Adrien Arcand’s Vision of Light was Profoundly Christian, not Pagan (7 December 2021)

Interior of the Notre-Dame Cathedral in Paris

Interior of the Notre-Dame Cathedral in Paris
Intérieur de la cathédrale Notre-Dame de Paris

FOREWORD / AVANT-PROPOS

Cet article est en effet largement issu du contenu d’une lettre que j’ai envoyée à un lecteur du “ADRIEN ARCAND BOOKS”.  Cependant, ici, je développe un peu pour ajouter une référence pertinente de Pierre Trépanier dans son ouvrage La religion dans la pensée d’Adrien Arcand, Les Cahiers des dix, Numéro 46, 1991. URL : https://id.erudit.org/iderudit/1015587a

This article is indeed largely produced from the contents of a letter I sent to a reader of Adrien Arcand Books.  However, here, I elaborate a bit to add a relevant reference from Pierre Trépanier in his La religion dans la pensée d’Adrien Arcand, Les Cahiers des dix, Numéro 46, 1991.  URL:  https://id.erudit.org/iderudit/1015587a

Aux pages 232 et 233, et dans la note 65, sur la base de prières composées par Arcand et publiées par lui en 1936, et d’autres signes de sa foi catholique, le professeur Trépanier conclut qu’Adrien Arcand est bien un fervent catholique romain.  Il n’est pas un païen attiré par des notions dérivées d’un ancien culte solaire (comme cela pourrait être lié à certains fascismes ou à certaines interprétations de la svastika).  Dit Trépanie à la p. 232, dans “La Religion“.

At pages 232 and 233, and in footnote 65, on the basis of prayers composed by Arcand and published by him in 1936, and other signs of his Catholic faith, Professor Trépanier concludes that Adrien Arcand is indeed a devout Roman Catholic.  He is not a pagan drawn to notions derived from an ancient solar cult (as might be tied to some fascisms or some interpretations of the swastika).  Says Trépanier, at p. 232 in “La Religion”:

“Arcand ne se contente pas de professer toute la doctrine du Credo  et du Catéchisme, il sait s’élever à l’acte religieux par excellence, le plus pur, le plus éloigné de toute superstition:  l’adoration.  En témoignent les magnifiques prières qu’il adresse successivement aux trois personnes de la Sainte Trinité, au début de son Livre d’heures.  Il y rend à Dieu l’hommage suprême et toute action de grâces, et s’abandonne à sa volonté.  Sa foi est adulte et raisonnée, sans mièvrerie, axée d’abord et avant tout sur la Trinité.

“Arcand does not content himself with professing the whole doctrine of the Creed and the Catechism; he knows how to rise to the religious act par excellence, the purest, the most remote from all superstition:  adoration.  Witness the magnificent prayers that he addresses successively to the three persons of the Holy Trinity at the beginning of his Book of Hours.  He gives to God the supreme homage and all thanksgiving, and abandons himself to His will.  His faith is mature and reasoned, focused first and foremost on the Trinity, without being mawkish.

Et, à la note de bas de page 65: “Certains pourraient voir dans les passages où s’exprime la préférence d’Arcand pour la «Flamme divine» (Mon livre d’heures, p 9) des références cryptopaïennes.  Il est indéniable qu’en dehors du monde judéo-chrétien le culte solaire a occupé une place de choix dans les religions, le mithracisme n’étant qu’une de ses formes les plus connues (Geoffrey Parrindcr. éd., World Religions From Ancient History to the Present, New York, Facts on File Publications.  1971, p. 175).  On sait aussi la place du soleil dans le mythe.  Il serait tentant de retenir l’hypothèse solaire étant donné les résurgences néo-païennes qui ont accompagné certains courants fascistes ou nazis.  Mais on ne peut la retenir dans le cas d’Arcand, rien dans Mon livre d’heures  n’autorisant pareille interprétation.  En outre, la foi au Saint-Esprit est d’obligation pour tout catholique, et l’étonnant serait qu’elle ne se rencontrât pas chez Arcand (Catéchisme, art. 106-114).”

And, at footnote 65: ”Some might see in the passages where Arcand’s preference for the “divine flame” is expressed (Mon livre d’heures, p. 9) cryptopagan references.  It is undeniable that outside the Judeo-Christian world the solar cult has occupied a prominent place in religions, Mithraism being only one of its best known forms (Geoffrey Parrinder, ed., World Religions From Ancient History to the Present, New York, Facta on File Publications.  1971, p. 175).  We also know the place of the sun in myth.  It would be tempting to retain the solar hypothesis given the neo-pagan resurgences that accompanied certain fascist or Nazi currents.  But it cannot be accepted in Arcand’s case, as nothing in My Book of Hours  would allow such an interpretation.  Moreover, faith in the Holy Spirit is obligatory for all Catholics, and it would be surprising if it were not found in Arcand (Catechism, Articles 106-114).

J’ajoute maintenant à la conclusion du professeur Trépanier en démontrant, à partir de sources supplémentaires, que la notion de lumière d’Adrien Arcand, de la “Flamme divine”, est en effet entièrement catholique romaine.  Dans un article séparé (en cours d’élaboration), je proposerai la Roumanie catholique orthodoxe (1910) comme la véritable source de la svastika d’Arcand ; mais encore une fois, il aura modifié l’idéologie connexe pour formuler sa propre signification.  Comme l’a souligné le professeur Trépanier, “l’histoire n’est pas cartésienne”, c’est-à-dire que l’histoire ne se reproduit pas mécaniquement, comme un tampon en caoutchouc, d’un lieu et d’une époque à l’autre.

I now add to Professor Trépanier’s conclusion by demonstrating from additional sources that Adrien Arcand’s notion of light, of the “Divine Flame”, is indeed entirely Roman Catholic.  In a separate article (in development), I will propose Orthodox Catholic Romania (1910) as the real source of Arcand’s own swastika; but once again, he will have modified the connected ideology to formulate his own signification.  As Professor Trépanier pointed out, “l’histoire n’est pas cartésienn” (history is not Cartesian), meaning that history does not reproduce itself mechanically, like a rubber stamp, from one place and time to another.

Arcand's "Divine Flame" / La "Flamme divine" d'Arcand

Arcand’s “Divine Flame” from the masthead of L’Unité Nationale, No. 5 (289), Montreal edition, March 1956.* / La “Flamme divine” d’Arcand, tirée de l’en-tête de L’Unité Nationale, n° 5 (289), édition de Montréal, mars 1956.*


THE LETTER / LA LETTRE

(With some additions / Avec quelques ajouts)

La vision de la lumière d’Adrien Arcand était profondément chrétienne, pas païenne (7 décembre 2021)

Adrien Arcand’s Vision of Light was Profoundly Christian, not Pagan (7 December 2021)

Une lettre à un lecteur d’Adrien Arcand Books.  Envoyée par moi le 7 décembre 2021 par courriel.

A letter to a reader of Adrien Arcand Books.  Sent by me on December 7, 2021 by email.

Bonjour.  Je suis très heureuse d’avoir de vos nouvelles.

Hello.  I’m very happy to hear from you.

La torche enflammée (la flamme brûlante; flambeau) : J’ai essayé de traiter un peu de cela parce que Pierre Trépanier dans son “fameux” article sur la religion dans la pensée d’Adrien Arcand, essaie de savoir si Arcand est païen ou chrétien.  Et Trépanier regarde le concept de la lumière, de la flamme, du flambeau, comme possiblement païen et essaie de trouver une voie pour pouvoir dire que la vision de la lumière d’Arcand était chrétienne.  Je pense que Trépanier aurait pu trouver sa réponse dans l’œuvre même d’Arcand.

The flaming torch:  I tried to deal with this a little bit because Pierre Trépanier in his “famous” article on religion in Adrien Arcand’s thought, tries to find out whether Arcand is pagan or Christian.  And Trépanier looks at the concept of light, of the flame, of the torch, as possibly pagan and tries to find a way to be able to say that Arcand’s vision of the light was Christian.  I think that Trépanier could have found his answer in Arcand’s own work.

Nous avons au moins deux preuves, issues de l’œuvre même d’Arcand, que son concept de lumière est catholique.  Il le dit directement dans La République universelle, dans le premier chapitre sur le libéralisme, où il décrit la chute de Lucifer.

We have at least two pieces of evidence, from Arcand’s own work, that his concept of light is Catholic.  He says it directly in The Universal Republic, in the first chapter on liberalism, where he describes the fall of Lucifer.

”S’il est vraique la lumière ne peut venir que de la source de toute lumière, Dieu Lui-même, il est pareillement vrai que l’éloignement de Dieu ne peut conduire qu’aux ténèbres.”

“If it is true that light can come only from the source of all light, God Himself, it is equally true that withdrawal from God can only lead to darkness.”

Et nous pouvons le déduire de Is Christanity Bankrupt ?  où il dit :

And we can infer this from Is Christanity Bankrupt ?

Mais la nôtre, cette civilisation chrétienne occidentale — que je préfère appeler la
civilisation gothique — a-t-elle les mêmes caractéristiques humaines et subira-t-elle le même sort ?  Est-elle marquée du sceau humain, a-t-elle une origine humaine et
des limites humaines ?

“But ours, this Western Christian civilization ― which I prefer to call the Gothic civilization ― has it the same human characteristics, and will it suffer the same fate?”  Is it marked with the human seal, does it have a human origin and human limits?

(Voir mes notes de bas de page dans le PDF et l’EPUB) :

(See my footnotes in the PDF and EPUB):

Et je le prouve avec ma note de bas de page qui dit :

And I prove it with my footnote that says:

“Un dictionnaire d’aujourd’hui ne vous éclairera pas beaucoup ; mais l’histoire de l’art et de l’architecture révèle ce que signifie le gothique dans ce cadre ; et donc ce qu’il signifiait clairement pour Arcand.  Dans son entrée sur l’histoire de l’architecture gothique, mymodernmet.com (31 octobre 2021 @ 10h24 pm) dit (traduction) : “Au cours du Moyen Âge, un nouveau style d’architecture est apparu en Europe.  Initialement appelé Opus Francigenum, ou ‘Œuvre française’, ce genre architectural a dominé les goûts européens ― notamment ceux de l’Église catholique romaine ― jusqu’au XVIe siècle, où il a été baptisé ‘gothique’.”  Et dit aussi : “L’architecture gothique est un style d’architecture européen qui valorise la hauteur et présente une esthétique complexe et délicate.”

“A dictionary today won’t enlighten you much; but the history of art and architecture reveals what Gothic means in that framework; and therefore what it clearly meant to Arcand.  In its entry on the History of Gothic architecture, mymodernmet.com (31 October 2021 @ 10h24 pm) says:  “During the Middle Ages, a new style of architecture emerged in Europe.  Initially referred to as Opus Francigenum, or ‘French Work,’ this architectural genre dominated European tastes — namely, that of the Roman Catholic Church — until the 16th century, when it became known as ‘Gothic.'”  And also says:  “Gothic architecture is a European style of architecture that values height and exhibits an intricate and delicate aesthetic.”

Cependant, Brett, qui a mis en ligne un travail scolaire, a véritablement saisi tout l’intérêt de la “hauteur” dans l’architecture gothique.    Dans “Shining the Light on Gothic Cathedrals” (18 juillet 2015), Brett dit (traduction) : “La quête de la lumière a été la force qui a conduit l’architecture des cathédrales à l’ère gothique.  Les idéologies philosophiques de l’époque reliaient Dieu à la lumière, et les architectes ont commencé à rechercher des moyens de refléter ce lien lors de la construction des cathédrales.”  “Notre-Dame de Paris a été l’une des premières cathédrales à utiliser des arcs-boutants extérieurs pour créer une structure riche en fenêtres.

However, Brett, who put a school paper online, has truly captured the whole point of the “height” in Gothic architecture.  In “Shining the Light on Gothic Cathedrals” (18 July 2015), Brett says:  “The quest for light was the force that drove cathedral architecture into the Gothic era.  The philosophical ideologies of the time connected God with light, and architects began to research ways to reflect this connection when building cathedrals.”  “Notre-Dame de Paris was one of the earliest cathedrals to use external flying buttresses to create a structure rich in window space.

La lumière est également utilisée dans l’architecture gothique pour représenter la narration, comme le montre l’art des vitraux de la cathédrale de Chartres”.  “… la lumière était considérée commela manifestation la plus directe de Dieu“.  ” Ces philosophies ont influencé l’architecture des structures religieuses, car la lumière était “ce qui permettait à une pierre ou à un morceau de bois de servir de véhicule pour faire l’expérience de Dieu”.

Light is also used in Gothic architecture to portray narrative, as demonstrated in the stained glass window art in the Chartres Cathedral”.  “… light was considered to bethe most direct manifestation of God”.  “These philosophies influenced the architecture of religious structures, as light was “the thing that enabled a stone or piece of wood to serve as a vehicle for experiencing God”.

L’œuvre d’Arcand, notamment les prières qu’il a composées pour son livre d’heures (1936), sélectionnées et traduites par Adrien Arcand Books sous le titre Prayers by a Roman Catholic Fascist, montre l’importance que revêt pour lui la lumière en tant que manifestation de Dieu.  Arcand prie : “Vous, la Lumière aveuglante, le foyer de l’Amour dévorant, enflammez-moi du plus ardent amour …” ;  “Donnez-moi la Lumière, pour bien guider ceux que la vie conduira vers moi …” ; “…  En parlant de la “Flamme Divine”, il dit : “Vous êtes venu, ô Flamme divine, sublime Sanctificateur, pour compléter l’oeuvre du Père et la régéneration du Fils …”  “Venez à moi, penchez sur moi, fondez sur moi comme une Lumière ardente.  Je ne vous opposerai ni contrainte ni résistance …”.

Arcand’s work, including the prayers he composed for his Book of Hours (1936), selected and translated by Adrien Arcand Books as Prayers by a Roman Catholic Fascist, shows the importance for him of light as the manifestation of God.  Arcand prays:  “You, the Blinding Light, the home of Devouring Love, ignite me with the most ardent love…”; “Give me the Light, to guide those whom life will lead to me”; Speaking of the “Divine Flame”, he says  “You have come, O Divine Flame, sublime Sanctifier, to complete the work of the Father and the regeneration of the Son …” “… bend over me, fall upon me like a fiery Light.  I will offer you neither protest nor resistance…”.

L’attirance d’Arcand pour la Lumière comme immanence divine est donc gothique, c’est-à-dire catholique romaine.  Il emprunte clairement le nom de gothique à l’époque la plus magnifique de l’architecture catholique romaine pour caractériser l’ensemble de la civilisation chrétienne occidentale.  Certains pourraient noter l’accent mis sur la lumière associée aux fascismes paganistes, et présumer qu’Arcand a adopté sa propre vision de la lumière à partir du paganisme.  Au contraire, Arcand a clairement pris la période gothique de l’architecture catholique romaine comme emblématique de l’ensemble de la chrétienté occidentale, en important directement la notion catholique de la lumière comme “la manifestation la plus directe de Dieu”.  Sa torche enflammée, symbole de son Parti de l’Unité Nationale, fondé pour mettre en œuvre les principes sociaux catholiques, est la Flamme Divine.

Arcand’s attraction for Light as Divine immanence is therefore Gothic, meaning Roman Catholic.  He clearly borrows the name Gothic from the most magnificent era of Roman Catholic architecture to characterize the whole of Western Christian civilization.  Some might note the focus on light associated with paganistic fascisms, and presume that Arcand adopted his own vision of Light from paganism.  On the contrary, Arcand has clearly taken the Gothic period of Roman Catholic architecture as emblematic of the whole of Western Christianity, directly importing the Catholic notion of Light as “the most direct manifestation of God”.  His flaming torch, the symbol of his National Unity Party, founded to implement Catholic social principles, is the Divine Flame.

J’ajouterais à cela la référence d’Arcand dans le même livre (est-il légitime de parler de “paganisation” de la France ?) : “Puis devait arriver la judéo-maçonnique et libérale Révolution Française, dont le premier acte fut de placer une prostituée nue sur le maître-autel de Notre-Dame de Paris (pour y remplacer la statue de la Madonne renversée) …”

I would add to this Arcand’s reference in the same book (is it legitimate to speak of the “paganization” of France?):  “Then came the Judeo-Masonic and liberal French Revolution, whose first act was to place a naked prostitute on the high altar of Notre-Dame de Paris (to replace the toppled statue of the Madonna)…”

Est-ce un hasard si Arcand fait référence à la profanation de Notre-Dame (l’arrivée des ténèbres sur l’Église en France ?), la plus emblématique des cathédrales gothiques ?  La plus emblématique de l’immanence de Dieu par la lumière ?

Is it a coincidence that Arcand refers to the desecration of Notre-Dame (the arrival of darkness over the Church in France?), the most emblematic of Gothic cathedrals?  The most emblematic of the immanence of God through light?

Ce que je veux dire, c’est que la notion d’Arcand de “toute lumière” comme venant de Dieu, de la lumière comme vision catholique de l’immanence de Dieu, ne peut que signifier que sa torche enflammée n’est pas païenne.  Sa flamme divine est nécessairement catholique à ses yeux, peu importe où il a trouvé son inspiration, même si c’est dans Mein Kampf d’Hitler, qui, rappelons-le, selon Arcand, a fait du christianisme la base culturelle de l’État allemand.

My point is that Arcand’s notion of “all light” as coming from God, of light as a Catholic vision of God’s immanence, can only mean that his flaming torch is not pagan.  His divine flame is necessarily Catholic in his eyes, no matter where he found his inspiration, even if it is in Hitler’s Mein Kampf, and Hitler, let us recall, according to Arcand, made Christianity the cultural basis of the German state.

Et je n’ai pas étudié Hitler, je ne sais pas où il a trouvé sa croix gammée, et je sais que beaucoup de gens disent que c’est païen.  Peut-être que ça l’est, peut-être que ça ne l’est pas.  Mais le concept d’Arcand selon lequel “toute lumière” est catholique doit évidemment inclure sa torche enflammée.

And I haven’t studied Hitler, I don’t know where he got his swastika, and I know a lot of people say it’s pagan.  Maybe it is, maybe it isn’t.  But Arcand’s concept that “all light” is Catholic must obviously include his flaming torch.


*  Thanks to Rémi Tremblay for giving us his own Arcand collection of scans and photos.  In fact, we traded collections. / Merci à Rémi Tremblay de nous avoir donné sa propre collection Arcand de scans et de photos.  ; En fait, nous avons échangé nos collections.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s