducing its full synthesis from the ancient “mysteries” of Chaldea, Egypt, Babylon, and so on.  In a sense, they are right.  For the substance of Masonry is drawn from these different paganisms by the Jewish race, bearer of the true Revelation of old.

Déjà, au temps du Christ, le Talmudisme avait élaboré son ésotérisme et était devenu pour certaines sectes juives, l’interprétation et l’orientation principale, surtout la secte des pharisiens, porteuse de sa tradition orale.  Corruption, paganisation et matérialisation de la Torah ou Révélation biblique, le Talmud était déjà entaché des superstitions ramassées dans l’exil; il fut cause des terribles défigurations matérialistes qui suivirent le retour à Jérusalem et de tous les troubles qui s’ensuivirent.  C’est une erreur grossière de croire que le Talmud ne prit naissance qu’après la destruction de Jérusalem.  Il existait depuis déjà longtemps.

In the time of Christ, Talmudism had already developed its esotericism and had become the main interpretation and orientation for some Jewish sects, especially the sect of the Pharisees, bearer of its oral tradition.  A corruption, paganization and materialization of the Torah or biblical revelation, the Talmud was already tainted with superstitions collected in exile; it was responsible for the terrible materialistic disfigurements that followed the return to Jerusalem and all the troubles that ensued.  It is a gross mistake to believe that the Talmud arose only after the destruction of Jerusalem.  It had long been in existence.

Le Talmud, transposition de la Torah sur un plan matériel, a parmi toutes les idéologies religieuses connues, une particularité unique, impossible à trouver ailleurs.  C’est celle d’une possibilité de paradis sur cette terre pour un seul et unique peuple, seul élu, seul aimé, seul chéri de Dieu, seule humanité que tous les autres peuples, les Gentils ou goyim, simples animaux, semence de bétail, sont appelés à servir, enrichir et rendre heureux.  Le contexte même des éditions les plus modernes du Talmud en langues vulgaires l’atteste aussi fortement que les vieilles éditions du moyen-âge.  D’ailleurs, des Juifs de bonne foi que j’ai rencontrés avec des amis, dans le but de parvenir à des formules d’entente, l’ont admis avec une candeur surprenante.  Refusant obstinément de reconnaître la validité de la Nouvelle Alliance, ils s’en tiennent strictement aux termes de l’Ancienne qui, disaient-ils, comporte une seule et unique élection :  celle des Juifs, “appelés à se multiplier comme les sables du désert, à régner sur tous les peuples, à voir les races des Gentils devenir les servantes d’Israël”.  Et cette élection, soulignaient-ils avec ostentation, est une affaire purement raciale ou raciste ; seuls ceux qui descendent d’Abraham en sont les héritiers.

The Talmud – the transposition of the Torah to a material plane — has a unique peculiarity, impossible to find among all the known religious ideologies:  the prospect of paradise on this earth, for one people only, the Chosen, who alone are beloved and cherished by God, the only humans, whom all the other peoples, the Gentiles or goyim, being mere animals, the seed of cattle, are called to serve, to enrich and to make happy.  The very context of the most modern editions of the Talmud in the vulgar languages attests to it as strongly as the old editions of the Middle Ages.  Besides, good-faith Jews whom I met with friends, with the aim of reaching agreement, admitted it with surprising candor.  Stubbornly refusing to recognize the validity of the New Covenant, they strictly adhere to the terms of the Old which, they said, involves a single election:  that of the Jews, “called to multiply like the sands of the desert, to reign over all peoples, to see the races of the Gentiles become the servants of Israel”.  And this election, they pointed out ostentatiously, is a purely racial or racist affair; only those who descend from Abraham are the heirs.

Changement de vision

Change of Vision

Je me souviens encore d’un débat proposé, au camp de concentration de Petawawa, par quelques Juifs qui s’y trouvaient temporairement comme agents communistes (et libérés de Hull après l’entrée en guerre de la Russie Soviétique).  Ils proposèrent ce thème comme sujet du débat :  “Les Gentils, surtout les chrétiens, doivent changer leur vision, et leur attitude vis-à-vis des Juifs” thème

I still remember a debate put forward at the Petawawa Concentration Camp by a few Jews who were temporarily there as communist agents (and released from Hull after Soviet Russia entered the war).  They proposed this theme as the subject of the debate:  “The Gentiles, especially the Christians, must change their vision, and their attitude toward the Jews”; a theme

[15]
[15]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

qu’ils développèrent avec chaleur et habileté.  Il leur fut répondu par le développement du thème contraire :  “Les Juifs doivent changer leur vision et leur attitude vis-à-vis des chrétiens” ne pas vouloir plus que leur part légitime dans la société qui les accepte, ne pas vouloir contrôler la vie financière et économique des autres peuples, cesser de vouloir changer l’ordre des choses et régenter même l’esprit des autres peuples, s’assimiler aux peuples des pays qu’ils habitent et se fondre en eux comme le font, à la longue, tous les autres.  La riposte fut spontanée et très nette :  les Juifs ont une élection qui englobe toute la terre et doit durer toujours, ils sont donc partout chez eux ; s’ils s’assimilent, ils cessent d’être Juifs et, en conséquence, perdent leur élection en même temps que les promesses de domination qui s’y rattachent ; il appartient donc aux Gentils, et non pas aux Juifs, de changer leur vision et leur attitude.  En la même occasion, il nous fut soumis, comme preuve de la justesse de l’attitude juive et de la faveur divine qui la consacre que, malgré toute l’opposition historique des Gentils, la juiverie progresse de toutes façons et dans tous les domaines, rapidement, universellement, constamment ; tandis que la chrétienté, parallèlement, perd de la vigueur et de l’emprise.

they developed with warmth and skill.  They were answered by the development of the opposite theme:  “Jews must change their vision and their attitude towards Christians”, not wanting more than their legitimate share in the society that accepts them, not wanting to control the financial and economic life of the other peoples, ceasing to want to change the order of things and even to control the minds of other peoples; Jews must assimilate to the peoples of the countries they inhabit, and merge with them in the long run, as do all the others.  The counter-attack was immediate and very clear:  the Jews have an election that encompasses the whole Earth and must last forever, so they are everywhere at home; if they assimilate, they cease to be Jews and, in consequence, they lose their election as well as the promises of domination attached to it; it is therefore up to the Gentiles, and not the Jews, to change their vision and their attitude.  On the same occasion, it was submitted to us, as proof of the correctness of the Jewish attitude and of the divine favor which consecrates it, that in spite of all the historical opposition of the Gentiles, Jewry progresses in every way and in all fields, rapidly, universally, continually; while Christendom, at the same time, loses vigor and influence.

Je m’excuse de cette digression dont vous comprendrez mieux l’utilité tout à l’heure.  Car je prétends, avec plusieurs spécialistes beaucoup plus compétents que moi, que tout ce qui est contenu dans les conclusions ultimes de la franc-maçonnerie, du communisme et autres mouvements analogues dont les Juifs se retrouvent toujours à la source, est du pur talmudisme ; c’est à dire de l’enseignement destiné à convaincre les Gentils qu’ils n’ont ni âme humaine, ni besoin de divinité, qu’ils sont vraiment du bétail sans droit supérieur à celui des animaux, et doivent se laisser conduire en conséquence ; et que la franc-maçonnerie, qui joue par ses adeptes un si grand rôle dans la direction politique des masses chrétiennes, tire toute son idéologie de sources talmudiques.

I apologize for this digression, whose usefulness you will better understand in a moment. For I claim, along with a number of specialists much more competent than myself, that all that is contained in the ultimate conclusions of Freemasonry, Communism, and other similar movements, of which the Jews are always at the source, is pure Talmudism; meaning teachings intended to convince the Gentiles that they have no human soul, nor need of divinity, that they are really cattle with no more rights than animals, and must allow themselves to be guided in consequence; and that Freemasonry, which through its adherents plays so great a role in the political leadership of the Christian masses, draws all its ideology from Talmudic sources.

Reflux des Croisades

Backwash of the Crusades

C’est directement de Palestine que nous vint la Franc-maçonnerie, comme reflux de la première Croisade.  Les Templiers en revinrent tout imprégnés du talmudisme qu’on retrouve aujourd’hui dans la maçonnerie et le communisme.  Ces Chevaliers du Temple, répandus dans toute l’Europe, devinrent rapidement les arbitres de la finance, nationale autant qu’internationale ; ils se tenaient constamment en contact avec un centre inconnu et secret de Jérusalem qui leur donnait ses directives.  Durant deux siècles les Templiers agirent au même titre que la Haute Banque Internationale d’aujourd’hui, obtenant de lourdes créances sur les rois, les princes et les nobles.  Leurs initiations, leurs orgies, leur matérialisme, confessés volontairement par des centaines de leurs membres et copieusement

Freemasonry came to us directly from Palestine, in the backwash of the first Crusade.  The Templars returned fully steeped in the Talmudism found today in Masonry and Communism.  These Knights of the Temple, spread throughout Europe, quickly became the arbiters of national and international finance; they were constantly in touch with an unknown and secret center in Jerusalem that gave them directives.  For two centuries, the Templars acted in the same way as today’s International High Bank, obtaining heavy claims against kings, princes and nobles.  Their initiations, their orgies, their materialism, voluntarily confessed by hundreds of their members and copiously

[16]
[16]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

décrits par les historiens, durèrent jusqu’au jour que Philippe le Bel de France* écrasât leur organisation et Clément V, après plusieurs refus et de longues hésitations, dût les condamner devant une surabondance de preuves fournies par quelques centaines de Templiers repentants qui n’avaient même pas été mis en accusation.

described by historians, lasted until the day when Philip the Fair of France* crushed their organization and Clement V, after several refusals and long hesitations, had to condemn them in light of a superabundance of evidence provided by a few hundred repentant Templars who had not even been charged.

L’Ordre du Temple rentra sous terre, survirant dans le plus grand secret.  Lorsque parut la franc-maçonnerie, de pays en pays, aux 16e, 17e et 18e siècles, il y était surtout question (comme aujourd’hui) de Temple et Templiers.  La Franc-maçonnerie, dans la totalité de ses rites et obédiences, voue presque un culte à Hiram, architecte du Temple de Jérusalem, et à son constructeur Salomon; elle voue vengeance au Trône et à l’Autel, qu’elle tient responsables de la condamnation de Jacques de Molay, grand chef des Chevaliers du Temple ; en général, les séances des loges sont appelées “travaux du Temple” ; les efforts maçonniques sont appelés “l’édification du Temple”.  Son calendrier est le calendrier juif ; son rituel, ses mots de passe, la majorité de ses titres et appellations sont juifs, sa symbologie est juive du commencement à la fin.

The Order of the Temple went underground, surviving in the greatest secrecy.  When Freemasonry appeared, from country to country, in the 16th, 17th and 18th centuries, it was mainly a question (as it is today) of the Temple and the Templars.  Freemasonry, in the totality of its rites and obediences, devotes almost a cult to Hiram, the architect of the Temple of Jerusalem and its builder, Solomon.  It vows vengeance against Throne and Altar, which it holds responsible for the condemnation of Jacques de Molay, grand chief of the Knights of the Temple.  In general, the sessions of the lodges are called “works of the Temple”.  Masonic efforts are called “the edification of the Temple”.  Its calendar is the Jewish calendar; its ritual, its passwords, the majority of its titles and appellations are Jewish, its symbology is Jewish from beginning to end.

L’unique secret

The one secret

De plus, on peut dire qu’en réalité il n’y a qu’un seul secret maçonnique, secret qui est livré aux adeptes dès leur entrée sous forme symbolique mais qui forme le secret véritable et unique de la franc-maçonnerie.  C’est la “reconstruction du Temple de Salomon”, c’est à dire l’établissement de la “nouvelle Sion” cette résurrection de l’Ancienne Alliance défunte sur les ruines de la Nouvelle et dont on trouve le plan général dans les “Protocoles” sionistes si discutés et les détails dans quelques centaines d’auteurs Juifs.  Pour reconstruire le Temple de Salomon, il faut d’abord avoir la Palestine ; deux guerres mondiales l’ont donnée aux Juifs, avec le zèle empressé des Etats communistes de l’Est et des Etats maçonniques de l’Ouest ; il faut ensuite avoir la possession de Jérusalem, puis le site même de l’ancien temple, la mosquée d’Omar.  Plans et maquettes du temple à reconstruire ont été faits après trente ans de recherches et de travaux, et étaient déjà exposés au kiosque de la Palestine à la Foire Internationale de New York en 1937-38.  La bibliologie juive moderne ne cache pas que Jérusalem doit devenir la capitale mondiale d’un monde unifié, la capitale de la Révolution accomplie, la capitale du “nouvel ordre des siècles”.  A divers degrés, la franc-maçonnerie fait répéter à ses adeptes le serment cumulatif d’être toujours disposés à sacrifier leur vie pour la délivrance de la Palestine et l’édification du Temple.  Pour symbolique que soit ce serment, il trouve une concordance bien étrange dans le déroulement de faits toujours plus patents !

Moreover, it can be said that in reality there is but one Masonic secret, the secret delivered to followers in symbolic form upon their entry, but which constitutes the one true secret of Freemasonry.  That is the “reconstruction of the Temple of Solomon”, i.e. the establishment of the “new Zion”, this resurrection of the defunct Old Covenant over the ruins of the New and whose general plan is found in the so-controversial Zionist “Protocols”, and the details in a few hundred Jewish writers.  To rebuild Solomon’s Temple, Palestine must first be possessed.  Two world wars gave it to the Jews, with the eager zeal of the Communist states of the East and of the Masonic states of the West.  Next, possession of Jerusalem must be had; then the site of the ancient temple, the mosque of Omar.  Plans and models of the temple to be rebuilt were made after thirty years of research and work, and had already been exhibited at the Palestine kiosk at the New York International Fair in 1937-38.  Modern Jewish bibliology does not hide the fact that Jerusalem must become the world capital of a unified world, the capital of the accomplished Revolution, the capital of the “new order of the centuries”.  To varying degrees, Freemasonry has its adherents repeat the cumulative oath to be always willing to sacrifice their lives for the deliverance of Palestine and the building of the Temple.  Symbolic as this oath is, it is very strangely consistent with the course of increasingly obvious facts!

De même que le parti communiste international a une double physionomie :  la section légale pour le grand public et la section

Just as the International Communist Party has a double aspect:  the legal section for the general public and the illegal section

______
* Note du traducteur:  Philippe IV (avril-juin 1268&nbsp- 29 novembre 1314), appelé Philippe le Bel, était roi de France de 1285 jusqu’à sa mort.  Selon Wikipedia:  «En 1306, Philippe le Bel expulse les Juifs de France et, en 1307, il anéantit l’ordre des Templiers.  Philip était endetté envers les deux groupes et les considérait comme un «État dans l’État».

Cependant, si vous lisez le 33e serment maçonnique de Garibaldi, reproduit par Arcand, qui inclut cette déclaration d’allégeance:  «Fraternité dans la Franc-maçonnerie, former un État dans un État, avec des moyens et des fonctions indépendants de l’État, inconnus de l’Etat”; et si vous comprenez, comme l’explique Arcand, que les francs-maçons (encore aujourd’hui) ne sont pas les anciens bâtisseurs de cathédrale, mais les Templiers sous une identité supposée, et que les templiers sont un front juif pour réaliser la «république universelle» des sionistes (gouvernement mondial par les Juifs) et la restauration du temple de Salomon, alors Philippe le Bel avait raison; il ne s’est pas contenté de «considérer» ou de «voir» les Templiers «comme» un État dans l’État, ils l’ont eux-mêmes proclamé.  Quel pays qui se respecte autoriserait une puissance étrangère à s’en emparer de l’intérieur?  Ainsi, les expulsions et la suppression des Templiers.

______
* Translator’s note:  Philip IV (April–June 1268 – 29 November 1314), called Philip the Fair (French:  Philippe le Bel), was King of France from 1285 until his death.  Says Wikipedia:  “In 1306, Philip the Fair expelled the Jews from France and, in 1307, he annihilated the order of the Knights Templar.  Philip was in debt to both groups and saw them as a ‘state within the state’.”

However, if you read the 33rd-degree Masonic oath of Garibaldi, reproduced by Arcand, which includes this declaration of allegiance:  “Fraternity in Freemasonry, to form a State within a State, with means and functions independent of the State, unknown to the State”; and if you understand, as Arcand explains, that the Freemasons (still today) are not the old cathedral builders, but the Knights Templar under an assumed identity, and that the Templar-Masons are a Jewish front to achieve the “universal republic” of the Zionists (world government by the Jews) and the restoration of Solomon’s Temple, then Philip the Fair was right; he didn’t merely “see” the Templars “as” a state within the state, they themselves proclaimed it.  What self-respecting country would allow a foreign power to take it over from within?  Thus, the expulsions and the suppression of the Templars.

[17]
[17]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

illégale pour les “adeptes, sûrs” de même que le Sionisme international a aussi ses deux visages, de même la franc-maçonnerie en général a sa double physionomie :  la loge ordinaire pour la masse non pensante qui y adhère dans l’unique but d’avancement et d’ambition, et l’arrière-loge pour les “vrais convaincus”.

for “trustworthy followers”; International Zionism has its two faces, and Freemasonry in general has its double physiognomy:  the ordinary lodge for the non-thinking multitude who adhere to it for the sole purpose of advancement and ambition, and the back-lodge for the “true believers”.

Jusqu’à la première guerre mondiale, un franc-maçon du 32e degré ne pouvait être admis au 33e qu’en remplacement d’un maçon de ce degré décédé.  Aujourd’hui, on fabrique des 33e de façon plutôt massive.  Seulement aux Etats-Unis, on en nomme de 150 à 175 par année, principalement parmi les hommes qui parviennent à de hauts postes dans la politique, la finance, l’économie, les forces armées; façon de se les attacher et les empêcher de nuire aux plans de l’organisation maçonnique.  Ily a pour eux des explications spéciales et un serment particulier.  Cela ressemble un peu à la manie de nos universités de créer des “docteurs” à tout propos et pour n’importe quel prétexte du moment que le doctorisé a quelque influence ou quelque célébrité.  Mais, comme il y a les vrais docteurs, il y a aussi les vrais maçons.  Pour eux, le langage est différent, les serments ne sont pas les mêmes.  Prenons-en un exemple dans le rite maçonnique qui tient à peu près le milieu entre le Grand-Orient radical et la franc-maçonnerie “bleue” non-radicale : le Rite Ecossais.  Le général Garibaldi, célèbre par sa lutte armée contre le Pape en 1870, y fut initié au 33e degré.  Dans ses papiers personnels, on trouva la formule des instructions et serment qui lui avaient été communiqués.  En voici la copie, reproduite récemment, après plusieurs autres auteurs, par Warren Weston, de Londres, dans son livre “Father of Lies”.

Up until the First World War, a Freemason of the 32nd degree could be admitted to the 33rd only to replace a deceased Mason of that degree.  Today, 33rd’s are mass-produced.  In the United States alone, between 150 and 175 are appointed each year, mainly among men in high positions in politics, finance, the economy, the armed forces; as a means of attaching them to prevent them from prejudicing the plans of the Masonic organization.  For them, there are special explanations and a special oath.  This is a little like the mania of our universities for creating “doctors” of all kinds on any pretext of the moment if the doctoree has any influence or fame.  But, just as there are real PhDs, there are also real Masons.  For them, the language is different, the oaths are not the same. Let us take an example from the Masonic rite, about midway between the radical Grand Orient and the non-radical “blue” Freemasonry:  the Scottish Rite.  General Garibaldi, famous for his armed struggle against the Pope in 1870, was initiated into the 33rd degree.  In his personal papers were found the formula of the instructions and the oath which had been communicated to him.  Here is the copy, reproduced recently, following several other authors, by Warren Weston, of London, in his book “Father of Lies”.

Révolution en action

Revolution in Action

“La franc-maçonnerie n’est pas autre chose que la révolution en action, une conspiration permanente contre le despotisme politique et religieux … Pas un seul-degré ne révèle la vérité entière ; le Voile qui cache la Vérité aux yeux des curieux est levé par degrés.

“Masonry being nothing else but revolution in action, a permanent conspiracy against political and religious despotism, … no single degree reveals the whole Truth; the veil is lifted by degrees which hide the Truth from the eyes of the curious. (245-246)

“Pour nous, investis du suprême pouvoir, pour nous seulement, la Vérité est pleinement révélée … et nous fait savoir, voir et sentir que : l’Homme, est en même temps Dieu, Pontife et Roi de lui-même.  C’est là le sublime secret, la clé de toute science ; le sommet de l’initiation.

“For us, invested with the supreme power, for us alone, Truth is fully revealed … and makes us know, see, and feel that:  Man is at once God, Pontiff, and King of himself.  That is the sublime secret, the key to all science, the summit of the initiation. (246)

“La Franc-maçonnerie, synthèse parfaite de tout ce qui est humain, est donc Dieu, Pontife et Roi de l’Humanité.  C’est ce qui explique son universalité, sa vitalité, sa puissance.

“Freemasonry, the perfect synthesis of all which is human, is therefore the God, Pontiff, and King of Humanity.  That is what explains its universality, its vitality, its power. (246)

“Nous les Grands Chefs, formons le bataillon sacré du Sublime patriarche qui est Dieu, Pontife et Roi de la Franc-maçonnerie, voilà la triple Vérité …

“We the Grand Chiefs, we form the sacred battalion of the Sublime Patriarch, who is the God, Pontiff, and King of Freemasonry.  That is the triple truth …. (246)

“Nos instructions peuvent se résumer comme suit :  faire triompher notre Vertu, notre Moralité et notre Autorité dans tout le genre humain ;

“Our instructions may be summarized thus:  Bring about the triumph of our Virtue, of our Morality, and of our Authority in the whole of Humanity … . (246)

______
Note du traducteur:  Plutôt que de traduire Arcand, qui a traduit Weston, l’anglais est pris ici directement du “Father of Lies” de Warren Weston (Histoire occulte secrète, symbolisme, cérémonies et pratiques des juifs exposés), à partir de la page 245, dans la section «Instructions du Conseil suprême, 33e degré».  Ceci est une copie trouvée en ligne en téléchargement gratuit.  Il semble avoir été méticuleusement préparé en tant que re-publication numérique de Weston, mais il n’ya pas d’éditeur nommé et aucune date de publication.  Un original du livre se vend actuellement en ligne au prix de 750 USD, alors je vais tenter ma chance pour ces quelques paragraphes avec la version numérique gratuite de Balder Ex-Libris.

______
Translator’s note:  Rather than translating Arcand, who had translated Weston, the English here is taken directly from Warren Weston’s Father of Lies (The Secret Occult History, Symbolism, Ceremonies and Practices of the Jews Exposed), starting at page 245, in the section “Instructions of the Supreme Council, 33rd Degree”.  This is a copy found online as a free download.  It seems to have been meticulously prepared as a digital re-publication of Weston, but there is no publisher named, and no date of publication.  An original of the book is currently selling online for $750 USD, so I’ll take my chance for these few paragraphs with the free digital version from Balder Ex-Libris.

[18]
[18]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

“Pour contrecarrer leur abjecte vertu, nous avons les degrés (ici suit l’énumération de1 degrés) qui nous permettent de conduire le profane de l’ignorance de l’Apprenti à la mission du Chevalier élu (11e degré), pour la défense de la Vertu maçonnique, pour la croisade de l’homme, Dieu de lui-même.

“To oppose their (the adversaries’) abject virtue, we have the degrees”; (here follows enumeration of the first 11 degrees) “which enable us to lead the profane from the un-awareness of the Apprentice to the mission of the Knight Elect (11th degree), for the defence of Masonic Virtue, for the crusade of Man, God of himself. (246)

“En opposition à leur abominable moralité, nous avons les degrés (énumération des degrés 12 à 22 inclusivement).

“To oppose their abominable Morality, we have the degrees” (enumeration of degrees 12 to 22, inclusive). (246)

“Finalement, en opposition à leur criminelle autorité, nous avons les degrés (énumération des degrés 22 à 33).

“Finally, to oppose their criminal Authority, we have the degrees” (enumeration of degrees 23 to 33, inclusive). (246)

“Les hommes d’église combattent notre Vertu et notre Autorité maçonnique avec leur Propriété, leur Religion et leur Loi …

“… The churchmen oppose our Masonic Virtue and Authority with their Property, their Religion, and their Law ….” (246)

“De ces trois ennemis infâmes, c’est la Religion qui doit être l’objet de nos attaques sans répit ; parce qu’aucun peuple n’a pu survivre à sa Religion, et, en la tuant, nous aurons et la Loi et la Propriété à notre merci.

“Of these three infamous enemies, it is Religion which must be the constant object of your attacks; because no people has ever survived its Religion … and, by killing it, we shall have both Law and Property at our mercy. (246)

“Maintenant que vous prenez place parmi les Maîtres-Chefs … nous résumerons pour vous la Grande Lumière de l’initiation suprême :

“To-day that you take your place among the Masters in Chief, … we shall sum up for you clearly the Great Light of the supreme initiation: (246)

“Vous êtes votre propre Dieu, votre propre Pontife et votre propre Roi.

“You are your own God, your own Pontiff, and your own King. (246)

“Votre raison est la seule règle de Vérité, la seule clé de la science et de la politique.

“Your reason is the sole rule of Truth, the sole key of science and of politics. (246)

“Vos appétits et vos instincts sont la seule règle du Bien, la seule clé du progrès et du bonheur.

“Your appetites and your instincts are the sole rule of Good, the sole key of progress and of happiness. (247)

Le motto sacré

The Sacred Motto

“Vous devez comprendre et interpréter comme suit notre motto sacré:  Liberté, Egalité, Fraternité.

“You must understand and interpret as follows our sacred motto:  Liberty, Equality, Fraternity. (247)

“Liberté, l’arme toute puissante avec laquelle nous avons bouleversé le monde, veut dire :  indépendance sans limite ni restriction, dénuée de toute autorité.

“Liberty, the all-powerful arm with which we have upset the world, means:  unlimited and unrestricted independence, devoid of all authority. (247)

 
MISSING
from
ARCAND’S FRENCH

“Independence of spirit, which is never hampered by any revelation, nor limited by any dogma. (247)

“Indépendance de la volonté, qui ne se soumet jamais à aucune puissante, qui ne reconnaît ni Roi, ni Pape, ni Dieu.

“Independence of will, which never submits to any power, which recognizes no King, no Pope, no God. (247)

“Indépendance de la personnalité, qui a brisé toutes les chaînes morales.  C’est avec la Liberté comme levier et les passions comme appui (fulcrum) que nous renverserons pour toujours les Rois et les Prêtres.

“Independence of personality, which has broken all moral chains … It is with Liberty as lever and human passions as fulcrum that we shall overthrow Kings and Priests forever. (247)

“Egalité … veut dire :  division égale de la propriété, droits de l’homme à la terre commune, entant que citoyen d’un seul et même monde, ces droits étant plus sacrés que les contrats.

“Equality … means equalization of property, for the rights of man to the common earth, as citizen of one and the same world, … are more sacred than contracts. (247)

“Egalisation de la richesse par un ajustement proportionné des salaires, par l’abolition complète et définitive du droit d’héritage, par expropriation de toutes les compagnies financières, par la nationalisation des canaux, transports, assurances, mines, etc.

“Equalization of wealth, by a proportionate adjustment of salaries, by complete and radical abolition of the rights of inheritance, by the expropriation of all financial companies, by the nationalization of the banks, the canals, transport, assurances, mines. (247)

“Egalisation des individus par la solidarité, par la jouissance égale de la production collective.  C’est par l’Egalité comme levier et

“Equalization of individuals by solidarity, by equal enjoyment of the collective production.  It is with Equality as lever and (247)

[19]
[19]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

les appétits humains comme appui (fulcrum) que nous effacerons pour toujours l’aristocratie de la richesse.

human appetites as fulcrum that we shall efface forever the aristocracy of wealth.”  (Viz. the Gentile aristocracy.) (247)

“La Fraternité, promesse toute puissante par laquelle nous avons établi notre pouvoir, signifie :

“Fraternity, the all-powerful promise with which we have established our power, means: (247)

“Fraternité dans la franc-maçonnerie, afin de former un Etat dans l’Etat, avec des moyens et des fonctions indépendants de l’Etat, inconnus de l’Etat.

“Fraternity in Freemasonry, to form a State within a State, with means and functions independent of the State, unknown to the State. (247)

 
MISSING
from
ARCAND’S FRENCH

“Fraternity in Freemasonry, to form a State above the State, with a Unity, supernationality, and universality, which make it superior to, and the power behind, the State. (247)

“Fraternité dans la franc-maçonnerie pour former un Etat contre l’Etat aussi longtemps que les armées permanentes existeront. …

“Fraternity in Freemasonry, to form a State against the State as long as permanent armies shall exist. …” (247)

“C’est avec la Fraternité comme levier et les haines humaines comme appui que nous élimineront pour toujours le Parasitisme et la Répression armée …

“It is with Fraternity as lever and human hatreds as fulcrum that we shall do away with Parasitism and armed Repression forever …” (247)

“Répétez maintenant avec nous notre Suprême Serment :

“Repeat now after us our Supreme Vow: (248)

“Je jure de n’avoir pour Patrie que la Patrie Universelle.  Je jure de m’opposer fermement, partout et toujours, aux frontières des nations, aux bornes des champs, des maisons, des boutiques, et aux liens de la famille.

“I swear to have no other country but the Country Universal.  I swear to oppose utterly, always, and everywhere, the boundaries of nations, the boundaries of fields, of houses, and of workshops, and the bonds of family. (248)

Je jure de détruire, même au sacrifice de ma vie, les bornes que les Chrétiens humanicides ont tracées avec du sang et de la boue au nom de Dieu.

“I swear to overthrow, at the sacrifice of my life, the boundaries which the humanicide Christians have traced with blood and mud in the name of God. (248)

“Je jure de consacrer mon existence entière au triomphe sans fin du progrès et de l’unité universelle, et je déclare adhérer à la négation de Dieu et de l’âme humaine.”

“I swear to devote my entire existence to the endless triumph of progress and of universal unity, and I declare my adherence to the denial of God and of the soul.” (248)

En regard de ce texte, plusieurs questions s’imposent.

A number of questions arise with regard to this text.

1 – Quelle différence y a-t-il entre ce suprême serment maçonnique et tous les enseignements communistes ?  Aucune.  C’est le même esprit, la même lettre, le même but.

1 – What difference is there between this supreme Masonic oath and all the Communist teachings?  None.  It’s the same spirit, the same letter, the same goal.

2 – Pareils enseignements sont-ils le fait d’un christianisme anémié ou décadent ?  Non.  Tout leur contenu est extérieur au Credo chrétien et, en conséquence, tire son origine d’une source extra-chrétienne et surtout antichrétienne.

2 – Are such teachings the result of anemic or decadent Christianity?  No.  All their content is external to the Christian Creed and, as a result, originates from an extra-Christian and above all anti-Christian source.

3 – Ce texte correspond-il aux aspirations de la civilisation occidentale ou à l’esprit d’aucun peuple englobé dans cette civilisation ?  Non, car les traditions et aspirations de tous les peuples occidentaux condamnent sans réserve tout le contenu de ce document.

3 – Does this text correspond to the aspirations of Western civilization or to the spirit of any people included in this civilization? No, because the traditions and aspirations of all Western peoples unreservedly condemn the entire content of this document.

4 – Où alors trouver la justification d’un pareil code ravilissant l’homme au rang d’animal à statut de sans-Dieu, sans-âme, sans-patrie, sans-famille, sans-propriété ?  Il n’y a qu’une seule source et on n’en peut trouver d’autre où que ce soit :  la vision que le Talmud juif donne au goy ou Gentil.

4 – Where then can justification be found for such a code that makes man akin to an animal without a God, without a soul, without a homeland, without a family, without property? There is only one source and no other can be found anywhere: the vision that the Jewish Talmud gives of the goy or Gentile.

Deux aspects fusionnés

Two merged aspects

On remarquera que, dans le document que je viens de lire, il y a deux, aspects :  un aspect religieux et un aspect civil.  Alors que le Christianisme a toujours scrupuleusement fait une distinction entre les deux domaines d’autorité, suivant la claire injonction :

It will be noted that in the document I have just read, there are two aspects:  a religious aspect and a civil aspect.  Christianity has always scrupulously distinguished between the two areas of authority, according to the clear injunction:

Redde Cœsari …” conclusions ultimes de la franc-maçonnerie

“Render unto Caesar …”  The ultimate conclusions of Freemasonry

[20]
[20]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

confondent les deux domaines pour n’en faire plus qu’un seul.  La franc-maçonnerie est vraiment une religion-politique ou, si on le préfère, une politique-religion.  Il en est de même pour le communisme.  Il en est de même pour le Sionisme, comme le prouve la législation du nouvel Etat d’Israël.  Il n’y a rien de surprenant à tout cela quand on considère que l’organisateur de ces trois mouvements, le judaïsme, est une religion-race ou une race-religion ; cela tient à sa base première, le Talmud, qui constitue une législation civile-religieuse et qui a, dans l’interprétation suprême de l’antique Révélation qui animait l’Ancienne Alliance, supplanté en autorité les termes mêmes de la Torah, texte de l’Ancien Testament.

confuse the two domains to make them into one.  Freemasonry is really a political religion or, if you prefer, a religion of politics.  The same is true for Communism.  The same is true of Zionism, as proved by the legislation of the new State of Israel.  There is nothing surprising about this, considering that the organizer of these three movements, Judaism, is a race-religion; this is due to its original basis, the Talmud, which constitutes civil-religious legislation and which, in the supreme interpretation of the ancient Revelation which animated the Old Covenant, supplanted in authority the very terms of the Torah, a text of the Old Testament.

Donner au judaïsme moderne la qualité et le prestige d’une religion, c’est dégrader le mot.  Même la “Catholic Encyclopedia” refuse de reconnaître le judaïsme comme une religion puisqu’il n’a plus rien du mosaïsme qui était une vraie religion avec sesattributs d’une prêtrise à continuité d’onction légitime, son temple consacré, son grand’prêtre universel, son concile ou sanhédrin, ses holocaustes quotidiens, son inéchangeable rituel, ses strictes généalogies contrôlant le lévirat. Le judaïsme, dans l’opinion des plus illustres maîtres de la question, est à peine considéré comme une secte, et encore dans un sens fort péjoratif.

To give to modern Judaism the quality and prestige of a religion is to degrade the word.  Even the “Catholic Encyclopedia” refuses to recognize Judaism as a religion since it has none of the Mosaism that was a true religion with its attributes of a priesthood with a continuity of legitimate anointing, its consecrated temple, its great universal priest, its council or Sanhedrin, its daily holocausts, its irreplaceable ritual, its strict genealogies controlling the levirate.  Judaism, in the opinion of the most illustrious masters of the question, is scarcely regarded as a sect, and this in a very pejorative sense.

Le “non-serviam” de Lucifer en réponse à la question de Michel :  “Qui est semblable à Dieu ”, la séduisante tromperie faite à Eve :  “Vous deviendrez comme des dieux” sont de beaucoup dépassés.  Le document maçonnique lu tout à l’heure ne se contente pas d’élever l’homme au niveau de Dieu ; il élimine Dieu prestement et substitue à Sa place l’homme autodéifié.  Le grand talmudiste et franc-maçon Karl Marx, issu de quinze générations de rabbins, n’en fait pas moins dans sa laborieuse élaboration du communisme, Quant au Talmud, qui va jusqu’à dire que “Jéhovah se tient debout par respect, quand les rabbins parlent”, ses principaux interprètes modernes nient l’identité personnelle du Messie et affirment que le Messie ne sera pas autre chose que le peuple juif pris collectivement et parvenu à la domination mondiale désirée :  autre substitution de l’homme à Dieu.  Mon seul regret, sur cette question, est de n’avoir pas le temps, en ces deux courtes soirées, de vous lire les énoncés doctrinaux et les commentaires judaïques de toutes sources imaginables qui confirment et expliquent mes affirmations.

The “non-serviam” of Lucifer in reply to Michael’s question:  “Who is like unto God”; the seductive deception presented to Eve:  “You will become like gods” have been far exceeded.  The Masonic document read earlier is not content to elevate man to the level of God; it quickly eliminates God and substitutes in His place the self-deified man.  The great Talmudist and Freemason Karl Marx, born of fifteen generations of rabbis, does no less in his laborious elaboration of communism.  The Talmud goes so far as to say that “Jehovah stands up out of respect, when the rabbis speak.”  Its main modern interpreters deny the personal identity of the Messiah and claim that the Messiah will be nothing else than the Jewish people taken collectively and arrived at the desired world domination:  another substitution of man for God.  My only regret, on this question, is not having the time, in these two short evenings, to read to you the doctrinal statements and the Jewish commentaries from all conceivable sources which confirm and explain my assertions.

Avant son stage final d’athéisme, la franc-maçonnerie connaît d’abord un stage de panthéisme dans lequel l’homme devient graduellement le centre et l’être supérieur; les adeptes perspicaces peuvent clairement le discerner dans le symbolisme qui se précise entre les quinzième et trente-deuxième degrés.  Du stage d’apprenti au quinzième degré, la loge s’en tient assez strictement au libre-examen, substitution de l’autorité de la raison humaine à l’autorité des pouvoirs délégués par le Christ.  Quiconque veut respecter les lois de la logique doit admettre que, fatalement, le libre-examen conduit au panthéisme, puis à l’athéisme.  La franc-maçonnerie n’y

Prior to its final stage of atheism, Freemasonry passes through a stage of pantheism in which man gradually becomes the center and the superior being.  Insightful adepts can clearly discern it in the symbolism marked out between the fifteenth and thirty-second degrees.  From apprenticeship to the fifteenth degree, the lodge sticks strictly enough to self-determination, the substitution of the authority of human reason for the authority delegated by Christ.  Anyone who wishes to respect the laws of logic must admit that, inevitably, self-determination leads to pantheism, then to atheism.  Freemasonry is no

[21]
[21]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

échappe pas, non plus que le Talmud avec sa kabbale, son ésotérisme toxique et son mysticisme perverti.

exception, nor the Talmud with its Kabbalah, its toxic esotericism and its perverted mysticism.

Le protestantisme s’est toujours bien accommodé de la judéo-maçonnerie parce qu’il trouvait, dans ses “em>principes” premiers, un semblant de justification et de soutien :  notamment l’anti-romanisme et le libre-examen.  Et cela, à cause de l’affinité d’origine des deux :  le judaïsme.

Protestantism has always accommodated Judeo-masonry because it found in its first “principles” a semblance of justification and support: especially anti-Romanism and self-determination.  And this, because of the original kinship of both: Judaism.

Judaïsation par la Réforme

Judaisation through the Reformation

Des chercheurs anglais — chose curieuse, ils sont protestants — se sont dépensés pour trouver l’origine véritable des hérésies qui ont affligé l’Eglise du Christ depuis ses débuts, depuis le simonisme jusqu’à la toute récente secte des Témoins de Jéhovah, en passant par l’arianisme, le manichéisme, le nestorianisme, le catharisme des Albigeois et combien d’autres et leurs statistiques révèlent qu’au moins 95% de ces déviations proviennent directement d’une action juive.  Ces auteurs présentent Calvin comme un Juif de père et mère ; quant à Luther, auteur de la grande Réforme, ils répètent à son sujet le vieil adage :  si Lyrus non lyrasset, Lutherus non saltasset, soulignant que le Nicolas de Lyre en question était un Juif voué à la destruction du christianisme.

English researchers — oddly enough, they are Protestants — have expended themselves to find the true origin of the heresies that have afflicted the Church of Christ from its beginnings, from Simonism to the very recent sect of Jehovah’s Witnesses, by way of Arianism, Manicheism, Nestorianism, the Catharism of the Albigensians, and countless others.  Their statistics reveal that at least 95% of these deviations are the direct result of a Jewish action.  These authors present Calvin as a Jew by both his father and his mother; as for Luther, the author of the great Reformation, they refer to him with the old adage:  si Lyrus non lyrasset, Lutherus non saltasset, emphasizing that the Nicolas of Lyre in question was a Jew dedicated to the destruction of Christianity.

C’est d’abord dans l’Espagne du quinzième siècle, siège de l’empire européen d’alors, que les Juifs tentèrent d’imposer la Réforme.  La piété et la vigilance d’Isabelle de Castille déjouèrent le complot.  L’Inquisition qu’elle fit instituer, en se soumettant préalablement aux autorités compétentes, découvrit vite l’étendue des ravages causés par le libre examen qu’on devait retrouver un peu plus tard dans les Flandres, en Allemagne, puis en Angleterre, où les Juifs expulsés d’Espagne se réfugièrent.  L’hérésie était allée si loin qu’il fallut dégommer plus de vingt-cinq évêques marranes (juifs convertis) qui prêchaient ouvertement les erreurs talmudiques dans leurs cathédrales.  On conçoit que, comme pour l’écrasement de l’Ordre des Templiers, les historiens juifs, maçonniques et réformistes défigurent et maudissent avec tant d’acharnement l’Inquisition espagnole.

It was first of all in fifteenth-century Spain, seat of the then-European empire, that the Jews tried to impose the Reformation. The piety and vigilance of Isabella of Castilla thwarted the plot.  The Inquisition she instituted, by first submitting herself to the competent authorities, quickly discovered the extent of the ravages caused by self-determination which was to be found a bit later in Flanders, in Germany, then in England, where the Jews expelled from Spain took refuge.  The heresy had gone so far that more than twenty-five Marrano bishops (converted Jews) had to be unfrocked who were openly preaching Talmudic errors in their cathedrals.  It is conceivable that this is why — as with the crushing of the Order of the Knights Templar — Jewish, Masonic and Reformist historians disfigure and malign the Spanish Inquisition so fiercely.

Charles-Quint, Ferdinand et Philippe II d’Espagne multiplièrent leurs instances pour faire condamner la Réforme, mais les manœuvres contraires de Henri VIII et Elisabeth d’Angleterre, des princes allemands, des rois crypto-huguenots de France (François Ier et Henri IV) réussirent à faire retarder cette condamnation d’un tiers de siècle, juste le temps voulu pour assurer la consolidation de l’œuvre juive au sein de l’Europe chrétienne.  Quand arriva le concile de Trente il était déjà trop tard pour réparer la formidable brèche.  Dans son livre:  “L’Antisémitisme, son histoire et ses causes”, le brillant écrivain juif Bernard Lazare, écrit avec beaucoup de raison, confirmé en cela par les faits historiques :  “C’est par la Réforme que nous avons commencé la judaïsation de la chrétienté”.

Charles V, Ferdinand and Philip II of Spain multiplied their efforts to condemn the Reformation, but the contrary maneuvers of Henry VIII and Elizabeth of England, German princes, crypto-Huguenot kings of France (Francis I and Henry IV) managed to delay this condemnation by a third of a century, just the time needed to consolidate the Jewish work in Christian Europe.  When the Council of Trent arrived, it was already too late to repair the formidable breach.  In his book:  “Antisemitism, its history and its causes”, the brilliant Jewish writer Bernard Lazare writes with good reason, confirmed by historical facts:  “It is through the Reformation that we began the Judaization of Christendom”.

[22]
[22]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

Dans quelques-uns de ses aspects la Réforme avait une certaine justification, les aspects mineurs concernant les hommes plutôt que les aspects concernant les dogmes.  Environ cent ans avant la découverte de l’Imprimerie, l’Europe avait été ravagée par la peste noire.  Ce fut le plus terrible hecatombe dont l’histoire humaine fasse mention depuis le déluge.  La moitié de la population totale d’Europe en fut frappée à mort, pendant que l’Asie connaissait un nombre presque égal de victimes.  Alors que les gens affolés fuyaient les mourants dans la crainte d’être contaminés, les prêtres étaient obligés d’aller prodiguer leur ministère auprès des mourants ; si l’Europe entière perdit la moitié de sa population, certains historiens fixent à quatre-vingts pour cent la perte subie par le sacerdoce européen.  Il fallait remplacer rapidement les innombrables prêtres disparus pour l’administration des sacrements.  On prit les plus aptes, même insuffisamment formés, avec ce résultat d’un siècle de pénurie doctrinale et de mœurs souvent discutables.  Cette peste noire, dont les résultats devaient ouvrir les portes à la Réforme, fut attribuée aux Juifs.

In a few of its aspects, the Reform was somewhat justified, minor aspects concerning men rather than those concerning dogma.  About a hundred years before the discovery of Printing, Europe was ravaged by the Black Death.  It was the most terrible carnage in human history since the Flood.  Half of the total population of Europe was struck to death, while Asia had almost as many victims.  As frantic people fled from the dying for fear of being infected, priests were obliged to go and minister to the dying.  If the whole of Europe lost half its population, some historians fix at eighty per cent the loss sustained by the European priesthood.  It was necessary for the administration of the sacraments to quickly replace the countless priests who had disappeared.  The most apt were taken, even inadequately trained, with the result of a century of doctrinal impoverishment and often debatable morals.  This Black Death, whose results opened the doors to the Reformation, was attributed to the Jews.

Dans toute l’Europe, de pays en pays et de province en province, simultanément et sans que les pays voisins n’en eussent connaissance, les Juifs furent partout tenus responsables de l’épidémie.  Il y eut d’innombrables procès, à peu près identiques en tous lieux, suivis d’innombrables exécutions.  De l’Espagne jusqu’aux confins de la Pologne, des dizaines de mille témoins, qui ne pouvaient paisiblement être en contact les uns avec les autres, jurèrent devant les tribunaux qu’ils avaient vu des Juifs polluer les eaux des puits et des fontaines.  Les historiens juifs, fort naturellement, nient toute responsabilité juive dans l’origine de la terrible épidémie et, comme toujours, accusent les chrétiens d’alors de “préjugé, mauvaise foi, injustice, antisémitisme”.  Cependant, il y a lieu de se demander si toute l’Europe du quatorzième siècle a rêvé, si des dizaines de mille témoins se sont parjurés, si les jurés et les juges de trente pays différents ont violé leur serment d’office, si les magistrats étaient tous des tortionnaires et des brutes, surtout en ce siècle de foi profonde et de charité ardente.  Je ne le crois pas.  La pollution des eaux pour parvenir à un but criminel de grande envergure ?  Mais la Juive Anna Pauker, dictatrice communiste de Roumanie, annonçait exactement ce projet-là comme moyen de faire sombrer l’Amérique du Nord dans le communisme, suivant ses propres déclarations rapportées dans les mémoires de la princesse Ileana, il y a à peine deux ans !  Si le plan vaut pour demain, ne valait-il pas pour hier ?

In all of Europe, from country to country and from province to province, simultaneously and without the neighboring countries being aware, Jews were everywhere held responsible for the epidemic.  There were countless trials, nearly identical everywhere, followed by countless executions.  From Spain to the far reaches of Poland, tens of thousands of witnesses, who could not reasonably be in contact with each other, swore in court that they had seen Jews pollute the waters of wells and fountains.  Jewish historians, quite naturally, deny any Jewish responsibility for the origin of the terrible epidemic and, as always, accuse the Christians of the day of “prejudice, bad faith, injustice, anti-Semitism”.  However, it is to be wondered whether all of Europe in the fourteenth century was dreaming, if tens of thousands of witnesses perjured themselves, if the jurors and judges of thirty different countries violated their oath of office, if the magistrates were all torturers and brutes, in particular in this century of deep faith and ardent charity.  I do not believe it.  Pollute the waters to achieve a large-scale criminal purpose?  But Anna Pauker, a Communist dictator from Romania, announced exactly this project as a means of sinking North America into communism, according to her own statements reported in the memoirs of Princess Ileana, barely two years ago!  If the plan suits tomorrow, was it not suitable for yesterday?

Expansion de la secte

Expansion of the sect

L’affirmation publique de la franc-maçonnerie anglaise en 1717 considérée par les historiens superficiels comme un début original, n’était qu’une expression de confiance en des “temps favo-

The public appearance of English Freemasonry in 1717, considered by superficial historians as an original beginning, was nothing but an expression of confidence in “favor-

[23]
[23]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

favorables et sûrs”. La secte existait déjà depuis longtemps et n’avait rien de commun avec la Corporation des architectes, constructeurs et maçons disparue avec l’ère des manuscrits. La franc-maçonnerie dite “spéculative” ou symbolique telle qu’on la connaît aujourd’hui n’a jamais eu de rapport avec la maçonnerie professionnelle et chrétienne du moyen-âge que l’on nomme “opérative” ; elle en prit le titre et certains symboles, pour mieux se cacher en cas de danger, mais son esprit et son action furent toujours, depuis ses origines, aux antipodes de ceux qui avaient animé et dirigé l’honnête maçonnerie des constructeurs de cathédrales moyen âge uses.  Il existe des procès-verbaux de loges maçonniques vraiment antichrétiennes dotant d’un siècle et plus avant l’établissement de la grande loge anglaise.  Ces textes sont des Pays-Bas, où s’étaient réfugiés de nombreux juifs chassés d’Espagne en 1492.  Il existe aussi des textes d’indéniable correspondance entre ces Juifs de Hollande et Oliver Cromwell, prouvant que Cromwell fut financé par les Juifs de Hollande dans sa révolution contre la Couronne, que la finance juive lui fut fournie à condition qu’il fît décapiter Charles Ier d’Angleterre et réadmit dans les îles les Juifs chassés cinq siècles auparavant par le grand roi Edouard Ier.  Encyclopédistes et historiens juifs nous apprennent que lorsque le grand roi Edouard, catholique convaincu et le plus anglais des rois anglais, signa l’ordre d’expulsion des Juifs, les conditions étaient telles que, devant les tribunaux réguliers, il fallait le serment de douze témoins chrétiens pour contrebalancer le serment d’un témoin juif, que les Juifs possédaient plus de 30 pour cent de toute propriété foncière en Angleterre, que les usuriers juifs pouvaient mobiliser en quelques heures plus d’or fin que toute l’aristocratie anglaise.  Pourtant Edouard qui était très charitable, avait exempté de l’expulsion tous les Juifs qui voudraient consentir à cultiver la terre ou à exercer un honnête métier, des terres étant mises gratuitement à leur disposition pour ces fins par la Couronne.  Mais pas un seul Juif ne voulut se prévaloir de ces généreuses conditions.  Le Talmud, code officiel religieux-civil des Juifs depuis la destruction du Temple, ne proclame-t-il pas indigne et honteux tout métier laborieux exercé en dehors de la Palestine ?

able and sure times”.  The sect had long existed and had nothing in common with the Corporation of Architects, Builders and Masons vanished together with the era of manuscripts.  So-called “speculative” or symbolic Freemasonry as we know it today has never had any connection with what we call the “operative” professional and Christian masonry of the Middle Ages.  It took the title and certain symbols, to better hide itself in case of danger, but its spirit and its action were always, from its origins, at opposite poles from those which had animated and directed the honest masonry of the cathedral builders of the Middle Ages.  There are minutes from Masonic lodges that are truly anti-Christian and were endowed a century or more before the establishment of the English Grand Lodge.  These texts are from the Netherlands, where many Jews expelled from Spain in 1492 took refuge.  There also are texts of indisputable correspondence between these Jews of Holland and Oliver Cromwell, proving that Cromwell was financed by the Jews of Holland in his revolution against the Crown; that he was provided with Jewish financing on condition that he behead Charles I of England and readmit to the Isles the Jews expelled five centuries earlier by the great King Edward I.  Encyclopedists and Jewish historians tell us that when the great King Edward, a devout Catholic and the most English of English kings, signed the order expelling the Jews, conditions were such that, in the ordinary courts, the oath of twelve Christian witnesses was needed to counterbalance the oath of a Jewish witness, that the Jews possessed over 30 percent of all real estate property in England, that Jewish usurers could mobilize more fine gold in a few hours than the whole of the English aristocracy.  Yet Edward, who was very charitable, exempted from expulsion all Jews who would consent to cultivate the land or to exercise an honest profession, lands being made available to them free of charge by the Crown for the purpose.  But not a single Jew wanted to avail himself of these generous conditions. Does not the Talmud, the official religious-civil code of the Jews since the destruction of the Temple, proclaim unworthy and shameful any laboring profession exercised outside Palestine?

Lorsque la franc-maçonnerie se manifesta ouvertement en Angleterre, la juiverie avait repris racine en ce pays depuis plus d’un demi-siècle, grâce à Oliver Cromwell (et malgré la loi d’Edouard Ier qui n’a jamais été révoquée jusqu’à ce jour), et — chose capitale à noter — la Bank of England, maison-mère de la Haute Banque Internationale juive d’aujourd’hui, avait été fondée, avec l’internationaliste-sioniste Rothschild comme seul propriétaire, seul capitaliste légalement autorisé à battre monnaie et imprimer des devises-papier ou bank-notes dans tout le royaume britannique.  La même banque a été assez récemment étatisée par le régime socialiste Clément Attlee, mais sans résultat appréciable ni changement capital dans le jeu de la finance mondiale, l’Angleterre ayant perdu

When Freemasonry openly showed itself in England, Jewry had taken root in that country for over half a century thanks to Oliver Cromwell (and despite the law of Edward I which has never been revoked to the present day), and — important to note — the Bank of England, the parent company of today’s Jewish International High Bank, was founded with internationalist-Zionist Rothschild as the sole owner, the only capitalist legally authorized to coin money and print paper currencies or bank notes in the whole British kingdom.  The same bank was quite recently nationalized by the socialist regime of Clement Attlee, but without any appreciable result or major change in the game of global finance, England having lost

[24]
[24]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

son statut de premier banquier du monde avec la deuxième grande guerre et les Rothschild ayant déplacé depuis assez longtemps leur puissance de Londres à New York.

its status as the world’s leading banker with the second great war, and the Rothschilds having quite some time ago relocated their power from London to New York.

De 1717 à 1793, la noblesse protestante anglaise et saxonne, à l’instar de la noblesse française, s’était adonnée à la franc-maçonnerie comme à un passe-temps amusant ; à peine une infime minorité connaissait l’esprit véritable et les buts de la secte.  Après les horreurs de la Révolution française, que Juifs et maçons se vantèrent d’avoir réalisée, une véritable panique parcourut les hauts cercles de Prusse et d’Angleterre.  Ils tentèrent, avec Frédéric-Guillaume III et George III, de réformer leurs franc-maçonneries locales, y firent entrer massivement gentilshommes et clergymen, comme surveillants.  Mais cela ne changea en rien l’esprit véritable de la franc-maçonnerie qui, dans son rêve de république universelle, devait quand même finir par émietter royaumes et empires saxons et les conduire à la ruine.

From 1717 to 1793, the Protestant English and Saxon nobility, like the French nobility, had devoted itself to Freemasonry as an amusing hobby; barely a tiny minority knew the true spirit and goals of the sect.  After the horrors of the French Revolution, which Jews and Masons boasted of having achieved, a real panic coursed through the upper circles of Prussia and England.  They attempted, with Frederick-William III and George III, to reform their local Freemasonry, and massively introduced gentlemen and clergymen as superintendents.  But this in no way changed the true spirit of Freemasonry, which, with its dream of a universal republic, had nonetheless to finish by crumbling the Saxon kingdoms and empires to bits and leading them to ruin.

Bien implanté en France, le libéralisme judéo-maçonnique devait rapidement se répandre, avec ses ferments d’internationalisme, dans toute l’Europe.  L’histoire spécialisée de cette époque a définitivement établi que de nombreuses victoires des armées révolutionnaires et de la Grande Armée impériale-libérale furent le fruit de trahisons et de connivences judéo-maçonniques au sein des pays attaqués.

Well established in France, Judeo-Masonic liberalism, with its ferment of internationalism, was rapidly spreading in all of Europe.  The specialized history of this time has definitively established that numerous victories of the revolutionary armies and of the Great Imperial-Liberal Army were the result of betrayal and Masonic connivance within the countries attacked.

Bonaparte et Hitler

Bonaparte and Hitler

On ne peut, devant le problème du libéralisme judéo-maçonnique, considérer la fulgurante carrière de Napoléon Bonaparte sans voir, comme son reflet en sens inverse, la non moins fulgurante carrière d’Adolf Hitler, à cent ans d’intervalle.  Ces deux caporaux régnèrent avec une grandeur vraiment impériale, la plus majestueuse depuis celle de Charlemagne, sur des pays qui n’étaient logiquement pas les leurs.  L’Italien Bonaparte devint sujet français par le caprice d’une annexion politique ; l’Autrichien Hitler devint sujet allemand par la faveur automatique d’un enrôlement militaire.  France et Allemagne leur doivent les meilleures routes qu’elles possèdent, l’histoire de leurs plus grandes victoires et de leurs plus illustres maréchaux.  L’un parvint au pouvoir par son prestige militaire, l’autre par son éloquence.

Confronted with the problem of Judeo-Masonic liberalism, one cannot consider the dazzling career of Napoleon Bonaparte without seeing, as his inverse reflection, the no less dazzling career of Adolf Hitler, a hundred years later.  These two corporals reigned with truly imperial grandeur, the most majestic since the rule of Charlemagne, over countries which logically were not their own.  The Italian Bonaparte became a French subject through the caprice of a political annexation; the Austrian Hitler became a German subject as the automatic favor of military enlistment.  France and Germany owe them their best roads, the history of their greatest victories and their most illustrious marshals.  One came to power through his military prestige, the other through his eloquence.

Bonaparte, empereur d’une république libérale, et Hitler, président d’un empire antilibéral, ont fait tous deux le même voyage :  de l’Espagne jusqu’a Moscou, en passant par l’Egypte.

Bonaparte, emperor of a liberal republic, and Hitler, president of an anti-liberal empire, both made the same journey:  from Spain to Moscow, by way of Egypt.

Financé par les Rothschild, qui décuplèrent leur fortune naissante avec ses victoires et sa défaite, Napoléon ravagea l’Europe entière.  Son but n’était pas de dominer le monde, comme le prétendait la sottise des propagandistes hostiles, mais de substituer aux vieilles constitutions chrétiennes existantes la constitution de l’“or-

Financed by the Rothschilds, who increased their growing fortunes tenfold with both his victories and his defeat, Napoleon ravaged the whole of Europe. His purpose was not to dominate the world, as claimed in the nonsense of hostile propagandists, but to replace the old existing Christian constitutions with the constitution of the “New

[25]
[25]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

dre nouveau”, avec ses Droits de l’Homme et sa trilogie Liberté-Egalité-Fraternité.  Naturellement, l’émancipation des Juifs allait de pair avec l’“ordre nouveau” qui se résumait surtout à cela.  Benjamin Disraeli laisse entendre qu’à chaque gros emprunt que Napoléon faisait pour financer une campagne, les Rothschild exigeaient la nomination d’un Juif comme maréchal de France, et Disraeli en nomme six, indiscrétion que lui reproche encore l’Encyclopédie juive.  Partout où passait Napoléon, les ghettos étaient fermés sur son ordre (celui de Rome fut rouvert après sa chute en 1815).  Les loges maçonniques des pays vaincus fêtaient avec allégresse la victoire du conquérant.  Les souverains des états européens encore chrétiens, alarmés, firent la Sainte-Alliance pour conjurer le péril.  La propagande mondiale (même au Canada dans les journaux de langue anglaise) dépeignait Napoléon comme un antéchrist, un monstre, une bête fauve, un fou furieux, un démon déchaîné, bref les termes exacts qui devaient être accolés à Hitler un siècle plus tard.  Par la supériorité numérique, la Sainte-Alliance eut raison de Bonaparte.  Mais, vaincu par la force des armes, Napoléon resta vainqueur par les idées qu’il propageait car, moins de vingt ans après sa mort, le libéralisme avait complètement envahi l’Europe.

Order” with its Rights of Man and its trilogy Liberty-Equality-Fraternity.  Naturally, the emancipation of the Jews went along with the “new order”, which is basically what it came down to.  Benjamin Disraeli said that for each big loan Napoleon made to finance a campaign, the Rothschilds required the appointment of a Jew as a Marshal of France, and Disraeli names six, an indiscretion held against him to this day by the Jewish Encyclopedia.  Everywhere Napoleon passed, the ghettos were closed on his order (that of Rome was opened again after his defeat in 1815).  The Masonic lodges of the conquered countries joyfully celebrated the victory of the Conqueror.  Alarmed, the sovereigns of the remaining Christian states of Europe formed the Holy Alliance to forestall the peril.  World propaganda (even in Canada, in the English-language newspapers) painted Napoleon as an antiChrist, a monster, a wild beast, a madman, a demon unleashed, in short, exactly the terms attached to Hitler a century later.  Through superiority of numbers, the Holy Alliance beat Bonaparte.  But though conquered by the force of arms, Napoleon remained the conqueror through the ideas he spread, for less than twenty years after his death, liberalism had completely overrun Europe.

Hitler fut le produit naturel et inévitable de son époque, celle qui marqua le commencement de la Révolution Mondiale, caractérisée surtout par l’assaut du communisme international contre les pays d’Europe.  Dix ans avant lui, Benito Mussolini, ancien socialiste-marxiste, avait sauvé l’Italie presque sombrée dans le communisme, éliminé le terrorisme qui avait pris l’ascendant partout, réorganisé de fond en comble l’économie italienne et poussé ce pays à un stage d’ordre et de prospérité qu’il n’avait pas connu depuis des siècles et qu’il n’a pas connu depuis, malgré tous les efforts de notre ultra-moderne démocratie :  Ce “méchant” fasciste commit 1’“imprudence”, non seulement de bannir le libéralisme et la franc-maçonnerie de son pays, mais encore, par le traité de Latran en 1929, de rendre au Vatican sa totale liberté, son argent et quelques-uns de ses territoires qui lui avaient été enlevés par la démocratie libérale en 1870.  De plus, Mussolini, entre 1936 et 1939, eut l’impertinence de se joindre à Hitler pour aller aider à sauver ce qui restait de chrétienté en Espagne, alors que Léon Blum de France fournissait 1,200 avions et de nombreux volontaires aux communistes d’Espagne, que le Canada y envoyait la brigade communiste Mackenzie-Papineau*, que l’Angleterre y envoyait la brigade communiste Clément Attlee, que les Etats-Unis y envoyaient la brigade communiste Abraham Lincoln (dont le passage de retour fut payé par Bernard Baruch), que la Russie, le Mexique, la Tchécoslovaquie y envoyait force chats d’assauts, blindés, canons, mitrailleuses et munitions pour les forces communistes.  Il n’en fallait pas plus pour que Mussolini fut condamné par l’universalité des loges et des organisations communistes à être, tôt ou tard, renversé de pouvoir et puni.

Hitler was the natural and inevitable product of his era, that which marked the beginning of the World Revolution, characterized above all by the assault of international Communism against the countries of Europe. Ten years before him, Benito Mussolini, a former socialist-Marxist, had saved Italy, nearly sunk in Communism, eliminated the terrorism which was everywhere on the rise, completely reorganized the Italian economy, and thrust this country to a stage of order and prosperity it had not known for centuries and has not known since, despite all the efforts of our ultra-modern democracy. This “nasty” fascist was so “rash” as to not only banish liberalism and Freemasonry from his country, but again, with the Lateran Treaty in 1929, returned to the Vaticon its total freedom, its money and some of the territories that had been taken from it by the liberal democracy in 1870. In addition, Mussolini, between 1936 and 1939, had the impertinence to join with Hitler to aid and save what remained of Christianity in Spain, while Leon Blum of France supplied 1,200 planes and numerous volunteers to the Spanish Communists, and Canada sent the Mackenzie-Papineau* Communist brigade, while England sent the Communist Clement Attlee brigade, while the United States sent the Communist Abraham Lincoln brigade (whose return passage was paid for by Bernard Baruch), while Russia, Mexico, and Czechoslovakia sent an assault force of tanks, canons, machine guns and munitions for the Communist forces.  Nothing remained but for Mussolini to be universally condemned by the lodges and the Communist organizations to sooner or later being overthrown from power and punished.

______
* Note du traducteur:  Arcand fait référence au bataillon Mackenzie-Papineau.  Selon The Canadian Encyclopedia (article de Victor Howard, 02/07/07; 03/04/15), il s’agissait de «la désignation collective de quelque 1300 volontaires canadiens ayant servi dans des brigades internationales recrutées pour assister le gouvernement républicain soutenu par les communistes contre les fascistes de Franco pendant la guerre civile espagnole (juillet 1936-mars 1939). »  (Ils étaient en fait des mercenaires engagés pour se battre pour un autre pays que le leur.)  « Il y avait aussi un véritable bataillon, nommé d’après les chefs des rébellions de 1837 (au Canada), rassemblé dans la XVe brigade internationale anglophone le 1er juillet 1937, à Albacete, en Espagne.  D’autres Canadiens ont rejoint le bataillon Abraham Lincoln, le bataillon britannique et d’autres unités, y compris des détachements médicaux et de transport.  Le Dr Norman Bethune, sans aucun doute le plus célèbre Canadien, a créé et dirigé un service de transfusion sanguine. » L’Encyclopédie conclut :  « En avril 1937, le gouvernement canadien a adopté la Foreign Enlistment Act, interdisant la participation des Canadiens aux guerres étrangères, qui prévoyait un contrôle gouvernemental sur les exportations d’armes.  Les Mac-Paps étaient un embarras officiel et étaient restés dans l’obscurité jusque dans les années 1970, lorsque plusieurs livres, films et pièces de théâtre ont documenté leur histoire.

______
* Translator’s note:  Arcand is referring to the Mackenzie-Papineau Battalion.  According to The Canadian Encyclopedia (article by Victor Howard, 02/07/07; 03/04/15) this was “the collective designation for some 1300 Canadian volunteers who served in international brigades recruited to assist the communist-supported republican government against Franco’s fascists during the Spanish Civil War (July 1936-March 1939).”  (They were in fact mercenaries hired to fight for another country than their own.)  “There was also an actual battalion, named after the leaders of the Rebellions of 1837 (in Canada), mustered into the XVth ‘English-Speaking’ International Brigade on 1 July 1937, in Albacete, Spain.  Other Canadians joined the Abraham Lincoln Battalion, the British Battalion and other units, including medical and transportation detachments.  Dr Norman Bethune, undoubtedly the most famous Canadian there, created and led a blood transfusion service.”  The Encyclopedia concludes:  “In April 1937 the Canadian government had passed the Foreign Enlistment Act, outlawing participation by Canadians in foreign wars, and the Customs Act, which provided for government control over arms exports.  The Mac-Paps were an official embarrassment, and so languished in obscurity until the 1970s when a number of books, films and plays documented their history.”

[26]
[26]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

Fanatique en sens contraire

Fanatic the other way

Dans l’axe anticommuniste, Hitler fut considéré comme le chef de file parce qu’il avait à sa disposition des moyens plus puissants, une population plus grande et des ressources plus considérables.  Cet homme, dont l’ascension phénoménale dans un pays qui n’était pas le sien n’a de parallèle que l’ascension de Napoléon en France était indiscutablement un mystique et un fanatique.  Il fut abstème et chaste jusqu’à ce qu’il lui fut médicalement conseillé de prendre des breuvages légèrement alcoolisés et, vers la cinquantaine, de se trouver une épouse.  Il ne fuma jamais.  Le grand économiste anglais Arthur W. Kitson (“The Banker’s Conspiracy”), après un stage de quinze jours avec lui à Berchtesgaden, écrivait à un Canadien, entre autres choses :  “J’ai vécu quinze jours dans la plus stricte intimité avec Hitler.  C’est indiscutablement un génie.  Nul besoin d’entrer dans les détails ; énumérer les grandes lignes est suffisant avec lui.  Il y a une chose que je n’aime pas chez cet homme :  trop de madones et de crucifix dans ses appartements privés, ça sent le papisme.”  Kurt Wilhelm Ludecke, un intime du cénacle hitlérien de la première heure, déclarait à Montréal en 1932, avant même que Hitler fût au pouvoir :  “J’ai été dans son intimité et j’ai entendu ses confidences.  Je peux parler bien à l’aise car je suis