New eBook:  National Unity Party of Canada (NUPC) Internment Research 1940

  The PDF version is now online. It’s only 17 MB.  26 Sept. 2019.


This is a new type of eBook from Adrien Arcand Books.  This is bona fide, primary source, raw, declassified research material, authenticated by the Ottawa Archives.  Declassified except for parts that are still redacted.

NUPC Internment Archive (1940). Download it at Archive.org (The Internet Archive).

NUPC Internment Archive (1940).  Download it at Archive.org (The Internet Archive).


NUPC Internment Research 1940 (Cover)

NUPC Internment Archive (1940).  Download it at Archive.org (The Internet Archive).

These are just some of the declassified papers in Ottawa concerning the 1940 (illegal) internment of Adrien Arcand and his men.  We know from his Memorandum and Request (1957) that he was interned because Roosevelt (FDR) ordered it.  There’s a lot more material out there that needs to be included in this research.  I don’t have the budget for it all, just yet.

There is a bit of junk in this archive, not directly related to the internments.  For example, the RCMP memos on a Mr. J.C. MacCorkindale.  However, it is searchable.  The found searches are highlighted in red and yellow (see below).

Most of these documents are in English.  Most are by the federal government.  But you will notice that the Government of Quebec of that day also had a hand in the file, and did nothing for these innocent men — nothing that appears here, at any rate.  The Quebec government simply handed them over, denying Quebec had jurisdiction.

NUPC Internment Archive (1940). Download it at Archive.org (The Internet Archive).

NUPC Internment Archive (1940).  Download it at Archive.org (The Internet Archive).

This is a big download, 202 MB when zipped, and it may be a bit slow loading and working on your PC, if you have an old one like I do.  To try to keep the file-size down, the final eBook holds only 30 pages in memory at any time, so be patient while it loads.  Sometimes, the front cover may go white.  I don’t know what to do about it, you’ll just have to reload the execute file if you want to see the front cover again.

If you download via torrent, please seed for awhile, help to keep it out there for others.  Thank you.

Because of the size of the download, I’ve hosted it directly at the Internet Archive (Archive.org): “NUPC Internment Research 1940”.

So, download and enjoy this very unusual eBook of primary source material on the 1940 internment of Adrien Arcand and his men.  Please let me know if you have a problem downloading this file; or if there is any problem with the file once downloaded.  It’s an execute file, a flash flipbook.  In a day or two, I hope to be able to put up PDF and ePub, as well.

I chose the dark wood background for this eBook as reminiscent of the camps.  I hope you enjoy the effect.


My description of this item at Archive.org reads as follows:

NUPC, the “National Unity Party of Canada” and Adrien Arcand and his men are the subject of the present file of federal government of Canada and RCMP documents on their 1940 internments (without trial).  The internements were carried out on the orders of F.D.R., aka Franklin Delano Roosevelt, the American President of the day.  Arcand was warned of FDR’s demand for his internment by a spokesman sent to him in Montreal by Lord Lothian, British Ambassador in Washington some 30 days before the arrests took place. That information comes from Arcand’s own 1957 “Memorandum and Request” that you can read online at http://www.adrienarcandbooks.com or go directly to: https://downwithhate.wordpress.com/

It can therefore safely be assumed that Arcand and his men — who after the end of WWII, and even at the beginning, are known to be innocent of any charge at all — were FRAMED by the Federal Government of Canada to please an American President. Innocent men were interned for years, and one died. Decent Canadians and their families were abused by their own governments to please a foreign government.

The research file you are looking at here consists of scans by Library and Archives Canada of an original federal government & RCMP file at the time of the internments.


I haven’t forgotten.  I still owe you the Memorandum and Request eBook, and an Editorial on the 74th Anniversary of Arcand’s release from internment.  Please accept this in the meantime, it was finished back in late July, but I haven’t a chance to finalize the Editorial or the other eBook.

Subscribe, if you haven’t already done so!

Abonnez-vous, si vous ne l’avez pas déjà fait!

Is Christianity Bankrupt?” – Preview of a talk by Adrien Arcand at Montreal in 1954 (third segment from a work in progress)

FOREWORD

A young Adrien Arcand, circa 1933.

A young Adrien Arcand, circa 1933.

“Is Christianity Bankrupt?” (1954).  This part continues immediately from the second segment, which ended with the words “He wanted to enlarge Europe towards the Ural mountains, to protect it from the growing thrust of the Asian masses and ensure to the white race a prolonged predominance in the management of the world.”  (“Il voulait agrandir l’Europe vers les monts Oural, la protéger contre la poussée grandissante des masses asiatiques et assurer à la race blanche une prédominance prolongée dans la direction du monde.“).

The present segment three begins near the top of Arcand’s actual page 29, and ends at the top of his own page 42, according to the original pagination for this talk.

IS CHRISTIANITY BANKRUPT?

EXCERPT FROM A WORK IN PROGRESS

For the first time in English

Download Téléchargez

 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

La guerre inutile

The useless war

Mussolini, Hitler, Franco, Salazar, Metaxas, momentanément Cuza de Roumanie et le prince Konoye du Japon, affirmèrent la souveraineté nationale de leurs pays d’autant plus fortement que l’internationale communiste ou maçonnique préconisait la fin des autonomies nationales.  Lorsque les puissances nationalistes marchèrent vers les frontières du communisme, tout ce que notre monde connaît de gauchisme, de maçonnisme, de marxisme, d’internationalisme fut mis en branle non pas tant pour détruire les puissances nationalistes que pour sauver la Russie Soviétique et assurer sa survie.  C’était ce qui importait le plus :  sauver la Russie communiste, résultat d’un siècle et demi de conspiration, puis voir ensuite à l’élimination des nationalismes.  On alla même plus loin.  Avec Yalta et Téhéran, les puissances maçonniques de l’Occident donnèrent à Moscou les privilèges d’hégémonie politique dans les Balkans, les pays Baltes et la Chine, ce qui lui assurait, en population, la moitié du genre humain.

Mussolini, Hitler, Franco, Salazar, Metaxas, and for a time, Cuza of Romania and Prince Konoye of Japan, asserted the national sovereignty of their countries all the more firmly as the international communist or Masonic advocated the end of national autonomies.  When the nationalist powers marched to the frontiers of communism, all that our world knows of leftism, Masonry, Marxism, internationalism, was set in motion not so much to destroy the nationalist powers as to save Soviet Russia and secure its survival.  This was the most important thing:  to save Communist Russia, the result of a century and a half of conspiracy, and afterward to see to the elimination of nationalisms.  It went even further.  With Yalta and Tehran, the Masonic powers of the West gave Moscow the privileges of political hegemony in the Balkans, the Baltic countries and China, which in population, assured to it half the human race.

On admet aujourd’hui la justesse de la formule soutenue par les nationalistes du Royaume-Uni en 1939 :  laisser l’Allemagne aller faire son combat à finir avec la Russie Soviétique sans intervenir d’un côté ni de l’autre, de sorte que le gagnant sortira tellement épuisé qu’il ne pourra que chercher à s’entendre avec des empires intacts, puissants, qui n’auront subi ni perte de sang ni perte d’argent.  Mais la neutralité était impossible pour tous ceux qui étaient pris dans le réseau judéo-maçonnique.  Dans les “Mémoires de James Forrestal”, on entend Sir Neville Chamberlain dire en 1939, après avoir déclaré la guerre à l’Allemagne :  “L’affaire de la Pologne n’était pas une cause de guerre ni pour la France ni pour le Royaume-Uni.  Sans le harassement constant de Washington (F.D.R.), cette guerre n’aurait pas eu lieu.  L’Angleterre a été forcée d’entrer dans cette guerre par Washington et par la Juiverie Mondiale.”  France et Royaume-Uni, “vainqueurs” dans l’équipée, en ont perdu de colossales parties de leurs empires et sont tombés de plusieurs crans dans l’échelle des puissances politiques, minés tous deux par le funeste germe auquel ils se sont associés. Cette destruction des grandes puissances occidentales était d’ailleurs l’un des buts principaux de la deuxième Guerre Mondiale. Si je l’ai crié tant et plus moi-même, longtemps à l’avance dans diverses provinces canadiennes, ce n’était ni par caprice ni par vision plus claire que d’autres, mais parce que je m’étais donné la peine d’étudier assidûment les mots d’ordre et publications émanant du sionisme,

Today the correctness of the formula supported by the nationalists of the United Kingdom in 1939 is admitted:  let Germany go fight to the finish with Soviet Russia without intervening on either side, so the winner will come out so exhausted he can only seek to cooperate with intact, powerful empires, which will not have suffered any loss of blood or money.  But neutrality was impossible for all those who were caught in the Judeo-Masonic network.  In the “Memoirs of James Forrestal”, we hear Sir Neville Chamberlain say in 1939, after declaring war on Germany:  “The Polish affair was not a cause of war for either France or the United Kingdom.  Without the constant harassment of Washington (FDR), this war would not have happened.  England was forced to enter this war by Washington and by World Jewry.”  France and the United Kingdom, “victors” in the fray, have lost colossal parts of their empires and have fallen several notches on the scale of political powers, both undermined by the fatal germ with which they have associated.  This destruction of the great Western powers was, moreover, one of the main goals of the Second World War.  If I, myself shouted as much, and more, well in advance in various Canadian provinces, it was not through caprice or clearer vision than others, but because I had troubled myself to study with care and persistence the slogans and publications emanating from Zionism,

[29]
[29]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

du communisme et de la maçonnerie.  Les événements ont donné totalement raison moins à mes paroles qu’au plan criminel que nos élites, aveuglées par les soucis de la course à l’argent, amollies par le respect humain, paralysées par la peur des coups, marinées par la fatuité du scientisme académique, orientées par le désir de paraître extérieurement “super-respectables” s’entêtent obstinément à ne pas voir malgré toutes les évidences.  Nos élites du monde occidental en regard du péril suprême qui menace la civilisation, les historiens de demain devront en dire ce que Napoléon disait de son ministre des Affaires Etrangères, Talleyrand, ce prestigieux défroqué jouisseur :  “C’est de la merde dans un bas de soie”.

Communism and Masonry.  Events have completely proved me right as to the criminal plan that our elites, blinded by anxiety over the race for money, softened up by submission to human esteem, paralyzed by fear of attack, marinated in the fatuity of academic scientism, oriented by the desire to appear outwardly “ultra-respectable”, obstinately refused to see despite all the evidence.  Given the supreme danger that threatens civilization, historians of tomorrow will have to say of our elites of the Western world what Napoleon said of his Foreign Minister, Talleyrand, that prestigious defrocked sybarite:  “It is shit in a silk stocking”.

Parce que Hitler était vraiment Européen et comprenait très clairement la conspiration judéo-maçonnique, il s’écria, avant de disparaître de la scène politique :  “Si les puissances occidentales ne veulent pas sombrer dans le bolchevisme, elles devront reprendre mon combat là où je l’abandonne et de la façon même que je l’ai conduit”.

Since Hitler was truly European and very clearly understood the Judeo-Masonic conspiracy, he cried out, before disappearing from the political scene:  “If the Western powers do not want to sink into Bolshevism, they will have to resume my fight where I give it up and in the same way that I led it.”

Il fallut moins de deux ans aux chefs occidentaux pour se faire l’écho de cette parole de 1945 et de commencer à nous dire (en 1947) que le communisme est le plus grand péril de tous les temps, à rechercher l’appui des “ennemis” allemand et japonais contre “l’allié” soviétique.  Et cela pendant que Churchill qualifiait l’équipée de 1939-1945 du terme bien retardataire mais bien juste :  “la guerre qui fut inutile”.

It took less than two years for Western leaders to echo that assertion of 1945 and to begin to tell us (in 1947) that communism is the greatest danger of all time, and to seek the support of the German and Japanese “enemies” against the Soviet “ally”.  And this, while Churchill qualified the disturbance of 1939-1945 by the quite belated but quite right term:  “the useless war”.

Vaincu par la supériorité matérielle, Napoléon resta vainqueur dans son libéralisme qui s’incrusta là où avaient passé ses armées.  Vaincu par la supériorité numérique, Hitler reste vainqueur dans son idée nationaliste, qui bouillonne dans toute l’Europe, toute l’Asie, toute l’Afrique.  Malheureusement, la franc-maçonnerie occidentale est si férocement hargneuse contre tout nationalisme, ses hommes d’Etats sont si petits et si préjugés, que seule la puissance communiste qui s’accommode de n’importe quelle situation, profite des explosions nationalistes asiatiques et africaines pour les encourager, les financer au besoin, les orienter et les incorporer finalement dans l’empire soviétique.

Conquered by material superiority, Napoleon remained victorious in his liberalism, which was ingrained wherever his armies had passed.  Overwhelmed by numerical superiority, Hitler remains victorious in his nationalist idea, which is bubbling all over Europe, over all Asia, over all Africa.  Unfortunately, Western Freemasonry is so fiercely aggressive against all nationalism, its statesmen are so petty and so prejudiced, that only the communist power that accommodates itself to any situation benefits from Asian and African nationalistic explosions, encourages and finances them as needed, orients them and finally incorporates them into the Soviet empire.

Front commun des Loges

Common Front of the Lodges

Dans les instructions adressées à Garibaldi en même temps que son suprême serment, la Franc-maçonnerie se déclare un Etat dans l’Etat, contre l’Etat et au-dessus de l’Etat.  C’est évidemment une pure identification politique, malgré les dénégations coutumières des obédiences maçonniques lorsque le reproche leur en est fait.  Et c’est le jeu politique le plus antidémocratique qui soit puisque la franc-maçonnerie n’a ni mandat public ni consentement populaire pour intervenir ainsi.  Cette intervention, quand on l’examine sous tous ses aspects, dépasse les bornes de la haute trahison*

In the instructions addressed to Garibaldi at the time of his supreme oath, Freemasonry declares itself a State within the State, against the State and above the State.  It is obviously a purely political identification, in spite of the customary denials of masonic obediences when reproached. And this political game is the most undemocratic there is, because Freemasonry has no public mandate or popular consent to intervene.  This intervention, when examined in all its aspects, transcends the bounds of mere high treason*,

__________
Note du traducteur :  Arcand a déclaré :  «La franc-maçonnerie n’a pas de mandat public ni de consentement populaire pour intervenir».  Cependant, un «mandat public» ou un «consentement» à intervenir ne pourrait pas légalement se produire.  Les francs-maçons ne font pas partie de l’AANB de 1867.  Ils ne font pas partie de la Constitution.  Ils ne pouvaient pas être autorisés, ajoutés ou substitués aux structures de gouvernement créées par la Constitution de 1867 grâce à un «mandat» public.

__________
Translator’s note:  Arcand said:  “Freemasonry has no public mandate or popular consent to intervene”.  However, a “public mandate” or “consent” to intervene could not legally happen.  The Freemasons are not a part of the BNA Act of 1867.  They are not a part of the Constitution.  They could not through a public “mandate” be authorized or added to or substituted for the structures of government created by the Constitution of 1867.

La tentative de le faire serait ridicule parce qu’un gouvernement mondial, objet de la judéo-maçonnerie, contredit caté­go­ri­que­ment et renverserait donc l’État-nation permanent créé par notre Acte permanent de l’Amérique du Nord britannique de 1867.  Les fonctionnaires de ce pays ne peuvent légalement rien faire qui contredit la Constitution.

The attempt to do so would be ludicrous because world government, the object of Judeo-Masonry, flatly contradicts and would therefore overthrow the permanent nation-state created by our permanent British North America Act of 1867.  Officials of this country can legally do nothing that contradicts the Constitution.

Trois mots doivent toujours être posées à toute activité politique :  « Est-ce légal ? ».  Après quoi, cherchez votre réponse à la Constitution, interprété correctement par des méthodes « de construction » (terme juridique) appropriées.  Si l’activité est illégale, faire respecter la constitution comme le remède.

Three words must always be asked of all political activity:  “Is it legal?”.  After which, look to the Constitution for your answer, properly interpreted by proper methods “of construction” (legal term).  If activity is illegal, enforce the Constitution as the remedy.

Il n’y a rien de plus grand que la haute trahison.  Francs-maçons intervenant dans les affaires du gouvernement ne « dépasse » pas « les bornes de la haute trahison », comme le dit Arcand.  Il est la haute trahison.  La principale méthode de la Constitution pour y faire face est le serment d’allégeance.

There is nothing higher than high treason.  Freemasons intervening in government affairs does not “transcend the bounds of high treason”, as Arcand says.  It is high treason.  The primary method of the Constitution for dealing with it is the oath of allegiance.

Les membres du Parlement et d’autres fonctionnaires qui obéissent à la franc-maçonnerie n’occupent pas légalement leurs fonctions.  S’ils peuvent être exposés, ils peuvent et doivent être évincés.  Les brefs de prérogative sont la méthode privilégiée pour le faire.  Quo Warranto est un exemple.

Members of Parliament and other officials who obey the Freemasons are not lawfully in office.  If they can be exposed, they can and should be ousted.  The Prerogative Writs are the privileged method for doing so.  Quo Warranto, is one example.

Pour en savoir plus sur ce point, voir la note du traducteur à la page 32.

For more on the point, see translator’s notes at page 32.

[30]
[30]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

ordinaire, car c’est plus que le pays qui la tolère qui en est victime dans ses institutions, dans sa course historique, dans les saines aspirations de son peuple, dans son âme et ses croyances, c’est l’humanité tout entière.  Si la maçonnerie-religion veut supplanter les religions existantes pour ré-établir (à son insu ou non), l’Ancienne Alliance interprétée comme messianisme pour un seul peuple, la maçonnerie-politique veut abattre tous les Etats existants pour les fondre dans une république universelle à gouvernement mondial, le grand rêve du Sionisme International.

because more than just the country which tolerates it is the victim of it in its institutions, in its historical path, in the healthy aspirations of its people, in its soul and its beliefs:  it is the whole of humanity.  If the Masonry-religion wants to supplant the existing religions to reestablish (whether aware of it or not) the Old Covenant interpreted as messianism for one people, Masonry-policy wants to tear down all the existing states to merge them in a universal republic under a world government, the great dream of International Zionism.

Le célèbre chef juif Benjamin Disraeli, qui devint premier ministre d’Angleterre, a écrit des lignes très révélatrices sur “les sociétés secrètes qui forment des gouvernements provisoires” et qui travaillent au renversement des trônes, des religions, des frontières nationales, de la famille, du droit de propriété, bref à la réalisation du serment du 33e degré tel que prêté par Garibaldi.  Disraeli a aussi affirmé que “des hommes de race juive se trouvent à la tête de chacune de ces sociétés secrètes” et quel but poursuivent ces “hommes de race juive” ?  Disraeli répond catégoriquement :  “Ils veulent détruire cette ingrate chrétienté dont ils ne peuvent plus supporter la tyrannie”.  Jamais ces “hommes de race juive” que l’on trouve à la tête de “chacune des sociétés secrètes” n’auraient causé dans le monde les ravages que Disraeli leur attribue s’ils n’avaient trouvé, pour accomplir leur travail, des légions de chrétiens qui se sont laissé enchaîner par des serments redoutables et des promesses incroyablement téméraires exigés de maîtres qu’ils ne connaissaient même pas.

The famous Jewish leader Benjamin Disraeli, who became Prime Minister of England, wrote quite revealing lines on “secret societies that form provisional governments” and work to overthrow thrones, religions, national borders, family, the right to property, in short to accomplish the 33rd-degree oath sworn by Garibaldi.  Disraeli also claimed that “men of the Jewish race are at the head of each one of these secret societies,” and what purpose do these “men of the Jewish race” pursue?  Disraeli categorically replies:  “They want to destroy this ungrateful Christendom whose tyranny they can no longer bear.”  Never would these “men of the Jewish race” who are found at the head of “each one of the secret societies” have caused the ravages in the world that Disraeli attributes to them, if they had not found, to accomplish their work, legions of Christians who had allowed themselves to be chained by dangerous oaths and incredibly rash promises demanded by masters they did not even know.

Les publications et comptes-rendus des francs-maçonneries de toutes obédiences démontrent clairement que la politique active forme un souci constant de ce que toutes ces obédiences appellent la “franc-maçonnerie universelle”.  D’ailleurs, toutes se vantent d’avoir contribué à la formation de la défunte Société des Nations, puis de l’Organisation des Nations-Unies, qui sont des corps essentiellement politiques.  On peut lire dans leurs publications les efforts déployés par la franc-maçonnerie pour l’instigation d’un Parlement européen, puis d’un Parlement mondial, la subordination des souverainetés nationales, la coexistence amicale et coopérative de l’Occident avec l’Orient soviétique, la réorientation de l’économie générale (production et commerce).  Cet enchaînement progressif des masses humaines se fait au cri de liberté, la persécution des droits familiaux, nationaux et religieux se fait sous un prétexte de fraternité.

The publications and accounts of Freemasons of all persuasions clearly demonstrate that active politics is a constant concern for what all these obediences call “universal Freemasonry”.  Moreover, all boast of having contributed to the formation of the defunct League of Nations, and then of the United Nations, which are essentially political bodies.  We can read in their publications the efforts deployed by Freemasonry to advance a European Parliament, then a World Parliament, the subordination of national sovereignties, the friendly and cooperative coexistence of the West with the Soviet East, the reorientation of the general economy (production and trade).  This gradual enchaining of the human masses is done to the cry of liberty; the persecution of family, national and religious rights is done on the pretext of brotherhood.

C’est avec raison que toutes les obédiences parlent de LA “franc-maçonnerie universelle”, car toutes font un front commun sur les grandes questions d’intérêt mondial et toutes manifestent une solidarité cohesive.  Ainsi, parce que l’Espagne franquiste a banni le Grand-Orient athée de son territoire, les loges saxonnes qui se prétendent hostiles au Grand-Orient ont toutes soutenu la mise de l’Espagne au ban de l’humanité par les Nations-Unies, avec les con-

All the obediences rightly speak of “universal Freemasonry” because all make common cause on the great questions of world interest, and all exhibit cohesive solidarity.  Therefore, since Francoist Spain banished the Atheist Grand Orient from its territory, the Saxon lodges who claim to be hostile to the Grand Orient have all supported the United Nations’ ostracizing Spain, with the

[31]
[31]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

séquences politiques que l’on sait:  et ce sont encore les loges saxonnes, surtout américaines, qui insistent le plus pour la rcadmission du Grand-Orient athée en Espagne.  D’ailleurs, ne voit-on pas des délégués de la Grande Loge d’Angleterre aller porter leurs saluts fraternels aux convents annuels du Grand-Orient de France, et le Rite Ecossais coopérer activement avec le Grand-Orient dans la majorité de ses campagnes et ses entreprises ?

political consequences we are aware of:  and it is again the Saxon lodges, especially the American ones, which insist the most upon the re-admission of the Atheistic Grand Orient to Spain.  Moreover, do we not see delegates from the Grand Lodge of England carry their fraternal greetings to annual convents of the Grand Orient of France; and the Scottish Rite actively cooperate with the Grand Orient in most of its campaigns and undertakings?

Quel serment prédomine ?

Which oath predominates?

L’action maçonnique en politique est d’une exceptionnelle gravité à cause des serments, et engagements auxquels le franc-maçon est obligé de souscrire de degré en degré, sans savoir quel sera le développement logique de l’engagement suivant.  En cas de conflit entre le serment d’office et le serment maçonnique d’un homme politique ou d’un haut bureaucrate, lequel devra prévaloir ?  Le serment connu de toute la nation ou le serment secret connu des seuls initiés ?  La réponse a été donnée par la franc-maçonnerie elle-même quand elle a décidé, dans certaines obédiences — et tout récemment encore — de prendre les moyens voulus pour “rappeler à leur devoir maçonnique les Frères défaillants du monde parlementaire et du fonctionnarisme”.  C’est dire qu’une fois que le maçon de bonne foi a été enchaîné, il n’est plus libre dans sa conscience et doit obéir aveuglément à ses maîtres inconnus, même s’il croit que l’intérêt de sa patrie exige une attitude contraire.  C’est le parfait reflet de la double allégeance des Sionistes, avec prédominance de l’allégeance à l’Etat juif.  S’il ne plie pas aux ordres de ses dictateurs inconnus, le politicien ou fonctionnaire franc-maçon sera broyé et dépossédé par les “moyens voulus” de la secte où il était allé chercher de l’avancement, de l’entraide et une ascension facile payée au prix de sa liberté.

The Masonic action in politics is of exceptional gravity because of the oaths and commitments to which the Freemason is obliged to subscribe from one degree to the next, without knowing what the logical development will be in the next commitment.  In case of conflict between the oath of office and the Masonic oath of a politician or a high bureaucrat, which one should prevail?  The oath known to the whole nation or the secret oath known only to initiates?  The answer was given by Freemasonry itself when it decided, in certain obediences — and quite recently — to take the necessary means to “remind defaulting brothers of the parliamentary world and the civil service of their Masonic duty.” *  This means that once the Mason-in-good-faith has been chained, he is no longer free in his conscience and must blindly obey his unknown masters, even if he believes that the interest of his country demands the opposite attitude.  It is the perfect reflection of the Zionists’ double allegiance, with allegiance to the Jewish state predominating.  If he does not obey the orders of his unknown dictators, the politician or official who is a Freemason will be crushed and dispossessed by the “chosen means” of the sect to which he had gone in search of advancement, mutual aid and an easy ascent purchased at the price of his liberty.

Un très grand nombre de francs-maçons — on peut dire plus de 90 pour cent — ignorent totalement dans quelle conspiration ils sont entrés, qui les conduit, à quoi on les conduit.  Ils s’imaginent que la Loge est une société fraternelle de bienfaisance qui veut réellement le bonheur du genre humain, la fraternité universelle, la paix en ce monde et qui aide ses membres à parvenir plus vite à de hauts postes pour qu’ils puissent mieux promouvoir ces grandes idées.  Généralement, ils meurent avant d’avoir atteint le stage d’“illumination” du général Garibaldi, en autant qu’ils auraient été trouvés aptes à s’en accommoder ; mais, ils n’en ont pas moins collaboré à l’affaiblissement du christianisme dans lequel ils étaient nés, à l’affaiblissement politique de leur patrie, voire à la compromission même de la fortune qu’ils ont pu accumuler pour leurs descendants.  Le jour où les francs-maçons honnêtes et de bonne foi ouvriront les yeux et verront à quel point ils ont été trompés sur les buts réels de la secte, ils voudront faire machine arrière, mais le pourront-ils ?

A very large number of Freemasons — we can say more than 90 per cent — are completely unaware of the conspiracy they have entered, of who leads them, of what they are led to, and they imagine that the Lodge is a fraternal society, a charity that truly desires the happiness of humankind, universal brotherhood, peace in this world and helps its members to reach higher positions faster so that they can better promote these great ideas.  Mostly, they die before attaining the stage of “illumination” of General Garibaldi, to the extent they might have been found apt to cope with it; but they have nonetheless collaborated in weakening the Christianity in which they were born, and in politically weakening their homeland, indeed in even compromising the fortune they might have accumulated for their descendants.  The day when honest Freemasons of good faith open their eyes and see the extent to which they have been deceived about the true goals of the sect, they will want to implement the reverse gears, but will they be able to?

__________
Note du traducteur :  « rappeler aux frères défaillants du monde parlementaire et à la fonction publique de leur devoir maçonnique ».  Lord Shaw of Dunfermline a fait une déclaration très intéressante à la Chambre des Lords dans l’affaire Amalgamated Society of Railway Servants v. Osbornne, [1910] AC 87, dans lequel il juge inconstitutionnel que des intérêts extérieurs détiennent et contrôlent ou dictent les opinions et les actes d’un député.  Voir en particulier Lord Shaw sur « la considération prédominante » car il répond à la question d’Arcand ci-dessus, « Quel serment prédomine ? »

__________
Translator’s note:  “remind defaulting brothers of the parliamentary world and the civil service of their Masonic duty.”  There is a very interesting statement by Lord Shaw of Dunfermline in the House of Lords in the case of Amalgamated Society of Railway Servants v. Osbornne, [1910] AC 87, in which he finds it unconstitutional for outside interests to own and control or dictate the views and acts of a Member of Parliament.  See in particular Lord Shaw on “predominating consideration” because he is answering Arcand’s question above, “Which oath predominates?”

Lord Shaw cite toute une série d’autorités fondamentales sur la Constitution britannique, notamment Lord Coke (Sir Edward Coke), Sir William Blackstone, John Locke et Edmund Burke.

Lord Shaw quotes an array of seminal authorities on the British Constitution, including Lord Coke (Sir Edward Coke), Sir William Blackstone, John Locke, and Edmund Burke.

Certains juristes la considèrent simplement comme une affaire de travail, je la classerais comme constitutionnelle en accord avec la déclaration parfaitement exacte de Lord Shaw sur ce point, car elle concerne l’existence même du Parlement (un serment valide des membres élus, donc leur indépendance).

Some jurists class it merely as a labor case, I would class it as constitutional in accord with Lord Shaw’s perfectly right statement on the point, for it goes to the very existence of Parliament itself (i.e. a valid oath by seated Members, meaning necessarily their independence).

Et j’ajouterais que la suprématie du Parlement britannique ou du modèle de Westminster n’inclut pas le pouvoir d’ignorer les conditions de sa propre existence.  Parce qu’il n’a pas de pouvoir jusqu’à ce qu’il soit légalement constitué.  Voici un extrait de Dunfermline, une très bonne base pour quiconque commence à rechercher des moyens juridiques pour expulser les usurpateurs de leur gou­ver­ne­ment; et gardez à l’esprit que les votes des usurpateurs au Parlement sont supprimés du livre des statuts, tous leurs actes sont nuls parce que tous leurs serments sont nuls. Donc, si vous les évacuez, rétroactivement, ab initio, vous excisez automatiquement leurs «lois» nulles et vous évincerez leurs poli­tiques anticonstitutionnelles, avec des mesures judiciaires correctives pour réparer le préjudice, pro tanto — et vous pouvez les sortir de leur poche, comme ils agissaient « personnellement » (à l’occasion de) et non « dans l’exercice de » fonctions parlementaires :

Déclaration de Lord Shaw of Dunfermline dans Amalgamated Society of Railway Servants contre Osborne, [1910] AC 87”.

And I would add, the supremacy of the British or Westminster-model Parliament does not include the power to ignore the conditions for its own coming into existence.  Because it has no power until it is lawfully constituted.  Here is an excerpt from Dunfermline, a very good basis for anyone starting to research legal means to expel usurpers from their government; and keep in mind, the votes of usurpers in Parliament are struck from the Statute Book, all their acts are void because all their oaths are void.  So, if you oust them, retroactively, ab initio, you automatically excise their void “laws” and you oust their unconstitutional policies, with remedial judicial action to repair the harm, pro tanto — and you can take it out of their pockets, as they were acting “personally” (on the occasion of) and not “in the exercise of” parliamentary functions:

Statement of Lord Shaw of Dunfermline in Amalgamated Society of Railway Servants v. Osborne, [1910] AC 87”.

Note du traducteur :  Ajouter à votre arsenal le texte suivant: «L’administration de serments illégaux [c’est-à-dire, prêter serment (dans le système parlementaire britannique) à des personnes manifestement menteuses] EST UNE OFFENSE À L’ÉGARD DU GOUVERNEMENT ET EST PUNISSABLE PAR LA SERVITUDE PENALE.  Les lois suivantes concernent cette infraction :  37 Geo. III. c. 123; 39 Geo. III. c. 79; 52 Geo. III. c. 104; 57 Geo. III. c. 19; 1 Vict. c. 91. » Source :  7e édition de Wharton, p. 573. Par exemple, si les titulaires mettent progressivement en œuvre le socialisme ou le soviétisme, ce qui élimine progressivement le Parlement légal permanent qui ne peut être éliminé, vous êtes trompé et ils mentent, ce qui signifie qu’ils sont sous de faux serments.

Translator’s note:  Add to your arsenal the following:  “The administering of unlawful oaths [i.e., taking oaths (in the British parliamentary system) from people who are manifestly lying] is an OFFENCE AGAINST THE GOVERNMENT, and PUNISHABLE BY PENAL SERVITUDE.  The following statutes relate to this offence:  37 Geo. III. c. 123; 39 Geo. III. c. 79; 52 Geo. III. c. 104; 57 Geo. III. c. 19; 1 Vict. c. 91.”  Source:  Wharton’s 7th edition, p. 573.  For example, if the incumbents are implementing socialism or Sovietism gradually, which gradually eliminates the lawful Parliament that is permanent and cannot be eliminated, you are being tricked, and they are lying, meaning they are under false oaths.

Wharton’s est une référence citée par les juges dans les décisions judiciaires.  Et regardez qui est puni de « servitude pénale » !  La personne qui est assez idiote pour jurer un menteur évident, parce que le faire rend cette personne et le gouvernement complices du parjure.

Wharton’s is a reference cited by the judiciary in court adjudications.  And look who’s being punished with “penal servitude”!  The person foolish enough to depose (swear in) an obvious liar, because it makes that person and the government a party to perjury.

Un faux serment (ou un serment fictif) est un parjure. De même une fausse affirmation. Ce fait juridique et constitutionnel, selon lequel certaines personnes ne peuvent être assermentées, a été démontré par un précédent dans l’affaire britannique Clarke c. Bradlaugh, 7 QBD 38. La Chambre des communes britannique a tout à fait refusé d’autoriser M. Bradlaugh, qui avait été « démocratiquement » élu, de prêter serment, car il ne pouvait manifestement pas le souscrire, étant en conflit avec la loi de l’époque.

A false oath is perjury.  Likewise a false affirmation.  This legal and constitutional fact, that some people cannot be sworn in, was evidenced by precedent in the British case of Clarke v. Bradlaugh, 7 Q. B. D. 38.  The British House of Commons quite correctly refused to allow Mr. Bradlaugh, who had been “democratically” elected, to take the oath, because he manifestly could not take it, his being in conflict with the law of that time.

Le premier jour de la session de 1883, le procureur général britannique a notifié un projet de loi modifiant la loi sur les serments parlementaires, 1866, 29 Vict. c. 19 afin de permettre à M. Bradlaugh d’être assermenté en affirmant son allégeance.  Mais le 3 mai 1883, le projet de loi fut rejeté par les Communes par trois voix.  Une loi sur les serments accordant à toute personne qui ne professait aucune croyance religieuse ou qui pouvait même être athée, assermentée par une affirmation solennelle, fut finalement adoptée en 1888 (51 et 52 contre 46).

On the first day of the session of 1883, the British Attorney-General gave notice of a Bill to amend the The Parliamentary Oaths Act, 1866, 29 Vict. c. 19 to allow Mr. Bradlaugh to be sworn by making an affirmation of allegiance.  But on 3 May 1883, that bill was rejected by the Commons by three votes.  An Oaths Act entitling persons who professed no religious beliefs, or who even might be atheists, to be sworn by solemn affirmation, was finally passed in 1888 (51 & 52 Vic c 46).

Notez qu’une affirmation solennelle offre simplement un moyen alternatif de porter allégeance et d’entrer en fonction ; le membre n’a aucune latitude supplémentaire pour renoncer à son indépendance.

Note that a solemn affirmation merely offers an alternative way to bear allegiance and enter office; the Member has no additional latitude to relinquish his independence.

[32]
[32]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

Dans les “Protocoles” sionistes, on peut lire cette phrase :  “Lorsque la franc-maçonnerie aura terminé son œuvre, nous nous en débarrasserons”.  La maçonnerie, par ses chefs juifs et par son juivisme doctrinal est la société qui a le plus décrié le contenu des “Protocoles”, mais, aujourd’hui, elle subit la vérité des “Protocoles” avec autant de rigueur que d’autres institutions, dont le catholicisme romain.  Les maçons si glorifiés d’avant-guerre Bénès et Masaryk ont été liquidés comme les prêtres catholiques par les judéo-communistes de leur pays et les loges ont été écrasées.  Les convents maçonniques, depuis 1945, se plaignent dans leurs comptes rendus des “persécutions” anti-maçonniques dans les pays situés derrière le rideau de fer, mais les plaintes et protestations n’ont rien changé à la situation.  Derrière le rideau de fer, la franc-maçonnerie n’a plus sa raison d’être, après avoir tant coopéré à faire surgir le régime final qui correspond bien au serment prêté par Garibaldi, surtout à y éliminer le “papisme” détesté qui a été frappé en même temps que la propriété et la tête des francs-maçons “bourgeois”.  Nos sectes maçonniques occidentales d’Europe et d’Amérique auront exactement le même sort, dans leur organisation et dans leurs membres, si le marxisme qu’ils préparent avec autant de zèle que d’ignorance arrive au pouvoir.

In the Zionist “Protocols”, the following sentence can be read:  “When Freemasonry has finished its work, we will get rid of it.”  Masonry, through its Jewish leaders and through the Jewishness of its teachings, is the one society that has most decried the content of the “Protocols”, but today, it is suffering the truth of the “Protocols” with as much rigor as other institutions, including Roman Catholicism.  The Masons, Bénès and Masaryk, so glorified before the war, were liquidated like the Catholic priests by the Judeo-Communists of their country, and their lodges crushed.  Since 1945, the Masonic convents have complained in their reports of anti-Masonic “persecutions” in countries behind the Iron Curtain; but the complaints and protestations have in no way changed the situation.  Behind the Iron Curtain, Freemasonry no longer has a raison d’être, after so fully cooperating to bring about the final regime that perfectly matches the oath sworn by Garibaldi, above all to eliminate the hated “popery” which was struck at the same time as property and the head of the “bourgeois” Freemasons.  Our Western Masonic sects of Europe and America will meet exactly the same fate, in their organization and in their members, if the Marxism they prepare with as much zeal as ignorance comes to power.

Avant que les francs-maçons eux-mêmes puissent se défendre contre le complot qui les menace autant qu’il menace le “papisme” qu’ils ont appris à exécrer, il leur faudra subir un incroyable décrassage.  Même si tous les Juifs talmudistes étaient expulsés de la franc-maçonnerie ; la secte n’en resterait pas moins un simple outil pour la promotion du sionisme messianique international ; les idées sont implantées, la voie est tracée, l’impulsion est donnée, le but est fixé.  C’est l’idéologie toute entière qui doit être abandonnée et remplacée.

Before the Freemasons themselves can defend themselves against the conspiracy that threatens them as much as it threatens the “popery” they have learned to execrate, they will have to suffer an incredible slaughter.  Even if all the Talmudist Jews were expelled from Freemasonry, the sect would still be nothing but a tool to promote international Messianic Zionism; the ideas are implanted, the route is mapped, the impetus has been given, the goal is fixed.  It is the whole ideology that must be abandoned and replaced.

Sionisme, mouvement âgé

Zionism, an old movement

Depuis la Révolution Française à chaque proposition anti-romaine a correspondu une proposition antinationale, de sorte qu’il n’est presque plus possible de dissocier les deux domaines, et certaines propositions purement politiques ont pris une importance aussi grande que les propositions antireligieuses et ont fait corps avec elles.  Cela a provoqué, par la répétition effrénée de la propagande maçonnico-sionistc, une affreuse confusion des normes affectant le nationalisme et l’internationalisme, le civil et le religieux.  Avec l’aboutissement final que, dans les pays où la Révolution est consommée, on s’aperçoit toujours trop tard que l’imposture appelée “séparation de l’Eglise et de l’Etat” n’était simplement que le germe de la destruction ou l’enchaînement de l’Eglise par l’Etat par des groupes et des individus qui n’appartiennent ni au corps ni à l’âme du peuple.

Since the French Revolution, for every anti-Roman proposition there has been a corresponding anti-national proposition, its being nearly impossible to dissociate the two areas, and some purely political propositions have acquired almost as great importance as the anti-religious propositions, and form a body with them.  Unbridled repetition of Masonic-Zionist propaganda has provoked an awful confusion of norms affecting nationalism and internationalism, the civil and the religious.  With the final consequence that, in those countries where the Revolution is consummated, it is invariably realized too late that the fraud called “separation of Church and State” was plainly the germ of the destruction or the chaining up of the Church by the State through groups and individuals who belong neither to the body nor to the soul of the people.

[33]
[33]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

La franc-maçonnerie est, dans son origine, son inspiration et sa direction, un instrument aux mains de la juiverie mondiale.  Elle s’adresse surtout aux classes supérieures, à la bourgeoisie, aux employeurs, patrons, intellectuels, bref cette faction appelée “le Capital” dans la division artificielle de la société.  On y attire des adeptes par l’ambition, la hâte d’arriver, le désir de parvenir plus vite et plus facilement que d’autres à la prospérité matérielle, à l’avancement politique et social.  Pour attirer dans le communisme les classes humbles, la faction appelée “le Travail”, on procède exactement de la même façon, en stimulant l’instinct spirituel le plus puissant de l’être humain :  s’élever le plus vite possible et le plus haut possible, c’est-à-dire l’ambition.  La chanson est aussi simple que séduisante :  “Jusqu’ici vous avez eu la dictature capitaliste, qui vous a apporté guerres, misères, injustices, exploitation.  Pourquoi ne pas essayer la dictature du prolétariat, la dictature de vous-mêmes ?  Ce sera à votre tour d’être les maîtres, de jouir du pouvoir et ce qu’il comporte, et la situation ne pourra pas être pire qu’elle l’est aujourd’hui ”.  Ainsi, Capital et Travail, attelés au même chariot juif, croyant se faire la guerre mais en réalité ne faisant que s’entre-détruire sur le plan national au profit d’une constante expansion financière, économique et politique de la Juiverie Internationale, courent simultanément vers le même but final, bien défini dans le serment prêté par Garibaldi et dans le Manifeste Communiste :  le renversement du Trône et de l’Autel, du sacerdoce et des hiérarchies sociales du monde chrétien, des souverainetés nationales, de la famille, du droit de propriété.

Freemasonry, in its origin, inspiration and leadership, is an instrument in the hands of world Jewry.  It is addressed above all to the upper classes, the bourgeoisie, employers, bosses, intellectuals, in short that faction called “Capital” in the artificial division of society.  Followers are attracted through ambition, through eagerness to “make it”, the desire to achieve material prosperity faster and more easily than others, and for political and social advancement.  In order to attract the humble classes to Communism, the faction called “Labor” proceeds in exactly the same way, by stimulating the most powerful spiritual instinct of the human being:  to rise as quickly as possible and as far as possible, in other words, ambition.  The song is as simple as it is seductive:  “Up to now, you have had the capitalist dictatorship, which brought you wars, misery, injustice, exploitation.  Why not try the dictatorship of the proletariat, the dictatorship of yourselves?  It will be your turn to be the masters, to enjoy power and what it entails, and the situation cannot be worse than it is today.”  Thus, Capital and Labor, harnessed to the same Jewish chariot, believing that they are waging war, while in reality only destroying themselves at the national level to benefit a constant financial, economic and political expansion of International Jewry, are running simultaneously toward the same final goal, perfectly defined in the oath sworn by Garibaldi and in the Communist Manifesto:  the overthrow of Throne and Altar, of the priesthood and the social hierarchies of the Christian world, of national sovereignty, of the family, of the right to property.

Au-dessus de la franc-maçonnerie et du communisme, il y a le Sionisme International à la fois religieux, intellectuel et national.  Le Sionisme s’appuie sur la Haute Banque Juive Mondiale, ensemble des banquiers juifs internationaux.

Above Freemasonry and Communism there is International Zionism, religious, intellectual and national at the same time.  Zionism is propped up by the World Jewish High Bank, the aggregate of all international Jewish bankers.

Sionisme, communisme et franc-maçonnerie ont toujours formé le parfait triangle.  Déjà au temps des Encyclopédistes, dont 99% étaient francs-maçons, qui parlaient de citoyenneté mondiale et de république universelle, d’une nouvelle religion mondiale fondée sur la science des hommes, il était question de Sionisme.  Voltaire et Diderot écrivaient à leur collègue maçon Frédéric II de Prusse, le suppliant d’intervenir auprès du sultan de Turquie pour qu’il abandonnât sa colonie de Palestine aux Juifs.  C’est le même Voltaire qui écrivait :  “Si le Christ a édifié son oeuvre avec 12 ignorants, moi je la détruirai avec quelques esprits intelligents”, qui terminait tant de ses lettres par le mot d’ordre :  “Ecrasez l’infâme” (le Christ) et qui à l’heure de sa mort, désespéré de ne pas recevoir le prêtre qu’il appelait à grands cris, avala le contenu de son vase de nuit avant de rendre l’âme.”  La supplique voltairienne de rendre la Palestine aux Juifs a reçu sa réponse positive, il y a sept ans, des politiciens francs-maçons de l’Ouest et des chefs communistes de l’Est.

Zionism, communism and Freemasonry have always formed the perfect triangle.  There was already talk of Zionism in the days of the Encyclopedists, 99% of whom were Freemasons, who spoke of world citizenship and a universal republic, of a new world religion based on the science of men.  Voltaire and Diderot wrote to their Mason colleague Frederick II of Prussia, begging him to intervene with the Sultan of Turkey, to abandon his colony of Palestine to the Jews.  It is the same Voltaire who wrote:  “If Christ built his work with 12 illiterates, I will destroy it with a few intelligent minds”; and who ended so many of his letters with the slogan:  “Crush the infamous” (Christ), “who, at the hour of his death, and despairing of receiving the priest for whom he called loudly, swallowed the contents of his chamber-pot before rendering up his soul.”  The Voltairean petition to return Palestine to the Jews received its positive response seven years ago from Western Freemason politicians and Eastern Communist leaders.

__________
Note du traducteur :  “Ecrasez l’infâme” “et qui à l’heure de sa mort, désespéré de ne pas recevoir le prêtre qu’il appelait à grands cris, avala le contenu de son vase de nuit avant de rendre l’âme”  À l’heure actuelle, la seule version en ligne de la longue citation d’Arcand qu’il attribue à Voltaire est la présentation française actuelle d’Arcand, « Le Christianisme a-t-il fait faillite? » (1954).  La longue citation française d’Arcand a donc été directement traduite du français d’Arcand, sans aucun soutien historique supplémentaire.  Il convient de noter que Arcand était doté d’une mémoire encyclopédique; il a souvent cité par cœur, avec un contenu précis, bien que les mots aient pu varier ou être compressés.  Alors que d’autres sources associent « Ecrasez l’infâme » à l’Église catholique, Arcand l’associe au Christ, tandis que sa longue citation de Voltaire pour compléter l’épithète est clairement une satire sur la crucifixion et la mort du Christ.  Le Nouveau Testament rapporte à Matthieu 27:46 King James Version (KJV)  qu’avant sa mort sur la croix, le Christ appela à haute voix :  “Eli, Eli, lama sabachthani ?”  C’est-à-dire, “Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné?”  C’est probablement ce à quoi la longue citation fait référence quand on dit que Voltaire a dit que Christ avait appelé à haute voix pour un prêtre.

__________
Translator’s note:  “Ecrasez l’infâme” “et qui à l’heure de sa mort, désespéré de ne pas recevoir le prêtre qu’il appelait à grands cris, avala le contenu de son vase de nuit avant de rendre l’âme”  At the present time, the only version online of Arcand’s long quote which he attributes to Voltaire is Arcand’s own present French talk, “Le Christianisme a-t-il fait faillite?” (1954) (“Is Christianity Bankrupt?”).  Arcand’s long French quote has therefore been directly translated from Arcand’s French, without any further historical support.  It should be noted that Arcand was gifted with an encyclopedic memory; he often quoted by heart, with accurate content although the words may have varied or were compressed.  While other sources associate, “Ecrasez l’infâme” with the Catholic Church, Arcand associates it with Christ, while his long quote from Voltaire to complete the epithet is clearly a satire on the crucifixion and death of Christ.  The New Testament reports in Matthew 27:46 King James Version (KJV) that before he died on the cross, Christ called out loud, “Eli, Eli, lama sabachthani?”  “That is to say, My God, my God, why hast thou forsaken me?”.  This is probably what the long quote refers to when Voltaire is alleged to have said that Christ called loudly for a priest.

L’élément emblématique de la citation, « Ecrasez l’infâme », est expliqué à divers endroits comme faisant référence à des crimes présumés de l’Église catholique; et est lié à sa première utilisation dans la lettre de Voltaire à D’Alembert en octobre 1760.

The iconic element of the quote,“Ecrasez l’infâme” (“Crush the infamous”), is explained in various locations as referring to alleged crimes of the Catholic Church; and is linked to its first use in Voltaire’s letter to D’Alembert in October 1760.

Ecrasez l’infâme” peut aussi être une inversion de la croyance catholique selon laquelle la Vierge Marie, épargnée par Dieu du péché originel, devait remporter sa propre victoire sur le diable et “écraser” sa tête, représentée par la tête du serpent.

Ecrasez l’infâme” (“Crush the infamous”) may also be an inversion of the Catholic belief that the Virgin Mary, spared by God from original sin, was to have her own special victory over the devil, and would “crush” his head, represented by the head of the serpent.

[34]
[34]
 
“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”
“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

Dans leur forme moderne, le sionisme et le communisme sont issus du même berceau :  “L’Union des Juifs pour la civilisation et la science”, fondée à Berlin en 1819 par Moses ben Mendel alias Mendelssohn, Heinrich Heine et quelques autres, tous maçons et d’esprit révolutionnaire.  Enquêtée fréquemment et étroitement surveillée par la police, cette société fut dissoute en 1824 et se transforma en deux tronçons dont l’un devait devenir graduellement le corps du Sionisme messianique et l’autre le parti communiste international.  Karl Marx était en contact avec les membres de 1’“Union” et fut aidé par eux.

In their modern form, Zionism and Communism come from the same cradle:  “The Union of Jews for Civilization and Science”, founded in Berlin in 1819 by Moses ben Mendel aka Mendelssohn, Heinrich Heine and a few others, all Masons and revolutionary minds.  Frequently investigated and closely watched by the police, this society was dissolved in 1824 and turned into two sections, one of which was to gradually become the body of Messianic Zionism and the other the International Communist Party.  Karl Marx was in contact with the members of the “Union” and was aided by them.

Programme à l’échelle mondiale

Global Program

Tout le programme conjugué du sionisme, du marxisme et de la franc-maçonnerie est exposé dans les “Protocoles des Sages de Sion” traduits et publiés par Serge Nilus il y a déjà cinquante ans.  Tout ce qui s’est passé depuis un demi-siècle y est décrit, souvent avec beaucoup de détails.  Voici les items les plus importants énumérés dans ce plan de conquête du monde :

The whole combined program of Zionism, Marxism and Freemasonry is set forth in the “Protocols of the Elders of Zion” translated and published by Serge Nilus fifty years ago.  Everything that has happened in the past half a century is described, often in much detail.  Here are the most important items listed in this plan of world conquest:

“Contrôle de l’or, de la finance mondiale, provocation d’écroulements économiques et de paniques, encouragement à une spéculation effrénée, établissement de monopoles mondiaux, conquête du contrôle mondial de la presse et la diffusion des nouvelles ; substitution de républiques dans les états monarchistes ;*  promotion de politiciens tares ou compromis à la tête des affaires, multiplication des scandales politiques afin de tuer dans les foules le respect de l’autorité ; propagation du darwinisme, du vice, de l’immoralité, de l’alcoolisme ; multiplication des théories les plus variées pour créer le doute, détruire la foi.  jeter l’humanité dans la confusion ; multiplication effrénée des spectacles, amusements, tournois, concours, afin de ne pas laisser aux foules le temps de penser et les empêcher d’avoir une vie intérieure ; voir à ce que le coût de la vie augmente à mesure que sont haussés les salaires pour que les foules travailleuses soient dans un état constant d’insécurité et de mécontentement ; dépréciation constante des monnaies nationales et du niveau de vie ; endetter et finalement ruiner les états par une course aux armements ; provocation de guerres mondiales, empêchement du retour a la paix, accentuation d’une guerre des nerfs jusqu’à ce que l’humanité, en désespoir de cause, se rende aux conditions juives ; constitution d’un gouvernemenf mondial qui doit se transformer en dictature mondiale sous un roi-pontife juif établissant le règne messianique d’Israël sur toutes les races et tous les peuples définitivement subjugués.  On trouve dans le même livre de curieux passages concernant les emprunts internationaux, l’utilisation des germes microbiens pour créer des épidémies, voire un passage ou est prévue la possibilité d’un épisode comme celui d’Hitler et les moyens d’y parer (… “il est trop tard pour que pareil génie puisse contrecarrer nos plans … nous liguerons contre lui les pays environ-

“Control of gold, of global finance, provocation of economic collapses and panics, encouraging of unbridled speculation, establishment of global monopolies, conquering of control over the world press and dissemination of the news; the substitution of republics for monarchist states *, the promotion of incompetent or compromised politicians to the head of business, the multiplication of political scandals in order to kill respect for authority among the masses, the spreading of Darwinism, of vice, immorality, alcoholism; of the most varied theories to create doubt, to destroy faith, to throw humanity into confusion; a frantic increase in the number spectacles, amusements, tournaments, contests, so as not to allow time for the masses to think and to prevent them from having an inner life, see to it that the cost of living increases as wages are raised so that the working masses are in a constant state of insecurity and discontent; constant depreciation of national currencies and standard of living; to run governments into debt and ultimately ruin them with an arms race; the provocation of world wars, hamper the return to peace, accentuate a war of nerves until humanity, in desperation, surrenders itself to Jewish conditions; the constitution of a world government which is to be transformed into a world dictatorship under a Jewish pontiff-king establishing the messianic kingdom of Israel over all the races and peoples definitively subjugated.  The same book contains curious passages concerning international borrowing, the use of microbial germs to create epidemics, and even a passage where the possibility of an episode like that of Hitler and the means for countering it are foreseen (…  “it is too late for such a genius to be able to thwart our plans … we will league against him all the surrounding countries …

__________
Note du traducteur :  «la substitution des républiques aux États monarchistes».  Prenez bonne note de l’attaque contre le Canada par le biais des référendums québécois de 1980 et 1995, qui sont communistes et pas du tout «séparatistes».  (Voir en ligne, à savoir, «Canada, How The Communists Took Control».)  Leur objet est de substituer une république québécoise à une province monarchiste ; et de propager la substitution à l’échelle canadienne, évacuant ainsi notre couronne, un obstacle à la république universelle des sionistes.

__________
Translator’s note:  “the substitution of republics for monarchist states”  Notice the attack on Canada through the Quebec referendums of 1980 and 1995, which are Communist, not “separatist”.  (See online, i.e., “Canada, How The Communists Took Control”.)  Their object is to substitute a Quebec republic for a monarchist province; and to spread the substitution Canada-wide, thereby ousting our Crown, an impediment to the Zionists’ world republic.

[35]
[35]
 
“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”
“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

nants … nous lui répondrons par les canons américains, chinois, etc.”).  Le livre annonce aussi que l’athéisme sera imposé aux peuples non-juifs mais que, après une génération, le déisme judaïque leur sera imposé”.

we will answer him with American and Chinese canons, etc.”  The book also announces that atheism will be imposed on the non-Jewish peoples but that after a generation, Jewish deism will be imposed upon them.”

Ce livre des “Protocoles” sionistes a été passionnément controversé.  On n’a jamais tenté d’en nier le contenu, on a seulement essayé de le ridiculiser, depuis qu’une copie en a été cataloguée au British Muséum en 1906.  Les experts juifs ne se sont attaqués qu’à l’origine du livre.  Ils l’ont déclaré “un faux”, parce qu’il contient quelques pages semblables à celles qu’on peut trouver dans les “Dialogues aux enfers entre Machiavel et Montesquieu”, par Maurice Joly.  Un “faux” est toujours une copie d’un document authentique qui existe déjà.  Il se peut qu’il en soit de même des “Protocoles” qui alors, reproduiraient un plan authentique.  De fait, Maurice Joly était un Juif né sous le nom de Moses Joel, maçon et inféodé dans les cercles marxistes révolutionnaires ; en plus, le livre de Maurice Joly est presque une copie d’un autre livre de dialogues publié par le Juif Jacob Vénédey, grand ami des Mendelssohn, Marx, Heine, Engels, etc., membre des cénacles sioniste, communiste et maçonnique.  Si les “Protocoles” sont une œuvre antisémitique de mauvaise foi, comment ses détracteurs peuvent-ils logiquement lui reprocher de reproduire ce qu’ont écrit des Juifs des hauts cercles marxiste et sioniste ?  Quoi qu’il en soit, ce que les “Protocoles” ont annoncé il y a cinquante ans s’est réalisé avec tant d’exactitude que son ou ses auteurs étaient des prophètes de génie ou d’habiles conspirateurs pourvus de tous les moyens pour exécuter leur complot.  En Russie Soviétique, le seul fait de posséder une copie des “Protocoles” constitue une offense criminelle passible de la peine de mort ; dénoncer l’existence d’un complot juif dans une loge maçonnique constitue une infraction si grave contre la “fraternité”, le “progress” et la “libre-pensée” que son auteur peut encourir l’ultime anathème de la secte.  Le même esprit maçonnico-marxiste a envahi partout la Fraternité Judéo-chrétienne, d’origine sioniste, où les doctorantins chrétiens utilisés comme paravents de respectabilité fulminent leurs excommunications personnelles contre la charité militante d’autres chrétiens qui, appuyés sur des autorités autrement chrétiennes que celle des maçons ou marxistes juifs, scellent par des tribulations nombreuses et joyeusement acceptées leur devoir vraiment chrétien de défendre les derniers bastions encore intacts ; c’en est tellement triste qu’on ne peut que prier pour le dèsaveuglement de ces doctrillons convertis par la Synagogue au problème d’unir l’eau avec le feu, l’ombre avec la réalité, le mensonge avec l’erreur.  Pour des chrétiens authentiques, être attaqués ou diffamés par la Fraternité Judéo-chrétienne est un honneur aussi grand que de l’être par toutes les teintes de rougisme, par le sionisme, par la maçonnerie, car c’est a l’identité des inimitiés et des hostilités que l’on reconnaît les déviations d’une même école et les oiseaux d’un même plumage.

This book of Zionist “Protocols” has been passionately controversial.  No attempt has been made to disprove the content.  Since a copy was catalogued at the British Museum in 1906, there have only been attempts to ridicule it.  The Jewish experts have only attacked the book’s origin.  They have declared it a “forgery” because a few of its pages are similar to those found in “Dialogues in Hell between Machiavelli and Montesquieu” by Maurice Joly.  A “forgery” is always a copy of an authentic document that already exists.  It may be the same for the “Protocols”, which would then reproduce an authentic plan.  In fact, Maurice Joly was a Jew born under the name of Moses Joel, a Mason and loyal insider in revolutionary Marxist circles; and Maurice Joly’s book is almost a copy of another dialogue book published by the Jew Jacob Vénédey, a great friend of the Mendelssohns, of Marx, Heine, Engels, etc., a member of Zionist, Communist and Masonic cenacles:  If the “Protocols” are an anti-Semitic work in bad faith, how can its critics logically blame it for reproducing what Jews from the upper Marxist and Zionist circles wrote about?  Be that as it may, what the “Protocols” announced fifty years ago has been fulfilled with such exactitude that its authors were either prophets of genius or skilful conspirators equipped with all the means to execute their plot.  In Soviet Russia, the mere possession of a copy of the “Protocols” is a criminal offense punishable by death; denouncing the existence of a Jewish conspiracy in a Masonic lodge constitutes such a serious offense against “fraternity”, “progress” and “free thought” that its author may incur the ultimate anathema of the sect.  The same Masonic-Marxist spirit has invaded the whole of the Zionist-origin Judeo-Christian Fraternity, where Christian doctorants used as fronts of respectability fulminate their personal excommunications against the militant charity of other Christians who, relying on Christian authorities, other than those of the Jewish Masons or Marxists, seal with numerous and happily accepted tribulations their truly Christian duty to defend the last intact bastions.  All of that is so sad that one can only pray for the recovery of their sight by these blinded little doctorants converted by the Synagogue to the problem of uniting water with fire, shadow with reality, and the Lie with Error.  For genuine Christians, to be attacked or defamed by the Judeo-Christian Fraternity is an honor as great as it is to be attacked by every hue of redness, by Zionism, by Masonry, for it is by the identity of enmities and hostilities that we recognize deviations of the same school and birds of the same feather.

[36]
[36]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

Eliminer le Christ du globe

Eliminate Christ from the globe

En Amérique du Nord, on ne fait pas de lutte réelle au communisme, aboutissement final de dix-neuf siècles d’hérésies et de trois siècles de révolutions politiques dont le but est de changer l’ordre voulu par Dieu en ce monde.  Pour tout le continent, on ne saurait que reconnaître une seule exception :  celle du gouvernement de Québec qui confisque toute littérature communiste du seul fait qu’elle est communiste et ferme au cadenas les salles de réunions communistes.*  Partout, ailleurs, c’est la tolérance bénévole de la propagande communiste au nom de la “liberté de parole”.  Aux Etats-Unis, les campagnes et enquêtes du sénateur McCarthy visent uniquement à éliminer des services publics américains ceux qui peuvent être des agents d’une puissance étrangère, nommément la Russie, soit par participation aux agences politiques et militaires du gouvernement russe, soit par participation à l’Internationale Communiste que le même gouvernement contrôle.  Ceux que les lois punissent sont uniquement ceux qui prêchent le renversement du gouvernement par la force et la violence, ce qui signifie bien des choses car le gouvernement américain reconnaît, en Amérique du Sud, des régimes politiques parvenus au pouvoir par la force et la violence ; de plus, c’est exactement par ce moyen là que George Washington et ses amis ont renversé le gouvernement légitime de leur époque, moyen exalté et glorifié dans tous les manuels d’histoire américains.  Quant à la réalité du communisme, sa doctrine et ses “principes” qui attaquent sans répit dans les foules l’existence de Dieu, de l’âme humaine, de la moralité religieuse, de la souveraineté nationale, de la propriété privée, de la famille considérée comme institution, fondements de l’ordre qui nous régit, les pouvoirs publics ne s’en soucient nullement; ils laissent prêcher ces négations perverses, laissent ces poisons circuler dans l’organisme national.  Toujours au nom de la “liberté de parole” et suivant le vieil axiome libéral qu’il “faut laisser à l’erreur la même latitude qu’à la vérité”.  Le gouvernement fédéral canadien fait exactement la même chose.  Pour lui, tenter de changer l’Ordre physique par violence est le plus grand des crimes; mais violenter l’Ordre de l’Esprit est si peu mal qu’il faut le tolérer.  Comme si les idées mauvaises, tolérées avec complaisance, ne devraient pas finir par renverser l’Ordre physique lui-même ou le conduire aux plus pénibles catastrophes, puisque l’Ordre physique dépend lui-même de l’opinion.  Pareille ignorance volontaire n’équivaut-elle pas à une négation totale du spirituel, aussi bien en libéralisme qu’en communisme?  On en voit déjà le résultat dans la foule laissée sans défense.  En effet, quand on demande à des gens qui se disent anticommunistes ce qu’il faudrait faire pour réaliser une société de justice et de paix, considérable est le pourcentage de ceux qui donnent sans le savoir des réponses du plus pur marxisme.  Où se lanceront ces foules quand des mou-

In North America, there is no real struggle against communism, the final culmination of nineteen centuries of heresies and three centuries of political revolutions whose goal is to change the order God wants in this world.  For the whole continent, we can only recognize one exception:  that of the Quebec government, which confiscates communist literature just because it is communist and padlocks communist meeting rooms.*  Everywhere else, there is voluntary tolerance of Communist propaganda in the name of “freedom of speech”.  In the United States, Senator McCarthy’s campaigns and inquiries are aimed solely at eliminating from the US public service those who may be agents of a foreign power, namely Russia, either through participation in the political and military agencies of the Russian government, or by participation in the Communist International that the same government controls.  The law punishes only those who preach the overthrow of the government by force and violence, which means a lot of things because the US government recognizes, in South America, political regimes that have come to power by force and violence.  Moreover, by exactly this means, George Washington and his friends overthrew the legitimate government of their time, a method exalted and glorified in all the American history textbooks.  As for the reality of communism, its doctrine and its “principles” which relentlessly attack the existence of God, the human soul, religious morality, national sovereignty, private property, the family as an institution, the foundations of the order which governs us, the public authorities are not at all concerned.  They allow these perverse negations to be preached, they let these poisons circulate in the national organism, always in the name of “freedom of speech”, according to the old liberal axiom:  “the same latitude must be given to error as to truth”.  The Canadian federal government is doing exactly the same thing.  For it, attempting to change the Physical Order by violence is the greatest crime; but to violate the Order of the Spirit is so minimally evil that it must be tolerated.  As if bad ideas, complacently tolerated, should not end up overthrowing the physical Order itself or leading it to the most painful catastrophes, since the physical Order itself depends on opinion.  Does not such voluntary ignorance amount to a total negation of the spiritual, both in liberalism and Communism?  We already see the result in the masses left defenseless.  Indeed, when people who claim to be anti-communist are asked what should be done to achieve a society of justice and peace, the percentage of those who unknowingly give the most purely Marxist replies is considerable.  Where will these multitudes go when political move-

__________
Note du traducteur:  Arcand fait référence au gouvernement provincial du premier ministre Maurice Duplessis.

__________
* Translator’s note:  Arcand is referring to the Quebec provincial government of Premier Maurice Duplessis.

Note du traducteur :  En 1938, avec l’appui de l’avocat constitutionnel, mondialiste et socialiste, Frank R. Scott (qui était proche de l’Institut royal des affaires internationales, une façade des banquiers internationaux travaillant pour un gouvernement mondial), William Lyon Mackenzie-King, alors Premier ministre du Canada, abroge l’article 98 du Code criminel du Canada qui interdisait l’activité communiste dans le pays. En 1939, King emmena le Canada dans la Seconde Guerre mondiale, allié de la Russie soviétique. Peut-être aurait-il été arrêté pour activités communistes s’il n’avait pas abrogé cette section.

Translator’s note:  In 1938, with support from constitutional lawyer, globalist and socialist, Frank R. Scott (who was close to the Royal Institute of International Affairs, a front of the international bankers working for world government), William Lyon Mackenzie-King, then prime minister of Canada, repealed section 98 of the Criminal Code of Canada which outlawed communist activity in the country.  In 1939, King took Canada into World War II as the ally of Soviet Russia.  Perhaps he’d have been arrested for communist activities if he hadn’t first repealed the section.

Une brochure politique bilingue du Nouveau Parti démocratique intitulée Le NPD et le Québec, qui semble avoir été cataloguée par les Archives du Québec en 1985 (BNQ 000 356 797), présente dans un profil de Frank Scott:

A bilingual political pamphlet of the New Democratic Party entitled The NDP and Quebec (Le NPD et le Québec), which seems to have been catalogued by the Quebec Archives in 1985 (BNQ 000 356 797), reports in a profile of Frank Scott:

“C’est comme constitutionnaliste que Frank Scott fit autorité.  Dans les années 30, M. Scott prit fortement position contre l’article 98 du code criminal qui fut imposé dans la panique lors de la grève générale de Winnipeg.  Lorsque l’autoritaire Maurice Duplessis tenta une similaire suppression de la liberté de pensée, de parole et de réunion par la Loi du Cadenas en 1937, Frank Scott laissa son milieu académique et engagea une dure lutte victorieuse qui alla jusqu’à la Cour Suprême.”

“It was in his special field of constitutional law that Frank Scott wrote and taught with authority.  In the 1930s he had taken a strong stand against Section 98 of the Criminal Code, hastily conceived in the panic of the Winnipeg General Strike.  Quebec’s authoritarian premier, Maurice Duplessis, attempted similar suppression of freedom of thought, speech, and assembly through the Padlock Act of 1937.  Abandoning his academic sanctuary, Frank carried the battle successfully through the Supreme Court.”  See pp. 11-12.

Notez qu’il n’y a pas de liberté de pensée, de parole et de réunion dans les pays communistes; et, ironiquement, à la fin des années 1960, le socialiste Frank Scott s’est opposé idéologiquement à la législation anti-liberté d’expression de son ancien protégé, devenu alors premier ministre autoritaire du Canada, notre communiste non défroqué, Pierre Elliott Trudeau. Trudeau a essentiellement «criminalisé» la Confédération (car tel est le cas) quand il a promulgué des lois sur le «discours de haine» criminelles pour faire taire les Canadiens alors que leur pays leur est volé par une immigration de remplacement massive pour restructurer le Canada dans une ligne de son célèbre poème court, Creed: «Le monde est mon pays».(traduction:)  “Le monde est mon pays”.

Notice that there is no freedom of thought, speech, and assembly in Communist countries; and ironically, in the late 1960s, socialist Frank Scott found himself ideologically opposing the anti-free-speech legislation of his former protégé then become Canada’s authoritarian prime minister, our un-defrocked Communist, Pierre Elliott Trudeau.  Trudeau essentially “criminalized” Confederation (for such is the effect) when he pushed through Criminal “hate speech” laws to silence Canadians while their country is stolen from them by mass replacement immigration to restructure Canada for Frank Scott’s new “social order” summed up in a line of his famous short poem, Creed:  “The world is my country”.

[37]
[37]
 
“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”
“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

vements politiques leur proposeront ces réponses, surtout en temps de crise aiguë ou de panique?

ments offer them these replies, especially in times of acute crisis or panic?

Sionisme, franc-maçonnerie, marxisme, tous trois issus de la même source et nourris de la même sève :  le Talmud, sont des corps étrangers infiltrés dans la grande armature chrétienne, agissant dynamiquement et très nocivement.  Dans leur essence comme dans leur esprit, ils sont à l’opposé radical de l’idée chrétienne; ils cherchent non seulement à éliminer le nom du Christ de notre planète, à détruire Son oeuvre, Son Eglise, mais encore à détruire l’Ordre voulu par Dieu en ce monde et à y substituer un “Ordre Nouveau” matérialiste et sans-Dieu.

Zionism, Freemasonry, Marxism, all three born of the same source, nourished by the same sap, the Talmud, are foreign bodies infiltrated into the great Christian framework, acting dynamically and quite harmfully.  In their essence as in their spirit, they are the radical opposite of the Christian idea.  They seek not only to eliminate the name of Christ from our planet, to destroy His work, His Church, but further to destroy the Order desired by God in this world and to substitute a materialistic and Godless “New Order”.

Puissance de la Haute Banque

Power of the High Bank

Si ces trois grands mouvements, dont le Sionisme est le chef, sont puissants et redoutables, la force sur laquelle ils s’appuient est plus redoutable encore.  Cette force, de contrôle juif aussi, est la Haute Banque Juive Internationale, maîtresse de l’or, du crédit international, du jeu des devises.  Elle a imposé son culte du Veau d’Or dans un monde qui devient de plus en plus un désert de foi, un désert de morale, un désert de patriotisme.  Cette force agit partout, elle influe sur toutes les Bourses, elle a son mot déterminant à dire dans la fixation des prix de tous les produits, elle régit les conditions du commerce international, elle commande aux gouvernements des nations, elle organise et soutient des monopoles mondiaux.  S’il faut en croire des écrivains juifs éminents, ce que l’on enseigne aujourd’hui sous le nom d’“économie” dans nos écoles, collèges et universités n’est qu’une gigantesque fiction fondée sur les sophismes qui servent de justification à l’internationalisme financier; et que, de plus, ce que l’on nomme couramment la loi ou le jeu de “l’offre et la demande” n’est que le résultat des caprices intéressés de l’“église du Veau d’Or” dont seuls profitent les pontifes égoïstes au détriment des masses humaines ignoblement dépouillées.  Le bétail “non-juif” dont le Talmud parle avec tant de mépris n’est-i1 pas fait pour être utilisé par son maître, le pcuple-élu?  C’est la Haute Finance Juive mondiale qui, depuis la première banque Rotschild de Frankfort, a présidé à la formation de tous les trusts mondiaux de denrées alimentaires, commodités, pierres précieuses, métaux précieux, semi-précieux, métaux industriels, innovations, distribution des nouvelles, monopoles du théâtre, de la musique, du cinéma, de la télévision, etc.; de grandes combines non-juives n’ont pu combattre avec un succès définitif dans ces domaines, du moins sur un plan mondial.  Cette puissance incontestée de la Haute Banque Juive, que le “Jewish Encyclopedia” proclame avec orgueil, a aussi été responsable, suivant d’innombrables auteurs chrétiens et juifs, diplomates, financiers, économistes, sociologues, hommes politiques et autres, de TOUTES les révolutions du monde

If these three great movements, of which Zionism is the leader, are powerful and formidable, the power on which they rely is even more formidable.  This power, also under Jewish control, is the International Jewish High Bank, the mistress of gold, international credit and the currency game.  She has imposed her worship of the Golden Calf in a world that is increasingly a desert of faith, a desert of morality, a desert of patriotism.  This force acts everywhere, it influences all the stock exchanges, it has its defining word to say in fixing the price of all products, it governs the conditions of international trade, it commands the governments of the nations, it organizes and supports global monopolies.  If we are to believe eminent Jewish writers, what is now taught under the name of “economics” in our schools, colleges and universities is only a gigantic fiction based on sophisms that serve to justify financial internationalism.  Furthermore, what is commonly called the law or game of “supply and demand” is only the result of capricious interests of the “church of the Golden Calf” and benefits the selfish pontiffs to the loss of the wretchedly plundered human masses.  Are the “non-Jewish” cattle of which the Talmud speaks with such contempt not made to be used by their master, the Chosen People?  Since the first Rothschild Bank in Frankfurt, world Jewish High Finance has presided at the creation of global cartels of all the world’s combines of foodstuffs, commodities, precious stones, precious metals, semi-precious metals, industrial metals, innovations, news distribution, theater, music, cinema and tv monopolies, etc.  The great non-Jewish combines could not contend with final success in these areas, let alone at the global level.  This uncontested power of the Jewish High Bank, proclaimed with pride by the “Jewish Encyclopedia”, has also been responsible, according to countless Christian and Jewish authors, diplomats, financiers, economists, sociologists, politicians and others, for ALL revolutions in the modern world,

[38]
[38]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

moderne, toutes ses guerres locales ou générales, tous ses écroulements économiques, toutes ses perturbations sociales.  Je me contenterai de résumer l’action de la Haute Banque Juive Mondiale en ces quelques mots, car ce seul sujet, pour être clairement expliqué, exigerait deux soirées comme celle-ci, l’une exclusivement consacrée à lire des textes de livres et journaux juifs se vantant de la puissance du Sanhédrin mondial et expliquant par le détail ce que je viens de vous dire en résumé.

all of its local or general wars, all its economic collapses, all of its social disturbances.  I will content myself with summarizing the action of the World Jewish High Bank in these few words, because this one subject, to be clearly explained, would require two evenings like this, one devoted exclusively to reading texts from Jewish books and newspapers boasting of the power of the world Sanhedrin and explaining in detail what I have just told you in summary.

Les grandes organisations dont il a été question jusqu’ici ne sont pas les seules à pousser l’humanité vers cette funeste déviation de son but final et que l’on ne peut que nommer “le messianisme matérialiste juif”.  Elles sont servies, dans leur action qui ne connaît ni repos ni répit, par d’innombrables mouvements dont la caractéristique générale est d’être, non pas supra-nationaux, mais pleinement internationaux.

The major organizations discussed so far are not the only ones to push humanity towards this fatal deviation from its ultimate goal, which can only be called “Jewish materialistic messianism”.  They are served, in their action which knows neither rest nor respite, by innumerable movements whose general characteristic is to be, not supra-national, but fully international.

De ces mouvements, il y en a pour tous les goûts, toutes les faiblesses, tous les penchants, toutes les “spécialités”, tous Les intérêts, tous les “passe-temps”; il y en a pour les esprits timorés, pour les tièdes, pour les neutres, pour les hésitants, pour les sceptiques, pour les emmêlés, pour les férus de sociologie, les férus de finance, les férus d’économie, les férus de science pure, les férus d’histoire, les férus de théologie, les férus de philosophie, les férus de morale, les férus de psychologie, voire les férus des beaux-arts.  C’est normal, car s’il y a un “corps mystique du Christ”, il y a nécessairement un “corps mystique de Satan” si l’on veut pousser à sa conclusion logique la parole du Sauveur “Qui n’est pas avec moi est contre moi”.  Sociétés et clubs internationaux, organismes de philanthropie ou de fraternité en rivalité avec les organismes de “charité pour la grâce sanctifiante”, mouvements pour un paradis sur terre en opposition au mouvement pour un paradis dans l’au-delà, mouvements d’occultisme ou de spiritisme, d’athéisme ou de libre-pensée, de théosophic ou de mysticisme, de gnosticisme ou de magie.  Pour chaque thèse chrétienne connue, il y a une antithèse antichrétienne, dans tous les domaines imaginables de l’activité humaine.  Ces antithèses sont richement soutenues, disséminées avec patience et opiniâtreté, revêtant l’apparence et la forme voulues pour le milieu qu’elles doivent pénétrer.  Et lorsqu’on examine la race humaine dans tous ses aspects, surtout institutionnels et sociaux, on se demande quel milieu n’a pas été pénétré par le terrible virus.

There are movements for all tastes, for all weaknesses, all inclinations, all “specialties”, all interests, all “hobbies”; there are those for timid spirits, for the lukewarm, for the neutral, the hesitant, for skeptics, for the muddled, for sociological aficionados, for finance buffs, economy buffs, pure-science buffs, history buffs, theology buffs, philosophy buffs, moral buffs, psychology buffs, and even fine-arts buffs.  This is expected, for if there is a “mystical body of Christ”, there is necessarily a “mystical body of Satan”, if the Saviour’s affirmation, “He who is not with me is against me”, is pushed to its logical conclusion.  There are international societies and clubs, philanthropic or fraternal organizations in rivalry with organizations of “charity for sanctifying grace”, movements for a paradise on earth in opposition to the movement for a paradise in the afterlife, movements of occultism or spiritualism, atheism or free thought, theosophy or mysticism, gnosticism or magic.  For every known Christian thesis, there is an antichristian antithesis in every imaginable field of human activity.  These antitheses are richly supported, disseminated with patience and obstinacy, assuming the appearance and form desired for the environment they must penetrate.  And when we examine the human race in all its aspects, above all institutional and social, we wonder what environment has not been penetrated by the terrible virus.

La sexologie païenne

Pagan sexology

Parmi toutes ces antithèses, ces déviations ou distorsions dont pas une seule ne trouve son origine dans la doctrine chrétienne, il en est quelques-unes qui font de terribles ravages et qu’il convient de souligner particulièrement, surtout parce qu’un segment assez

Of all these antitheses, these deviations or distortions, not one of which originates in Christian doctrine, some are extremely devastating and particularly noteworthy, especially because a considerable segment

[39]
[39]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

considérable de la chrétienté s’y laisse prendre, ou refuse de les combattre, ou ne les repousse que mollement.  Ce sont, pour citer les principales, le freudisme, le darwinisme et le scientisme.

of Christendom allows itself to be taken in, or refuses to fight them, or spurns them only feebly.  These are, to cite the main ones, Freudianism, Darwinism and Scientism.

Le freudisme, ou psychanalyse, constitue la matérialisation intégrale de la psychologie telle que nous l’enseigne la scolastique.*  Son initiateur et prophète est le Juif Sigmund Freud, qui a voulu ramener à l’instinct sexuel toutes les activités conscientes ou inconscientes de l’homme.  Pour Freud, ce n’est plus le cerveau ni le cœur qui sont responsables de nos pensées ou nos actes, c’est le sexe.  Intelligence et sentiment sont subordonnés à une fonction animale, tête et poitrine sont soumises au ventre !  En nos temps modernes où l’Erreur est gobée d’autant plus vite qu’elle est plus grossière, il n’en fallait pas plus pour que Freud fût proclamé demi-dieu et que son sophisme fût érigé en système “scientifique”.  C’est à ce système qu’il faut remonter pour trouver la principale source de paganisme, d’immoralité et de criminalité qui déferlent aujourd’hui sur notre monde.  Car, avant de se répercuter jusqu’au bas de l’échelle sociale, par la voie des publications populaires, livres de vulgarisation, comiques, etc., le freudisme avait été ingurgité par la tête même du corps social :  universités, académies, moralistes, sociologues et juristes.

Freudianism, or psychoanalysis, constitutes the integral materialization of psychology as taught by Scholasticism.*  Its initiator and prophet is the Jew Sigmund Freud, who sought to link all of man’s conscious or unconscious activities to the sexual instinct.  For Freud, it is no longer the brain nor the heart that are responsible for our thoughts or actions, it is sex.  Intelligence and feeling are subordinated to an animal function, the head and chest are subject to the belly!  In our modern era, when Error is gulped down all the more quickly the grosser it is, nothing remains but for Freud to be proclaimed a demi-god and his sophism erected into a “scientific” system.  The main source of the paganism, immorality and criminality sweeping our world today is traceable to this system.  Because, before it penetrated down to the rank and file through popular publications, books and comics, etc., Freudianism had been ingurgitated by the very head of the social body:  universities, academies, moralists, sociologists and jurists.

Ce qui distingue le plus le christianisme de toutes les théories religieuses de tous les temps, et cela d’une façon saisissante, c’est sa moralité sexuelle.  De toutes les religions dont l’histoire fasse mention, aucune, dans son éthique, n’a plus exalté la virginité et n’a attaché plus de prix à la chasteté, considérée comme vertu héroïque de victoire sur soi-même et de renoncement.  Jamais, en même temps, plus que l’Eglise, une institution religieuse n’a accordé un plus émouvant respect et une plus grande vénération au mariage et à l’amour des époux qu’elle compare à sa propre union avec le Christ.  C’est ce qui fait, plus que toute autre chose, la différence entre la civilisation chrétienne et celle qui l’a précédée, la civilisation olympienne ou gréco-latine, porteuse des aberrations et immoralités que lui avaient léguées tous les paganismes précédents.  C’est pourquoi il n’est pas possible de trouver, comme s’entêtent à le faire les historiens matérialistes, de lien éthique ou moral entre la civilisation de la Rome païenne et celle de la Rome chrétienne.  Car, entre toutes les données théologo-morales de l’antiquité, de Rome autant que d’ailleurs, et le Sermon sur la Montagne, il y a un abîme sur lequel il n’est pas possible d’établir un pont de liaison.  Ces données religieuses sont d’une extrême importance puisqu’elles fournissent le fondement de la moralité publique et sa législation dans chaque civilisation.

What distinguishes Christianity the most from all the religious theories of all times, and this in a striking way, is its sexual morality.  Of all the religions mentioned by history, in its ethics none has so exalted virginity nor put a higher price on chastity, regarded as an heroic virtue of victory over oneself, and renunciation.  At the same time, never has a religious institution accorded to marriage and to spousal love more moving respect and greater veneration than the Church, which compares them to its own union with Christ.  This, more than anything else, differentiates Christian civilization from the Olympian or Greco-Latin civilization which preceded it, and which bore the aberrations and immorality that all the preceding paganisms had bequeathed to it.  This is why it is not possible to find, as materialistic historians insist, the ethical or moral link between the civilization of pagan Rome and that of Christian Rome.  Because, between all the theologo-moral data of antiquity, of Rome as of elsewhere, and the Sermon on the Mount, there is an abyss over which it is not possible to establish a connecting bridge.  These religious data are extremely important since they provide the foundation of public morality and its legislation in every civilization.

Aux deux époques les plus avancées de la civilisation olympienne, les époques classiques d’Athènes et de Rome, florissait une moralité que le christianisme ne saurait qualifier que de dépravation.  Le grand “sage” Solon n’érigea-t-il pas la prostitution à la hauteur d’un culte religieux et d’un service gouvernemental ?  A

At the two most advanced epochs of the Olympian civilization, the classical epochs of Athens and Rome, a morality flourished that Christianity could only describe as depravity.  Did the great “sage” Solon not erect prostitution to the level of a religious cult and a governmental service?  With

__________
Note du traducteur :  Le système de philosophie dominant en Europe médiévale; basé sur Aristote et les Pères de l’Église.

__________
* Translator’s note:  The system of philosophy dominant in medieval Europe; based on Aristotle and the Church Fathers.

[40]
[40]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

même les fonds publics, il construisit les dictéria, temples de prostitution, et acheta des filles esclaves (dictériades) qui, devenues fonctionnaires d’Etat, devaient satisfaire aux caprices de tout venant.  Et tout cela en l’honneur de la “divinité” !  Il fit de l’adultère un service public et une source de revenus.  Il encouragea les orgies bacchanaliennes, reflux de la Babylone ultra-méditerranéenne où, au moins une fois l’an, toute femme du pays devait se prostituer au premier venu.  C’est dans la même Babylone que se pervertirent les porteurs du mosaïsme, que naquit le Talmud avec sa kabbale, ses sortilèges, sa nécromancie, ses évocations démoniaques, son pré-manichéisme, ancrés si profondément chez les élites juives que le Sauveur des hommes, lorsqu’il dut les apprécier et les juger pour toujours (pharisiens, sadducéens, scribes, etc.), proféra contre eux des termes si violents et si durs que personne encore n’a osé qualifier ainsi des êtres humains.

public funds, he built the dictaria, temples of prostitution, and bought slave girls (dicteria) who, having become state officials, had to satisfy the whims of all comers.  And all this in honor of the “divinity”!  He made adultery a public service and a source of income.  He encouraged the Bacchanalian orgies, the backward surge of ultra-Mediterranean Babylon where, at least once a year, every woman in the country had to prostitute herself to whatever man.  In that same Babylon, the bearers of Mosaicism were perverted, the Talmud was born with its Kabbalah, its spells, its necromancy, its demonic evocations, its pre-Manichaeanism so deeply rooted in the Jewish elites that the Savior of men, when he had to appraise and judge them forever (Pharisees, Sadducees, scribes, etc.), damned them in terms so violent and harsh that no one since has dared to call human beings.

Au-dessus des dictériades, simples fonctionnaires-esclaves, la civilisation olympienne produisit les aulétrides, joueuses de flûte, et nudistes dont la perversion, dont les danses d’une indescriptible immoralité (revenues timidement aujourd’hui sous le nom de “striptease” ou “spécialité de spectacle de nuit”), feraient fortune en nos temps modernes sans nécessité d’être sous les auspices de Vénus Péribasia ; non plus que les horreurs perpétrées sous le patronage d’Isis en Egypte ou de Vénus Mylitta en Assyrie et dont Hérodote, s’il vivait encore, trouverait autant de reflets en notre Occident contemporain qu’il en avait trouvés dans le monde gréco-latin.

Above the dicteria, mere slave-functionaries, the Olympian civilization produced the auletrides, flute players, and nudists whose perversion — including dances of indescribable immorality (timidly back today as the “striptease” or “Specialty night show”) — would make a fortune in our modern times with no need for the auspices of Venus Perbasia; nor the horrors perpetrated under the patronage of Isis in Egypt or of Venus Mylitta in Assyria, of which Herodotus, if he still lived, would find as many reflections in our contemporary West as he had found in the Greco-Latin world.

Au-dessus des aulétrides, il y avait les hétaïres, ces prostituées de luxe qui se piquaient d’intellectualisme, servaient de propagandistes aux écrivains et artistes illustres, roulaient chariot sculpté et trônaient dans les portiques et les académies.  Les grands “sages” avaient chacun la sienne ou se partageaient la même à trois ou quatre, tels Platon, Socrate, Aristote, Alcibiade, Périclès, Thémistocle, le tyran dégénéré Pythagore, les grands tragédiens, acteurs-sculpteurs et chefs politiques.  Lorsque Aristophane écrivit “Les Nuages”, ce fut comme pamphlet pour provoquer le procès et la condamnation de Socrate, parce que ce dernier n’avait pas voulu lui partager, comme avec tant d’autres, les faveurs de son hétaïre Aspasie ; c’est ainsi que d’une querelle pour une prostituée d’une lubricité peu commune, la légende déguisée en Histoire a fait monter l’immoral et sodomiste Socrate sur un semblant de Golgotha.  Tous ces grands “sages” avaient des épouses, mais celles-ci n’étaient considérées que comme des incubatrices, des domestiques, voire d’humbles servantes pour préparer les festins offerts aux hétaïres, aux invertis et pédérastes dont les grands “sages” plaçaient les faveurs même au-dessus des complaisances féminines.

Above the auletrides were the hetaeras, deluxe prostitutes who prided themselves on intellectualism, served as propagandists to famous writers and artists, and rolled enthroned in sculpted chariots in the porticoes and academies.  Each great “sage” had his own or shared the same one among three or four, such as Plato, Socrates, Aristotle, Alcibiades, Pericles, Themistocles, the degenerate tyrant Pythagoras, the great tragedians, actors-sculptors and political leaders.  When Aristophanes wrote “The Clouds”, it was like a pamphlet to provoke the trial and death sentence of Socrates, who had not wanted to share with him, as with so many others, the favors of his own hetaera, Aspasia.  Thus, from a quarrel over a prostitute of uncommon lustfulness, legend disguised as History has raised up the immoral sodomite Socrates on a sham Golgotha.  All these great “sages” had wives, but they were only considered as incubators, domestic servants, even lowly servants to prepare the feasts offered to hetaeras, and to insertees and pederasts whose favors the great “sages” set even above feminine indulgence.

La même situation de “moralité” se retrouva, à un degré de vulgarité plus avilie, sous la grande époque classique romaine des Virgile, Tacite, Tite-Live, Pétrone, des césars Jules, Auguste, Tibère, du poète Horace qui écrivit toutes ses odes au lendemain

The same state of affairs with respect to “morality” was found at a more degraded level of vulgarity in the great classical Roman period of Virgil, Tacitus, Livy, Petronius; the Caesars:  Julius, Augustus, Tiberius; and the poet Horace who wrote all his odes in the aftermath

__________
Glossaire :  aulétrides :  le pluriel de aulétride; signifie courtisanes ou concubines, femmes prostituées qui cohabitent avec des hommes importants.  Un pédéraste est quelqu’un qui utilise sexuellement les jeunes garçons ; une sodomite prend sexuellement les hommes adultes ; un inverti est un homme qui assume le rôle sexuel d’une femme et désire être possédé ; des portiques, un porche ou une entrée d’un bâtiment constitué d’une zone couverte et souvent à colonnes, comme dans un portique à colonnes.

__________
Glossaryauletrides:  the plural of auletris; meaning courtesans or concubines, female prostitutes who cohabit with important men.  A pederast is someone who sexually uses young boys; a sodomite sexually takes to grown men; an insertee is a male who assumes the sexual role of a woman and desires to be possessed; porticoes, a porch or entrance to a building consisting of a covered and often columned area, as in a columned portico.

[41]
[41]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

d’orgies dans les lupanars, Cicéron, Marc-Antoine et leurs illustres contemporains.  C’est pourquoi, lorsque le message de pureté et de renoncement du christianisme arriva dans la Grèce conquise et la latinité à son pinacle, ce fut dans les foules rongées par l’amertume du dégoût et de la honte comme une rosée rafraîchissante, un message de beauté, de consolation, de relèvement et d’espoir.  Filles et femmes surtout, jusque-là simple bétail d’amusement, sentirent la vérité et la réalité de leur âme, la noblesse de leur nouvelle considération.  Ce sont elles qui, par leur nombre et leur influence, par leur nouvel idéal et leurs sacrifices, firent la force naissante et finalement le triomphe du christianisme.  Celui-ci en retour, exalta à un degré jamais connu la beauté de la jeunesse pure, la sublime grandeur de la maternité et émancipa la femme de juste émancipation à mesure que se développa le culte marial.  La dignité que la femme a conquise en Occident, c’est au christianisme, et à lui seul, qu’elle le doit.

of orgies in the lupanars; and Cicero, Marcus-Antonius and their illustrious contemporaries.  That is why the message of Christianity — of purity and renouncement — arrived like a refreshing dew in conquered Greece and Latinity at their pinnacle:  a message of beauty, of consolation, renewal and hope.  Above all, girls and women, till then mere animals for amusement, felt the truth and reality of their souls, the nobility of their new importance.  It was they who, by their numbers and influence, through their new ideal and their sacrifices, produced the rising force and finally the triumph of Christianity.  Which in return, to a degree never known, exalted the beauty of pure youth, the sublime grandeur of maternity and emancipated woman with a righteous emancipation as the Marian cult developed.  The dignity conquered by Western woman is owed to Christianity, and to it alone.

__________
Glossaire :  lupanars :  le pluriel de lupanar (Latin); une maison de passe ou un bordel d’antiquité.

__________
Glossarylupanars:  the plural of lupanar (Latin); a whorehouse or brothel of antiquity.

[42]
[42]

 

Subscribe to be informed of the next instalment.

Abonnez-vous pour être informé du prochain segment.

 

Is Christianity Bankrupt?” – Preview of a talk by Adrien Arcand at Montreal in 1954

“Conqueror of all the dead storms ...” Adrien Arcand, 1954

“Conqueror of all the dead storms …”  Adrien Arcand, writing in IS CHRISTIANITY BANKRUPT? (1954), English translation by Adrien Arcand Books.

László Kövér, quoted by the British National Party on 24 March 2018, (“Hungarian Parliament warned of anti-human ‘Global Government’”) said the only solution to Europe’s crisis is a Christian renewal.

For Adrien Arcand, in 1954, the world was in crisis.  In this talk for the Montreal Committee for Social Research, Arcand predicted that something like a Christian renewal would occur.

I’m currently translating Arcand’s lecture notes, having OCR’d the scan I made of his original document in the Quebec archives on 16 January 2018.  The talk was published by Service Canadien de Librairie in 1954 and is listed as follows in the Archives’ catalogue:

Le Christianisme a-t-il fait faillite ? / Adrien Arcand, 1954

“Le Christianisme a-t-il fait faillite ?”: “notre devoir devant les faits”: deux causeries (two talks): mai-juin 1954 / Adrien Arcand. Call number: 261.A668c 1954.

Translation:  “Is Christianity Bankrupt?”:  “our duty given the facts”:  two talks:  May-June 1954 / Adrien Arcand.  Call number:  261.A668c 1954.

There’s a wonderful quote from that talk that I would like to open with, illustrated in the image above.  Said Arcand:

“When we talk about Christianity in the whole of the twenty centuries it spans, we have especially in mind the image called Roman Catholicism, which forms the root and trunk of the tree, with a continuity impossible to doubt.

Many lateral branches have formed on this multisecular trunk, some fell long ago, others withered, others became anemic, producing fewer and fewer leaves, but the primitive trunk is still there, standing and vigorous, conqueror of all the dead storms unleashed against it.”

Here’s the French:

“Lorsque l’on parle du christianisme dans l’ensemble des vingt siècles qu’il enjambe, on a surtout présente à l’esprit l’image dit catholicisme romain, qui forme la racine et le tronc de l’arbre, avec une continuité qu’il n’est pas possible de mettre en doute.

Bien des branches latérales ont tigé sur ce tronc multiséculaire, les unes tombées depuis longtemps, les autres desséchées, les autres anémiées et produisant de moins en moins de feuilles, mais le tronc primitif est toujours là, debout et vigoureux, vainqueur de toutes les tempêtes mortes de s’être trop dépensées contre lui.”

The quote is from the opening segment of his talk.  Much of that segment is relevant to László Kövér’s appeal for a return to Western Christian principles.  I therefore quickly finalized a few pages yesterday, to share today as a preview.
 

IS CHRISTIANITY BANKRUPT?

EXCERPT FROM A WORK IN PROGRESS

For the first time in English

Download Téléchargez

 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

PRÉAMBULE

PREAMBLE

Le Comité Montréalais de Recherches Sociales m’a invité à inaugurer la série de conférences qu’il entend offrir au public que son genre de recherches peut intéresser.  C’est un périlleux honneur dont je ne sous-estime pas les difficultés, sachant que d’autres me suivront sur cette tribune ou une autre pour faire valoir des idées et des points de vue différents.

The Montreal Committee for Social Research has invited me to inaugurate the series of lectures it intends to offer to the public that its kind of research may interest.  It is a perilous honor whose difficulties I do not underestimate, knowing that others will follow me, on this rostrum or another, to put forward different ideas and points of view.

Quelque soit le résultat du débat entrepris par le Comité, je crois qu’il aura dans son ensemble des effets bienfaisants, utiles pour la société, ne serait-ce qu’en attirant l’attention d’un plus grand nombre sur le problème capital de notre époque:  la mort ou la survie de notre civilisation chrétienne.

Whatever the result of the debate undertaken by the Committee, I believe that as a whole it will have beneficial effects, useful for society, if only by drawing the attention of a greater number to the crucial problem of our time: the death or survival of our Christian civilization.

“Le malaise qui angoisse le monde actuel est-il voulu ?  Notre devoir devant les faits”.

“Is the malaise which distresses the world today intended?  Our duty given the facts”.

Je ne crois pas que le Comité Montréalais de Recherches Sociales pouvait soumettre à ses conférenciers de sujet plus important et plus captivant, du moins pour ceux qui réalisent la gravité des temps et s’inquiètent de l’avenir.

I do not believe that the Montreal Committee of Social Research could submit to its speakers a more important and more fascinating topic, at least for those who realize the seriousness of the times and are worried about the future.

Je m’en tiendrai strictement à la question posée, de même qu’au titre auquel j’ai été invité, selon les exigences fort raisonnables du Comité ; mais aussi j’ignorerai entièrement les tabous qu’un certain terrorisme social impose davantage chaque jour et je dirai la vérité telle que mes recherches me l’ont fait trouver, suivant la latitude fort raisonnable que le Comité m’a accordée.

I will stick strictly to the question asked, as well as to the purpose for which I have been invited, according to the quite reasonable requirements of the Committee; but I will also completely ignore the taboos that a certain amount of social terrorism increasingly imposes, and I will speak the truth as my research has shown it to me, within the very fair latitude the Committee has granted me.

Dire la vérité, de nos jours, est un privilège qui coûte assez cher et un sport qui comporte bien des risques.  Mais ceux qui consentent à payer le prix et prendre les risques, si grands et si durs soient-ils, reçoivent en retour une “marchandise” qui a bien sa valeur :  la liberté réelle et la paix qu’elle confère.

To tell the truth nowadays is a privilege that is quite expensive and a sport that carries many risks.  But those who consent to pay the price and take the risks, however great and hard they may be, receive in return a “commodity” that has true value:  real freedom and the peace it confers.

Le malaise qui angoisse le monde actuel est-il voulu ?”  S’il est voulu, il importe au plus haut point de savoir par qui.  S’il n’est pas voulu, il importe pareillement de trouver quelle en est la cause.

Is the malaise which distresses the world today intended?”  If intended, it is very important to know by whom.  If it is not intended, it is equally important to find out the cause.

[7]
[7]

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise which distresses the world today …

Il ne fait aucun doute que l’humanité entière assiste à un ébranlement qui n’a pas eu de parallèle depuis l’effondrement du fier et majestueux empire romain, porteur de la civilisation olympienne, généralement appelée gréco-latine.  D’autres empires avant lui, plus vastes et plus puissants, principalement en Asie, avaient croulé, provoquant parmi les masses humaines des perturbations plus grandes et des changements plus profonds.

There is no doubt that all humanity is witnessing a shock that has had no parallel since the collapse of the proud and majestic Roman Empire, bearer of the Olympian civilization, generally called Greco-Latin. Other empires before it, vaster and more powerful, mainly in Asia, had collapsed, provoking among the human masses greater perturbations and more profound changes.

Cependant, si l’on tient compte des étendues concernées et des moyens modernes d’influence, le simple ébranlement de notre civilisation occidentale suscite des remous plus dévastateurs et des bruits plus retentissants que les affaissements combinés de toutes les civilisations précédentes.

However, taking account of the dimensions concerned and of modern means of influence, the mere shaking of our Western civilization gives rise to more devastating disturbances and more resounding commotion than the combined collapses of all the preceding civilizations.

Le destin :  naître et mourir

Destiny:  to be born
and to die

Ce qui se passe sur notre planète depuis deux siècles, le grand penseur Oswald Spengler a tenté de nous l’expliquer dans son magnifique essai d’une morphologie de l’histoire, comparant les étapes de notre civilisation avec celles des autres qui l’ont précédée.  Il en a conclu au déclin, à la phase pré-mortelle de notre civilisation.  On ne fut pas surpris d’entendre les autres écoles crier au pessimisme historique.

What has been happening on our planet for two centuries, the great thinker Oswald Spengler tried to explain in his magnificent attempt at a morphology of history, comparing the stages of our civilization with those of others which preceded it.  He concluded as to decline, the pre-mortal phase of our civilization.  It was no surprise to hear the other schools cry historical pessimism.

Pourtant, Spengler n’avait fait qu’appliquer aux civilisations la loi du destin qui régit les hommes et qui veut que tous aient une conception, une naissance, une enfance, une jeunesse, une adolescence, une maturité, une sénilité et une mort.  Cette loi du destin est universelle et immuable pour tout ce qui a vie, dans le cours normal des choses.  Lorsqu’un arbre est frappé à mort par une épidémie dans sa jeunesse ou qu’il est abattu par un bûcheron dans sa maturité, cela ne change rien au destin des arbres environnants, destin que seules des circonstances fortuites et extérieures pourront interrompre.

However, Spengler had only applied to civilizations the law of destiny that governs men and requires all to have a conception, a birth, a childhood, a youth, an adolescence, a maturity, a senility and a death.  This law of destiny is universal and immutable for all that has life, in the normal course of events.  When a tree is struck to death by an epidemic in its youth or when it is felled by a woodcutter in its maturity, this does not change the fate of the surrounding trees, a fate that only fortuitous and external circumstances can interrupt.

Tout ce qui vient des hommes porte nécessairement en soi la limite et le destin des hommes.  Les grandes civilisations qui ont précédé la nôtre et que la recherche historique nous fait toujours mieux connaître, ont toutes suivi le cycle spenglérien, de l’état embryonnaire à la caducité et à la mort.  Les convulsions agitées et violentes qui accompagnèrent chaque mort n’en furent nullement la cause ; elles n’étaient pour les civilisations expirantes que la contre-partie des mouvements physiologiques observés dans les agonies humaines individuelles.  De lui-même, l’homme ne peut rien produire qui soit au-dessus de l’homme ou qui ait des caractéristiques différentes de celles de l’homme, même dans les civilisations nées de son activité.

All that comes from men necessarily carries in itself the limit and destiny of men.  The great civilizations that preceded ours and which historical research causes us to know ever better, have all followed the Spenglerian cycle, from the embryonic state to decay and death.  The agitated and violent convulsions which accompanied each death were by no means the cause; they were, for the expiring civilizations, only the counterpart of the physiological movements observed in individual human agonies.  Of himself, man can produce nothing which is above man or which has characteristics different from those of man, even in the civilizations born of his activity.

Il est peu de mots dont on n’abuse plus que ceux de culture et civilisation.  On les restreint et les régionalise, on les adapte à toutes les courtes vues, voire à de simples

Few words are more abused than those of culture and civilization.  We restrict and regionalize them, we adapt them to all the short views, even to simple

[8]
[8]

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise which distresses the world today …

objets.  Cela tient évidemment au mal de notre époque, où la valeur des termes et le sens des mots abstraits sont tombés dans une confusion pénible.

objects.  This is obviously due to the complaint of our times, when the value of terms and the meaning of abstract words have fallen into painful confusion.

Civilisation, culture, culte

Civilization, culture, worship

Toute civilisation constitue le corps physique, l’extériorisation sensible et l’œuvre tangible d’une manifestation spirituelle ; celle-ci se nomme la culture.  L’ensemble d’une ère dans la vie des hommes est à l’image des hommes :  elle a une âme et un corps.  Si la culture représente tout l’ensemble des mouvements et travaux de l’âme d’une grande collectivité humaine, la civilisation en représente les manifestations extérieures dans le monde physique :  littérature, théologie, liturgique, philosophique et artistique, beaux-arts, théâtre, législation et jurisprudence, moralité publique, coutumes sociales, comportement civique, politique, usages de la guerre, etc.

Every civilization constitutes the physical body, the observable externalization and the tangible work of a spiritual manifestation; this is called culture.  The whole of an era in the life of men is in the image of men:  it has a soul and a body.  If culture represents the whole of the movements and works of the soul of a great human collectivity, civilization represents its external manifestations in the physical world:  literature, theology, liturgy, philosophy and art, fine arts, theater, legislation and jurisprudence, public morality, social customs, civic behavior, politics, uses of war, etc.

D’âge en âge, on note une continuité de pratiques humaines :  chasse, pêche, production du feu, cultivation du sol, tissage, construction d’habitations, fabrication d’armes, confection d’ustensiles domestiques, érection de palissades ou défenses ; mais tout cela n’a rien à faire avec une culture ou la civilisation qu’elle engendre ; c’est du pur fellahisme répondant aux nécessités élémentaires de l’animal humain, une activité primaire bien indépendante des soucis spirituels ou intellectuels de l’être humain.  Si, de civilisation en civilisation, il y a des différences de style même dans les activités primaires du fellahisme — cette inéchangeable routine de la rusticité toujours soumise aux saisons, aux éléments, en tous temps comme en tous lieux — ces différences sont apportées uniquement par le changement d’inspiration, élément spirituel qui accompagne tout changement de culture.

From age to age, there is a continuity of human practices:  hunting, fishing, fire production, cultivation of the soil, weaving, construction of houses, manufacture of weapons, making domestic utensils, erection of palisades or defenses; but all this has nothing to do with a culture or the civilization it engenders; it is pure fellahism that meets the basic needs of the human animal, a primary activity quite independent of the spiritual or intellectual concerns of the human being.  If, from civilization to civilization, there are differences of style even in the primary activities of fellahism — this unchangeable routine of rusticity ever subject to the seasons, to the elements, at all times and in all places — these differences are brought solely by the change of inspiration, a spiritual element that accompanies any change in culture.

Il n’y a jamais eu de civilisation sans culture.  Il n’y a jamais eu de culture qui ne fût fondée sur un culte.  Et, de quelque façon qu’on l’examine, il faut prendre ce mot culte dans son sens le plus métaphysique et sa portée la plus religieuse.  De tout temps, comme le démontrent même les cultes les plus primitifs et les plus grossiers, l’homme a été hanté par le mystère et l’origine de la vie, cette vie qu’il avait reçue et pouvait transmettre mais qu’il ne s’était pas donnée à lui-même.  L’homme a toujours été conscient qu’il ne pouvait pas créer la vie, qu’il n’en était ni l’arbitre ni le maître.  Il a toujours eu la préoccupation de chercher l’origine et le pourquoi de la vie en quelque chose qui fût extérieur et supérieur à lui-même, quelque chose capable de vouloir et créer la vie ; étant seul dans la nature qui fût une personne, un être pouvant penser et dire ego, moi, il chercha toujours son origine dans un autre ego, une autre personne qui n’eût pas les limites et les faiblesses de l’homme.  Depuis les temps préhistoriques, il fallait attendre jusqu’à nos jours pour voir ce spectacle d’hommes

There has never been a civilization without culture.  There has never been a culture that was not based on worship.  And, in whatever way we examine it, we must take this word worship in its most metaphysical sense and its most religious significance.  At all times, as even the most primitive and rude cults have shown, man has been haunted by the mystery and origin of life, this life that he had received and could transmit but that he did not give to himself.  Man has always been aware that he could not create life, that he was neither the arbiter nor the master.  He has always been concerned to seek the origin and the reason of life in something external and superior to himself, something capable of wanting and creating life; being alone in nature, a person, a being able to think and say ego, me, he always sought his origin in another ego, another person who did not have the limits and weaknesses of man.  Since prehistoric times, we have had to wait until our own time to see this spectacle of men

[9]
[9]

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise which distresses the world today …

cherchant l’origine de leur ego dans quelque chose d’inférieur à eux-mêmes et tenter d’expliquer l’esprit par le jeu de la matière.

seeking the origin of their ego in something inferior to themselves and trying to explain mind by the play of matter.

Origine toujours religieuse

Always a religious origin

L’histoire de toutes les cultures jusqu’à la nôtre n’est qu’une succession de cultes religieux différents, une longue et nostalgique recherche de la divinité qui connaît le mystère de la vie, son origine son pourquoi et son but ; c’est l’histoire d’une série, immensément variée, de façon de rendre hommage à la divinité acceptée, de communiquer avec elle, d’accomplir ce qu’on croyait être sa volonté.

The history of all cultures up to ours is only a succession of different religious cults, a long and nostalgic search for the divinity who knows the mystery of life, its origin, its reason and its purpose; it is the story of an immensely varied series of ways to pay tribute to the accepted deity, to communicate with it, to accomplish what was believed to be its will.

Certains cultes n’ont jamais été capables de produire une culture durable ; certaines cultures n’ont jamais engendré de civilisation extensible et influençante.  Mais on ne trouve pas une seule civilisation qui n’ait reposé sur le fondement d’une idée religieuse forte, saisissante, prétendant établir le rapport entre l’homme et la divinité.

Some cults have never been able to produce a sustainable culture; some cultures have never produced an extensible and influential civilization.  But we do not find a single civilization that has not rested on the foundation of a strong, and striking religious idea claiming to establish the relationship between man and divinity.

A l’origine de toute grande civilisation, on trouve donc un culte religieux, manifestation extérieure de ce qui existe au tréfonds de tout être humain normal :  le sens du sacré.  Que ce sacré ait eu une forme ou une autre, une personnalité unique ou plurale, cela importe peu pour ce qui est de notre temps.  La constatation suffit.

At the origin of any great civilization, there is therefore a religious cult, the external manifestation of what exists in the depths of every normal human being:  the sense of the sacred.  That this sacred has taken one form or another, a unique or a plural personality, matters little in our time.  The observation is enough.

Suivant l’image que les peuples se faisaient de la divinité, suivant l’essence de cette divinité, suivant les messages qu’ils prétendaient en avoir reçus, ils élaboraient un code religieux.  Ce code religieux conditionnait nécessairement leur facon de se comporter, moulait leur vie intime, leur vie familiale, leur vie sociale ; ce code religieux devenait fatalement la racine d’où devaient surgir leur liturgie, leur philosophie, leur éthique, leur législation, leurs légendes et leurs arts, leurs aspirations, leurs coutumes sociales, leurs rapports avec l’étranger.  Leur culte engendrait leur culture et celle-ci se manifestait dans leur civilisation.  Il fallait parvenir à notre vingtième siècle pour entendre parler, dans l’empire soviétique et dans notre Occident, d’une culture sans culte, avec la même aberration que si l’on voulait fonder un humanisme sans hommes ou un déisme sans dieu ; nous reviendrons sur ce sujet dans quelques instants.

According to the image that peoples fashioned for themselves of the divinity, according to the essence of this divinity, according to the messages which they claimed to have received from it, they developed a religious code.  This religious code necessarily conditioned their way of behaving, molded their intimate life, their family life, their social life; this religious code inevitably became the root from which their liturgy, their philosophy, their ethics, their legislation, their legends and their arts, their aspirations, their social customs, their relations with the foreigner, arose.  Their cult engendered their culture and this was manifested in their civilization.  We had to reach our twentieth century, in the Soviet empire and in our West, to hear say of a culture without a cult, with the same aberration as if one wanted to found a humanism without humans or a deism without a deity; we will return to this subject in a few moments.

Les grandes civilisations qui ont précédé la nôtre ont eu le destin de l’homme lui-même :  naître, grandir, mûrir, vieillir et mourir.  Elles étaient donc essentiellement humaines, marquées du sceau de l’homme, de ses limites, et devaient avoir, comme l’homme qui les origina, un commencement et une fin.

The great civilizations that preceded ours had the fate of man himself:  to be born, to grow up, to mature, to grow old and to die.  They were therefore essentially human, marked by the seal of man, of his limits, and like man who originated them, they had to have a beginning and an end.

Mais la nôtre, cette civilisation chrétienne occidentale — que je préfère appeler la civilisation gothique — a-t-elle les mêmes caractéristiques humaines et subira-t-elle le même sort ?  Est-elle marquée du sceau humain, a-t-elle une origine humaine et des limites humaines ?

But ours, this Western Christian civilization — which I prefer to call the Gothic civilization — does it have the same human characteristics and will it suffer the same fate?  Is it marked with the human seal, does it have a human origin and human limits?

[10]
[10]

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise which distresses the world today …

En d’autres termes, l’idée religieuse chrétienne qui forme le fond de toute la culture occidentale et sa civilisation porte-t-elle en elle-même les germes de sa propre destruction ?  Et a-t-on raison de répéter, en tant de milieux, que l’on assiste à l’agonie naturelle d’une civilisation; que, comme les cultes qui l’ont précédé, “le christianisme a fait son temps” ?  Des questions d’une aussi colossale portée, connexes à la question posée par le Comité Montréalais de Recherches Sociales, exigent des réponses.

In other words, does the Christian religious idea that forms the basis of all Western culture and its civilization bear within itself the seeds of its own destruction?  And is it correct to repeat, in so many circles, that we are witnessing the natural agony of a civilization; that, like the cults that preceded it, “Christianity has had its day”?  Questions of such colossal significance, related to the question posed by the Montreal Committee of Social Research, require answers.

Phases “pré-mortelle” et “post-chrétienne”

“Pre-mortal” and “post-Christian” Phases

Les grandes civilisations passées ont disparu lorsque la substance religieuse qui avait servi de germe à leur culture eût été épuisée.  Les guerres, avec leurs migrations et infiltrations, leurs destructions et changements territoriaux, n’ont jamais fait tomber une civilisation.  C’est toujours l’esprit qui a conduit l’homme et jamais un glaive n’a pu décapiter une idée.  Quand une civilisation mourut, ce fut toujours de sa propre insuffisance, après avoir exploité toutes les possibilités de sa culture ; après que l’idée religieuse originelle, qui lui servait d’étincelle vitale eût dévoré toutes ses fibres dogmatiques, et fût devenue incapable d’offrir une espérance nouvelle ou plus complète aux masses humaines toujours angoissées par le problème de la vie et de la mort.  Et comme il n’y a pas de vacuum dans le “monde spirituel” de l’homme, pas plus que dans son monde physique, une idée religieuse nouvelle a toujours surgi pour remplacer celle qui disparaissait, exactement comme une autorité sociale ou politique surgit automatiquement pour remplacer celle qui tombe.  C’est ainsi que l’idée chrétienne, porteuse d’un suprême message de pacification intérieure et d’espérance nouvelle, se glissa dans les masses au fur et à mesure que l’idée olympienne, vidée, inerte et desséchée, s’effritait dans le cœur de foules désenchantées.  Le glaive et la torture, que l’on voulut substituer à la sève spirituelle disparue pour soutenir l’idée olympienne, ne purent ranimer cette dernière ni affaiblir la nouvelle.  Les césars romains de la décadence offrent aux césars de notre époque la plus saisissante démonstration qu’une idée, et surtout une idée religieuse, ne peut succomber sous les coups de la violence physique.  Seule une idée supérieure en qualité peut la tuer.

The great civilizations of the past have disappeared when the religious substance that had served as the seed of their culture was exhausted.  Wars, with their migrations and infiltrations, their destruction and territorial changes, have never made a civilization fall.  The spirit has always led man; and a sword could never decapitate an idea.  When a civilization died, it was always of its own insufficiency, after exploiting all the possibilities of its culture; after the original religious idea, which served as its vital spark, had devoured all its dogmatic fibers, and had become incapable of offering a new or more complete hope to the human masses still anguished by the problem of life and death.  And since there is no vacuum in the “spiritual world” of man, any more than in his physical world, a new religious idea has always arisen to replace the one that had disappeared, exactly as a social or political authority arises automatically to replace the fallen one.  Thus the Christian idea, carrying a supreme message of inner pacification and new hope, slipped into the masses progressively, as the Olympian idea, emptied, inert and desiccated, crumbled in the heart of the disenchanted multitudes.  The sword and torture, which they wished to substitute for the depleted spiritual sap, to maintain the Olympian idea, could not revive the latter nor weaken the new.  The Roman Caesars of the Decadence offer to the Caesars of our time the most striking demonstration that an idea, and especially a religious idea, can not succumb to blows of physical violence.  Only an idea superior in quality can kill it.

Pour que l’on parle de la “faillite du christianisme” dans le monde, il faut nécessairement supposer que l’idée chrétienne, parvenue à sa caducité, a été vidée de sa substance, que sa dogmatique a depuis longtemps dépassé sa limite optima, qu’elle ne peut plus absorber la nourriture qui, dans le passé, a fait les conditions de son énergie et sa vitalité.

In order to speak of the “bankruptcy of Christianity” in the world, one must necessarily suppose that the Christian idea, arriving at decay, has been emptied of its substance, that its dogma long ago exceeded its optimum limit, that it can no longer absorb the nourishment which, in the past, produced the conditions of its energy and vitality.

[11]
[11]

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise which distresses the world today …

Les deux plus brillants — ou plus réputés — historiens de notre époque ont chacun donné leur version.  Oswald Spengler, taxé de pessimisme, a conclu que nous sommes rendus au déclin, au stage pré-mortel de notre civilisation.  Même s’il eût cru le contraire, en raison de la foi chrétienne, il se devait d’être logique avec sa loi du destin; de plus, pour répondre aux exigences de l’académisme moderne, qui cherche l’évidence matérielle plutôt que la Vérité, il se devait de paraître plutôt “objectif” “impartial”, “dépersonnalisé” enfin, pour respecter les tabous du même académisme, il devait se contenter d’apprécier les faits en surface, les attribuer à la masse même où ces faits se produisaient et ignorer les possibilités d’influences extérieures ou parasitaires.  Arnold Toynbee, catalogué dans l’optimisme historique et dont la propagande va nous parler de plus en plus, va beaucoup plus vite et plus loin que son confrère allemand.  Par un tour de force vraiment sensationnel, il “démontre” que, depuis deux siècles (la Révolution Française), l’ère chrétienne a pris fin et que nous sommes entrés dans une ère nouvelle ; c’est dommage qu’il ne propose pas une revision du calendrier à la jacobine et ne nous demande pas de remplacer en même temps les termes “Anno Domini” par “Anno synagogœ” !  L’optimiste Toynbee nous annonce, comme unique condition du salut universel, la nécessité d’un super-gouvernement mondial, dont les propagandistes sionistes, maçonniques et marxistes ont parlé bien avant lui.  Aussi ne s’est-on pas étonné de voir la Fondation Rockefeller, si férue d’une religion et d’un gouvernement universels pour l’humanité, s’empresser de financer la publication de l’optimisme de Toynbee ; de même que cette Fondation avait cru devoir financer la classification des papiers de notre défunt W.L. Mackenzie-King, qui préconisait l’élaboration d’une religion “scientifique” nouvelle pour unifier le genre humain.

The two most brilliant — or most famous — historians of our time have each given their version.  Oswald Spengler, accused of pessimism, concluded that we are in decline, in the pre-mortal stage of our civilization.  Even if he had thought otherwise on account of the Christian faith, he had to be consistent with his law of destiny; besides, to meet the demands of modern academism, which seeks material evidence rather than Truth, he had finally to appear rather “objective” “impartial”, “depersonalized” to respect the taboos of this same academism; he had to be content with appreciating surface facts, attributing them to the same multitude among whom these facts were generated, and ignore the possibilities of external or parasitic influences.  Arnold Toynbee, catalogued under historical optimism and whose propaganda will speak to us more and more, goes much faster and further than his German colleague.  In a truly sensational tour de force, he “demonstrates” that two centuries ago (the French Revolution), the Christian era ended and we have entered a new era; it is too bad he doesn’t propose a revision of the calendar to the Jacobin and ask us at the same time to replace the term “Anno Domini” by “Anno synagogo”!  Optimist Toynbee announces, as the one condition of universal salvation, the necessity of a world super-government, spoken of by the Zionist, Masonic and Marxist propagandists long before him.  So we were not surprised to see the Rockefeller Foundation, so full of universal religion and government for humanity, hastening to finance the publication of Toynbee’s optimism; just as this Foundation had thought it necessary to finance the classification of the papers of our late W. L. Mackenzie King, who advocated the development of a new “scientific” religion to unify mankind.

La racine et le tronc d’arbre

The root and trunk of the tree

Pour savoir si Spengler ou Toynbee ont eu raison, il faut se demander si vraiment le christianisme a épuisé sa substance intérieure, si sa dogmatique a cessé d’être jeune et expansive, si ses postulats moraux ont dégénéré, si son idée fondamentale a stérilisé ses possibilités de prosélytisme, d’acceptation joyeuse du renoncement, de la persécution et du martyre, si une idée religieuse plus forte a surgi pour lui disputer l’adhésion des esprits.

To find out whether Spengler or Toynbee was right, we must ask ourselves whether Christianity has really exhausted its inner substance, whether its dogma has ceased to be young and expansive, whether its moral postulates have degenerated, whether its fundamental idea has sterilized the feasibility of proselytism, of joyful acceptance of renunciation, persecution and martyrdom, whether a stronger religious idea has arisen to compete for the adherence of minds.

Lorsque l’on parle du christianisme dans l’ensemble des vingt siècles qu’il enjambe, on a surtout présente à l’esprit l’image dit catholicisme romain, qui forme la racine et le tronc de l’arbre, avec une continuité qu’il n’est pas possible de mettre en doute.  Bien des branches latérales ont tigé sur ce tronc multiséculaire, les unes

When we talk about Christianity in the whole of the twenty centuries it spans, we have especially in mind the image called Roman Catholicism, which forms the root and trunk of the tree, with a continuity impossible to doubt.  Many lateral branches have formed on this multisecular trunk, some

[12]
[12]

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise which distresses the world today …

tombées depuis longtemps, les autres desséchées, les autres anémiées et produisant de moins en moins de feuilles, mais le tronc primitif est toujours là, debout et vigoureux, vainqueur de toutes les tempêtes mortes de s’être trop dépensées contre lui.  Sa substance intérieure est plus abondante qu’en toute époque précédente ; sa dogmatique, dont l’ensemble des gloses a à peine effleuré la surface, est plus luxuriante que jamais auparavant ; sa morale est restée constante dans son incitation à l’héroïsme et l’abnégation personnelle ; son prosélytisme est plus que jamais accentué par la tribulation ; son acceptation de la torture et du martyre est plus enthousiaste qu’aux jours de ses débuts; l’idée qui lui dispute l’adhésion des hommes n’est pas même une idée religieuse plus forte, c’est tout au contraire une négation totale et sans équivoque de toute religion, de toute spiritualité, de toute divinité, avec le désordre moral et social qui en découle.

fell long ago, others withered, others became anemic, producing fewer and fewer leaves, but the primitive trunk is still there, standing and vigorous, conqueror of all the dead storms unleashed against it.  Its inner substance is more abundant than in any previous epoch; its dogmatics, whose commentaries have barely touched its surface, are more luxuriant than ever before; its morality has remained constant in its incitement to heroism and personal self-denial; its proselytism is more than ever accentuated by tribulation; its acceptance of torture and martyrdom is more enthusiastic than in its early days.  The idea which competes for the loyalty of men is not even a stronger religious idea; it is, on the contrary, a total and unequivocal negation of all religion, of all spirituality, of all divinity, with the resulting moral and social disorder.

Procédant contre le christianisme avec une haine et une brutalité sauvages, le communisme, qui constitue la somme et l’aboutissement de toutes les fureurs contre-évangéliques déchaînées depuis vingt siècles, déchiquette avec un sadisme hystérique toutes les manifestations extérieures de la culture occidentale.  La violence physique, la contrainte, le terrorisme forment ses seuls arguments, sa seule contradiction.

Proceeding against Christianity with wild hatred and brutality, communism — which forms the sum and culmination of all the anti-evangelical fury unleashed for twenty centuries — shreds with hysterical sadism all the outward manifestations of Western culture.  Physical violence, coercion, terrorism are its only arguments, its only counter-statement.

Personnalité et dignité de l’être humain, droit naturel de choisir et de posséder, liens familiaux, sens national, auto-détermination personnelle ou collective, conscience raciale, identité sociale, égalité morale, tout cela est impitoyablement balayé avec d’autant plus de violence que le christianisme le proclame plus hautement.  C’est fort conséquent avec les négations fondamentales du communisme :  négations de Dieu, d’un monde spirituel, d’une âme humaine, d’un au-delà.  On peut même dire que les dirigeants des pays communistes sont plus logiques avec leur néant principiel que nos gouvernants occidentaux le sont avec les principes qu’ils se sentent obligés de proclamer pour obtenir l’appui des peuples chrétiens.

The personality and dignity of the human being, the natural right to choose and to possess, family bonds, national sentiment, personal or collective self-determination, racial awareness, social identity, moral equality, all this is ruthlessly swept away with ever mounting violence, the louder Christianity proclaims it.  This is very consistent with the fundamental negations of communism:  negations of God, of a spiritual world, of a human soul, of a beyond.  One can even say that the leaders of the communist countries are more logical with their nil principle than our Western rulers are with the principles that they feel obliged to proclaim to obtain the support of the Christian peoples.

Notre monde moderne se trouve donc placé devant une situation absolument inédite, sans précédent dans aucune autre civilisation passée.  La situation d’une idée religieuse plus fort et plus dynamique qu’à son origine avec une culture qui dégénère rapidement, une morale qui n’animalise avec célérité et une civilisation dont de vastes portions croulent brusquement dans le gouffre d’une anticivilisation.

Our modern world is thus placed in an absolutely unprecedented situation, unprecedented in any other past civilization.  The situation of a religious idea stronger and more dynamic than at its origin, with a rapidly degenerating culture, a swiftly animalizing morality, and a civilization vast portions of which suddenly collapse into the abyss of an anticivilization.

Influence extérieure
de retardement

External delaying
factor

Puisque le christianisme n’a pas épuisé sa substance intérieure et n’a rien perdu de son dynamisme dogmatique, puisqu’une idée religieuse plus forte ne lui dispute pas

Since Christianity has not exhausted its inner substance and has lost none of its dogmatic dynamism, since a stronger religious idea is not competing for

[13]
[13]

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise which distresses the world today …

l’orientation de la culture, par quel phénomène exceptionnel expliquer un pareil état de choses, le premier qu’on puisse signaler dans les annales humaines ?  Et quand on pose la question, elle n’enclot pas uniquement dans ses bornes les pays sombres dans l’abîme, mais encore tous ceux en-deçà du Rideau de Fer, nos pays d’Occident qui ont conduit le monde avec leur droit, des gens (chrétien), leur éthique internationale (chrétienne) et qui aujourd’hui, tous sans exception, même le nôtre, sont déjà assez avancés dans le stage du pré-communisme.

the political orientation of the culture, by what exceptional phenomenon can such a state of affairs be explained, the first ever noted in human annals?  And when the question is posed, it encompasses not only those countries sunk in the abyss, but all those outside the Iron Curtain, our Western countries which have led the world with their law, their peoples (Christian), their international ethics (Christian), and which today, all without exception, including our own, are already quite advanced in the stage of pre-communism.

J’ai voué bien des années de ma vie à trouver la réponse à cette question.  De réponse, je n’ai pu en trouver qu’une seule. C’est que la civilisation chrétienne, au moment même où elle atteignait son plus haut sommet dans tous les domaines, après la vie intérieure intense et la prodigieuse gestation spirituelle du moyen-âge, a subi tout à coup un hiatus qui a freiné avec soudaineté l’élan de son ascension verticale.

I devoted many years of my life to finding the answer to this question.  And I could find only one.  Which is that Christian civilization, at the very moment when it attained the summit in all domains, after the intense inner life and the prodigious spiritual gestation of the Middle Ages, abruptly underwent an abatement which suddenly braked the momentum of its vertical ascent.

Des non-chrétiens, au sein même de la société chrétienne, s’emparèrent des directions et des contrôles, soit par des agents gagnés à leurs projets, soit par la puissance matérielle directe des non-chrétiens eux-mêmes.  Et l’on a vu, depuis, le non-christianisme, voire l’antichristianisme civil, présider à l’orientation des masses religieusement et éthiquement chrétiennes.  Cette antinomie, cette opposition de deux polarités différentes, est l’unique explication de ce qui se passe de nos jours :  une société tourmentée, angoissée dans le conflit spirituel de son âme, dirigée qu’elle est en même temps par les postulats antichrétiens de ses maîtres extérieurs et les vérités chrétiennes de ses croyances intimes.  Ces pauvres masses humaines, il ne faut pas leur lancer la pierre puisqu’elles ne sont que de tristes victimes comme était la faible et trop aimante Madeleine.  L’ennemi antichrétien, s’il faut le craindre et s’en défendre, n’est pas encore le vrai coupable, puisqu’il poursuit la route dans laquelle il s’est engagé, par aveuglement ou autre cause.  La grande coupable, la prostituée, n’est-ce donc pas 1″‘ élite” chrétienne du dix-huitième siècle, noblesse en tête, qui, pour de l’argent ou de l’ambition a offert le viol empressé de son âme au rationalisme que lui présentait le vieil écho antichrétien des flancs du Golgotha ?  Et l”‘élite” du même argent, de la même ambition, qui lui a succédé jusqu’à ce jour ?

Non-Christians, in the very heart of Christian society, took over the leadership and the controls, either by agents won to their projects, or directly by the material power of the non-Christians themselves.  And since then, we have seen non-Christianity, or even civil antichristianity, preside over the orientation of the religiously and ethically Christian masses.  This antinomy, this opposition of two different polarities, is the only explanation for what is happening today:  a tormented society, led as it is at one and the same time by the antichristian postulates of its external masters and the Christian truths of its inward beliefs, is distraught from the spiritual conflict in its soul.  The poor human masses cannot be blamed, for they are only sad victims, like the weak and too-loving Madeleine.  The anti-Christian enemy, if he must be feared and defended against, is also not the real culprit, since he follows the road to which he committed himself through blindness or some other cause.  Is not the great culprit, the great prostitute, the Christian “elites” of the eighteenth century, nobility at their head, who for money or ambition offered the swift rape of their soul to the rationalism presented to them by the old anti-Christian echo from the flanks of Golgotha?  And what about the moneyed, ambitious “elites” who have succeeded them to the present day?

On peut vraiment dire que la civilisation chrétienne a été soudainement mise en arrêt par des agents extérieurs, étrangers à son propre corps, des agents parasitaires et paralysants.  Rien de sa puissance n’a été perdu dans la contrainte physique faite à son élan et soi ; expansion; au contraire, la compression qu’on lui fait subir lui confère une force explosive qui se manifestera, à un certain moment, avec un dynamisme difficile à imaginer.

It can truly be said that Christian civilization was suddenly put on hold by external agents, foreign to its own body, parasitic and paralyzing agents.  None of its power has been lost in the physical constraint made to its momentum and self-expansion; on the contrary, the compression applied to it gives it an explosive force that will manifest, at a certain moment, with a dynamism difficult to imagine.

[14]
[14]

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise which distresses the world today …

La marche de notre culture occidentale a été, dans le monde moderne, désorientée par l’effet d’un parasite extérieur et étranger à la culture ; le résultat en a été, non pas de dégénérescence par sénilité, mais un résultat de distortion, de défiguration, de retardement temporaires.

The march of our Western culture in the modern world has been disoriented by the effect of an outside parasite, foreign to its culture; the result has been, not degeneration by senility, but a product of distortion, disfigurement, temporary abeyance.

Dans tout conflit où les masses humaines sont l’enjeu, quels que soient les aléas des grands chocs physiques, c’est toujours l’idée la plus forte, la plus juste, qui l’emporte.  La vie des peuples, comme la vie des hommes, est affirmative ; un code de négations ne pourra jamais la subjuguer, surtout le code qui veut forcer l’homme à croire qu’il n’a pas d’âme et n’a pas d’autre statut que celui de l’animal.  La violence physique pourra user sa fureur, mais l’idée forte n’en sera toujours que plus forte.  Et l’idée forte sera toujours l’idée d’Amour, essentiellement créative.

In any conflict where the human masses are at stake, whatever the hazards of the great physical shocks, it is always the strongest idea, the most just, which prevails.  The life of peoples, like the life of men, is affirmative; a code of negations will never be able to subjugate it, especially the code that wants to force man to believe that he has no soul and has no other status than that of an animal.  Physical violence may exert its fury, but a strong idea will be ever stronger.  And the strong idea will always be the idea of Love, essentially creative.

La lutte ouverte entreprise il y a deux siècles par les forces de la haine contre la civilisation d’Amour a maintenant atteint des proportions globales, une dimension œcuménique, et rien ne peut plus empêcher sa phase suprême, et décisive.  Aussi perçoit-on de tous les coins du monde une angoisse lourde et accablante comme une agonie morale, en même temps qu’une agitation et des bruits de panique dans certains quartiers déterminés.  Si l’Amour souffre l’angoisse, c’est toujours la haine qui subit la panique et tente de la propager ; car l’Amour croit et espère, tandis que la haine est négative et sombre dans le désespoir.  Des exemples saisissants en ont été donnés tout le long de ces deux siècles de lutte ouverte.

The open struggle undertaken by the forces of hatred two centuries ago against the civilization of Love has now reached global proportions, an ecumenical dimension, and nothing can prevent its supreme and decisive phase.  Everywhere in the world, there is a heavy and overwhelming agony,a moral agony, at the same time as agitation and noises of panic in certain specific quarters.  If Love suffers anguish, it is always hatred that experiences panic and attempts to spread it; for Love believes and hopes, while hate is negative and sinks in despair.  Striking examples have been given all throughout these two centuries of open struggle.

….

….

[15]
[15]

TO BE CONTINUED …