Is Christianity Bankrupt?” – Preview of a talk by Adrien Arcand at Montreal in 1954

“Conqueror of all the dead storms ...” Adrien Arcand, 1954

“Conqueror of all the dead storms …”  Adrien Arcand, writing in IS CHRISTIANITY BANKRUPT? (1954), English translation by Adrien Arcand Books.

László Kövér, quoted by the British National Party on 24 March 2018, (“Hungarian Parliament warned of anti-human ‘Global Government’”) said the only solution to Europe’s crisis is a Christian renewal.

For Adrien Arcand, in 1954, the world was in crisis.  In this talk for the Montreal Committee for Social Research, Arcand predicted that something like a Christian renewal would occur.

I’m currently translating Arcand’s lecture notes, having OCR’d the scan I made of his original document in the Quebec archives on 16 January 2018.  The talk was published by Service Canadien de Librairie in 1954 and is listed as follows in the Archives’ catalogue:

Le Christianisme a-t-il fait faillite ? / Adrien Arcand, 1954

“Le Christianisme a-t-il fait faillite ?”: “notre devoir devant les faits”: deux causeries (two talks): mai-juin 1954 / Adrien Arcand. Call number: 261.A668c 1954.

Translation:  “Is Christianity Bankrupt?”:  “our duty given the facts”:  two talks:  May-June 1954 / Adrien Arcand.  Call number:  261.A668c 1954.

There’s a wonderful quote from that talk that I would like to open with, illustrated in the image above.  Said Arcand:

“When we talk about Christianity in the whole of the twenty centuries it spans, we have especially in mind the image called Roman Catholicism, which forms the root and trunk of the tree, with a continuity impossible to doubt.

Many lateral branches have formed on this multisecular trunk, some fell long ago, others withered, others became anemic, producing fewer and fewer leaves, but the primitive trunk is still there, standing and vigorous, conqueror of all the dead storms unleashed against it.”

Here’s the French:

“Lorsque l’on parle du christianisme dans l’ensemble des vingt siècles qu’il enjambe, on a surtout présente à l’esprit l’image dit catholicisme romain, qui forme la racine et le tronc de l’arbre, avec une continuité qu’il n’est pas possible de mettre en doute.

Bien des branches latérales ont tigé sur ce tronc multiséculaire, les unes tombées depuis longtemps, les autres desséchées, les autres anémiées et produisant de moins en moins de feuilles, mais le tronc primitif est toujours là, debout et vigoureux, vainqueur de toutes les tempêtes mortes de s’être trop dépensées contre lui.”

The quote is from the opening segment of his talk.  Much of that segment is relevant to László Kövér’s appeal for a return to Western Christian principles.  I therefore quickly finalized a few pages yesterday, to share today as a preview.
 

IS CHRISTIANITY BANKRUPT?

EXCERPT FROM A WORK IN PROGRESS

For the first time in English

Download Téléchargez

 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

PRÉAMBULE

PREAMBLE

Le Comité Montréalais de Recherches Sociales m’a invité à inaugurer la série de conférences qu’il entend offrir au public que son genre de recherches peut intéresser.  C’est un périlleux honneur dont je ne sous-estime pas les difficultés, sachant que d’autres me suivront sur cette tribune ou une autre pour faire valoir des idées et des points de vue différents.

The Montreal Committee for Social Research has invited me to inaugurate the series of lectures it intends to offer to the public that its kind of research may interest.  It is a perilous honor whose difficulties I do not underestimate, knowing that others will follow me, on this rostrum or another, to put forward different ideas and points of view.

Quelque soit le résultat du débat entrepris par le Comité, je crois qu’il aura dans son ensemble des effets bienfaisants, utiles pour la société, ne serait-ce qu’en attirant l’attention d’un plus grand nombre sur le problème capital de notre époque:  la mort ou la survie de notre civilisation chrétienne.

Whatever the result of the debate undertaken by the Committee, I believe that as a whole it will have beneficial effects, useful for society, if only by drawing the attention of a greater number to the crucial problem of our time: the death or survival of our Christian civilization.

“Le malaise qui angoisse le monde actuel est-il voulu ?  Notre devoir devant les faits”.

“Is the malaise which distresses the world today intended?  Our duty given the facts”.

Je ne crois pas que le Comité Montréalais de Recherches Sociales pouvait soumettre à ses conférenciers de sujet plus important et plus captivant, du moins pour ceux qui réalisent la gravité des temps et s’inquiètent de l’avenir.

I do not believe that the Montreal Committee of Social Research could submit to its speakers a more important and more fascinating topic, at least for those who realize the seriousness of the times and are worried about the future.

Je m’en tiendrai strictement à la question posée, de même qu’au titre auquel j’ai été invité, selon les exigences fort raisonnables du Comité ; mais aussi j’ignorerai entièrement les tabous qu’un certain terrorisme social impose davantage chaque jour et je dirai la vérité telle que mes recherches me l’ont fait trouver, suivant la latitude fort raisonnable que le Comité m’a accordée.

I will stick strictly to the question asked, as well as to the purpose for which I have been invited, according to the quite reasonable requirements of the Committee; but I will also completely ignore the taboos that a certain amount of social terrorism increasingly imposes, and I will speak the truth as my research has shown it to me, within the very fair latitude the Committee has granted me.

Dire la vérité, de nos jours, est un privilège qui coûte assez cher et un sport qui comporte bien des risques.  Mais ceux qui consentent à payer le prix et prendre les risques, si grands et si durs soient-ils, reçoivent en retour une “marchandise” qui a bien sa valeur :  la liberté réelle et la paix qu’elle confère.

To tell the truth nowadays is a privilege that is quite expensive and a sport that carries many risks.  But those who consent to pay the price and take the risks, however great and hard they may be, receive in return a “commodity” that has true value:  real freedom and the peace it confers.

Le malaise qui angoisse le monde actuel est-il voulu ?”  S’il est voulu, il importe au plus haut point de savoir par qui.  S’il n’est pas voulu, il importe pareillement de trouver quelle en est la cause.

Is the malaise which distresses the world today intended?”  If intended, it is very important to know by whom.  If it is not intended, it is equally important to find out the cause.

[7]
[7]

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise which distresses the world today …

Il ne fait aucun doute que l’humanité entière assiste à un ébranlement qui n’a pas eu de parallèle depuis l’effondrement du fier et majestueux empire romain, porteur de la civilisation olympienne, généralement appelée gréco-latine.  D’autres empires avant lui, plus vastes et plus puissants, principalement en Asie, avaient croulé, provoquant parmi les masses humaines des perturbations plus grandes et des changements plus profonds.

There is no doubt that all humanity is witnessing a shock that has had no parallel since the collapse of the proud and majestic Roman Empire, bearer of the Olympian civilization, generally called Greco-Latin. Other empires before it, vaster and more powerful, mainly in Asia, had collapsed, provoking among the human masses greater perturbations and more profound changes.

Cependant, si l’on tient compte des étendues concernées et des moyens modernes d’influence, le simple ébranlement de notre civilisation occidentale suscite des remous plus dévastateurs et des bruits plus retentissants que les affaissements combinés de toutes les civilisations précédentes.

However, taking account of the dimensions concerned and of modern means of influence, the mere shaking of our Western civilization gives rise to more devastating disturbances and more resounding commotion than the combined collapses of all the preceding civilizations.

Le destin :  naître et mourir

Destiny:  to be born
and to die

Ce qui se passe sur notre planète depuis deux siècles, le grand penseur Oswald Spengler a tenté de nous l’expliquer dans son magnifique essai d’une morphologie de l’histoire, comparant les étapes de notre civilisation avec celles des autres qui l’ont précédée.  Il en a conclu au déclin, à la phase pré-mortelle de notre civilisation.  On ne fut pas surpris d’entendre les autres écoles crier au pessimisme historique.

What has been happening on our planet for two centuries, the great thinker Oswald Spengler tried to explain in his magnificent attempt at a morphology of history, comparing the stages of our civilization with those of others which preceded it.  He concluded as to decline, the pre-mortal phase of our civilization.  It was no surprise to hear the other schools cry historical pessimism.

Pourtant, Spengler n’avait fait qu’appliquer aux civilisations la loi du destin qui régit les hommes et qui veut que tous aient une conception, une naissance, une enfance, une jeunesse, une adolescence, une maturité, une sénilité et une mort.  Cette loi du destin est universelle et immuable pour tout ce qui a vie, dans le cours normal des choses.  Lorsqu’un arbre est frappé à mort par une épidémie dans sa jeunesse ou qu’il est abattu par un bûcheron dans sa maturité, cela ne change rien au destin des arbres environnants, destin que seules des circonstances fortuites et extérieures pourront interrompre.

However, Spengler had only applied to civilizations the law of destiny that governs men and requires all to have a conception, a birth, a childhood, a youth, an adolescence, a maturity, a senility and a death.  This law of destiny is universal and immutable for all that has life, in the normal course of events.  When a tree is struck to death by an epidemic in its youth or when it is felled by a woodcutter in its maturity, this does not change the fate of the surrounding trees, a fate that only fortuitous and external circumstances can interrupt.

Tout ce qui vient des hommes porte nécessairement en soi la limite et le destin des hommes.  Les grandes civilisations qui ont précédé la nôtre et que la recherche historique nous fait toujours mieux connaître, ont toutes suivi le cycle spenglérien, de l’état embryonnaire à la caducité et à la mort.  Les convulsions agitées et violentes qui accompagnèrent chaque mort n’en furent nullement la cause ; elles n’étaient pour les civilisations expirantes que la contre-partie des mouvements physiologiques observés dans les agonies humaines individuelles.  De lui-même, l’homme ne peut rien produire qui soit au-dessus de l’homme ou qui ait des caractéristiques différentes de celles de l’homme, même dans les civilisations nées de son activité.

All that comes from men necessarily carries in itself the limit and destiny of men.  The great civilizations that preceded ours and which historical research causes us to know ever better, have all followed the Spenglerian cycle, from the embryonic state to decay and death.  The agitated and violent convulsions which accompanied each death were by no means the cause; they were, for the expiring civilizations, only the counterpart of the physiological movements observed in individual human agonies.  Of himself, man can produce nothing which is above man or which has characteristics different from those of man, even in the civilizations born of his activity.

Il est peu de mots dont on n’abuse plus que ceux de culture et civilisation.  On les restreint et les régionalise, on les adapte à toutes les courtes vues, voire à de simples

Few words are more abused than those of culture and civilization.  We restrict and regionalize them, we adapt them to all the short views, even to simple

[8]
[8]

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise which distresses the world today …

objets.  Cela tient évidemment au mal de notre époque, où la valeur des termes et le sens des mots abstraits sont tombés dans une confusion pénible.

objects.  This is obviously due to the complaint of our times, when the value of terms and the meaning of abstract words have fallen into painful confusion.

Civilisation, culture, culte

Civilization, culture, worship

Toute civilisation constitue le corps physique, l’extériorisation sensible et l’œuvre tangible d’une manifestation spirituelle ; celle-ci se nomme la culture.  L’ensemble d’une ère dans la vie des hommes est à l’image des hommes :  elle a une âme et un corps.  Si la culture représente tout l’ensemble des mouvements et travaux de l’âme d’une grande collectivité humaine, la civilisation en représente les manifestations extérieures dans le monde physique :  littérature, théologie, liturgique, philosophique et artistique, beaux-arts, théâtre, législation et jurisprudence, moralité publique, coutumes sociales, comportement civique, politique, usages de la guerre, etc.

Every civilization constitutes the physical body, the observable externalization and the tangible work of a spiritual manifestation; this is called culture.  The whole of an era in the life of men is in the image of men:  it has a soul and a body.  If culture represents the whole of the movements and works of the soul of a great human collectivity, civilization represents its external manifestations in the physical world:  literature, theology, liturgy, philosophy and art, fine arts, theater, legislation and jurisprudence, public morality, social customs, civic behavior, politics, uses of war, etc.

D’âge en âge, on note une continuité de pratiques humaines :  chasse, pêche, production du feu, cultivation du sol, tissage, construction d’habitations, fabrication d’armes, confection d’ustensiles domestiques, érection de palissades ou défenses ; mais tout cela n’a rien à faire avec une culture ou la civilisation qu’elle engendre ; c’est du pur fellahisme répondant aux nécessités élémentaires de l’animal humain, une activité primaire bien indépendante des soucis spirituels ou intellectuels de l’être humain.  Si, de civilisation en civilisation, il y a des différences de style même dans les activités primaires du fellahisme — cette inéchangeable routine de la rusticité toujours soumise aux saisons, aux éléments, en tous temps comme en tous lieux — ces différences sont apportées uniquement par le changement d’inspiration, élément spirituel qui accompagne tout changement de culture.

From age to age, there is a continuity of human practices:  hunting, fishing, fire production, cultivation of the soil, weaving, construction of houses, manufacture of weapons, making domestic utensils, erection of palisades or defenses; but all this has nothing to do with a culture or the civilization it engenders; it is pure fellahism that meets the basic needs of the human animal, a primary activity quite independent of the spiritual or intellectual concerns of the human being.  If, from civilization to civilization, there are differences of style even in the primary activities of fellahism — this unchangeable routine of rusticity ever subject to the seasons, to the elements, at all times and in all places — these differences are brought solely by the change of inspiration, a spiritual element that accompanies any change in culture.

Il n’y a jamais eu de civilisation sans culture.  Il n’y a jamais eu de culture qui ne fût fondée sur un culte.  Et, de quelque façon qu’on l’examine, il faut prendre ce mot culte dans son sens le plus métaphysique et sa portée la plus religieuse.  De tout temps, comme le démontrent même les cultes les plus primitifs et les plus grossiers, l’homme a été hanté par le mystère et l’origine de la vie, cette vie qu’il avait reçue et pouvait transmettre mais qu’il ne s’était pas donnée à lui-même.  L’homme a toujours été conscient qu’il ne pouvait pas créer la vie, qu’il n’en était ni l’arbitre ni le maître.  Il a toujours eu la préoccupation de chercher l’origine et le pourquoi de la vie en quelque chose qui fût extérieur et supérieur à lui-même, quelque chose capable de vouloir et créer la vie ; étant seul dans la nature qui fût une personne, un être pouvant penser et dire ego, moi, il chercha toujours son origine dans un autre ego, une autre personne qui n’eût pas les limites et les faiblesses de l’homme.  Depuis les temps préhistoriques, il fallait attendre jusqu’à nos jours pour voir ce spectacle d’hommes

There has never been a civilization without culture.  There has never been a culture that was not based on worship.  And, in whatever way we examine it, we must take this word worship in its most metaphysical sense and its most religious significance.  At all times, as even the most primitive and rude cults have shown, man has been haunted by the mystery and origin of life, this life that he had received and could transmit but that he did not give to himself.  Man has always been aware that he could not create life, that he was neither the arbiter nor the master.  He has always been concerned to seek the origin and the reason of life in something external and superior to himself, something capable of wanting and creating life; being alone in nature, a person, a being able to think and say ego, me, he always sought his origin in another ego, another person who did not have the limits and weaknesses of man.  Since prehistoric times, we have had to wait until our own time to see this spectacle of men

[9]
[9]

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise which distresses the world today …

cherchant l’origine de leur ego dans quelque chose d’inférieur à eux-mêmes et tenter d’expliquer l’esprit par le jeu de la matière.

seeking the origin of their ego in something inferior to themselves and trying to explain mind by the play of matter.

Origine toujours religieuse

Always a religious origin

L’histoire de toutes les cultures jusqu’à la nôtre n’est qu’une succession de cultes religieux différents, une longue et nostalgique recherche de la divinité qui connaît le mystère de la vie, son origine son pourquoi et son but ; c’est l’histoire d’une série, immensément variée, de façon de rendre hommage à la divinité acceptée, de communiquer avec elle, d’accomplir ce qu’on croyait être sa volonté.

The history of all cultures up to ours is only a succession of different religious cults, a long and nostalgic search for the divinity who knows the mystery of life, its origin, its reason and its purpose; it is the story of an immensely varied series of ways to pay tribute to the accepted deity, to communicate with it, to accomplish what was believed to be its will.

Certains cultes n’ont jamais été capables de produire une culture durable ; certaines cultures n’ont jamais engendré de civilisation extensible et influençante.  Mais on ne trouve pas une seule civilisation qui n’ait reposé sur le fondement d’une idée religieuse forte, saisissante, prétendant établir le rapport entre l’homme et la divinité.

Some cults have never been able to produce a sustainable culture; some cultures have never produced an extensible and influential civilization.  But we do not find a single civilization that has not rested on the foundation of a strong, and striking religious idea claiming to establish the relationship between man and divinity.

A l’origine de toute grande civilisation, on trouve donc un culte religieux, manifestation extérieure de ce qui existe au tréfonds de tout être humain normal :  le sens du sacré.  Que ce sacré ait eu une forme ou une autre, une personnalité unique ou plurale, cela importe peu pour ce qui est de notre temps.  La constatation suffit.

At the origin of any great civilization, there is therefore a religious cult, the external manifestation of what exists in the depths of every normal human being:  the sense of the sacred.  That this sacred has taken one form or another, a unique or a plural personality, matters little in our time.  The observation is enough.

Suivant l’image que les peuples se faisaient de la divinité, suivant l’essence de cette divinité, suivant les messages qu’ils prétendaient en avoir reçus, ils élaboraient un code religieux.  Ce code religieux conditionnait nécessairement leur facon de se comporter, moulait leur vie intime, leur vie familiale, leur vie sociale ; ce code religieux devenait fatalement la racine d’où devaient surgir leur liturgie, leur philosophie, leur éthique, leur législation, leurs légendes et leurs arts, leurs aspirations, leurs coutumes sociales, leurs rapports avec l’étranger.  Leur culte engendrait leur culture et celle-ci se manifestait dans leur civilisation.  Il fallait parvenir à notre vingtième siècle pour entendre parler, dans l’empire soviétique et dans notre Occident, d’une culture sans culte, avec la même aberration que si l’on voulait fonder un humanisme sans hommes ou un déisme sans dieu ; nous reviendrons sur ce sujet dans quelques instants.

According to the image that peoples fashioned for themselves of the divinity, according to the essence of this divinity, according to the messages which they claimed to have received from it, they developed a religious code.  This religious code necessarily conditioned their way of behaving, molded their intimate life, their family life, their social life; this religious code inevitably became the root from which their liturgy, their philosophy, their ethics, their legislation, their legends and their arts, their aspirations, their social customs, their relations with the foreigner, arose.  Their cult engendered their culture and this was manifested in their civilization.  We had to reach our twentieth century, in the Soviet empire and in our West, to hear say of a culture without a cult, with the same aberration as if one wanted to found a humanism without humans or a deism without a deity; we will return to this subject in a few moments.

Les grandes civilisations qui ont précédé la nôtre ont eu le destin de l’homme lui-même :  naître, grandir, mûrir, vieillir et mourir.  Elles étaient donc essentiellement humaines, marquées du sceau de l’homme, de ses limites, et devaient avoir, comme l’homme qui les origina, un commencement et une fin.

The great civilizations that preceded ours had the fate of man himself:  to be born, to grow up, to mature, to grow old and to die.  They were therefore essentially human, marked by the seal of man, of his limits, and like man who originated them, they had to have a beginning and an end.

Mais la nôtre, cette civilisation chrétienne occidentale — que je préfère appeler la civilisation gothique — a-t-elle les mêmes caractéristiques humaines et subira-t-elle le même sort ?  Est-elle marquée du sceau humain, a-t-elle une origine humaine et des limites humaines ?

But ours, this Western Christian civilization — which I prefer to call the Gothic civilization — does it have the same human characteristics and will it suffer the same fate?  Is it marked with the human seal, does it have a human origin and human limits?

[10]
[10]

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise which distresses the world today …

En d’autres termes, l’idée religieuse chrétienne qui forme le fond de toute la culture occidentale et sa civilisation porte-t-elle en elle-même les germes de sa propre destruction ?  Et a-t-on raison de répéter, en tant de milieux, que l’on assiste à l’agonie naturelle d’une civilisation; que, comme les cultes qui l’ont précédé, “le christianisme a fait son temps” ?  Des questions d’une aussi colossale portée, connexes à la question posée par le Comité Montréalais de Recherches Sociales, exigent des réponses.

In other words, does the Christian religious idea that forms the basis of all Western culture and its civilization bear within itself the seeds of its own destruction?  And is it correct to repeat, in so many circles, that we are witnessing the natural agony of a civilization; that, like the cults that preceded it, “Christianity has had its day”?  Questions of such colossal significance, related to the question posed by the Montreal Committee of Social Research, require answers.

Phases “pré-mortelle” et “post-chrétienne”

“Pre-mortal” and “post-Christian” Phases

Les grandes civilisations passées ont disparu lorsque la substance religieuse qui avait servi de germe à leur culture eût été épuisée.  Les guerres, avec leurs migrations et infiltrations, leurs destructions et changements territoriaux, n’ont jamais fait tomber une civilisation.  C’est toujours l’esprit qui a conduit l’homme et jamais un glaive n’a pu décapiter une idée.  Quand une civilisation mourut, ce fut toujours de sa propre insuffisance, après avoir exploité toutes les possibilités de sa culture ; après que l’idée religieuse originelle, qui lui servait d’étincelle vitale eût dévoré toutes ses fibres dogmatiques, et fût devenue incapable d’offrir une espérance nouvelle ou plus complète aux masses humaines toujours angoissées par le problème de la vie et de la mort.  Et comme il n’y a pas de vacuum dans le “monde spirituel” de l’homme, pas plus que dans son monde physique, une idée religieuse nouvelle a toujours surgi pour remplacer celle qui disparaissait, exactement comme une autorité sociale ou politique surgit automatiquement pour remplacer celle qui tombe.  C’est ainsi que l’idée chrétienne, porteuse d’un suprême message de pacification intérieure et d’espérance nouvelle, se glissa dans les masses au fur et à mesure que l’idée olympienne, vidée, inerte et desséchée, s’effritait dans le cœur de foules désenchantées.  Le glaive et la torture, que l’on voulut substituer à la sève spirituelle disparue pour soutenir l’idée olympienne, ne purent ranimer cette dernière ni affaiblir la nouvelle.  Les césars romains de la décadence offrent aux césars de notre époque la plus saisissante démonstration qu’une idée, et surtout une idée religieuse, ne peut succomber sous les coups de la violence physique.  Seule une idée supérieure en qualité peut la tuer.

The great civilizations of the past have disappeared when the religious substance that had served as the seed of their culture was exhausted.  Wars, with their migrations and infiltrations, their destruction and territorial changes, have never made a civilization fall.  The spirit has always led man; and a sword could never decapitate an idea.  When a civilization died, it was always of its own insufficiency, after exploiting all the possibilities of its culture; after the original religious idea, which served as its vital spark, had devoured all its dogmatic fibers, and had become incapable of offering a new or more complete hope to the human masses still anguished by the problem of life and death.  And since there is no vacuum in the “spiritual world” of man, any more than in his physical world, a new religious idea has always arisen to replace the one that had disappeared, exactly as a social or political authority arises automatically to replace the fallen one.  Thus the Christian idea, carrying a supreme message of inner pacification and new hope, slipped into the masses progressively, as the Olympian idea, emptied, inert and desiccated, crumbled in the heart of the disenchanted multitudes.  The sword and torture, which they wished to substitute for the depleted spiritual sap, to maintain the Olympian idea, could not revive the latter nor weaken the new.  The Roman Caesars of the Decadence offer to the Caesars of our time the most striking demonstration that an idea, and especially a religious idea, can not succumb to blows of physical violence.  Only an idea superior in quality can kill it.

Pour que l’on parle de la “faillite du christianisme” dans le monde, il faut nécessairement supposer que l’idée chrétienne, parvenue à sa caducité, a été vidée de sa substance, que sa dogmatique a depuis longtemps dépassé sa limite optima, qu’elle ne peut plus absorber la nourriture qui, dans le passé, a fait les conditions de son énergie et sa vitalité.

In order to speak of the “bankruptcy of Christianity” in the world, one must necessarily suppose that the Christian idea, arriving at decay, has been emptied of its substance, that its dogma long ago exceeded its optimum limit, that it can no longer absorb the nourishment which, in the past, produced the conditions of its energy and vitality.

[11]
[11]

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise which distresses the world today …

Les deux plus brillants — ou plus réputés — historiens de notre époque ont chacun donné leur version.  Oswald Spengler, taxé de pessimisme, a conclu que nous sommes rendus au déclin, au stage pré-mortel de notre civilisation.  Même s’il eût cru le contraire, en raison de la foi chrétienne, il se devait d’être logique avec sa loi du destin; de plus, pour répondre aux exigences de l’académisme moderne, qui cherche l’évidence matérielle plutôt que la Vérité, il se devait de paraître plutôt “objectif” “impartial”, “dépersonnalisé” enfin, pour respecter les tabous du même académisme, il devait se contenter d’apprécier les faits en surface, les attribuer à la masse même où ces faits se produisaient et ignorer les possibilités d’influences extérieures ou parasitaires.  Arnold Toynbee, catalogué dans l’optimisme historique et dont la propagande va nous parler de plus en plus, va beaucoup plus vite et plus loin que son confrère allemand.  Par un tour de force vraiment sensationnel, il “démontre” que, depuis deux siècles (la Révolution Française), l’ère chrétienne a pris fin et que nous sommes entrés dans une ère nouvelle ; c’est dommage qu’il ne propose pas une revision du calendrier à la jacobine et ne nous demande pas de remplacer en même temps les termes “Anno Domini” par “Anno synagogœ” !  L’optimiste Toynbee nous annonce, comme unique condition du salut universel, la nécessité d’un super-gouvernement mondial, dont les propagandistes sionistes, maçonniques et marxistes ont parlé bien avant lui.  Aussi ne s’est-on pas étonné de voir la Fondation Rockefeller, si férue d’une religion et d’un gouvernement universels pour l’humanité, s’empresser de financer la publication de l’optimisme de Toynbee ; de même que cette Fondation avait cru devoir financer la classification des papiers de notre défunt W.L. Mackenzie-King, qui préconisait l’élaboration d’une religion “scientifique” nouvelle pour unifier le genre humain.

The two most brilliant — or most famous — historians of our time have each given their version.  Oswald Spengler, accused of pessimism, concluded that we are in decline, in the pre-mortal stage of our civilization.  Even if he had thought otherwise on account of the Christian faith, he had to be consistent with his law of destiny; besides, to meet the demands of modern academism, which seeks material evidence rather than Truth, he had finally to appear rather “objective” “impartial”, “depersonalized” to respect the taboos of this same academism; he had to be content with appreciating surface facts, attributing them to the same multitude among whom these facts were generated, and ignore the possibilities of external or parasitic influences.  Arnold Toynbee, catalogued under historical optimism and whose propaganda will speak to us more and more, goes much faster and further than his German colleague.  In a truly sensational tour de force, he “demonstrates” that two centuries ago (the French Revolution), the Christian era ended and we have entered a new era; it is too bad he doesn’t propose a revision of the calendar to the Jacobin and ask us at the same time to replace the term “Anno Domini” by “Anno synagogo”!  Optimist Toynbee announces, as the one condition of universal salvation, the necessity of a world super-government, spoken of by the Zionist, Masonic and Marxist propagandists long before him.  So we were not surprised to see the Rockefeller Foundation, so full of universal religion and government for humanity, hastening to finance the publication of Toynbee’s optimism; just as this Foundation had thought it necessary to finance the classification of the papers of our late W. L. Mackenzie King, who advocated the development of a new “scientific” religion to unify mankind.

La racine et le tronc d’arbre

The root and trunk of the tree

Pour savoir si Spengler ou Toynbee ont eu raison, il faut se demander si vraiment le christianisme a épuisé sa substance intérieure, si sa dogmatique a cessé d’être jeune et expansive, si ses postulats moraux ont dégénéré, si son idée fondamentale a stérilisé ses possibilités de prosélytisme, d’acceptation joyeuse du renoncement, de la persécution et du martyre, si une idée religieuse plus forte a surgi pour lui disputer l’adhésion des esprits.

To find out whether Spengler or Toynbee was right, we must ask ourselves whether Christianity has really exhausted its inner substance, whether its dogma has ceased to be young and expansive, whether its moral postulates have degenerated, whether its fundamental idea has sterilized the feasibility of proselytism, of joyful acceptance of renunciation, persecution and martyrdom, whether a stronger religious idea has arisen to compete for the adherence of minds.

Lorsque l’on parle du christianisme dans l’ensemble des vingt siècles qu’il enjambe, on a surtout présente à l’esprit l’image dit catholicisme romain, qui forme la racine et le tronc de l’arbre, avec une continuité qu’il n’est pas possible de mettre en doute.  Bien des branches latérales ont tigé sur ce tronc multiséculaire, les unes

When we talk about Christianity in the whole of the twenty centuries it spans, we have especially in mind the image called Roman Catholicism, which forms the root and trunk of the tree, with a continuity impossible to doubt.  Many lateral branches have formed on this multisecular trunk, some

[12]
[12]

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise which distresses the world today …

tombées depuis longtemps, les autres desséchées, les autres anémiées et produisant de moins en moins de feuilles, mais le tronc primitif est toujours là, debout et vigoureux, vainqueur de toutes les tempêtes mortes de s’être trop dépensées contre lui.  Sa substance intérieure est plus abondante qu’en toute époque précédente ; sa dogmatique, dont l’ensemble des gloses a à peine effleuré la surface, est plus luxuriante que jamais auparavant ; sa morale est restée constante dans son incitation à l’héroïsme et l’abnégation personnelle ; son prosélytisme est plus que jamais accentué par la tribulation ; son acceptation de la torture et du martyre est plus enthousiaste qu’aux jours de ses débuts; l’idée qui lui dispute l’adhésion des hommes n’est pas même une idée religieuse plus forte, c’est tout au contraire une négation totale et sans équivoque de toute religion, de toute spiritualité, de toute divinité, avec le désordre moral et social qui en découle.

fell long ago, others withered, others became anemic, producing fewer and fewer leaves, but the primitive trunk is still there, standing and vigorous, conqueror of all the dead storms unleashed against it.  Its inner substance is more abundant than in any previous epoch; its dogmatics, whose commentaries have barely touched its surface, are more luxuriant than ever before; its morality has remained constant in its incitement to heroism and personal self-denial; its proselytism is more than ever accentuated by tribulation; its acceptance of torture and martyrdom is more enthusiastic than in its early days.  The idea which competes for the loyalty of men is not even a stronger religious idea; it is, on the contrary, a total and unequivocal negation of all religion, of all spirituality, of all divinity, with the resulting moral and social disorder.

Procédant contre le christianisme avec une haine et une brutalité sauvages, le communisme, qui constitue la somme et l’aboutissement de toutes les fureurs contre-évangéliques déchaînées depuis vingt siècles, déchiquette avec un sadisme hystérique toutes les manifestations extérieures de la culture occidentale.  La violence physique, la contrainte, le terrorisme forment ses seuls arguments, sa seule contradiction.

Proceeding against Christianity with wild hatred and brutality, communism — which forms the sum and culmination of all the anti-evangelical fury unleashed for twenty centuries — shreds with hysterical sadism all the outward manifestations of Western culture.  Physical violence, coercion, terrorism are its only arguments, its only counter-statement.

Personnalité et dignité de l’être humain, droit naturel de choisir et de posséder, liens familiaux, sens national, auto-détermination personnelle ou collective, conscience raciale, identité sociale, égalité morale, tout cela est impitoyablement balayé avec d’autant plus de violence que le christianisme le proclame plus hautement.  C’est fort conséquent avec les négations fondamentales du communisme :  négations de Dieu, d’un monde spirituel, d’une âme humaine, d’un au-delà.  On peut même dire que les dirigeants des pays communistes sont plus logiques avec leur néant principiel que nos gouvernants occidentaux le sont avec les principes qu’ils se sentent obligés de proclamer pour obtenir l’appui des peuples chrétiens.

The personality and dignity of the human being, the natural right to choose and to possess, family bonds, national sentiment, personal or collective self-determination, racial awareness, social identity, moral equality, all this is ruthlessly swept away with ever mounting violence, the louder Christianity proclaims it.  This is very consistent with the fundamental negations of communism:  negations of God, of a spiritual world, of a human soul, of a beyond.  One can even say that the leaders of the communist countries are more logical with their nil principle than our Western rulers are with the principles that they feel obliged to proclaim to obtain the support of the Christian peoples.

Notre monde moderne se trouve donc placé devant une situation absolument inédite, sans précédent dans aucune autre civilisation passée.  La situation d’une idée religieuse plus fort et plus dynamique qu’à son origine avec une culture qui dégénère rapidement, une morale qui n’animalise avec célérité et une civilisation dont de vastes portions croulent brusquement dans le gouffre d’une anticivilisation.

Our modern world is thus placed in an absolutely unprecedented situation, unprecedented in any other past civilization.  The situation of a religious idea stronger and more dynamic than at its origin, with a rapidly degenerating culture, a swiftly animalizing morality, and a civilization vast portions of which suddenly collapse into the abyss of an anticivilization.

Influence extérieure
de retardement

External delaying
factor

Puisque le christianisme n’a pas épuisé sa substance intérieure et n’a rien perdu de son dynamisme dogmatique, puisqu’une idée religieuse plus forte ne lui dispute pas

Since Christianity has not exhausted its inner substance and has lost none of its dogmatic dynamism, since a stronger religious idea is not competing for

[13]
[13]

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise which distresses the world today …

l’orientation de la culture, par quel phénomène exceptionnel expliquer un pareil état de choses, le premier qu’on puisse signaler dans les annales humaines ?  Et quand on pose la question, elle n’enclot pas uniquement dans ses bornes les pays sombres dans l’abîme, mais encore tous ceux en-deçà du Rideau de Fer, nos pays d’Occident qui ont conduit le monde avec leur droit, des gens (chrétien), leur éthique internationale (chrétienne) et qui aujourd’hui, tous sans exception, même le nôtre, sont déjà assez avancés dans le stage du pré-communisme.

the political orientation of the culture, by what exceptional phenomenon can such a state of affairs be explained, the first ever noted in human annals?  And when the question is posed, it encompasses not only those countries sunk in the abyss, but all those outside the Iron Curtain, our Western countries which have led the world with their law, their peoples (Christian), their international ethics (Christian), and which today, all without exception, including our own, are already quite advanced in the stage of pre-communism.

J’ai voué bien des années de ma vie à trouver la réponse à cette question.  De réponse, je n’ai pu en trouver qu’une seule. C’est que la civilisation chrétienne, au moment même où elle atteignait son plus haut sommet dans tous les domaines, après la vie intérieure intense et la prodigieuse gestation spirituelle du moyen-âge, a subi tout à coup un hiatus qui a freiné avec soudaineté l’élan de son ascension verticale.

I devoted many years of my life to finding the answer to this question.  And I could find only one.  Which is that Christian civilization, at the very moment when it attained the summit in all domains, after the intense inner life and the prodigious spiritual gestation of the Middle Ages, abruptly underwent an abatement which suddenly braked the momentum of its vertical ascent.

Des non-chrétiens, au sein même de la société chrétienne, s’emparèrent des directions et des contrôles, soit par des agents gagnés à leurs projets, soit par la puissance matérielle directe des non-chrétiens eux-mêmes.  Et l’on a vu, depuis, le non-christianisme, voire l’antichristianisme civil, présider à l’orientation des masses religieusement et éthiquement chrétiennes.  Cette antinomie, cette opposition de deux polarités différentes, est l’unique explication de ce qui se passe de nos jours :  une société tourmentée, angoissée dans le conflit spirituel de son âme, dirigée qu’elle est en même temps par les postulats antichrétiens de ses maîtres extérieurs et les vérités chrétiennes de ses croyances intimes.  Ces pauvres masses humaines, il ne faut pas leur lancer la pierre puisqu’elles ne sont que de tristes victimes comme était la faible et trop aimante Madeleine.  L’ennemi antichrétien, s’il faut le craindre et s’en défendre, n’est pas encore le vrai coupable, puisqu’il poursuit la route dans laquelle il s’est engagé, par aveuglement ou autre cause.  La grande coupable, la prostituée, n’est-ce donc pas 1″‘ élite” chrétienne du dix-huitième siècle, noblesse en tête, qui, pour de l’argent ou de l’ambition a offert le viol empressé de son âme au rationalisme que lui présentait le vieil écho antichrétien des flancs du Golgotha ?  Et l”‘élite” du même argent, de la même ambition, qui lui a succédé jusqu’à ce jour ?

Non-Christians, in the very heart of Christian society, took over the leadership and the controls, either by agents won to their projects, or directly by the material power of the non-Christians themselves.  And since then, we have seen non-Christianity, or even civil antichristianity, preside over the orientation of the religiously and ethically Christian masses.  This antinomy, this opposition of two different polarities, is the only explanation for what is happening today:  a tormented society, led as it is at one and the same time by the antichristian postulates of its external masters and the Christian truths of its inward beliefs, is distraught from the spiritual conflict in its soul.  The poor human masses cannot be blamed, for they are only sad victims, like the weak and too-loving Madeleine.  The anti-Christian enemy, if he must be feared and defended against, is also not the real culprit, since he follows the road to which he committed himself through blindness or some other cause.  Is not the great culprit, the great prostitute, the Christian “elites” of the eighteenth century, nobility at their head, who for money or ambition offered the swift rape of their soul to the rationalism presented to them by the old anti-Christian echo from the flanks of Golgotha?  And what about the moneyed, ambitious “elites” who have succeeded them to the present day?

On peut vraiment dire que la civilisation chrétienne a été soudainement mise en arrêt par des agents extérieurs, étrangers à son propre corps, des agents parasitaires et paralysants.  Rien de sa puissance n’a été perdu dans la contrainte physique faite à son élan et soi ; expansion; au contraire, la compression qu’on lui fait subir lui confère une force explosive qui se manifestera, à un certain moment, avec un dynamisme difficile à imaginer.

It can truly be said that Christian civilization was suddenly put on hold by external agents, foreign to its own body, parasitic and paralyzing agents.  None of its power has been lost in the physical constraint made to its momentum and self-expansion; on the contrary, the compression applied to it gives it an explosive force that will manifest, at a certain moment, with a dynamism difficult to imagine.

[14]
[14]

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise which distresses the world today …

La marche de notre culture occidentale a été, dans le monde moderne, désorientée par l’effet d’un parasite extérieur et étranger à la culture ; le résultat en a été, non pas de dégénérescence par sénilité, mais un résultat de distortion, de défiguration, de retardement temporaires.

The march of our Western culture in the modern world has been disoriented by the effect of an outside parasite, foreign to its culture; the result has been, not degeneration by senility, but a product of distortion, disfigurement, temporary abeyance.

Dans tout conflit où les masses humaines sont l’enjeu, quels que soient les aléas des grands chocs physiques, c’est toujours l’idée la plus forte, la plus juste, qui l’emporte.  La vie des peuples, comme la vie des hommes, est affirmative ; un code de négations ne pourra jamais la subjuguer, surtout le code qui veut forcer l’homme à croire qu’il n’a pas d’âme et n’a pas d’autre statut que celui de l’animal.  La violence physique pourra user sa fureur, mais l’idée forte n’en sera toujours que plus forte.  Et l’idée forte sera toujours l’idée d’Amour, essentiellement créative.

In any conflict where the human masses are at stake, whatever the hazards of the great physical shocks, it is always the strongest idea, the most just, which prevails.  The life of peoples, like the life of men, is affirmative; a code of negations will never be able to subjugate it, especially the code that wants to force man to believe that he has no soul and has no other status than that of an animal.  Physical violence may exert its fury, but a strong idea will be ever stronger.  And the strong idea will always be the idea of Love, essentially creative.

La lutte ouverte entreprise il y a deux siècles par les forces de la haine contre la civilisation d’Amour a maintenant atteint des proportions globales, une dimension œcuménique, et rien ne peut plus empêcher sa phase suprême, et décisive.  Aussi perçoit-on de tous les coins du monde une angoisse lourde et accablante comme une agonie morale, en même temps qu’une agitation et des bruits de panique dans certains quartiers déterminés.  Si l’Amour souffre l’angoisse, c’est toujours la haine qui subit la panique et tente de la propager ; car l’Amour croit et espère, tandis que la haine est négative et sombre dans le désespoir.  Des exemples saisissants en ont été donnés tout le long de ces deux siècles de lutte ouverte.

The open struggle undertaken by the forces of hatred two centuries ago against the civilization of Love has now reached global proportions, an ecumenical dimension, and nothing can prevent its supreme and decisive phase.  Everywhere in the world, there is a heavy and overwhelming agony,a moral agony, at the same time as agitation and noises of panic in certain specific quarters.  If Love suffers anguish, it is always hatred that experiences panic and attempts to spread it; for Love believes and hopes, while hate is negative and sinks in despair.  Striking examples have been given all throughout these two centuries of open struggle.

….

….

[15]
[15]

TO BE CONTINUED …